Blog 14.03.2015 - GrandTerrier

Blog 14.03.2015

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Image:Right.gif Les billets récents du Blog de l'actualité du GrandTerrier

[modifier] Harpe celtique, ragoût spartiate

« Faisons le tour de ce qu'on sait de la harpe en Bretagne aux XIIIe, XIVe et XVe siècles ... Pour les instruments de petite dimension le nombre de cordes ne dépassait guère sept ... », Alan Stivell et Jean-Noël Verdier

Billet du 14.03.2015
Billet du 14.03.2015

Le découvreur infatigable Pierrick Chuto nous écrit : « Ci joint le Courrier du Finistère N° 554 du Samedi 20 septembre 1890. Peux-tu nous renseigner sur le ragoût noir qui aurait plu aux spartiates sous les tentes de Kerdévot ? »

En effet ce journal catholique ne manquait pas de relater chaque année le pardon de Kerdévot : « Ce pardon, déjà très ancien, est sans contredit la plus vaste et la plus noble expression de notre antique foi bretonne ... Les femmes chantaient des cantiques bretons et la fête religieuse s'est terminée par la bénédiction du Très-Saint-Sacrement. »

Et sur le placître de la chapelle c'est la fête païenne, donc le fameux ragoût noir servi sous les toiles des stands des restaurateurs. Et le journaliste de faire le parallèle avec le plat antique des spartiates. Plutarque indique que « parmi les plats, celui que spartiates apprécient le plus est le ragoût noir ; c'est au point que les vieillards ne demandent même pas de viande ; ils la laissent aux jeunes et font leur dîner du brouet qu'on leur verse. » C'est pour les Grecs un véritable sujet de curiosité. Le plat était composé de viandes rôties de chèvre et porc, de sel, de vinaigre et de sang, ce bouillon cuit à feu doux pendant des heures ayant cette couleur noire caractéristique.

Aux 19e et 20e siècles, le ragoût de Kerdévot était, quant à lui, constitué de viande de bœuf : «  D'autres se ravitaillaient dans des stands où on trouvait de la soupe, du ragoût de bœuf, du café », Pierre Roumégou, 1980.

Quant à la très belle photo de la harpe celtique, elle est de Jean-Yves Cordier, sur son blog sur la nature et le patrimoine finistèriens, au rythme de ses promenades et découvertes inédites, notamment à Ergué-Gabéric où il passe de temps en temps, comme en septembre dernier le jour du pardon de Kerdévot, photographiant sous toutes ses coutures le retable et annotant de ses connaissances et observations.

Parmi les très beaux clichés, sur le panneau supérieur du « Couronnement de la Vierge », on remarque ceux des quatre anges et musiciennes tenant guitare, harpe, orgue et flute. Et il évoque même son émotion devant l'une d'entre elles : « J'avoue que je suis tombé amoureux de cet ange au regard inspiré si typique de celui d'une musicienne accordant son jeu à celui des autres joueurs ». On se refèrera aussi à l'ouvrage savant d'Alan Stivell et Jean-Noël Verdier, incluant un cliché de la même harpe d'origine celtique de Kerdévot.

En savoir plus : « Le ragoût noir des spartiates sous les tentes de Kerdévot, Courrier du Finistère 1890 », « CORDIER Jean-Yves - Les anges musiciens du retable de Kerdévot », « STIVELL Alan & VERDIER Jean-Noël - Telenn, la Harpe Bretonne ».



Sur GrandTerrier il y a actuellement en ligne 242 visiteurs ~ Bremañ ez eus 242 gweladenner war lec'hienn an ErgeVras