1795 - Vente de la petite métairie de Lostarguillec - GrandTerrier

1795 - Vente de la petite métairie de Lostarguillec

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Archives   + fonds Le Roux
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Sommaire

[modifier] 1 Introduction

Rapport d'expertise conservé dans les archives familiales de Madame Cuzon, en Ergué-Gabéric. Le document décrit la nature et les surfaces des terres mises en ventes par adjudication

 

Procès-verbal de première enchère et d'adjudication aux Archives Départementales du Finistère sous les côtes 1Q326-152.

[modifier] 2 Transcriptions

[modifier] 2.1 Rapport d'expertise

1795-An 2
Copie (extrait)
Du procès–verbal, en date des 14 et 15 messidor an 2, d'expertise de la métairie de lostarguillec en Ergué-gaberic,vendue au profit de l’état par adjudication définitive du 7 prairial an 3 (26 mars 1795) prononcée par le District de quimper .
1° Un courtil [1] nommé liors fouennec ayant Ses Orifices au cerne [2]. Donnant du midi sur le chemin menant à quimper ,Du nord sur terres de penarmenes et de tous autres endroits sur terres du present, contenant sous fonds un demi journal à faucher.
2° Au nord des maisons un autre petit courtil [1] de trois cordes [3].
3° deux autres courtils séparés par un (turon ?) planté donnant sur le dit chemin du coté midy , et d’autre endroit sur terres du present .
4° un champ de terre chaude [4] nommé parc bihan ayant ses édifices au cerne [2] fors [5] du midy Donnant du nord sur le chemin menant à quimper Du couchant sur prairies de penarmenez et du midy sur terres à louis le Calvez de Kerdaniel , contenant sous fonds un demi journal [6].
5° un petit verger ayant les edifices au cerne [2] fors [5] du couchant, donnant du midy sur chemin menant à Elliant Du levant sur terres à lucas gourmelen et du nord sur parc ci-après contenant sous fonds un demi journal [6]




6° un autre parc terre chaude [4] et en petite partie terre froide [7] nommé parc deb erch , ayant ses édifices au cerne [2] fors [5] du midy ; Donnant du nord sur terres de penarmenez, Du levant sur terres à lucas gourmelen et du couchant sur parc ci-après ; contenant sous fonds un journal [6] et demi .
7° autre parc terre chaude [4] nommé parc tosta ayant ses édifices au cerne [2] fors [5] Du levant , Donnant du nord et couchant sur prairies à penarmenez et des autres endroits sur terres du présent.
-la dite métairie et terres en dépendant , contenant sous fonds quatre journaux [6] trois quarts de terre chaude [4] Demi journal sous prairie et huit cordes sous courtil, Donne du levant sur terres à lucas gourmelen, Du midy sur chemin menant de quimper à Elliant et Des couchant et nord sur terres à penarmenez.
Signé le Blond et Brehier

 

[modifier] 2.2 Procès-verbal d'adjudication

à complèter

[modifier] 3 Originaux

[modifier] 3.1 Rapport d'expertise

[modifier] 3.2 Procès-verbal d'adjudication

[modifier] 4 Annotations

  1. Courtil, curtil, s.m. : jardin potager. Du bas latin cohortile, dérivé de cohors (voir Cour). Jardin, cour, enclos (Dictionnaire de l'Académie). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 1,0 1,1]
  2. Cerne, s.m. : entourage ; dans l'expression « au cerne » : entouré. Quand il est indiqué qu'un terrain a « ses fossés au cerne », cela signifie qu'il possède tous ses talus. De même « ses édifices au cerne » indique que les bâtis sont répartis sur les 4 côtés du terrain. Lorsque l'expression est suivie de « fors », par exemple «  fors du Levant », un des côtés fait exception. Source : Forum du CGF. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4]
  3. Corde, cordée, s.f. : unité de mesure de superficie. Subdivision du journal. Le journal et la corde sont les principales unités de mesure utilisées pour calculer les surfaces dans les inventaires. Dans la région quimpéroise une corde vaut 0,6078 ares à 16 toises carrées. Il faut 80 cordes pour faire un journal. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  4. Terres chaudes, s.f.pl. : terres cultivables, par opposition aux terres froides ; exploitées en rotation triennale, soit blé noir, seigle, avoine (Jean Le Tallec 1994). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 4,0 4,1 4,2 4,3]
  5. Fors, p. : excepté, hormis, sauf, en dehors. Expression attribuée à François 1er après la défaite de Pavie : « Tout est perdu, fors l'honneur » ; source : Trésor Langue Française. Dans l'expression « ses fossés au cerne fors du levant », trois côtés seulement entourent le terrain. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 5,0 5,1 5,2 5,3]
  6. Journal, s.m. : ancienne mesure de superficie de terre, en usage encore dans certains départements et représentant ce qu'un attelage peut labourer dans une journée [¤source : Dictionnaire de l'Académie]. Le journal est la principale unité de mesure utilisée pour calculer les surfaces dans les inventaires. Dans la région quimpéroise un journal vaut 48,624 ares, à savoir 80 cordes. Dans les documents on trouve les expressions « journée à homme bêcheur », « journée à faucheur » ou « à faucher », cette dernière valeur étant équivalente à 2 journaux de laboureur, soit presque un hectare. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 6,0 6,1 6,2 6,3]
  7. Terres froides, s.f.pl. : terres pauvres mises en culture de loin en loin parfois après un brulis, par opposition aux terres chaudes; les terres froides prennent le reste du temps la forme de landes qui servent de pâturage d'appoint, et fournissent divers végétaux utiles : bruyères et fougères pour la litière, ajoncs pour la nourriture des chevaux, genets pour la couverture de la toiture (Jean Le Tallec 1994). [Terme] [Lexique] [Ref.↑]


Thème de l'article : Document d'archives sur le passé d'Ergué-Gabéric.

Date de création : Mars 2007    Dernière modification : 29.10.2014    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]