Blog 09.11.2019 - GrandTerrier

Blog 09.11.2019

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Image:Right.gif Les billets récents du Blog de l'actualité du GrandTerrier

[modifier] Le son des cloches de Kerdévot

Billet du 09.11.2019 - Enquête sur les caractéristiques et les origines des cloches historiques de Kerdévot : un grand merci à Jean-Yves Cordier pour ses connaissances sur les fondeurs finistériens et à Vincent Gaudemard de l'association des fabriciens et amis de Kerdévot pour ses clichés de la cloche Le Moine.

Kerdévot a la chance d'avoir toujours ses deux cloches anciennes opérationnelles, l'une fondue en 1704 par François Le Moine, et l'autre coulée en 1803 à Nantes par un fondeur dénommé Lambert. Le son des deux cloches lors du dernier pardon le 8 septembre 2019 dernier :

La plus grande des cloches, suspendue du côté sud du clocher, fait 93 cm de diamètre et est ornée d'un médaillon de l'Immaculée-Conception. « On voit très bien aussi les emblèmes servant de séparation entre les mots, la croix pattée, la fleur-de-lys, et l'hermine » complète Jean-Yves Cordier, auteur d'une étude documentée sur les fondeurs de cloches de l'ancien-régime en Finistère sur son site www.lavieb-aile.com.

Les inscriptions gravées sur la première cloche de Kerdévot sont en deux parties (cf photos dans l'article) :

Partie haute : "Me IAN BAUDOUR recteur d'Ergué Gabel"

Parte basse : "François LE MOINE m'a faite en l'année 1704"

Jean Baudour, originaire de Lannilis, est prêtre et recteur de la paroisse d'Ergué-Gabéric pendant 38 ans, de 1678 à 1716. Il a consigné de nombreuses observations dans ses registres paroissiaux, lesquelles ont été transcrites et analysées par le mémorialiste Antoine Favé.

Le fondeur de Kerdévot en 1704, François Le Moine ou Lemoyne, est réputé être « fondeur du Roy à Brest », ce qui veut dire que, vraisemblablement, la cloche de Kerdévot a été fondue dans une des fonderies brestoises.

D'autres fondeurs Lemoine, sans doute apparentés, sont originaires des fonderies très célèbres de Villedieu-les Poêles en Basse-Normandie : Pierre Antoine Le Moyne aurait réalisé la cloche de l'hôtel de ville de Paris détruite en 1871.

La vie familiale et civile du très discret finistérien François Lemoine est absente des registres BMS (Baptêmes, Mariages, Sépultures), seules ses œuvres de « maître saintier » (synonyme de fondeur) sont connues. Il exerce principalement en région quimpéroise, car en 1702 il livre une cloche pour Briec ; en 1706, une cloche pour Plogonnec ; en 1708, la cloche « Le Sébastien » de Saint-Mathieu de Quimper. Et avec son collègue Thomas Le Soueff, François Le Moyne livre en 1701 la cloche nommée « Corentin » de la cathédrale de Quimper.

Il réalise également une cloche pour Plogonnec en 1733 avec Etienne Lemoine (1705-1771) de Quimper, lequel n'est pas son fils, mais peut-être son neveu : le père d'Etienne, Julien, était-il un

 

frère de François ? Peut-être seraient-ils venus tous deux de Normandie ce qui explique leurs absences respectives dans les registres BMS finistériens.

La deuxième cloche de Kerdévot, fondue en 1803, soit 99 ans après après celle de François Le Moine, est suspendue du côté nord du clocher, et fait 76 cm de diamètre, avec cette double inscription gravée :

"Dédiée à Saint Jean l'Evangeliste, Mr A.L. DUMOULIN, Recteur d'Ergué-Gabéric. GEROME CREDOU, fabrique de Kerdévot"

"LAMBERT m'a faite à Nantes l'an 1803"

La cloche a été livrée après la période troublée de la Révolution, sous les hospices du recteur Alain Dumoulin de retour de son exil en Bohème, et du fabricien Jérôme Crédou. L’événement, à savoir par exemple le remplacement d'une cloche fêlée ou défectueuse, ayant provoqué la commande de 1803 n'est pas connu. Et le fondeur Lambert n'est pas précisément identifié pour l'instant, ni la fonderie nantaise qui a produit la cloche.

En savoir plus : « Les deux cloches multiséculaires de la chapelle de Kerdévot »