Blog 15.12.2018 - GrandTerrier

Blog 15.12.2018

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Image:Right.gif Les billets récents du Blog de l'actualité du GrandTerrier

[modifier] Les Rozerc'h de Pennarun en 1617

Billet du 15.12.2018 - « Minu et déclaration des terres, rentes et chefrentes et droits héritaliers que tient à foy, hommages et droits de rachats quand le cas advient de souz le Roy nostre sire, damoiselle Marie Coznoual dame douairière de la Forest et de Penanrun tant en son nom que négociant pour nobles gens Vincent, Augustin, et Caterine Rozerch  », Archives départementales du Finistère, cote A142.

(manoir de Pennarun, Jean Istin, 2002)

Ce document est un rapport préparatoire à la réformation du domaine royal en 1680. Il se base sur un aveu original daté de 1617 concernant le domaine de Pennarun dont l'original est aux archives de Nantes (cote B2013). On trouve également un résumé de l'acte dans le registre de l'inventaire ADF-A85 des archives finistériennes.

Du fait que la déclarante Marie Coznoual détient également le manoir de la Forest, il existe un document similaire daté de 1604 signalé par Jakez Cornou dans son historique du manoir de Kerfeunteun : « Aveu de damoiselle Marie Coznoual dame douairière de la Forêt Penanrun femme tutrice des enfants aux dits mineurs de la succession de feu noble homme Vincent Rozerc'h leur père ».

Le domaine de Pennarun en 1617 est constitué du manoir, « avec toutes ses issues, largesses et apartenances », colombier et moulins, et des tenues ou terres affermées au bourg d'Ergué-Gabéric et dans les villages de Kerellou, Boden, Quilly-bihan, Pennanec'h, Quélennec, Mélennec, Bosuzic, Loqueltas, Le Lec.

Les informations les plus intéressantes de ce document sont généalogiques, car elle permettent de dresser sur plusieurs générations les membres de la famille noble des Rozer'ch. La déclarante est dite « dame douairière de la Forest et de Penanrun » du fait qu'elle est héritière et gestionnaire des biens de

  son mari défunt Vincent Rozerc'h, au nom de leurs trois enfants Vincent, Augustin et Catherine.

Grâce à un autre document daté de 1680 qui détaille la succession de Penanrun par Françoise, la dernière descendante des Rozerc'h, on peut compléter l'arbre des 3 générations gabéricoises comme suit :

  Bertrand Rozerc'h (1539)
  x Marguerite Marion
  └> Vincent Rozerc'h, sieur de la Forest et de Penanrun
  ├    x Marie Coznoual, douairière de Penanrun en 1617
  ├    ├> Vincent Rozerc'h, escuyer, le vieil (+~1629) 
  ├    ├   └> Françoise Rozerc'h (+ 1658)
  ├    ├          x Alain Glemarec, sieur de Trevaras
  ├    ├> Augustin Rozerc'h, seigneur de Penanrun (1618-1620)
  ├    ├   └> Vincent Rozerc'h, escuyer, s.p.
  ├    └> Caterine Rozerc'h (1617)
  ├          x Pierre du Cleuziou
  └> ? Jean Rozerc'h, sieur de Penanrun (1594)

On apprend que la succession du mari défunt était « eschu à cause de la succession de feue damoiselle Marion sa mère ». Et effectivement en 1539, le rôle de la Reformation de Quimper mentionne « Bertrand Rozerch et Marguerite Marion, sa femme ».

L'aveu de Marie Coznoual en 1617 précise également une « fondation faite par nobles gens Hervé de Coatanezre et Marguerite Marion sa femme vivant sieur et dame du dit lieu », ce qui semble indiquer que Marguerite Marion s'est remarié avec un Hervé de Coatanezre, de la même famille qui détenait aussi Lezergué avant les Autret. Sans doute est-ce la raison pour laquelle les détenteurs de Pennarun déclareront plus tard leurs prééminences nobles via les armoiries des Coatanezre.

En savoir plus : « 1617 - Minu et déclarations des terres de Pennarun par Marie Coznoual veuve Rozerc'h », « CORNOU Jakez - Manoir de la Forêt »

* * *

La semaine prochaine, grâce aux comptes des miseurs de la ville de Quimper, nous détaillerons comment deux représentants des Rozerc'h de Pennarun se sont illustrés en 1594 dans la lutte contre le bandit cruel et redouté Anne de Sanzay de la Magnane pendant les guerres de la Ligue.



Sur GrandTerrier il y a actuellement en ligne 264 visiteurs ~ Bremañ ez eus 264 gweladenner war lec'hienn an ErgeVras