1913 - Visites techniques de machines à papier en France et Allemagne - GrandTerrier

1913 - Visites techniques de machines à papier en France et Allemagne

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Archives   + fonds Mémoires des Papetiers
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
Où Jean-Pierre Rolland, contremaitre autodidacte, et Yves Charuel du Guérand, ingénieur, multiplient les visites et les demandes de renseignements dans des manufactures papetières françaises et allemandes, dans le but de comparer les techniques de fabrication et d'équiper les usines d"Odet-Cascadec en machines plus modernes.

Ces copies de lettres du contremaitre à son patron René Bolloré sont conservées dans la famille des descendants de Jean-Pierre Rolland.

Autres lectures : « Jean Pierre Rolland (1855-1914), papetier » ¤ « 1912 - Mariage de Pierrot Eouzan et Reine Rolland d'Odet » ¤ « 1911 - Fête du mariage de René Bolloré, photos panoramiques et convoi de charabans » ¤ « Chronique du début du siècle à Odet par Marianne Saliou » ¤ « 1922 - Discours de René Bolloré au Centenaire d'Odet » ¤ « L'entreprise Bolloré, Réalités Noël 1949 » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

La première lettre du 9 août 1913 est adressée à Michel Abadie, propriétaire d'une manufacture à papier à Theil-sur-Huisne (Orne), et signée « Yves Charuel, ingénieur en chef », lequel demande à son concurrent comment il utilise son appareil "Presto" de Schopper [1].

« Afin de bien suivre vos fabrications » : les papiers et pates à papier Abadie pouvaient faire l'objet de commandes de la part des établissements Bolloré, mais le dynanomètre de Schopper [1] pouvant mesurer jusqu'à 15 kg de force était prévu pour mesurer la solidité et qualité des papiers produits à Odet et Cascadec. D'ailleurs l'appareil commandé en 1913-14 était toujours utilisé à Odet en 1949.

Les cinq autres lettres du 20 au 26 septembre sont de la main de Jean-Pierre Rolland, contremaitre et chef de fabrication, adressées de Paris ou de Düren à son patron René Bolloré, pour le tenir au courant des constats faits au cours de ses visites techniques faites conjointement avec Yves Charruel.

Les premières lettres sont postées du « grand hôtel de la Gare du Quai d'Orsay à Paris », ce qui indique que les deux voyageurs étaient venus à Paris par le train. Les lettres parisiennes relatent la visite de la papeterie Durtal de Gouis (Maine-et-Loire) : « il nous a même conduit avec sa machine électrique jusqu'à la Gare de Gouis voir son dépot de pate, car il n'emploie pas un brin de chiffon ...une usine merveilleuse ».

 

Les lettres suivantes sont écrites de l'« Hotel Dürener Hof », entre Aachen et Cologne, dans une ville réputée pour ses nombreuses usines à papier dont la plus connue est Schoellershammer.

Les lettres photocopiées, et donc avec quelques mots manquants, illustrent très bien :

  • la maitrise technique du papetier autodidacte : aucun résultat de mesure, de vitesse, de qualité des pâtes produites par les piles à cylindres ne lui échappe.
  • son sens des formules dont certaines inspirées par sa langue bretonne maternelle : « il m'était impossible de demander aucune explication à aucun ouvrier en dehors de lui » (joli bretonnisme où les multiples négations [2] sont supposés renforcer le sens) ; « Nous préparons cet après-midi d'aller au delà des frontières car la grande corvée est encore là à faire ».
  • sa relation proche avec la famille Bolloré : « Nous avons diné hier au soir chez Monsieur Léon. Je suis très contant de l'avoir vu. Je l'ai trouvé très bien, un peu maigri mais très bonne mine.  » : il s'agit de Léon Bolloré, frère du précédent René (avec qui il mit au point la technique de fabrication du papier à cigarettes), oncle du patron en fonction depuis 1904.
  • son implication dans les décisions de fabrication : « Monsieur Baning nous promène, à droite à gauche, mais ça nous avance à rien. Il doit écrire et télégraphier à Monsieur pour essayer d'avoir la commande de la machine. », la mise en garde est motivée par des trucages dans les démonstrations de préparation de la pâte.

