Blog 23.04.2016 - GrandTerrier

Blog 23.04.2016

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Image:Right.gif Les billets récents du Blog de l'actualité du GrandTerrier

[modifier] Cinq-centenaire et une colombe

Billet du 23.04.2016 - A l'heure où l'on s'apprête à fêter 5 siècles d'histoire de l'église paroissiale, penchons-nous sur le morceau de verrière du 16e siècle, à moitié caché derrière un retable baroque, et signalons la très belle carte postale et photo signée Gusti Hervé d'une statue de fin de 17e siècle :
« Sainte-Trinité : le Père Éternel, en chape et tiare, posant un pied sur la boule du monde, tenant sur ses genoux le corps inanimé de son Fils ; le Saint-Esprit, sous forme de colombe, plane au-dessus de l'épaule de Notre-Seigneur. » (Jean-Marie Abgrall).

Ce fragment de vitrail ci-dessus mérite qu'on le traite comme un véritable document d'archive en papier vélin à déchiffrer, transcrire et interpréter, afin de déterminer la date de « fabric » ou élévation de cette grande maitresse-vitre de St-Guinal.

En effet le millésime de 1516, « mil.Vcc.XVI », composé en minuscules gothiques, y est encore déchiffrable aujourd'hui. Une transcription reconstituée des 4 lignes est proposée par Roger Barrié dans son mémoire « Etude sur le vitail en Cornouaille au XVIe siècle » et par Jean-Marie Abgrall dans sa notice paroissiale :

Ceste.victre.fut.fecte.
(en).lan.mil.Vcc.XVI.et.
(esto)et.pour.lors.fabric
ue--jeh--al----

L'épaisseur du joint en ciment recouvre malheureusement la dernière ligne, laquelle était encore partiellement discernable sur des clichés de 1948 de Louis Grodecki (1910-1982), historien d'art d'origine polonaise.

Certes 1516 n'est pas la date de création de l'église paroissiale, mais seulement l'année d’élévation de la maîtresse-vitre. D'autres dates antérieures sont attestées comme marquant la fondation de l'église. Et notamment les dates relevées par Norbert Bernard : « Un acte prônal du 15 décembre 1503 établit le droit du seigneur de Kerfors à disposer d'une tombe à Saint-Guinal, accordé à Charles de Kerfors, seigneur dudit lieu ; une réintégrande de 1513 précise qu'il y avait tombe «enlevée», un enfeu et une tombe au sol ».

En savoir plus : « 1516 - Inscription millésime en minuscules gothiques sur le vitrail de St-Guinal »

Anatole Le Braz remarqua la statue du père, fils et colombe lors d'une visite de l'église paroissiale d'Egué-Gabéric en 1893-1895 : « À gauche de l'autel, une belle représentation de la Trinité, Dieu le Père, Christ en travers, St Esprit perché sur l'épaule de Christ.  »

 

La carte postale fait partie d'une collection consacrée au patrimoine religieux et est libellée « Trinité. Retable de l'église paroissiale d'Ergué-Gaberic, Finistère. © Editions MEDIASPAUL - Paris. Photo : Gusti Hervé. A 225 ».

Gusti Hervé, passionné d'art sacré et très grand photographe, recteur de Pleuven pendant de longues années, a eu l'occasion de mitrailler les éléments du patrimoine gabéricois grâce à l'amitié qui le liait à Jean-Louis Morvan recteur d'Ergué-Gabéric de 1969 à 1981.

En savoir plus : « Retable de la Sainte-Trinité d'Ergué-Gabéric, carte postale de Gusti Hervé »



Sur GrandTerrier il y a actuellement en ligne 272 visiteurs et 1 abonné ~ Bremañ ez eus 272 gweladenner ha 1 koumananter war lec'hienn an ErgeVras