1932 - Groupes d'ouvriers d'Odet à la noce de René-Guillaume Bolloré, studio E. Le Grand - GrandTerrier

1932 - Groupes d'ouvriers d'Odet à la noce de René-Guillaume Bolloré, studio E. Le Grand

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Photothèque
Rubrique : Photos familiales
Encyclopédie : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [développé]

Fotoioù kozh an Erge-Vras / Photothèque gabéricoise

Autres lectures : « Un mariage en grande pompe à Odet, Figaro et journaux locaux 1932 » ¤ « René Bolloré (1911-1999), résistant et entrepreneur » ¤ « L'histoire de la cité de Keranna par Henri Le Gars » ¤ « Henri Le Gars, employé aux usines Bolloré en novembre 1939 » ¤ « Chronique du début du siècle à Odet par Marianne Saliou » ¤ « PAOTRED-DISPOUNT - Cent ans de jaune et noir, 1913/2013 » ¤ « Marie Blanchard (1896-1976), sage-femme » ¤ « DOUGUET Jean-François - Etienne Le Grand, un regard breton dans la Grande Guerre » ¤ 

[modifier] Présentation

Les photos ci-dessous ont été prises le 22 septembre 1932 près du bâtiment du patronage de Keranna où était servi le repas pour les ouvriers - au nombre de plus de 400 selon les journaux - de la papeterie d'Odet, à l'occasion des noces de René-Guillaume Bolloré et de Denise Rivière [1]. On y reconnaît des figures connues du quartier d'Odet, sur leur trente-et-un [2] et fières d'être à la fête.

 

Les clichés ont été pris et édités par le studio quimpérois «  E. Le Grand » [3] comme l'atteste son tampon blanc. Le fondateur Etienne Le Grand (1885-1969) s'était sans doute personnellement déplacé pour le compte des Bolloré car il était natif de Menez-Groaz, lieu-dit très proche de Keranna et d'Odet.


[modifier] Photo n° 1 - Le Gars, Niger, Quéré et Brénéol

C'est Henri Le Gars, né en 1923, qui a identifié les personnes de cette première photo, quelques-uns d'entre eux étant de sa famille proche. Merci à Gwen Huitric qui a réalisé ce travail de collectage lors de la fête du centenaire des Paotred-Dispount.

 

Invités au repas de noce : 1, 2, 3, 4, 6, 8.
Non participants de par leur âge ou de leur statut : 5, 7 et 9.

  • 1 Mon père, Yves Le Gars, Keranna
  • 2 Mon grand-père maternel, Grégoire Niger, Ti-Ru
  • 3 Mon oncle Jean-Marie Quéré, Stang-Venn
  • 4 Jean-Marie Brénéol, dit « la barraque » [4]
  • 5 Mon cousin Jean-René Saliou, Stang-Venn
  • 6 Ma tante Josephe Niger, épouse J.M. Quéré
  • 7 Ma cousine Yvonne Le Gars, L'Ile-Tudy, en vacances chez moi
  • 8 Mon cousin Pierre Quéré, fils de J.M. et Josephe Niger
  • 9 Ma tante Josée Niger, épouse de Louis Niger [5]


[modifier] Photo n° 2 - Mauguin, Yves Blanchard et Pierre Le Bihan

Qui reconnaitra les gamines de part et d'autre et nous confirmera le nom du garçonnet au premier plan ?

  • 1 Gamine
  • 2 Marie Jeanne Lennon née Le Floc'h
  • 3 Catherine Saliou
  • 4 Louis Menn, Ti Coat
  • 5 Mauguin, jardinier de Bolloré, Keronguéo
  • 6 ? [6]
  • 7 Alain Niger
  • 8 Yves Blanchard, Keranna [7]
  • 9 Laurent Riou, Stang Venn
  • 10 Corentin Marc, Kéranguéo
  • 11 Jean Menn, Quilihouarn
  • 12 Roselyne Tandé, née Hemidy, Odet
  • 13 Alain Tandé, Keranna
  • 14 Gamines
  • 15 Pierre Le Bihan [8]
          11   14  
      10 12 13   15
                   

[modifier] Annotations

  1. Première épouse de René-Guillaume Bolloré : Denise Rivière née le 28 avril 1914 à Fontenay (94). [Ref.↑]
  2. Se mettre sur son trente et un (31) : Mettre ses plus beaux habits. Les auteurs de livres sur les expressions sont tous d'accord pour dire que l'origine de cette expression reste mystérieuse. Les interprétations sont variées, depuis une déformation du mot 'trentain' qui désignait un tissu de qualité supérieure (mais les dates d'usage de ce mot -jusqu'au XVe siècle- et d'apparition de l'expression -XIXe siècle- ne concordent pas), en passant par un numéro oublié d'un uniforme militaire de cérémonie, ou une réduction inexpliquée de trente-six (quatre fois 'neuf', donc forcément très beau -on disait aussi se mettre sur son trente-six-) jusqu'à un jeu de cartes où le fait d'atteindre le chiffre trente et un était ce qu'il y avait de plus beau. Source : Expressio.fr. [Ref.↑]
  3. Etienne Le Grand est né à Menez-Groas en Ergué-Gabéric le 9 février 1885, son père étant domestique de ferme, puis maçon, et sa mère issue d'une famille de tailleurs de pierre ou maçons. Son père décédé en 1885, il fut élevé à Keruel, près de Lestonan, d'où son oncle maçon est appelé à construire les écoles communales de la région. Il démarre comme stagiaire en 1889 chez le photographe quimpérois Joseph Villard. Il se marie le 19 février 1911 avec Catherine Bourhis. Il poursuit sa passion de la photo quand il fait son service au 102e régiment d'artillerie, puis lors de son incorporation en 1914 au 318e. De retour de la guerre, Etienne Le Grand retourne chez Villard, puis ouvre un atelier en 1920. En 1922 il installe ses studios au 8 place Terre-au-Duc. En 1947 il passe la relève à son fils aîné et prend sa retraite. Il s'éteint à Quimper le 15 avril 1969. [Ref.↑]
  4. Commentaire de Guy-Dominique Le Gars : « L'homme au bouc blanc, chapeau à la main, s'appelle Jean-Marie Brénéol qui travaillait à la caisserie, un ami de la famille d'Henri. ». [Ref.↑]
  5. Louis Niger était responsable du garage Renault, route de Pont-l'Abbé à Quimper, devenu cinéma après transfert. [Ref.↑]
  6. On a pensé un moment qu'il s'agissait du jeune Georges Boennec, fils de Pierre (ce dernier travaillait comme comptable à l'usine et habitait Ty-Ru). [Ref.↑]
  7. Yves Blanchard employé à la papeterie et mari de Marie Blanchard, la sage-femme de Keranna. [Ref.↑]
  8. Pierre Le Bihan était le gendre de Roselyne Tandé (3ème à partir de droite) et chantre attitré de l'église du bourg. Blessé de guerre, avec un pied bot, il se déplaçait en tricycle aménagé, une manivelle à main étant relié aux roues. [Ref.↑]


Thème de l'article : Photographie d'antan

Date de création : février 2010    Dernière modification : 1.02.2017    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]

Conformément à l'article 9 du Code civil, aux recommandations de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) et aux articles 26 et 27 de la Loi no 78-17 du 6 Janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, toute personne nommément citée peut exercer son droit de modification, de rectification ou de suppression des informations la concernant par courrier électronique envoyé à l'adresse suivante : adminat.gifgrandterrier.net.