Blog 17.03.2013 - GrandTerrier

Blog 17.03.2013

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Image:Right.gif Les billets récents du Blog de l'actualité du GrandTerrier

[modifier] Kolkhozes Napoléoniens en 1802-07

« Un ordre qui soit le signe de la vertu, de l'honneur, de l'héroïsme, une distinction qui serve à la fois à la bravoure militaire et au mérite civil », NP.

Billet du 17.03.2013
Billet du 17.03.2013

Quel est le rapport entre l'Ordre de la Légion d'Honneur et les kolkhozes bolchéviques ? Comment cinq villages voisins - Kergestin, Kermoisan, Quenec'h-Deniel, Keranroué et Lezouanac'h - , situés à l'est de notre commune (en bordure du quartier dit de « La Russie »), ont pu être réquisitionnés ?

En réalité, ces villages ont la particularité de faire partie, avant la Révolution, du domaine royal, et d'intégrer en 1802 le domaine agricole de la Légion d'Honneur créé par Napoléon Bonaparte. On en a la confirmation dans les documents de sortie de ce domaine en 1807 :

Image:Right2.gif« la dite tenue numéro x du sommier de la légion d'honneur ».

Image:Right2.gif« le fond appartenant à la légion d'honneur et provenant de l'ancien domaine ».

Image:Right2.gif« le (bien) provenant de l'ancien domaine de la couronne ».

Cela veut dire que pendant 5 ans, de 1802 à 1807, les détenteurs-exploitants des lieux devaient payer une rente à l'Ordre de la Légion d'Honneur représenté par sa cohorte n° 13 qui couvrait l'Ouest de la France depuis la ville de Craon.

Les revenus, en céréales (froment, seigle, avoine) et en argent, que versaient les « fermes d’État » servaient à entretenir les hospices, les écoles de jeunes filles de la Légion d'Honneur et à payer les pensions des décorés. La Légion d'Honneur possédait 10 millions de bien-fonds répartis dans toute la France et les cohortes introduisaient dans leurs vastes domaines des expérimentations de nouvelles semences, de races croisées, de création de distilleries ...

Sur le plan économique, l'Empereur va subir avec ces cohortes la même expérience que réaliseront un siècle plus tard les pays se réclamant du socialisme. L'expérience kolkhozienne de l'Empereur sera un échec comme celle des maîtres futurs de l'U.R.S.S. L'Empereur n'étant pas doctrinaire, mais pragmatique, supprimera les cohortes et leurs domaines dès qu'elles se révéleront inefficaces et ruineuses, ce entre 1807 et 1809.

Il doit renoncer à une idée qui lui est chère au profit d'une utilisation plus pratique des terres domaniales, et également, comme à Ergué-Gabéric, en vendant certaines fermes à leurs exploitants au titre des Biens Nationaux.

En savoir plus : « 1807 - Ventes de convenants à Kerjestin », « 1807 - Vente d'un convenant à Kermoisan », « 1807 - Ventes de tenues à Keranroué », « 1807 - Vente de prairies à Lezouanac'h », « 1807 - Ventes de tenues à Quenech Deniel »

Nota : la semaine prochaine, nous retrouverons les même villages, quelques décennies auparavant, au sein du « domaine de la couronne » après avoir été dans le fief de la famille du Fou, puis des Rohan-Guéméné. Nous publierons notamment le très beau « rentier de la seigneurie de Kerjestin » de 1758.



Sur GrandTerrier il y a actuellement en ligne 171 visiteurs ~ Bremañ ez eus 171 gweladenner war lec'hienn an ErgeVras