1946-1952 - Ecole communale des garçons au bourg - GrandTerrier

1946-1952 - Ecole communale des garçons au bourg

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : ImageSonVidéo
Rubrique : Photos familiales
Encyclopédie : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [développé]

Fotoioù kozh an Erge-Vras / Photothèque gabéricoise

Autres lectures : « Pierre Autret et son épouse, instituteurs de 193x à 195x » ¤ « 1883-1885 Construction de l'école des garçons au Bourg » ¤ « 1807-1849 - Le projet des premières écoles communales au bourg » ¤ « 1849-1887 Construction de la future école communale des filles au Bourg » ¤ « Les souvenirs de Jean Thomas à l'école primaire du bourg » ¤ « Douric, Dourig Piriou » ¤ « Pont Banal » ¤ 

Sommaire

[modifier] 1 Présentation

Voici trois premières photos de ces années d'après-guerre à l'école du Bourg qu'on appelle aujourd'hui communément l'école du Douric [1].

Si vous vous reconnaissez ou identifiez l'un des écoliers, vous pouvez compléter la liste des noms, soit directement sous la photo, soit en page de discussion, en indiquant le n° du tableau.

 

Et bien sûr, cerise sur le gâteau, vous pouvez nous communiquer par mail des anecdotes inédites de ces années-là, sur la vie pendant ou après l'école, sur les instituteurs, ...

Sans oublier, si vous avez d'autres photos, n'hésitez point ...

[modifier] 2 Témoignages

Photos d'écoles

  • « En consultant hier les dossiers du "Grand Terrier", je suis tombé sur les photos d'écoles ; à ma surprise il n'y en a pas de l'école municipale de garçons du Bourg. Dans mes archives j'en ai une que je situe en 1944, compte tenu que des gamins d'un an plus jeunes que moi y figurent et que j'évalue mon âge à 6 ans (ou huit ?). », PR.
  • « Nous avons tous conservé la photo de cette classe, mais nous ne nous voyons quasiment plus. Je n'ai pas vu P.R. depuis l'enterrement de sa mère, et cela fait maintenant près d'une dizaine d'années ! Il est dommage que nous n'ayons pas pensé faire une amicale des anciens élèves de la communale du bourg que, pour ma part, j'ai quittée à onze ans et il y a 66 ans de cela. », RF.
  • « Non, je ne serai certainement pas le plus compétent pour identifier cette classe de 1946, n'étant rentré à l'école du bourg qu'en 1948. Bien sûr certains visages me semblent évidents, mais je pense que Jean Le Reste, Jean et Raymond Feunteun, François Nédélec, Hervé le Yaouancq etc. qui semblent y figurer seraient plus à même que moi. J'ai par contre une photo de 1952 ... », YN.
  • « On n'a pas attendu Internet et cet e-mail pour identifier les anciens élèves de l'école du bourg. C'est FN qui, sachant que j'avais la photo, m'avait demandé de le faire et de lui communiquer les noms, il y a quelques années de cela. La seule correction qu'il m'ait faite concernait le nom du petit blond qui se trouve au premier rang (4ème, à partir de la gauche) qui était hébergé pendant la guerre chez un voisin de son cousin, René Duvail de Kéroué. », RF

Instituteurs

  • « La photo datant de l’année scolaire 1946-1947, c’est la dernière année que j’ai passée au bourg, dans la classe de l’ancien directeur, Pierre Autret [2] (et aussi Madame Autret), un homme à qui je suis redevable de la base de ma formation intellectuelle et morale. », JLR.
  • « Dommage que les instits ne soient pas sur les photos de classe avec leurs élèves : Monsieur Autret, directeur, "les grands", classe du certificat d'études primaires ; Madame Autret, "les petits", et Madame Guillamet, "les moyens". Et c'est avec beaucoup d'émotion que je vois cette photo-portrait des époux Autret, des "pros" de l'enseignement ! », HYB.
  • « La voiture de notre Maître (Monsieur Autret), une Peugeot, était restée sur cale pendant la guerre dans le garage attenant aux logements des instituteurs. En 1946 ou 47, un ouvrier (du garage Peugeot de Quimper?) était venu la remettre en état. Je le vois encore taper sur le réservoir démonté pour en détacher la rouille. La titine allait retrouver une seconde vie ! », HYB.
  • « Je me rappelle que pour "illustrer" sa leçon sur le Moyen Age et plus précisément sur les impôts que percevaient les seigneurs, dont les "banalités" qui ressemblaient un peu aux droits d'octroi qui, eux, ont perduré, Monsieur autret nous avait parlé de Pont-Banal [3]. Pour lui ce pont sur le ruisseau du Douric en bas du bourg se trouvait à la limite des seigneuries de Lézergué et de Pennarun et c'est là que l'on percevait le fameux impôt "banal" sur les personnes qui le franchissaient. », RF.

