1732-1743 - Succession de Guillaume Le Balch et Jeanne Joly de Kerveady - GrandTerrier

1732-1743 - Succession de Guillaume Le Balch et Jeanne Joly de Kerveady

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Documents    
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
L'inventaire après décès de Guillaume Le Balc'h et, 11 ans après, la vente des meubles au décès de la veuve Janne Jolly.

Les biens décrits et estimés dénotent une extrême pauvreté et fournissent une liste de référence des objets usuels d'une famille de journaliers.

En savoir plus : « 1808 - Mesurage et description de la tenue noble à domaine congéable de Kerveady » ¤ « 1800 - Rente pour droits réparatoires par Jean Le Dorz de Kerveadi » ¤ « Crêche au toit de chaume et linteau de pierre du 16e au village de Kerveady » ¤ « Toponyme Kerveady » ¤ « Cartographie de Kerveady » ¤ « Chemins ruraux N°24 Kerveady » ¤ « 1896 - La baratte à tourner le beurre de la ferme de Poulduic » ¤ « 1742 - Succession de Jean Floc'h métayer du manoir de Lezergué » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

Ce couple habitait l'une des petites maisons qui composaient le village de Kerveady au 18e siècle. Le recensement de 1790 dénombre 5 familles entières dont les chefs de famille étaient respectivement un agriculteur, un métayer et trois journaliers. Guillaume Le Bach et Jeanne Joly tous les deux d'Ergué-Gabéric, nés respectivement en 1682 et 1693, étaient de modestes journaliers.

Ils se sont mariés en 1714 [1] et auront 5 enfants : Robert (1715), Jeanne (1718), Denys (1719), Alain (1727, décédé en 1729). Lorsqu'ils décèdent, en 1732 [2] pour Guillaume Le Balch, en 1743 [3] pour sa veuve, un inventaire des biens, leur partage et vente sont bannis, c'est-à-dire annoncés par un crieur « à l'issue de la grande messe, et aux chapelles de Notre dame de Kerdévot et de St-André », comme cela se faisait habituellement.

Le dernier document de 1743, regroupant inventaire et vente, signale « la modicitté des meubles cy-après resté après le décès de Janne Le Jolly veuve de deffunt Guillaume Le Balch ». Du fait de leur pauvreté, la liste réduite de la succession ne peut qu'être représentatif des biens usuels possédés par le gabéricois lambda de l'époque.

Le montant estimé des biens lors du premier décès, composés des meubles, vêtements et objets agricoles, se monte à 90 livres. S'il l'on convertit la livre de 1732 en euro d'aujourd'hui, on utilise généralement un facteur multiplicateur entre 7 et 15 en moyenne. Les 90 livres de la succession ne font donc que 700 à 1400 euros. L'ensemble sera divisé en deux lotties, l'une de 51 livres au bénéfice de la veuve, l'autre de 39 dont le montant de la vente sera remis au tuteur des enfants mineurs.

Tous les biens sont estimés précisément en livres, sols et deniers, et on note de nombreux prix à 10 sols (environ 5 euros). Et la gymnastique de conversion (20 sols pour une livre, 12 deniers pour un sol) est appliquée dans le décompte lorsque le commis du greffe transcrit des montants exprimés en chiffres : ainsi 18 deniers font 1 sol et 6 deniers, et 25 sols correspondent à 1 livre et 5 sols.

Les objets incontournables dans les documents d'inventaire et de ventes de Kerveady sont :
  • La petite baratte servant à préparer manuellement le beurre, est désignée sous le vieux terme français « ribot » [4]. Loin de la baratte horizontale avec manivelle qui va apparaître au 19e siècle, il s'agit ici d'un haut récipient dans lequel on plongeait un bâton. Comme il est précisé « ribot de terre et son baton », on apprend que le ribot n'était pas en bois, mais en « terre » de poterie.
 
