Blog 23.12.2017 - GrandTerrier

Blog 23.12.2017

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Image:Right.gif Les billets récents du Blog de l'actualité du GrandTerrier

[modifier] Une affaire maçonnique en 1776

Billet du 23.12.2017 - Une affaire qui fit beaucoup de bruit : une escroquerie commise par un franc-maçon, un évêque de Cornouaille qui dénonce une association tendant « au déisme et au libertinage », deux loges se battant pour obtenir la protection du Grand Orient et le roi Louis XVI qui s'en mêle.

La collecte des documents des Archives Nationales et de la Bibliothèque Nationales de France est l'occasion de comprendre un peu mieux les rôles respectifs des acteurs francs-maçons impliqués de la famille Bréhier, dont François-Salomon qui fut maire de la commune d'Ergué-Gabéric de 1808 à 1812.

Aux archives départementales d'Ile-et-Vilaine et du Finistère, les compte-rendus du Présidial de Quimper et du Parlement de Bretagne mentionnent bien qu'un frère Bréhier de la loge « L'heureuse maçonne » de Quimper est accusé d'escroquerie liée à son activité de franc-maçon, mais ne précisent ni son prénom, ni son état-civil. Il en est de même pour les documents conservés aux Archives Nationales et au département des Manuscrits à la BnF, mais en y regardant de plus près on croit pouvoir identifier qui a fait quoi.

C'est bien de la loge « L'heureuse maçonne » de Quimper que le scandale a éclaté : « un membre de cette même loge vient d'abuser de la maçonnerie pour faire de fausses lettres de change qu'il tiroit sur le Grand Orient au profit de paysans grossiers et crédules qui lui donnoient une somme modique pour en obtenir une plus considérable dans un tems limité »

Cette affaire n'échappe pas à l'évêque Toussaint Conen de Saint-Luc qui, lors de deux missions ou prédications, l'une en langue bretonne, l'autre en française, organisées le 6 juin 1776 dans la cathédrale de Quimper, dénonce les déviances d'une « certaine association qui contre l'intention, sans doute, de ceux qui s'y sont enrôlés, ne tend à rien moins qu'à conduire au déisme et au libertinage ».

Et il précise les agissements d'un « particulier franc maçon qui a effectivement surpris la douce foi des hommes simples en leur faisant payer des sommes considérables pour les aggréger à la franc maçonnerie, quoique nous ne l'ayons désigné en aucune manière, ne le connaissant pas même de nom et quoique le procureur du Roy eut pleine connoissance des manœuvres de ce jeune homme, qu'il eut vu les billets qu'il avoit donné et qu'il eut cherché à le faire évader. »

Il n'y qu'un seul Bréhier identifié à la loge de l'Heureuse Maçonne : en 1774 Jean-Corentin, maitre en chirurgie, apparaît dans les tableaux des membres avec la fonction de « thuileur », et le titre de « souverain prince de rose croix », né à Quimper le 20 juillet 1747. C'est bien un « jeune homme » comme précise l'évêque, à savoir 29 ans à l'époque, qui a utilisé son rang de garant du secret de la loge pour soutirer de l'argent à des tiers crédules.

Le procureur du Roi et le tribunal présidial de Quimper vont demander qu'une procédure criminelle soit ouverte, mais cela sous forme d'un procès à charge contre l'évêque accusé d'avoir profité d'un fait divers pour lancer publiquement une violente opprobre morale contre l'intégralité des francs-maçons de la ville. Il faut dire que « plusieurs (d'entre eux) sont les principaux membres du présidial ».

 
Le magnifique sceau de la Loge « L'heureuse maçonne à l'orient de Quimper »



En fait, depuis 1774 et même avant, Quimper connait une lutte implacable entre deux loges concurrentes : L'Heureuse Maçonne et la Parfaite Union. Avant l'affaire Bréhier, d'autres malversations sont constatées au sein de l'Heureuse Ma-çonne : « dernièrement un de leurs membres venoit de commettre un vol avec effraction, on instruit actuellement sa procédure en crime, heureusement il a pris la fuite ». Mais l'affaire Bréhier va accélérer les choses, et fin 1776 la loge de L'heureuse maçonne est interdite par les instances du Grand-Orient qui par contre officialisent la constitution de la Parfaite Union.

L'évèque est dans un premier temps muté à l'évêché de Saint Flour. Puis, après moultes réclamations, la procédure contre lui est arrêtée et il est rétabli et confirmé comme évêque de Quimper où il décédera en 1790. Mais en 1776 il a droit de la part du secrétaire de la Maison du Roi à une remontrance royale : « Sa Majesté a également jugé qu'en usant d'un peu plus de ménagement, votre zèle n'en eût peut-être que mieux atteint le but que vous vous proposiez sans sous exposer aux suittes désagréables que vous venez d'éprouver. »

A partir de 1773 on trouve des Bréhier dans les tableaux des membres de la loge « La Parfaite Union », mais ceux-ci ne peuvent pas avoir des liens avec celui qui, depuis la loge concurrente, a entaché la réputation maçonne. Cela exclut donc Jean-Corentin, son père Gilles et ses autres frères. En effet la haine est telle que le correspondant de la Parfaite Union parle de « fripon » et de « membres perdus, banqueroutiers et autre qui se trouve aujourd'huy sous le coup de la procédure criminelle et qui ne sauroit éviter une peine effective et diffamante ».

En fait le premier Bréhier qui apparaît dans la Parfaite Union est Claude, frère cadet de Gilles et également négociant. Il est qualifié de « jeune », tient d'abord la fonction de « terrible » (officier "expert"), et dès 1779 est « revêtu de tous les grades ». En 1780 il est dénommé « Bréhier père » car ses trois fils deviennent membres de la loge, jusqu'au second cadet qui n'est autre que Salomon François, maire d'Ergué-Gabéric entre 1808 et 1812.

 BRÉHIER Jean (~1694-1749) x  PICHON Magdelaine
 └> BRÉHIER Gilles (1716-1795) 
      x VINCENT Jeanne (~1723-1785)
      ├>  BRÉHIER Jean Corentin (1747-?), médecin, *LHM
 └> BRÉHIER Claude (1729-1785), négociant, *LPU
      x VINCENT Julienne (1729-1800)
      ├>  BRÉHIER Jean Élie (1756-?), négociant, *LPU
      ├>  BRÉHIER Jean Julien Marie (1757-?), négoc., *LPU
      └>  BRÉHIER François Salomon (1760-1845), avoué, *LPU
Légende :
*LPE : loge L'Heureuse Maçon, *LPU : loge La Parfaite Union
En savoir plus : « 1776 - Escroquerie du franc-maçon Jean-Corentin Bréhier, une affaire sous Louis XVI »


Sur GrandTerrier il y a actuellement en ligne 288 visiteurs et 1 abonné ~ Bremañ ez eus 288 gweladenner ha 1 koumananter war lec'hienn an ErgeVras