1807 - Ventes de tenues à Quenech Deniel - GrandTerrier

1807 - Ventes de tenues à Quenech Deniel

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Archives    
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
Après avoir été sous le domaine du roi, puis dans le domaine de la légion d'honneur, les deux tenues[1] de Quenec'h Deniel sont acquises aux enchères par deux domaniers.

Documents conservés aux Archives Départementales du Finistère.

Autres lectures : « 1802-1809 Le domaine gabéricois de l'Ordre national de la Légion d'honneur » ¤ « 1806-1808 - Evaluation et vente du moulin du Faou » ¤ « 1807 - Ventes de convenants à Kerjestin » ¤ « 1807 - Vente d'un convenant à Kermoisan » ¤ « 1807 - Ventes de tenues à Keranroué » ¤ « 1807 - Vente de prairies à Lezouanac'h » ¤ « 1758-1791 - Rentier de la Seigneurie de Kerjestin des Rohan-Guéméné » ¤ « 1782 - Sommier des possessions gabéricoises sous le domaine royal de Quimper‎ » ¤ « La question russe » ¤ « Les oubliés de la Russie » ¤ 

1 Introduction

Les documents de cette vente de 1807 sont conservés des Archives Départementales de Quimper sous les côtes 1Q1107-96, 1Q1107-21. Il s'agit d'une vente de tenues à leurs domaniers en guise de fin d'affectation au domaine agricole de l'Ordre de la Légion d'honneur.

Les tenues concernées sont :

  • 1Q1107-96 : n° 2 du sommier de la Légion d'honneur attribué à Françoise Caugan
 
  • 1Q1107-21 : n° 1er du sommier de la Légion d'honneur attribué à Louis Le Calvez.

On notera dans le 2e document une parcelle de terre nommée « Parc Meil-Faou » à proximité du Moulin du Faou (ou moulin de Kergestin).

2 Transcriptions

A. Tenue 1Q1107-96

Vente aux enchères :

Ventes et paiemens des Maisons, Bâtimens et Usines.

XVIII. Les maisons, bâtimens et usines, sont vendus, payables en numéraire ; la mise à prix est fixée à douze fois le revenu de 1790 ; les ventes sont faites, au surplus, suivant les formes et aux mêmes conditions que les ventes des biens ruraux.

Un premier feu allumé : la tenue [1] Kergourlay au village de Quenech Denniel, tenue par Françoise Caugan.


de revenu deux hectolitres (trois combles [2]) seigle

ainsi qu'il est détaillé au procès-verbal d'estimation du 13 novmembre dernier au rapport de Baron expert, renregistré à Quimper le 10 décembre dernier situé comme d'Ergué-Gabéric arrondissement de Chateaulin provenant de l'ancien domaine de la couronne.

A été exposé à l'enchère, sur une mise à prix de quatre cent francs et porté à quatre cent cinq francs.

par le sieur Le Berre à

Ce premier feu éteint, il en a été successivement allumé un autres pendant la durée desquels la plus forte enchère a été portée à quatre cent cinq francs par le sieur Le Berre

Un second feu allumé, s'est éteint sans enchères, le préfet a adjugé ledit bien à Michel Le Berre d'Ergué-Gabéric comme dernier enchérisseur, moyennant la somme de quatre cent cinq francs et aux conditions précités, et à le dit Le Berre déclaré ne savoir signer.

Fait en Préfecture du Finistère, à Quimper, lesdits jour, mois et an. Le préfet, Miollis.

Enregistré à Quimper, le 4avril 1807. Reçu onze francs.

Le Receveur de l'Enregistrement, Roussin.

Expertise :

à compléter

 

B. Tenue 1Q1107-21

à compléter

Expertise :

à compléter

3 Originaux

Tenue 1Q1107-96

Tenue 1Q1107-21

4 Annotations

  1. Tenue, s.f. : héritage roturier dépendant d'un seigneur (lexique Doléances, Archives Départementales du Finistère). Possession ; propriété rurale ; contenance (dictionnaire Godefroy 1880). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 1,0 1,1]
  2. Comble, s.f. et adj. : mesure de capacité pour les grains, probablement la mine comble, c'est-à-dire 6 boisseaux ; source : Dictionnaire Godefroy 1880. En région quimpéroise le terme comble est plutôt donné comme équivalent d'un grand boisseau comble, par opposition à un simple boisseau ras. Soit précisément 67 litres pour le froment, 82 pour le seigle, et 80 pour l'avoine [¤source : Document GT de 1807]. La comble se distincte de la raze ; le terme est utilisé aussi comme adjectif pour préciser que la hauteur en son milieu dépasse le bord de récipient de mesure, par opposition à l'adjectif "rase". [Terme] [Lexique] [Ref.↑]