Kerveady en 1834
Kerveady en 1834
  • La vache « garre jaune » [5], vache laitière de 5 ans, et la génisse de même couleur, sont les seuls animaux de Guillaume Le Balch. La vache est vendue 22 livres et 10 sols, ce qui constitue le plus gros bien de la succession. Si on applique la règle de conversion cela équivaut à 150 à 300 euros, ce qui indique une valeur relative inférieure au 18e siècle, car aujourd'hui une vache laitière s'achète entre 1200 et 1300 euros.
  • Une table « coulante » [6] est mentionnée et était utilisée pour les repas avec un rangement sous un plateau glissant latéralement, donnant accès à ces casiers à victuailles dans le corps du meuble. Pa ailleurs il n'y a aucune armoire de rangement, seulement quelques coffres. Pour le coucher on ne compte qu'une « mauvaise equaire de lit clos vuide  » et une « couchette garnye d'un mauvais leinseul ».
  • Les ustensiles de cuisine sont également très sommaires : « six ecuelles, et six cuillières de bois ». Aucun couvert en étain, pas d'assiettes en faïence, juste un « petit bassin d'airain ». Par contre une « mauvaise poille à creppe  » que l'on posait à même sur un trépied placé sur le feu de cheminée.
  • Quant aux outils agricoles, le journalier n'en dispose que de très peu en propre : un « attelage à cheval », des « rouelles d'une charue », un « crocq à fembroix » [7]. Ce dernier est un racloir qui lui servait à refaire la litière de sa vache et à former le tas de « framboy » (fumier) devant l'étable.

[modifier] 2 Transcriptions

Les textes transcrits ci-dessous contiennent des paragraphes ( § ) non déployés. Vous pouvez les afficher en un seul clic : § Tout montrer/cacher

Inventaire 23 septembre 1732

Page 1

Soussigné Maître Jacques François Philippe notaire royal par la sénéchaussée de Quimper faisant pour le greff du siège présidial [8] dudit Quimper, certiffie et rapporte sur l'avis donné au Sieur procureur du Roy dudit siège, du décès arrivé à Guillaume Le Balch du lieu de Kerveady paroisse d'Ergué Gabéric m'ettre transporté de ma demeure que je fais au bourg paroissial d'Ergué-Armel ce jour vingt trois septembre mil sept trente deux, de compagnie avec Claude Marie Garnier faisant pour le commissaire enqueteur jusques audit lieu de Kerveady en la dite paroise d'Ergué Gabéric § à l'effet d'apposer le scellé sur les meubles ...


Page 2

petit bassin, une poille à crespes, une mauvaise ergrise, un moyen pot de fer, une baye à poste, un baillot à buée [10], deux poches, deux mulons de sigles battus sur l'air, où il peut avoir environ quatre combles [9] de mulons de balles non ventés, un d'avoine et l'autre de seigle ; un mulon de pailles d'avoinnes et un de seigle sur l'air, une charettée de foins dans la prée, un journal de terre sous blez noir, une vache et une génisse d'un an garre [5] jonne § desquels biens meubles et effets mobiliers ...


Inventaire 10 décembre 1732

Page 1

L'an mil sept cents trente deux le dixième décembre je soussigné Jean Louis Le Mercier commis juré au greffe au siège présidial [8] de Quimper certiffie et raporte métre exprez transporté dudit greffe sis rue Quereon paroisse de St-Julien, de compagnie avec Me lieu de Keranfur trève de Guillevin paroisse d'Edern tuteur des mineurs du dit Balch de son mariage avec Jeanne Le Joly sa veuve, lequel nous a requis de procéder à l'inventaire de tous les meubles et effets restés après le décès dudit Balch, égard aux quelles réquisitions ayons procédé au dit inventaire en présence dudit tuteur, de la dite veuve, de Guenollé Le Barz du lieu de Sulvintin et de Guenollé Kergourlay dudit lieu de Kerveady estimateurs paroissiens d'Ergué-Gabéric estimateurs convenus respectivement par les parties comme suit.