[modifier] 2 Transcriptions

Les textes transcrits ci-dessous contiennent des paragraphes ( § ) non déployés. Vous pouvez les afficher en un seul clic : § Tout montrer/cacher

Charuel, 9 août 1913

Odet, le 9 août 1913.

Monsieur M. Abadie, Paris. Monsieur,

Je vous confirme notre lettre d'hier. Afin de bien suivre vos fabrications, nous avons décidés l'achat d'un appareil "Presto" de Schopper [1].

Sur la feuille prospectus de Rabineau, nous voyons que cet appareil est constitué en 2 modèles, le 1er avec une échelle de force jusqu'à 1600 grammes, le 2e avec une échelle de force jusqu'à 15 kilos. Nous supposons que c'est le 2e modèle que vous avez, et par conséquent, celui que nous devons demander.

§ Voudriez-vous être assez aimable ...

P. R. Bolloré. Y. Charuel, Ingénieur en chef.

Rolland, 20.09.1913

Palais d'Orsay, grand hôtel de la Gare du Quai d'Orsay à Paris

Paris, le 20 septembre 1913.
Monsieur Bolloré.

Nous avons vu hier la machine faire des mandrins et couper des disques Chambon, il se sert de la colle de peau que M. Charuel a pris l'adresse du fournisseur. Il leur faut de la colle fraiche et employer toujours chaud, il y a un petit tuyau qu'il chauffe de l'eau continuellement dans une cuvette comme une machine à vapeur qu'il marche à air libre pour réchauffer cette d'eau conditionnée et pour emmagasiner de la vapeur pour ses machines à papiers. Monsieur Charuel vous donnera ses explications mieux que moi. Nous avons diné hier au soir chez Monsieur Léon. Je suis très contant de l'avoir vu. Je l'ai trouvé très bien, un peu maigri mais très bonne mine.

Nous préparons cet après-midi d'aller au delà des frontières car la grande corvée est encore là à faire.

En attendant d'autres détails, veuillez agrée mes meilleurs remerciements et mes souhaits de bonne santé.

Votre dévoué serviteur, Rolland.


Le 20 septembre 1923.
Monsieur Bolloré.

Nous avons visité hier la Papeterie Durtal accompagné(s) par le Directeur depuis la première marche jusqu'à la dernière, il m'était impossible de demander aucune explication à aucun ouvrier en dehors de lui [2]. § Du reste il a était(é) très très aimable ...

Rolland, 23.09.1913

Le 23 septembre 1913. Duren Allemagne.
Monsieur Bolloré

Avons vu la nouvelle pile en Quesleur ... nous aujourd'hui une très forte ... un poids de 10 kg serait rester sur la pate, et nous avons compter les vitesses de 10m, 12 et 13 mètres, le bruit du rouleau sur la platine est très sensible, il marche à 110 tours je crois/ § Le cylindre a 1m60 ...

 

Rolland, 25 septembre 1913, 1e lettre

Hotel Dürener Hof, Düren, den 25 septembre 1913.

Monsieur Bolloré

Nous avons passé l'après-midi à la papeterie à examiner cette pile qui me parai(t) très bien, pour la pâte de bois on ne peu(t) pas mieux, trouvant la chargé devant nous avec 300 kg par du bois bisulfite, 200 kg rognures et vieux papiers, 200 kg de kaolin. Nous avons calculer la vitesse à différentes reprises et on a trouvé de 10 à 12 à la minute avec une densité très forte, au moins 15 à 16 pour %. J'ai posé une barre de fer de 1m de long environ, 0.035 mm d'épaisseur et ça reste sur la pâte comme une barre de bois. La pile a mis 1 heure 1/2 à raffiner, plutôt à mélanger dans la pile, car le cylindre n'a jamais appuyer sur la platine d'après le nombre de tours que j'ai remonté les ... au moins, 0.006 mm entre la platine et le cylindre, malgré cette espace la pâte a tout (de) même raccourcis, avec la pate à chiffons, il y aura autres chose enfin nous saurons demain si la pate arrière a ...

