Blog 29.07.2017 - GrandTerrier

Blog 29.07.2017

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Image:Right.gif Les billets récents du Blog de l'actualité du GrandTerrier

[modifier] Un jeudi de Pentecôte en 1922

Billet du 29.07.2017 - « Les Bolloré aimaient beaucoup les fêtes. À la fête du centenaire de l'usine, en 1922, tout était pour rien. On pouvait faire du manège tant que l'on voulait. Il y en a qui en ont vraiment profité. », Laurent Huitric de Menez-Groaz

En 1922 il n'y pas la moindre ligne dans les journaux pour relater la fête des 100 ans des papeteries fondées en 1822 par Nicolas Le Marié et dirigées ensuite par 3 générations de Bolloré, et à laquelle plus de 1000 personnes furent invitées. Et pourtant les journaux locaux sont nombreux à cette époque : Le Finistère, le Progrès du Finistère, l'Union Agricole, le Courrier du Finistère, l'Ouest-Eclair, la Dépêche de Brest ...

La raison en est sans doute que l'évènement n'est pas typé à 100% républicain ou conservateur. Les journaux, tous marqués nettement sur l'échiquier politique, ont une tendance à enjoliver des faits-divers qui sont de nature très proche de leur sensibilité ou à critiquer, par opposition, les articles des journaux concurrents. Ici on a certes affaire à un industriel qui est certes conservateur et très catholique, mais l'implication dans la fête de tout le personnel est socialement et politiquement plus républicaine. D'où le silence des journaux de tous bords qui ne savent a priori pas quelle position tenir.

De ce fait la date exacte de la fête de 1922 aurait été oubliée, si ce n'est que le poème de Théodore Botrel commence par ces mots « En ce jeudi de Pentecôte ». Et en guise de confirmation, le document inédit présenté ci-dessous, à savoir l'original du programme de la fête corrigé à la main, précise qu'il s'agit bien du jeudi 8 juin 1922, les usines étant arrêtées pour l'occasion. Les libations se poursuivront le jour suivant, et même tout le week-end.

En 1982 Fanch Mao de Stang-Odet s'en rappelle encore très bien : « Ca a duré huit jours. Ils avaient caché du vin dans la rivière, dans le ruisseau, dans le bois, partout. ». Et Marianne Saliou d'ajouter : « On avait envoyé le Botrel qui avait composé une chanson sur le centenaire ... C'était quelqu'un de Nantes qui organisait la fête. Il y a eu beaucoup de bonshommes saouls. Pendant longtemps après, on a trouvé dans le bois de l'usine des bouteilles vides.  ». Par ailleurs on a conservé également les 55 cartes postales du photographe Villard et les textes des discours du patron René Bolloré et de l'abbé André-Fouêt.

Quant au programme officiel de la journée du jeudi, il est très précis sur les horaires : « 8H30 arrivée du personnel de Cascadec ... 9 Heures MESSE ... 10 Heures Courses ... 11 Heures Remise de décorations ... 11 Heures Déjeuner ... 3 Heures Attractions ... ». Et la soirée du jeudi se terminera par une séance de cinéma, des danses et un feu d'artifice.

La messe en début de journée est dite dans la petite chapelle de l'usine d'Odet, fraichement restaurée et dédiée comme il se doit à saint René. Pour les courses à pied, le programme précise les catégories et les prix octroyés aux gagnants, jeunes gens, hommes mariés, femmes et vétérans. La remise des décorations est faite par le Préfet du Finistère en personne.

 

Pour agrémenter le repas il est indiqué « Chansons par Monsieur Théodore BOTHREL », lequel vient de rentrer d'une tournée outre-Atlantique et composera le poème « Les Cloches du Centenaire ». Les distractions de l'après-midi sont multiples : « Mats de cocagne - Danses aux binious - Chevaux de bois - Balançoires - Lancement de Bombes surprises et de Baudruches - Exhibition de poids et haltères. »

Image:Right.gif En savoir plus : « 1922 - Organisation de la fête du centenaire de la Papeterie de l'Odet »

Les cartes postales du photographe Joseph-Marie Villard diffusées à grande échelle ont joué le même rôle qu'un facebook et un youtube aujourd'hui. On peut y voir les figures réjouies des nombreux participants, les sommités sur leur 31, le personnel décoré, les habits traditionnels ...

L'ensemble de 55 cartes postales numérotées forme un ensemble varié de scènes où se mélangent le personnel, les gymnastes, les danseurs, des personnalités officielles, dont le préfet, des clients étrangers, les familles Bolloré et Thubé de Nantes, ... Pour faciliter la compréhension un diaporama a été constitué en 2007 avec l'aide d'Henri Le Gars et de Jean Guéguen dont les commentaires, principalement d'identification des personnes, ont été inscrits en bas de chaque image de carte. Les 55 cartes ont été réparties sur 6 thèmes principaux.

Image:Right.gif En savoir plus : « Fête du centenaire de la Papeterie Bolloré en 1922, collection Villard »