1896 - Felix Faure remet la médaille d'honneur agricole à Alain Le Berre de Kerellou - GrandTerrier

1896 - Felix Faure remet la médaille d'honneur agricole à Alain Le Berre de Kerellou

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Archives    
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
En plein été 1896, un an après son élection, le président de la République Félix Faure fit un voyage officiel en Bretagne, et vint notamment à Quimper où un aide-agriculteur gabéricois fut décoré de la médaille d'honneur agricole.

Le médaillé est Alain Le Berre, ouvrier agricole à Kerellou, et son mentor est le républicain Louis Guyader, agriculteur-propriétaire à Squividan.

Autres lectures : « Louis Guyader (1842-1920) de Squividan, agriculteur républicain » ¤ « Un grand mariage breton à Squividan, Le Petit Journal et Finistère 1892 » ¤ « Les vaches pie-noir gabéricoises, marques du patrimoine cornouaillais » ¤ « Louis Guyader et éleveurs gabéricois au Concours régional de Quimper, Le Finistère 1893 » ¤ « SOCIÉTÉ D'AGRICULTURE - Herd-Book de la race bretonne pie-noire » ¤ 

1 Introduction

Sources :

  • des articles dans les journaux « Le Finistère » [1] et « Le Courrier du Finistère » [2],
  • un document conservé [3] aux Archives Départementales du Finistère sous la cote 3 M 317, contenant un échange entre le préfet et un référent républicain de la commune.

Alors que, 3 ans plus tôt, Sadi Carnot dut renoncer à son voyage à Quimper pour raison de santé, cette fois-ci pendant l'été 1896 le président de la République Felix Faure fait un grand voyage dans toute la Bretagne. Lors de son arrivée à Quimper dans la soirée du 8 août le président est chaleureusement accueilli  : « À 6h. 7, le train fait son entrée en gare de Quimper ... Aux paroles de bienvenue du maire, le président répond : En venant ici, je savais y trouver une population patriote et républicaine. C'est vous dire qu'il y a déjà des liens entre nous. »

Dans le cadre de cette visite présidentielle, le préfet [4] organise une remise de médailles industrielles et agricoles récompensant des ouvriers et des aide-agriculteurs des différentes communes de la région quimpéroise. Pour Ergué-Gabéric, un ouvrier agricole de 63 ans est sélectionné : Alain Le Berre [5] , travaillant depuis 1865 à la ferme de Kerellou de Louis Le Roux.

 

Pour valider la nomination d'Alain Le Berre, le préfet Victor Proudhon [4] demande son avis à Louis Guyader, agriculteur républicain à Squividan. Le préfet connait bien l'agriculteur, notamment pour avoir assisté au grand mariage de sa fille Perrine. De par son influence et engagement politique, Louis Guyader se substitue en quelque sorte au maire conservateur de l'époque à Ergué-Gabéric.

La réponse est bien sûr positive : « Je soussigné, Guyader Louis, propriétaire à Squividan, certifie, connaitre parfaitement le sieur Le Berre Alain, aide-cultivateur, depuis plus de trente ans chez Mr Le Roux, Louis, à Kerellou, qu'il a toujours servi avec beaucoup de zèle, qu'il a été, à plusieurs reprises, l'objet de récompenses de la part des pouvoirs publics, et qu'il n'y a rien qui empêche qu'il lui soit attribué la récompense dont il est parlé ci-contre.  »

Quelques jours après la cérémonie des récompenses, Alain Le Berre est victime d'un accident dans le cadre de son travail : « Le 18 courant, le nommé Alain Le Berre, âgé de 63 ans, aide-cultivateur au village de Kérellou, conduisait, sur la route de Coray, une charrette lourdement chargée de bois. À un moment donné, soit par suite d'un écart des chevaux, soit par suite d'un brusque coup de collier, le conducteur fut renversé à terre et une roue lui passa sur la jambe droite. Ce malheureux a eu le péroné brisé. . »

2 Transcriptions

Formulaire préfectoral

Préfecture du finistère. Cabinet du préfet. Liberté - Egalite - Fraternité. République française.

Confidentielle. À Monsieur Guyader au Squividan en Ergué-Gabéric.


Demande.

Quimper, le 28 avril 1896

Monsieur, je vous serai obligé de vouloir bien me faire connaître si rien ne s'oppose à M. Le Berre Alain, aide-cultivateur chez M. Le Roux, Louis, à Kerellou, en Ergué-Gabéric, obtienne à l'occasion du voyage de M. le Président de la République dans le Finistère la médaille d'honneur agricole.

Vous voudrez bien consigner votre réponse dans la colonne ci-contre.

Agréez, Monsieur, l'assurance de ma considération la plus distinguée.

Le Préfet, le chef de cabinet, R. Phildester


Réponse

Je soussigné, Guyader Louis, propriétaire à Squividan, certifie, connaitre parfaitement le sieur Le Berre Alain, aide-cultivateur, depuis plus de trente ans chez Mr Le Roux, Louis, à Kerellou, qu'il a toujours servi avec beaucoup de zèle, qu'il a été, à plusieurs reprises, l'objet de récompenses de la part des pouvoirs publics, et qu'il n'y a rien qui empêche qu'il lui soit attribué la récompense dont il est parlé ci-contre.

