Beg Ménez, Beg ar Menez - GrandTerrier

Beg Ménez, Beg ar Menez

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


Forme française Beg Ménez
Forme bretonne Beg ar Menez
Signification "extrémité de la montagne"
Décomposition Beg pour "pointe, embouchure, bout", et Menez "montagne, terre froide"
Relevés 1678, 1790, 1834
Référentiel : « Cartographie, cartes anciennes » ¤  « Index des toponymes » « Étude de Bernez Rouz sur les noms de lieux d'Ergué-Gabéric » ¤ « Dictionnaire des noms de lieux bretons d'Albert Deshayes » ¤ 

[modifier] 1 Géolocalisation du village

Coordonnées géographiques : 48° 1' 34.68" N 4° 1' 48.03" W (lat. 48.026299, long. -4.030008)

Cartographie du lieu-dit : « Géo.Beg Ménez »

[modifier] 2 Explications toponymiques

Dans le Cahier n° 9 d'Arkae publié en 2007, Bernez Rouz explique l'origine du lieu-dit comme suit :

Beg ar Menez

Orthographe Année Source (cf. ) Référence, côte
Bec ar Menez 1678 [1] Registre paroissial Ergué-Gabéric
Bec ar Menez 1834 A.C.E.-G. Ancien cadastre
Beg ar Menez 2002 I.G.N.  

Beg ar Menez désigne le bout de la montagne. Beg est un emprunt au vieux français bec qui signifie bout, extrémité de. Il a remplacé Penn qui a le même sens en toponymie. Menez se traduit habituellement par montagne. Il s'agit ici d'une simple colline de forme arrondie qui culmine à 131 mètres. On trouve donc à Ergué deux toponymes presque synonymes à moins d'un km de distance Penn an Nec'h et Beg ar Menez.

Pour le lieu-dit, Bernez Rouz avance l'explication suivante dans son mémoire en breton :

ANVIOU O TENNAN D'AN UHELDER
a) MENEZ
-- Bec ar menez Image:Begmenez-phonétique.jpg (Beg ar Menez) e 1678 : Bec ar Menez
N'emañ ket Beg ar Menez war-benn laez ar menez e-giz ma vije bet gortozet. Pa seller ouzh krommennoù an uhelder e teu war ur seurt genou hag a vije reishoc'h amanñ marteze troiñ Beg ar Menez gant "bouche de la montagne" ha n'eo ket "point, bec, bout, extrémité" e-giz eur boas da droiñ anezhan.

Dans le bulletin de la commission d'Histoire en 1980, il résume ainsi : BEG AR MENEZ, "le bout de la montagne".

Pour le mot "Beg", Albert Deshayes détaille l'origine toponymique page 33 de son dictionnaire des noms de lieux bretons :

PARTIE "Décrire la nature"
Chapitre "Des repères topographiques"

Nous désignons par cette appellation tous les termes à valeur topographiquequi servent à localiser les villages et lieux-dits par rapport à un second à valeur descriptive. Le plus courant est de loin penn mais on note aussi beg, les et lost.

Beg "pointe, embouchure" issu du moyen breton bec est comme son homologue français bec mais au ses plus restreint un emprunt au gaulois becos. Il apparaît comme un synonyme de penn et s'associe à quelques cinquante-quatre termes différents dont awel "vent" à vingt-deux reprises ..., lann "lande" à vingt-trois, menez à quinze, ros à quatorze, puis kroas à cinq, etc. Le composant peut être un : terme descriptif ..., élément du paysage ..., cours d'eau ..., un qualificatif ...

Ce terme est employé seul dans Bec en Quimper-Guézennec (22), en dérivation ..., et en position enclitique ...

A propos du terme "Menez", Albert Deshayes explique dans son Dictionnaire des noms de lieux bretons page 37 :

PARTIE "Décrivons la nature"
Chapitre "Le relief"


Menez s'applique naturellement à une "montagne" mais, en toponymie, son sens a fortement dévié et désigne, dans le Léon, la partie éloignée du bourg paroissial et ailleurs la partie située aux issues d'un village. Dans les actes anciens, elle est qualifiée de "montaigne", c'est à dire de "terre froide". C'est pour cette raison que les lieux en Ménez s'appliquent aussi bien à des terres accidentées, en pente ou parfois plates, avec comme point commun d'être impropres à la mise en culture. La plupart des lieux actuels sont d'anciens microtoponymes, d'anciennes parcelles que l'on a loties et ne sont pas, de ce fait, toujours attestés dans les actes sauf en cas d'inventaire.
Ce terme issu du vieux breton monid correspond au gallois mynydd et au cornique meneth.

[modifier] 3 Annotations

  1. Il faudrait ajouter la référence suivante : Bec a menez, 1790, A.D.F.., 10 L 168 recensement [Ref.↑]