§ Et premier ...


Page 2

Une mauvaise maye à batte estimée cinq sols ... 0 # 5 s

Un grand grenier mauvais estimé trois livres ... 3 #

Un mauvais trépier estimé trois sols ... 3 s

Une mauvaise poelle à crepes estimée vingt cinq sols ... 1 # 5 s

Une autre mauvaise estimée dix sols ... 0 # 10 s

Un pot de fer estimé vingt cinq sols ... 1 # 5 s

§ Un petit bassin d'airain ...


Page 3

Deux bariques estimées étant l'une vutiéron vingt sols ... 1 #

Deux culottes et un justin de toille estimés étant très usés 'usage du deffunt ... 0 # 10 s

Une mauvaise paire de souliers un sol ... 0 # 1 s

Une charettée de foin estimée trois livres ... 3 #

Deux charettées de paille d'avoine estimée la charettée quarant sols cy ... 4 #

Quatre charettée de paille de seigle estimé la charettée vingt cinq sols font cy ... 5 #

Total : 13 # 11 s

§ Ce fait et suit ce qu'il ne s'est trouvé ...


Lotties 10 décembre 1732

Page 1

L'an mil sept cent et trente deux le dix décembre je soussigné Jean-Louis Le Mercier commis juré au greffe du siège présidial [8] de Quimper certiffie et raporte qu'en conséquence de ma réservation portée en la cloture de l'inventaire du matin de ce jour metre rendu en la demeure de deffunt Guillaume Le Balch au lieu de Kerveady paroisse d'Ergué-Gabéric où en l'endroit se sont présentés Jacques Benoist du lieu de Keranfur trève de Guellevin paroisse d'Edern tuteur des mineurs dudit Balch et Jeanne Joly sa veuve, lesquels m'ont répétés leurs réquisition de procéder au partage des meubles et effets mentionnés et inventoriés au procès-verbal de ce jour, § égard auxquelles réquisitions jay procédé ...


Page 2

Première lottie

Une table coulante [6] estimée quatre livres dix sols ... 4 # 10 s

Une couchette garnie d'un mauvais leinseul, et de deux mauvaises coettes vuides estimés deux livres ... 2 #

Un petit coffre dix sols 0 # 10 s

§ Une maye à pate cinq sols ...


§ Seconde lottie ...


Page 3

Le pannier six écuelles et six culières de bois dix sols ... 0 # 10 s

Un pot de fer vingt cinq sols 1 # 5 s

Une génisse garre [5] jaune allant à deux ans dix livres dix sols ... 10 # 10 s

Quatre charettée de paille de seigle ... 5 #

Un ribot [4] trois sols ... 0 # 3 s

Un crocq à fembroix [7] dix sols ... 0 # 10 s

Un echué de fil d'étoupe [11] huit sols ... 0 # 8 s

Quatre faisseaux de chanvre dix sols ... 0 # 10 s

Une charettée de paille d'avoinne deux livres ... 2 #

Quatre combles [9] avoinne six libres ... 6 #

Deux combles [9] et un quart bled noir trois livres dix huit sols 9 deniers ... 3 # 18 s 9 d

Deux combles [9] et demy de seigle cinq livres douze sols six deniers cy ... 5 # 12 s 6 d

Total : 39 # 7 s 3 d

§ Ce fait jai susdit Mercier fait lecture en langue bretonne ...


Page 4

audit lieu Kerveady paroisse d'Ergué-Gabéric en la demeure dudit deffunt Guillaume Le Balch § sous mon signe ...

