Blog 18.08.2018 - GrandTerrier

Blog 18.08.2018

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Image:Right.gif Les billets récents du Blog de l'actualité du GrandTerrier

[modifier] Guerre de 30 ans et arrière-ban en 1636

Billet du 18.08.2018 - « Sur ces mots, ils puissent mériter en nostre présence l'honneur & la gloire d'estre vrays imitateurs de ces Gentils-hommes Bretons leurs Ancestres, avec lesquels nos Prédécesseurs ont si souvent triomphé de ceux qui les ont attaquéz », Guy Autret, "Annotations ... arrière-ban de Bret."

L'infatigable historien paléo-graphe Hervé Torchet vient de publier en ce début d'année 2018 un livre savant très intéressant intitulé « 1636, l'Arrière-Ban. Les manoirs et leurs propriétaires. Séné-chaussée de Quimper » aux éditions de La Pérenne.

Il s'agit d'une étude et transcription d'un manuscrit conservé aux Champs Libres de Rennes, portant sur les déclarations faites par les nobles de Cornouaille, Léon et Morlaix, recopiées de la main du célèbre Guy Autret (1599-1660), et incluant en préambule la réédition de ses « Annotations sur les lettres patentes du Roy portant commission de convoquant le ban et arrière-ban de Bretagne ».

Le terme d'arrière-ban est très bien défini par Hervé Torchet : « c'est une infraction au principe féodal, qui repose sur ce que l'on nomme l'écran féodal. De quoi s'agit-il ? tout simplement du fait que le petit noble n'a pas de lien direct avec le duc de Bretagne ou le roi de France. Il relève d'un grand seigneur local qui, lui relève du duc ou du roi. Selon ce principe, ce dernier ne dispose d'aucune prérogative directe sur le petit noble ».

Si ce n'est qu'en certaines circonstances, comme la guerre de trente ans (1618-1648) de Louis XIII et Richelieu contre l'Espagne, il est nécessaire de convoquer l'arrière-ban pour renforcer l'armée royale. La convocation de l'arrière-ban est en quelque sorte une réplique des montres militaires médiévales.

En se déclarant dans l'arrière-ban, chaque noble doit choisir entre deux propositions : « servir » ou « contribuer ». Servir, cela signifie s'enrôler dans l'armée. Contribuer, cela veut dire verser une compensation au trésor royal.

Outre les transcriptions, Hervé Torchet a constitué des notices par familles nobles, en reprenant les déclarations d'arrière-ban et en y ajoutant des informations biographiques complémentaires.

En savoir plus : « TORCHET Hervé - 1636, l'Arrière-Ban : Sénéchaussée de Quimper »

* * *

Ce travail nous a incité à isoler les fac-similés des passages concernant Ergué-Gabéric dans le document de référence conservé aux Champs Libres, qu'on désigne sous le terme « Manuscrit de Missirien » et dont la reproduction numérique est disponible sur le site Internet du Centre de Documentation du Musée de Bretagne.

 
Ce recueil incluant les déclarations nobles de l'arrière-ban de 1636 est un gros registre à la reliure éculée contient également des extraits de titres, les roles de l'arrière-ban des années 1467 à 1568 pour le Léon, la Cornouaille, Rennes, Tréguier et Vannes. Et notamment les folios 498 à 541 du recueil qui constituent les déclarations de la séné-chaussée de Quimper en 1636.

Huit représentants no-bles possédant des terres à Ergué-Gabéric y sont déclarés soit pour « servir », soit pour « contribuer » à la guerre de Louis XIII contre les Espagnols :

Image:Space.jpgPierre de Kermorial, domicilié à Kermorvan en Kerfeunteun, possède le manoir du Cleuziou, rattaché à cette époque à la paroisse de Lan-niron, et la Salle-Verte, consent à « servir aux termes de l'esdit ».

Image:Space.jpgGuy Autret, seigneur de Missirien et de Lezergué, fait la déclaration pour lui-même, son père et son frère et formule un engagement collectif à servir : « offre se mettre en équipage d'homes d'armes pour l'attention qu'il porte au service de Sa Majesté ».

Image:Space.jpgRené de Kersulgar de Kernaou, « âgé de 60 ans », offre de contribuer, et non de servir, du fait de son âge.

Image:Space.jpgYves de La Marche de Kerfors qui est célibataire en 1636 « s'enrole pour servir ».

Image:Space.jpgAlain de Kersulgar, d'une famille noble présente à Mezanlez pendant 7 générations et d'une branche bien distincte de celle de Kernaou, opte pour servir également.

Image:Space.jpgJan de La Lande demeure à Kerautret en Langolen, mais possède aussi le manoir gabéricois de Kergonan-Liziart s'enrôle.

En savoir plus : « 1636 - Déclaration d'arrière-ban de la noblesse au présidial de Kemper »



Sur GrandTerrier il y a actuellement en ligne 253 visiteurs ~ Bremañ ez eus 253 gweladenner war lec'hienn an ErgeVras