1556 - Aveu des Seznec et Cavellat pour Querelan - GrandTerrier

1556 - Aveu des Seznec et Cavellat pour Querelan

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Archives    
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Sommaire

En savoir plus : [Kerelan, francfief des Regaires de Quimper]

1 Résumé des sources

Aveu [1] de Guillaume Seznec et Margueritte Cavellat et Yvon Rannou et Françoise Cavellat pour Querelan en 1556. Document conservé aux Archives départementales du Finistère, série 1 G 86.

2 Transcription

Feuillet séparateur :

9 juin 1556

Lanniron

Querelan

Aveu de Guillaume Seznec et Margueritte Cavellat sa femme, Yvon Rannou et Françoise Cavellat sa femme, leur eschu scavoir à la dite Margueritte d'Alain Cavellat son père et à la dite Françoise de Jean Cavellat aussi son père.

Scitué entre le chemin de Quimper à Coray et la rivière d'Odet.

Chefrente [2] à la Chandeleur, cinq solz monoie [3]

En fief proche et franc regale [4] selon la nature du fief sous Nicolas cardinal de Sermonette seigneur Evesque avec obéissance à la cour, foy hommage serment de fidélité sans devoir de rachapt [5] ny de bail by devoir de dixme [6] de bled.

Le dit village lieu de Kerhelan à moitié entre les dits Cavellat.

Chefrente [2] soixante sols monoie [3], deux crublées[7] d'avoine, une géline[8], une carnée [9] et tiers carnée [9] froment à la saint Mathieu

Moulin à eau

Le dit moulin étant en un pré nomé prat an Melin.

Document principal :

9 juin 1556

[... ]

3 Commentaires, annotations

  1. Aveu, s.m. : déclaration écrite fournie par le vassal à son suzerain lorsqu’il entre en possession d’un fief, à l'occasion d'un achat, d'une succession ou rachat. L’aveu est accompagné d’un dénombrement ou minu décrivant en détail les biens composant le fief. La description fourni dans l'aveu indique le détail des terres ou tenues possédées par le vassal : le village dans lequel se situe la tenue, le nom du fermier exploitant le domaine congéable, le montant de la rente annuelle (cens, chefrente, francfief) due par le fermier composée généralement de mesures de grains, d'un certain nombre de bêtes (chapons, moutons) et d'une somme d'argent, les autres devoirs attachées à la tenue : corvées, obligation de cuire au four seigneurial et de moudre son grain au moulin seigneurial, la superficie des terres froides et chaudes de la tenue. Source : histoiresdeserieb.free.fr. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  2. Chefrente, s.f. : rente perpétuelle payable en argent ou en nature au seigneur suzerain par le détenteur d'un héritage noble. La chefrente était en principe immuable (Yeurch, histoire-bretonne). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 2,0 2,1]
  3. Monoie, Monnoye, adj : un sol monoie désigne une petite pièce de monnaie faite de billons, c'est-à-dire de cuivre, tenant un peu d'argent, mais plus ou moins, suivant les lieux (Encyclopédie Diderot). Existence de « livres monnoie » et de « deniers monnoye » à signaler également, en complément des « livres tournois ». [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 3,0 3,1]
  4. Regal, adj : royal. Source : Dictionnaire Godefroy 1880. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  5. Rachapt, rachètement, s.m. : en terme de coutume droit du au seigneur à chaque mutation du fief (dictionnaire Godefroy 1880). Droit du au seigneur par un nouveau tenancier après une succession qui est appelé également relief ou rachat des rentes. La somme à laquelle est estimé le revenu d'une année du fief qui doit le droit de relief (Dict. de l'Académie). [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  6. Dîme, dixme, s.f. : impôt sur les récoltes, de fraction variable, parfois le dixième, devant revenir au Clergé, prélevé pour l'entretien des prêtres et des bâtiments et les œuvres d'assistance. Son taux, théoriquement d'1/10ème, est généralement inférieur ; il est fréquemment proche d'1/30ème dans notre région (source : glossaire des cahiers de doléances AD29), ou d'1/15ème ("à la quinzième gerbe") lorsque le prélèvement est du aux Régaires de Quimper. La dîme ne doit pas être confondue avec le Dixième et les Décimes[Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  7. Cruble, crublée, s.f. : mesure pour les grains ; source : dict. Godefroy 1880. Composé de deux boisseaux ; source : Revue de Bretagne, de Vendée & d'Anjou, 1861, p. 202). A Plouha la crublée de grain y représentait 2 boisseaux 1/2, d'après un aveu de 1708; et, d'après un autre de 1613, 5 crublées de froment faisaient 12 boisseaux ; source : Anciens évêchés de Bretagne, J. Geslin de Bourgogne et A. Barthélémy. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  8. Géline, s.f. : poule (dict. Godefroy 1880). Utilisée comme moyen de paiement de rentes ou redevances. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  9. Carnée, s.f. : mesure pour les grains. A priori équivalent au quart de boisseau, une mesure ancienne de matières sèches. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 9,0 9,1]

4 Copies des actes

Document consultable aux Archives Départementales du Finistère, Série 1 G 86.

Feuillet séparateur :

Document principal :




Thème de l'article : Etude et transcriptions d'actes anciens

Date de création : Mars 2009    Dernière modification : 28.03.2010    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]