 

Vente 15 décembre 1732

Page 1

L'an mil sept cent trente deux le quinzième jour de décembre je soussigné Joseph Corbie faisant pour le greffe du siège présidial [8] de Quimper, raporte mêtre transporté de la ditte ville de Quimper et y demeurant paroisse de St Jullien jusques au lieu de Kerveady paroisse d'Ergué Gabéric en la maison où est décédé Guillaume Le Balch, à la requeste de Jacques Benoist demeurant au lieu de Keranfur treve de Guellevin paroisse d'Edern tuteur des mineurs du dit deffunt Balch de son mariage avec Jeanne Le Jolly sa veuve pour procéder à la vente des biens meubles et effets échus aux dits mineurs suivant le partage qui en a été fait le dix du présent mois § laquelle vente ledit tuteur a déclaré ...

Et premier,


Page 2

Une équaire de lit clos adjugé à Guenollé Kergourlay pour quatre livres sept sols cy ... 4 # 7 s

Une poille à crespe adjugée à Guillaume Lequéau pour vingt cinq sols, cy 1 # 5 s

Un grand coffre adjugé à Hervé Le Bras pour quatre livres dix sols ... 4 # 10s

Le pannier, six écuelles et six cuillères de bois adjugé à Alexis Cogant pour huit sols ... 0 # 10 s

Un pot de fer adjugé à Anne Yeus pour treize sols six deniers ... 0 # 13 s 6 d

Un grand grenier adjugé à Allexis Cogant pour trente sols. Cy ... 1 # 10 s

Un ribot [4] adjugé à Guenollé Le Bars pour deux sols ... 0 # 2 s

Un crocq à fembois [7] cinq sols adjugé à Marie Poupon pour cinq sols ... 0 # 5 s

Quatre fessaux de chanvre adjugés à Anne Yeus pour huit sols ... 0 # 8 s

Un echevau de fil ajugé à Jean Huitric pour cinq sols ... 0 # 5 s


Total 13 # 13 s 6 d


Page 3

Cy de l'autre part 13 # 13 s 6 d

quatre chartée de paille de seigle ajugées à Hervé Rospartz pour quatre livres quinze sols ... 4 #

Une charettée de paille d'avoine ajugée à Guenollé Kergourlé pour vingt cinq sols ... 1 # 5 s

Une charettée de foin ajugée à Corentin Legarsse pour trois livres cinq sols ... 3 # 5 s

Deux combles [9] et quart bled noir ajugés à Guillaume Roy pour quatre livres un sol cy ... 4 # 1 s

deux combles [9] et demy ajugés à Corentin ferment pour six livres quatre sols Cy ... 6 # 4 s

quatre combles [9] avoine ajugés Hervé Kerbinibin pour cinq livres dix sols Cy ... 5 # 10 s

Une genisse garre [5] jaune allant à deux ans ajugés à Jean Huitric pour douze livres six sols ... 18 # 6 s


Total 50 # 19 s 6 d

Ce fait et font tous les meubles et effets tous aux dits tuteur pour ses mineurs


Page 4

et la succession du dit deffunt Guillaume Le Balch, lesquels ont estés vandus au plus offrant et dernier enchère et ayant calculé le montant fort trouvé faire sauf erzeux degist et calcul la somme de cinquante livres dix neuf sols sis deniers de laquelle somme jay chargé le dit Jacques Benoist tuteur pour en tenir compte à ses dits mineurs lorsque requis sera, ce qu'il s'oblige faire. Lequel a payé au crieur pour la journée dix sols fait et arresté la présente vente au dit village de Kerveady paroisse d'Ergué Gaberic § sous mon signe et celuy du dit Jacques Benoist ...