Vie de l'époque

  • « En cette période d'après guerre à l'école des garçons du bourg, les conditions pouvaient être difficiles, surtout pour les trajets en hiver pour ceux qui n'habitaient pas le bourg (on n'en était pas aux transports scolaires!). », YN
  • « Ceux qui étaient cette année-là dans leur douzième année les enfants de la communale du bourg , faisaient aussi leur communion solennelle tout comme ceux des autres écoles de la commune et le Recteur était Monsieur Gustave Guéguen. Je me souviens de cette journée ; le recteur avait fait des commentaires sur chacun des communiants, et certaines mamans n'avaient pas apprécié. Quand on dit aux vêpres que tel enfant de la campagne préfère aller chercher des nids que d'apprendre son catéchisme on peut comprendre ! », RLR.
 
L'école vue du ciel en 1976
L'école vue du ciel en 1976
M. et Mme Autret, instituteurs
M. et Mme Autret, instituteurs

Cour de récréation

  • « Il y avait en haut de la cour de récréation une pompe. Avant le départ de l'école, le soir, un "ancien", de la classe du "certif" sans doute, bouchait avec sa main la sortie normale, tandis qu'un autre pompait avec entrain. Par un petit orifice de mise à l'air, ou gicleur de surpression situé à l'opposé, un jet puissant arrosait la cour sur 5 à 6 mètres. Certains allongeaient même la zone mouillée en apportant de l'eau avec les mains! Le lendemain matin nous avions une belle piste de glissades! On se lançait sur la partie sèche, et si tout se passait bien on parcourait la piste en gardant l'équilibre, sinon il y avait quelques bleus en perspective. C'était génial ! Je crois deviner la pompe sur la vue aérienne de 1976, sous le feuillage du tilleul du haut, à l'arrière. », HYB.
  • « A l'époque la cour n'était bien sûr pas goudronnée. Sous les tilleuls, côté sud, se trouvaient l'emplacement des jeux: Quatre trous aux sommets d'un carré d'environ 1m20 x1m20 plus un cinquième au milieu. Sur le sol nu, soigneusement nettoyé on lançait les billes tenues entre le pouce et l'index de trous en trous, puis au centre quand on avait terminé le tour. Du golf miniature en quelque sorte! A l'heure de la récré c'était la course pour occuper les meilleurs circuits. Il ne fallait pas oublier les billes à la maison ! Avions nous la tête à étudier? », HYB.
  • « Les tilleuls qui bordaient la cour étaient de "vrais" tilleuls, ceux qui donnent des fleurs odorantes qui servent à faire des tisanes. La cour embaumait en fin de printemps. Je me souviens d'avoir, avec mes camarades de classe participé à la collecte des fleurs sur des basses branches taillées, pour le compte de Mr Bihannic, boulanger au bourg (chez qui il avait le téléphone public), qui nous récompensait en bonbons. La récolte terminée nous nous mettions en rang, et il passait devant nous en donnant un bonbon à chacun, puis repassant jusqu'à épuisement du paquet! », HYB.

