1881 - Elections municipales et influence patronale à la papeterie Bolloré - GrandTerrier

1881 - Elections municipales et influence patronale à la papeterie Bolloré

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Archives    
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Sommaire

Autres lectures : « Elections municipales houleuses et contestées, l'Impartial du Finistère 1881 » ¤ 

1 Introduction

Dossier de contestation d'élection conservé aux Archives Départementales du Finistère, sous la cote 3 M 495 : M. Bolloré [1] aurait menacé d'un renvoi les ouvriers de son usine qui ne voteraient pas pour la liste anti-républicaine. Une plainte et contestation sont déposées à la préfecture par les Républicains, dénonçant les anomalies de procédures sur les listes et les bureaux de vote, mais également les manœuvres de corruption d'électeurs par René Bolloré fils.

Les pièces du dossier d'accusation de magouille électorale sont pour ce qui concerne les actions du papetier :

  • La lettre d'électeurs et de l'ancienne équipe municipale [2] au conseil préfectoral.
  • La lettre au préfet du président du bureau, Joseph Le Roux [2].
  • Une attestation de 2 témoins ayant entendu un ouvrier d'Odet [3] rapporter les menaces de René Bolloré.

La ligne de défense de Bolloré est donnée par les documents suivants :

  • La lettre de René Bolloré au maire élu, Jean Mahé [4].
  • La pétition de 38 ouvriers démentant les termes de l'accusation.
  • Les conclusions de la défense de maitre Chamaillard fils.
 

A noter que personne à la papeterie ne se risque à témoigner officiellement et par écrit, les militants républicains se contentant de rapporter un témoignage indirect : « Les soussignés résidant à Ergué-Gabéric certifient avoir entendu le sieur Rolland Jean-Pierre [3] journalier, à la papeterie, citer les paroles prononcés par Mr Bolloré le 7 janvier contre quelques ouvriers s'ils ne voteraient pour sa liste de les congédier. ».

Le ton de la pétition des ouvriers est tellement véhément qu'on peut se demander s'il n'a pas été dicté par l'entrepreneur lui-même : « Nous ouvriers au moulin à papier, protestons énergiquement contre le dire de ceux qui prétendent que Monsieur Bolloré nous a obligés de voter, sous peine de renvoi, pour la liste sur laquelle il était inscrit, nous affirmons hautement que jamais on a influencé notre vote.  ». Le premier des signataires n'est autre que le dénommé Rolland [3] cité par les républicains.

La préfecture ne retiendra donc pas l'argument d'influence patronale pour invalider les élections. Du fait des autres griefs, notamment les votes d'électeurs non inscrits, le résultat des élections sera légèrement revu à la baisse avec un élu conservateur en moins.

2 Transcriptions

2.1 Accusation Républicaine

Lettre des électeurs au conseil de préfecture

Ergué-Gabéric, le 11 janvier 1881

A monsieur le président et à messieurs les membres du conseil de préfecture du Finistère, les soussignés électeurs de la commune d'Ergué-Gabéric ont l'honneur d'exposer les faits suivants :

  • 1° (...)
  • 2° (...)
  • 3° (...) Des boissons ont été distribuées dans les divers débits du bourg, pour gagner des votes. On assure que les candidats de la liste dite conservatrice s'étaient imposés une cotisation de dix francs (...) dans ce but.

Monsieur Bolloré, directeur de la papeterie de l'Odet, ancien conseiller général, a menacé ses ouvriers, ceux d'entre eux qui voteraient pour la liste républicaine, de les congédier. Il a donné une paie complémentaire à de nombreux ouvriers, chargés de distribuer les bulletins et de payer à boire.

(..) P Thépaut, adjoint au maire, ?, Jean Louis Le Roux, Louis Le Roux, Guyader, Dornic Jean, Poher Herv, Le Roux ?.

Vu pour légalisation des signatures ci-dessus. En mairie à Ergué-Gabéric, le 12 janvier 1881. Le maire, Le Roux [2].

Lettre du président du bureau au préfet

2 février 1881

Monsieur le prefet,

En réponse à votre lettre en date du 19 janvier courant par laquelle vous me demandez des explications personnelles au sujet de l'élection du 9 du même mois, ainsi que sur celles du bureau électoral, j'ai l'honneur de vous faire connaître :

  • 1° (...)
  • 2° Je puis vous dire aussi, Monsieur le Préfet, avoir entendu avec d'autres personnes qui se trouvaient en même compagnie un des ouvriers de Monsieur Bolloré dire qu'il aurait congédié ceux qui n'aurai(en)t pas voté pour sa liste et qu'il avait donné une paye exceptionnelle à beaucoup de ses ouvriers, chargés de distribution de bulletins et de payer à boire.
  • 3° (...)