Vente 18 juin 1743

Page 1

Le dix huitième juin mil sept cent quarante trois vente publique servant d'invantaire attendu la modicitté des meubles cy-après resté après le décès de Janne Le Jolly veuve de deffunt Guillaume Le Balch décédé au village de Kerveady en la paroisse d'Ergué Gabéric à laquelle vente a esté vacqué par les soussignant faisant pour le greffe du siège présidial [8] de Quimper en présance et le requerant Jacques Benoist du village de Keranfure trève de Guélevin paroisse d'Edern tutteur des enfants mineurs des dits feu Le Balch et Jolly, lequel tuteur a fait banni la présante vente dimanche dernier saize de ce mois à l'issue de la grande messe de la ditte paroisse d'Ergué Gaberic ayant pour crier les enchères cy après Nicolas Taniou dudit lieu de Kerveady et y auront procédé en la maison où est décédée la ditte Jolly comme en suit.

§ Un trépier adjugé à Anne Ligauan ...


Page 2

Un dundoir (?) adjugé à ladite Ligunan pour deux sols sixeniers cy ... 0 # 2 s 6 d

Un bout de barique adjugé à Jacquette Huitric pour quatre sols six deniers cy 0 # 4 s 6 d

Un grand baillot [10] adjugé à Guenollé Kergourlay pour sept sols trois deniers cy ... 0 # 4 s 3 d

Une mauvaise juppe bleue adjugé à ladite Deloria pour tois sols trois deniers cy ... 0 # 3 s 3 d

§ Des bruffuse bleuf adjugé à ...


Page 3

Un devant de lit clos adjugé au dit Kergourlay pour trois livres deux sols cy ... 3 # 2 s

Un image de sainte Anne adjugé à ladite Gourmellen pour quinze deniers cy 0 # 1 s 3 d

Un chandelier de bois adjugé à la meme pour neuf deniers cy ... 0 # 0 s 3 d

Une mauvaise table adjugé à Jannz Huitric pour cinq sols trois deniers cy ... 0 # 5 s 3 d

Environ un demy journal de seigle enfemanées à la charge de laisser la baille sur les lieux adjugé audit Kergour pour trois livres cins sols cy ... 3 # 5 s

Total : 6 # 14 s 3 d

§ Et a esté payé audit crieur ...

[modifier] 3 Originaux

Lieu de conservation :
  • Archives Départementales du Finistère
  • Dépôt de Brest, série B
 

Reférence, droit d'image :

  • Cotes ADF B285 et B287
  • Usage privé et restreint.

[modifier] 4 Annotations

Certaines références peuvent être cachées ci-dessus dans des paragraphes ( § ) non déployés. Cliquer pour les afficher : § Tout montrer/cacher