Squividan le 6 mai 1886, Guyader Louis.

 

Le Finistère 8 août 1896

Voici, en dehors des croix de la Légion d'honneur, les décorations et récompenses qui ont été décernées à l'occasion du voyage du Président de la République :

Arrondissement de Quimper.

Médailles d'honneur agricoles. Médaille de bronze.

Le Berre (Alain), à Ergué-Gabéric

Le Finistère 20 août 1896

Gazette bretonne. Finistère. Actes officiels.

À l'occasion du voyage du Président de la République, des médailles d'honneur agricoles ont été attribuées, dans le Finistère, aux personnes désignés ci-après :

M. Le Berre (Alain), ouvrier agricole chez M. Le Roux, à Ergué-Gabéric

Le Finistère 20 août 1896

Ergué-Gabéric. Le 18 courant, le nommé Alain Le Berre, âgé de 63 ans, aide-cultivateur au village de Kérellou, conduisait, sur la route de Coray, une charrette lourdement chargée de bois. À un moment donné, soit par suite d'un écart des chevaux, soit par suite d'un brusque coup de collier, le conducteur fut renversé à terre et une roue lui passa sur la jambe droite. Ce malheureux a eu le péroné brisé.

Transporté à la ferme, il est resté sans secours médicaux jusqu'au 19 au matin. Son maitre s'est alors décidé à le conduire en char-à-bancs jusqu'à Quimper, où il a reçu les soins de M. le docteur Olgiati.

Le Berre (Alain), à Ergué-Gabéric

3 Originaux

Lieu de conservation :

  • Archives Départementales du Finistère.
  • Cote 1 M 317.

Usage, droit d'image :

  • Accès privé et restreint aux abonnés inscrits.
  • Utilisation obligatoire d'un compte GrandTerrier autorisé et mot de passe valide.

4 Annotations

  1. Le Finistère : journal politique républicain fondé en 1872 par Louis Hémon, bi-hebdomadaire, puis hebdomadaire avec quelques articles en breton. Louis Hémon est un homme politique français né le 21 février 1844 à Quimper (Finistère) et décédé le 4 mars 1914 à Paris. Fils d'un professeur du collège de Quimper, il devient avocat et se lance dans la politique. Battu aux élections de 1871, il est élu député républicain du Finistère, dans l'arrondissement de Quimper, en 1876. Il est constamment réélu, sauf en 1885, où le scrutin de liste lui est fatal, la liste républicaine n'ayant eu aucun élu dans le Finistère. En 1912, il est élu sénateur et meurt en fonctions en 1914. [Ref.↑]
  2. Le « Courrier du Finistère » est créé en janvier 1880 à Brest par un imprimeur Brestois, Jean-François Halégouët qui était celui de la Société anonyme de « l'Océan » qui éditait à Brest depuis 1848 le journal du même nom, et par Hippolyte Chavanon, rédacteur en chef commun des deux publications. Le but des deux organes est de concourir au rétablissement de la monarchie. Le Courrier du Finistère est, de 1880 à 1944, un journal hebdomadaire d'informations générales de la droite légitimiste alliée à l'Église catholique romaine jusqu'au ralliement de celle-ci à la République. Il est resté ensuite le principal organe de presse catholique du département, en ayant atteint un tirage remarquable de 30 000 exemplaires en 1926. Rédigé principalement en français, il fait une place remarquable à la langue bretonne, qui est, alors, pour certains ruraux, la seule langue lisible, grâce à l'enseignement du catéchisme. Ayant continué de paraître pendant l'Occupation allemande (1940-1944), Le Courrier du Finistère fait l'objet d'une interdiction de parution. Pour lui faire suite, le diocèse de Quimper a suscité la création d'un hebdomadaire au contenu unique, mais sous deux titres, le Courrier du Léon et le Progrès de Cornouaille. [Ref.↑]
  3. Information et document communiqués par Pierrick Chuto, passionné d'histoire régionale, auteur de nombreux articles (Le Lien du CGF, La Gazette d'Histoire-Genealogie.com ... ) et de cinq livres sur le Pays de Quimper : § [ses publications] .. [Ref.↑]
  4. Victor Proudhon, préfet du finistère du 23 février 1890 jusqu'à septembre 1897. Il fut sous préfet à Saint-Dié-des-Vosges. Quant à la date de nomination comme préfet d'Indre-et-Loir, les biographes hésitent entre le 13.09.1897 et le 05.10.1884. [Ref.↑ 4,0 4,1]
  5. 09/10/1859 Ergué Gabéric (Pays : Mellenick ). Mariage de LE BERRE Alain Marie, né le 14/11/1833 à Penhars, Cultivateur, Fils de Pierre , présent et de ESPERN Anne, présente. Et de BIANNIC Marie Jeanne, née le 27/2/1834 à Langolen, Fille de Jean , présent et de LE VORCH Jeanne, décédée. Veuf, se marie le 27/08/1884 Ergué Gabéric (Pays : Mellenick ) avec GUENADOU Marie Anne, née le 2/5/1841 à Ergué Gabéric [Ref.↑]


Thème de l'article : Document d'archives sur le passé d'Ergué-Gabéric.

Date de création : Septembre 2015    Dernière modification : 24.09.2014    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]