Blog 19.11.2016 - GrandTerrier

Blog 19.11.2016

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Image:Right.gif Les billets récents du Blog de l'actualité du GrandTerrier

[modifier] Enfin une avenue Guy Autret

Billet du 19.11.2016 - La municipalité gabéricoise a décidé de nommer officiellement le 1er avril 2017 une grande avenue en l'honneur de l'un de ses plus illustres habitants, à savoir Guy Autret (1599-1660). D'ici là, chacun peut proposer la rue, ancienne ou nouvelle, la plus adaptée.
Pour la circonstance, nous versons au dossier les 51 lettres écrites entre 1635 et 1659 par le gentilhomme historien gabéricois, lesquelles ont été étudiées par le Comte de Rosmorduc et rassemblées dans un ouvrage titré « Guy Autret, correspondant de Pierre d'Hozier ». Pour améliorer la lisibilité des missives par un lecteur d'aujourd'hui, nous avons reproduit le texte de la transcription en remplaçant, quand nécessaire, des lettres u en v, certains i par des j et en rectifiant la calligraphie de la lettre s.

Et cette semaine, on s'intéressera à cinq de ces lettres, datées de 1638 à 1643, où Guy Autret cite son voisin quimpérois Nicolas Caussin, et le recommande chaudement à son correspondant Pierre d'Hozier.

C'est le 26 décembre 1637 que les lecteurs de la Gazette apprirent que « Le père Caussin a été dispensé de sa Majesté de ne plus la confesser à l’avenir » et qu'il devait s'exiler au fin fond d'une province profonde, c'est-à-dire à Quimper. Même si quelques rumeurs de la discorde entre le confesseur du roi et le ministre de celui-ci, le cardinal Richelieu, couraient déjà dans Paris, cette nouvelle fit scandale.

Son exil imposé à Quimper va même donner à Jean de La Fontaine la matière pour sa fable du Chartier embourbé : « C'était à la campagne près d'un certain canton de la basse Bretagne, Appelé Quimper-Corentin. On sait assez que le Destin adresse là les gens quand il veut qu'on enrage : Dieu nous préserve du voyage ! ».

À son retour d'exil, Nicolas Caussin décrira son triste sort en des termes peu avenants pour les Quimpérois :
Image:Square.gifImage:Spacer.jpg« J’ai été comme dégradé, livré par mes frères, envoyé dans un exil très rude, parmi des barbares, et aux extrémités de la France [dans] le lieu le plus rude et le plus fâcheux qu’on puisse imaginer »,
Image:Square.gifImage:Spacer.jpgAinsi relégué « à la dernière maison de la province », il ne voit que « déserts et rochers », et la population « articule on ne sait quels sons barbares plutôt qu'elle ne parle. »

À la lecture des citations ci-dessus, on comprend mieux pourquoi Guy Autret, dans ses lettres au correspondant de la Gazette, présente le séjour du père Caussin comme un fait notable important. Les deux intellectuels ont de plus le même mépris pour le cardinal Richelieu, et Guy Autret pousse présente son alter-ego comme un homme bon : « C'est un bon home & à mon advis selon le cœur de Dieu, qui ayme tous les bons et hait tous les mechantz. » (23 février 1643).

Guy Autret ne manque pas non plus d'ironie lorsqu'il considère l'exil lointain dont fait l'objet le jésuite, assimilant la Bretagne à une contrée peuplée d'Indiens d'Amérique : « Je ne puis nier que nostre langage m'escorge la luete et que dans nos isles il ne  se 

 
(Portrait du père Caussin, Galerie illustrée de la Compagnie de Jésus)

troeuve des demi sauvages, aussi nous a t on envoyé le père Caussin, come si l'on avoit voulu releguer parmi les Hurons ou les Hiroquois » (8 février 1638).

Il s'associe également par solidarité à l'exilé politique : « Je ne puis comprandre coment vous pouvés vous donner paine pour un miserable bas breton relegué à Kempertin, aussi bien que le pere Caussin. » (17 juin 1638).

Dans son isolement quimpérois, le père Caussin réclame une plus grande rapidité d'envoi des dépêches du correspondant parisien de Guy Autret : « Le pere Caussin, au quel je faisois hier lire la vostre, me dit que si vous changiés le jour de vos depeches ... et ainsi vos lestres ne seroint vieilles que de 8 Jours quand elles me seroint rendues, au lieu qu'à presant elles le sont ordinerement de quinse » (25 août 1641).

On sait même que le père Caussin ne rentra à Paris qu'entre mars et septembre 1643, soit plus de 5 mois après le décès de Richelieu que Guy Autret surnomme le « deffunt Armand », car en février les deux hommes se voient toujours à Quimper. En septembre Guy Autret se plaint que, dans la capitale, il n'est plus aussi avenant : « si j'estois à Paris ...si le bon pere Caussin & Mr de St-Germein ne me bannisoint de leur conversation, on me verroet plus souvant chés eux ».

En savoir plus : « Témoignage de Guy Autret sur l'exil du père jésuite Nicolas Caussin à Quimper », « 1635-1659 - Lettres de Guy Autret seigneur de Lezergué, travaux Rosmorduc », « ROSMORDUC Le Gentil Georges (comte de) - Guy Autret »


Sur GrandTerrier il y a actuellement en ligne 57 visiteurs ~ Bremañ ez eus 57 gweladenner war lec'hienn an ErgeVras