[modifier] 3 Classe de 1946-1947

      46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56      
    33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45    
  17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32
2 3 4 5 6 7   8 9 10 11 12 13 14 15 16
 


1er rang :

  • 1 Jean Guillamet
  • 2 Jean Lennon
  • 3 René Kergourlay (Keroué)
  • 4 Hervé Le Yaouanck (Kerellou)
  • 5 Pierre Le Floc'h
  • 6 Louis Le Roux [4] (Bohars)
  • 7 Pierre Riou
  • 8 Jean Claude Chatalic
  • 9 Louis Le Grand
  • 10 Pierre Lannurien
  • 11 Jean-Louis Feunteun
  • 12 Yves Le Moal [5]
  • 13 François Nédélec [6] (Bourg)
  • 14 Hervé Yves Balès
  • 15 Maurice Conan
  • 16 Guy Yaccusi

2e rang :

  • 17 Jean Conan
  • 18 René Le Roux
  • 19 Yvon Le Meur
  • 20 François Guéguen
  • 21 Pierre Heydon
  • 22 Pierre Poupon
  • 23 Hervé Queffurus
  • 24 Roger Le Page
  • 25 René Le Meur
  • 26 Pierrot Roumégou [7]
  • 27 René Le Berre (Lenhesq)
  • 28 Louis Huitric [8]
  • 29 Pierre Espern
  • 30 François Le Meur
  • 31 Louis Barré
  • 32 Paul Balès

3e rang :

  • 33 Emmanuel Garrec
  • 34 Marcel Huitric (Boden)
  • 35 Jean Feunteun
  • 36 Henri Pérès
  • 37 Marcel Lannurien
  • 38 Louis Le Yaouancq
  • 39 René Guéguen
  • 40 Laurent Le Grand
  • 41 Joseph Le Blond
  • 42 Yves Picard
  • 43 Jean Le Berre
  • 44 André Kergourlay
  • 45 Jean Le Meur

4e rang :

  • 46 Raymond Feunteun
  • 47 Alain Pétillon
  • 48 Laurent Le Moigne
  • 49 Jean Gouérec
  • 50 Alain Rannou
  • 51 Louis Le Meur
  • 52 Jean Tallec
  • 53 Jean Le Reste [8] (Bourg)
  • 54 Jean Jacq
  • 55 René Duvail
  • 56 Yves Guyader (Bourg)


[modifier] 4 Classe de 1948

      39 40 41 42 43 44 45 46 47      
24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38
    13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23    
1 2 3   4 5 6   7 8 9 10   11 12


1er rang :

  • 1 Alain Thépaut
  • 2 Pierre Lannurien ?
  • 3 Pierre Floc'h
  • 4 Jean-Louis Kervran ? (Moulin de Pont Marc'had)
  • 5 Louis Le Roux [4] (Bohars)
  • 6 François Nédélec (Bourg)
  • 7 Louis Barré
  • 8 Yves Le Moal
  • 9 Hervé Yves Balès
  • 10 René Kergourlay
  • 11 Maurice Conan
  • 12

2e rang :

  • 13
  • 14 Pierre Riou
  • 15
  • 16 Jean Louis Feunteun
  • 17
  • 18
  • 19 Roger Le Page ?
  • 20 Louis Huitric
  • 21 François Le Meur
  • 22 Paul Balès
  • 23 Jean Lennon

3e rang :

  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28 Anain Rannou
  • 29
  • 30 Feunteun
  • 31
  • 32 Henri Pérès
  • 33
  • 34
  • 35
  • 36
  • 37
  • 38

4e rang :

  • 39 Pierre Heydon
  • 40 François Guéguen
  • 41 (René) Le Roux ? (Lezouanac'h)
  • 42
  • 43
  • 44
  • 45 Pierrot Roumegou
  • 46
  • 47

[modifier] 5 Classe de 1952

    21 22 23 24 25 26 27 28    
12   13 14 15 16   17 18 19 20  
  2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


1er rang :

  • 1 Germain Kervran (Moulin de Pont Marc'had)
  • 2 Roger Troalen (Bourg)
  • 3 André Pétillon (Meil Faou)
  • 4 Martial Jeannès (Bourg)
  • 5 André Le Tellier (Bourg)
  • 6 Roland Poupon (Bourg)
  • 7 Maurice Quéau (Ménez Castel)
  • 8 Marcel Le Moigne (Bourg)
  • 9 Laurent Le Reste (Bourg)
  • 10 Jean Nédélec (Bourg)
  • 11 Yves Kervran (Moulin de Pont Marc'had)

2e rang :