Les membres du bureau

Le Roux président [2], R. Guenno secrétaire, Dornic Jean, Feunteun

Attestation de Jean Caugant et de Joseph Le Roux [2]

Les soussignés résidant à Ergué-Gabéric certifient avoir entendu le sieur Rolland Jean-Pierre [3] journalier, à la papeterie, citer les paroles prononcés par Mr Bolloré le 7 janvier contre quelques ouvriers s'ils ne voteraient pour sa liste de les congédier.

(signatures) Caugant Jean, Le Roux Joseph [2].

 

2.2 Défense Conservatrice

Lettre de René Bolloré

Papeterie d'Odet (par Quimper) le 17 janvier 1881

Monsieur Mahé [4] ;

Nous vous remercions de la lettre que vous nous avez écrite.

J'ai appris, hier, de source non officielle, mais officieuse, que l'élection du Grand Ergué était attaquée. La protestation se trouve à la préfecture. Mon père pense que le comité devrait s'occuper immédiatement de cette affaire, et changer un avocat "de Chamaillard fils" de la défendre devant l'administration préfectorale.

Recevez Monsieur, l'assurance de notre considération la plus distinguée.

Pour mon père, (signature)

Déclarations des ouvriers

Odet le 22 janvier 1881

Nous ouvriers au moulin à papier, protestons énergiquement contre le dire de ceux qui prétendent que Monsieur Bolloré nous a obligés de voter, sous peine de renvoi, pour la liste sur laquelle il était inscrit, nous affirmons hautement que jamais on a influencé notre vote.

Les suivants ne sachant pas signer ont déclaré devant deux témoins les nommés : Rivoal et Guillou, approuver complètement la protestation ci-dessus.

Ont signé : Rolland [3], Failler, Le Péton, Heydon, Le Corre, Gaufin, Poirier, Moigne, Le Perne, Auffret, Feunteun, Duloran, Dévemiet, Gueguen, Collorec, Bertholom, Le Berre, Quéré, Carer, Taridec, Kergoat, Roch, Signour, Mareré, Nédéllec, Merrien, Le Roy, Constant, Rannou, Mao, Coathelom, Huitric, Bure, Philipe, Barré, Gourmelen.

Témoins Rivoal Guillou : Armel Cosquen.

Vu pour la légalisation des signatures ci-dessus, surtout de celles de Rivoal, Guillou et Cosquen. J. Mahé, maire.

Plaidoirie de maitre Chamaillard

H. de Chamaillard Fils, avocat, rue du quai, Quimper. Quimper le 24 janvier 1881.

Maître de Chamaillard, avocat de Messieurs Mahé, Nédélec, Bolloré et autres conseillers municipaux de la commune d'Ergué-Gabéric, ou Grand Ergué, défenseurs, contre MM Le Roux et consorts, protestataires, aura l'honneur de conclure :

  • 1er grief 1°) (...)
  • 2e grief 2°) (...)
  • 3e grief 3°) (...)
  • 4e, 5e, 6e grief 3°, 4°, 5°) Attendu que le fait des distributions gratuites de boissons, de menaces énoncées soit de Monsieur Bolloré, soit de Nédélec, de distribution d'argent aux ouvriers de la papeterie sont complètement niées ; que le seul argent donné l'a été aux porteurs et distributeurs de bulletins ;

(...) Par ces motifs, plaise au conseil de rejeter la requête.

3 Originaux

4 Annotations

  1. En 1881 la direction de la papeterie Bolloré est assurée par Jean-René Bolloré (1818-1881) qui décédera en mai. Le dénommé M. Bolloré est ici vraisemblablement son fils ainé René Bolloré (1847-1904) qui prendra officiellement la direction de l'usine et qui sera conseiller municipal pendant les mandatures de Jean Mahé (décédé en 1882) et Hervé Le Roux (maire jusqu'en 1906). [Ref.↑]
  2. Joseph Le Roux de Lezouanac'h est le maire nommé par le préfet entre 1862 et 1881. Il conduit la liste Républicaine pour les élections de 1881 et se fait battre par la liste Réactionnaire de Jean Mahé et d'Hervé Le Roux de Mélennec. [Ref.↑ 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5]
  3. Le sieur Rolland est celui que René Bolloré qualifiait en 1922 de « vieux loup de papeterie », un contremaitre d'Odet qui avait démarré comme simple ouvrier : « Jean Pierre Rolland (1855-1914), papetier ». [Ref.↑ 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4]
  4. Jean Mahé sera maire d'Ergué-Gabéric entre le 23 janvier 1881 et le 24 aôut 1882. [Ref.↑ 4,0 4,1]


Thème de l'article : Document d'archives sur le passé d'Ergué-Gabéric.

Date de création : Janvier 2011    Dernière modification : 8.01.2011    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]