§ Demain matin nous le passerons ...

Rolland, 25 septembre 1913, 2e lettre

Düren, le 25 septembre 1913

Monsieur Bolloré

Nous avons visité hier les ateliers de M. Goebel et vu ses bobines à mouvement différentiel, nous les avons vu en marche devant nous et l'une des bobines ... Mr Lacroix [3] de ... Angoulème ... je vous envoie un echantillon de papier de ses bobines. Les bobine de 24, 27, longueur 1550 m, diamètre 0,272 la coupe n'est aussi joli que bel et bobine pas dur j'ai senti les noyaux Beruyer dans 2 bobines sur une dizaine que j'ai examiné.Ses bobines ne donne(nt) de serrage que par freins : le seul avantage qu'ils ont est qu'ils sont serrés régulièrement, pas plus à la fin qu'au début. § Nous avons aussi vu couper les mandrins ...

Rolland, 26 septembre 1913

Hotel Dürener Hof, Düren, den 26 septembre 1913.

Monsieur Bolloré

Nous avons fait aujourd'hui l'essai de la pile Rabousse, chargé à 3 heures ... avec 520 # pate dure, arrêté à 4 heures pour raccourcir les courrois qu'il glisse ... en 3/4 heures d'arrêt. J'ai appuyé assez fort sur la platine qui ... était chaude à 20 degrès environ que tous ses pressions j'étais étonné de voir la pate chaude dans la pile il n'avait jamais ça ... leurs pates de bois et rognures. J'ai mis la pile à effleurer ... à 7 heures 20 du soir un 1/4 heure environ, et après je l'ai mis au dernier ... d'affleurage, et avant 8 heures la pile était très bien affleurée, ... pour compter à 2 heures 2/2 jusqu'à 8 heures ... 4 heures 1/2 pour raffiner et affleurer 520 # pate sèche ... à 90 % de pate ça fait 460 # de ... en 4 heures 1/2 et la pate bien mélangée comme je vous ... comme nous croyons que j'avais écrit à monsieur hier cette défiance. Baning a fait voir toutes les correspondances à M. Charuel, ils ont même mis de la peine pour cela sur la faute de la maison d'expédition qu'il doit pas être loin derrière.§ Nous avons également examiné les autres piles ...

[modifier] 3 Documents photocopiés

 

[modifier] 4 Annotations

Certaines références [Ref.↑] peuvent être cachées ci-dessus dans des paragraphes non déployés ( § ). Cliquer pour les afficher : § Tout montrer/cacher

  1. Louis Schopper était un chef mécanicien à Leipzig qui a inventé et fabriqué des appareils de mesure pour l'industrie papetière. Son nom est resté à la postérité au travers des degrés Schopper-Riegler (°SR), qui correspond à un indice d'égouttage d'une pâte à papier : plus elle retient l'eau, plus elle est raffinée. [Ref.↑ 1,0 1,1 1,2]
  2. Négations, expr. : l'emploi de multiples négations est un des traits distinctifs du français de Basse Bretagne. En breton, plusieurs éléments négatifs peuvent cohabiter et décliner les termes « nemed », « ket », « ken », « netra », « ebet », « nemeur ». Soit par exemple "il n'y avait nulle part aucun chemin", « Ne oa hent ebet neblec'h ». Mélanie Jouiteau, dans ses études sur les bretonnismes, cite un exemple gabéricois extrait d'une interview de Marjan Mao de Stang-Odet  : « Oui des fois il y avait un an j'allais pas aucun jour à l'école ». [Terme BR] [Lexique BR] [Ref.↑ 2,0 2,1]
  3. Rizla+ (pour « Riz Lacroix ») est une marque de papier à cigarette, créée en 1867 en France par Léonide Lacroix, issue de la famille Lacroix-Frères, papetiers d'Angoulême. [Ref.↑ 3,0 3,1]


Thème de l'article : Document d'archives sur le passé d'Ergué-Gabéric.

Date de création : Février 2016    Dernière modification : 7.06.2016    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]