  • 12 Yves Thomas (Bourg)
  • 13 Jean-Claude Kéraval (Kerjean)
  • 14 Maurice Conan (Kerdilès)
  • 15 Pierre Rien (Mélennec)
  • 16 Jean Rien (Mélennec)
  • 17 Louis Le Roux (Bohars) [4]
  • 18 Hervé Le Yaouancq (Kérellou)
  • 19 Pierre Pétillon (Méouet Vras)
  • 20 Pierre Rannou (Kerlavian)

3e rang :

  • 21 Jean Coic (Pennarun)
  • 22 Roger Henvel (Ty Névez Kernévez)
  • 23 François Le Roux (Bohars)
  • 24 José Caradec (Kéristin)
  • 25 Yves Nicot (Croix Rouge)
  • 26 Yves Perchec (Kérourvois)
  • 27 Jean-Louis Kervran (Moulin de Pont Marc'had)
  • 28 René Huitric (Kerroué)

Instituteur et directeur (absent de la photo) : M. Quéffélec

[modifier] 6 Annotations

  1. Le « Douric » (de « dour » signifiant "eau" en breton), s'appelait autrefois « Douric Piriou ». C'est un petit ruisseau qui prend sa source du côté de Lézergué, passe au bas de la colline au nord de l'école communale des garçons (prairies de la ferme Leroux), coupe la descente en bas de la route devant l'école, passe dans les prairies de Pennarun, traverse la route Quimper/Elliant au bas de la cote de Pennarun avant de se jeter dans le jet. On peut penser que la mention "Piriou" venait du nom du propriétaire d'une des prairies traversées par le ruisseau. Quant à l’appellation d'école du Douric, les anciens de 1946-47 sont un peu critiques : « L'école n'a jamais eu un autre nom que celui d'école des garçons ; comme elle était seule, ça suffisait, et donc on le l'appelait pas l'école de la rue du Douric » [Ref.↑]
  2. Pierre Autret et son épouse (prénom ?), originaires de ?, ont été nommés instituteurs à l'école communale du bourg d'Ergué-Gabéric en 193x. Jean Thomas, entré à l'école en 1934, témoigne : « Monsieur Autret gardait les candidats au certificat le soir après la classe pour les faire travailler, et grâce à lui j'ai eu mon certificat ». Pierre Autret est mobilisé en 1939, et reviendra enseigner au bourg à son retour de la guerre. Le couple d'instituteurs était très apprécié par leurs élèves. [Ref.↑]
  3. Il y a plusieurs explications pour le toponyme Pont-Banal, un pont qu'on remarque à peine en arrivant au bourg et qui enjambe le ruisseau du « Douric » : le pont près d'un champ de genêts, le pont soumis à droits de banalité, ou le pont d'une terre vague et vaine. Laquelle explication est la plus plausible ? Article toponymique détaillé : « Pont Banal ». [Ref.↑]
  4. Louis Le Roux né en 1939 à Bohars est mort pour la France lorsqu'il était soldat appelé en Algérie : « Louis Le Roux (1939-1961), jeune appelé mort en Algérie ». [Ref.↑ 4,0 4,1 4,2]
  5. Yves Le Moal est le fils l'institutrice de l'école laïque de filles, alors en face de la boulangerie. [Ref.↑]
  6. François Nédélec, fils du boulanger, reprit au bourg le commerce de Catherine et Thérèse Balès, sœurs de Fanch le résistant. [Ref.↑]
  7. Pierre Roumégou est le fondateur du Bagad de Lann-Bihoué et fut fabricien et correspondant local du Télégramme. [Ref.↑]
  8. En 1983 lors des élections municipales d'Ergué-Gabéric, deux élèves, Marcel Huitric pour la gauche, Jean Le Reste pour la droite et le centre, vont s’affronter pour un mandat de maire. Jean Le Reste va l’emporter au 2e tour par 51,1% des scrutins. [Ref.↑ 8,0 8,1]


Thème de l'article : Photographie d'antan

Date de création : août 2014    Dernière modification : 26.08.2015    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]

Conformément à l'article 9 du Code civil, aux recommandations de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) et aux articles 26 et 27 de la Loi no 78-17 du 6 Janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, toute personne nommément citée peut exercer son droit de modification, de rectification ou de suppression des informations la concernant par courrier électronique envoyé à l'adresse suivante : adminat.gifgrandterrier.net.