  1. Mariage - 19/11/1714 - Ergué-Gabéric de LE BALCH Guillaume, d'Ergué Gabéric, fils de Tudal, et de LE JOLY Jeanne (mineure), d'Ergué Gabéric, fille de François, décédé. Témoins : Conan Lauran , Le Louarn Jean , Le Bars Guénolé [Ref.↑]
  2. Sépulture - 21/09/1732 - Ergué-Gabéric de LE BALCH Guillaume, âgé de 50 ans. Conjoint : Jeanne LE JOLY. Témoins : Philippe Allain, Conant Laurens [Ref.↑]
  3. Sépulture - 01/06/1743 - Ergué-Gabéric de LE JOLY Jeanne, âgée de 50 ans. Témoins : Huitric Michel, Dauedal Hervé, Cuzon Joseph [Ref.↑]
  4. Ribot, s.m. : baratte ; n'a été rencontré que dans un texte de la première partie du XVIIIe siècle : « un ribot avec son baton » (1726, Arch. Finist. B 259) ; source : Dictionnaire Godefroy. Terme breton RIBOT g. -où, baratte, parf. mitre (de cheminée), (fig.) moulin à paroles, poteau (jambe), ribote. RIBOTAD g. -où baratte (de...). RIBOTER, -OUR g. -ion b.1 pers. qui baratte, (fig.) foireur, -se, & piston (de machine). Source : Dictionnaire Favereau. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 4,0 4,1 4,2 4,3]
  5. Gare, garre, adj. : désigne un pelage marqué par deux couleurs, le mot bigarré en étant dérivé. Comme le blanc était toujours présent, on indiquait seulement l'autre couleur : un pelage blanc et roux-marron était donc dit gare-rouge  ; un pelage blanc et noir, gare-noir ; par contre les gare-jaunes étaient jaunes aux taches noires. Pour les vaches gare-noires, l’appellation courante est ensuite devenue pie-noir; source : Jean Le Tallec. Mot français garre « de deux couleurs », attesté depuis 1360 et d'origine inconnue ; source TLFi. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 5,0 5,1 5,2 5,3 5,4 5,5 5,6]
  6. Table coulante, s.f. : table servant soit de coffre (garde-manger), soit de maie à päte (pétrin). Le dessus de la table coulisse pour permettre de travailler la pâte dans le pétrin ou d'accéder à ce qui y était stocké. Citée dans les inventaires successoraux aux 17e et 8e. Source : histoiresdeserieb sur free.fr. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 6,0 6,1 6,2]
  7. Framboy, fembroi, s.m. : les paysans entassaient dans la cour de la ferme les débris végétaux pour fabriquer le fumier par le piétinement des bêtes qui pétrissaient ces débris, les mélangeaient à la boue ; la bouillie résultante était appelé le « framboy ». Le mot se disait au départ « fembroi » (latin fimarium, dérivé de fimum : fumier). Puis, par métathèse (déplacement du r), il est devenu « fremboi », puis « frembois », mais rien à voir avec la framboise, évidemment ! Source : Jean Le Tallec 1994. Le lieu où se trouvait ce tas de fumier était généralement dénommé dans les actes la « cour à frambois » ou « pors à framboy ». [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 7,0 7,1 7,2 7,3]
  8. Présidial, s.m. : tribunal de justice de l'Ancien Régime créé au XVIe siècle ; c'est en 1552 que le roi Henri II de France, désireux de renforcer son système judiciaire et de vendre de nouveaux offices, institue les présidiaux ; le présidial de Quimper-Corentin a été créé à cette date dans le ressort du parlement de Bretagne (Wikipedia). Siège présidial, tribunal qui juge en dernier ressort, sans appel (Dictionnaire du Moyen Français). Sous l'Ancien Régime, tribunal et juridiction qui avaient été établis en 1551 dans certains baillages importants pour juger en dernier ressort les affaires peu graves (Trésor Langue Française). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 8,0 8,1 8,2 8,3 8,4]
  9. Comble, s.f. et adj. : mesure de capacité pour les grains, probablement la mine comble, c'est-à-dire 6 boisseaux ; source : Dictionnaire Godefroy 1880. En région quimpéroise le terme comble est plutôt donné comme équivalent d'un grand boisseau comble, par opposition à un simple boisseau ras. Soit précisément 67 litres pour le froment, 82 pour le seigle, et 80 pour l'avoine [¤source : Document GT de 1807]. La comble se distincte de la raze ; le terme est utilisé aussi comme adjectif pour préciser que la hauteur en son milieu dépasse le bord de récipient de mesure, par opposition à l'adjectif "rase". [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 9,00 9,01 9,02 9,03 9,04 9,05 9,06 9,07 9,08 9,09 9,10 9,11 9,12 9,13]
  10. Baillot, bayeau, s.m. : récipient pour à conserver le lard. Baillot à buée : baquet servant à faire la lessive. Source : histoiresdeserieb sur free.fr. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 10,0 10,1]
  11. Étoupe, s.f. : du latin "stupa,-ae", sous-produit fibreux non tissé issu essentiellement du travail du chanvre ou du lin. Source : Wikipedia. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 11,0 11,1]
  12. Courtepointe, s.f. : couverture de lit doublée, remplie de coton ou de duvet et piquée. Source : TLFi. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]


Thème de l'article : Document d'archives sur le passé d'Ergué-Gabéric.

Date de création : Septembre 2015    Dernière modification : 31.12.2015    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]