Botsuzic, Bosudig - GrandTerrier

Botsuzic, Bosudig

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


Forme française Botsuzic
Forme bretonne Bosudig
Signification "demeure ancienne, toponyme disparu "
Décomposition Bod pour "demeure, résidence", et Sudig ou Suzig d'origine inconnue
Relevés 1325, 1450 ou 1540, 1617, 1643, 1678, 1682, 1790, 1834, 1914
Référentiel : « Cartographie, cartes anciennes » ¤  « Index des toponymes » « Étude de Bernez Rouz sur les noms de lieux d'Ergué-Gabéric » ¤ « Dictionnaire des noms de lieux bretons d'Albert Deshayes » ¤ 

[modifier] 1 Géolocalisation du village

Coordonnées géographiques : 47° 59' 47.91" N 4° 2' 50.14" W (lat. 47.996642, long. -4.04726)

Cartographie du lieu-dit : « Géo.Botsuzic »

[modifier] 2 Explications toponymiques

Dans le Cahier n° 9 d'Arkae publié en 2007, Bernez Rouz explique l'origine du lieu-dit comme suit :

Bosudig

Orthographe Année Source (cf. ) Référence, côte
Botsiusic 1325 C.E.Q.  
Botsieusic 1450 (ou 1540 ?) A.D.F. A. 38
Bossieusic 1617 A.D.F. A. 38
Botzeusic 1643 A.D.F. A. 38
Bosseudic 1643 A.D.F. A. 38
Bosuzit 1678 A.C.E.-G. B.M.S.
Botsuisic 1682 A.C.E.-G. B.M.S.
Botsuzic 1790 A.D.F. Recensement
Bussuzit huella, izella 1834 A.C.E.-G. Ancien cadastre
Bossuzit 1914 A.C.E.-G. Chemins ruraux, boite 1024

Si le premier élément est sans conteste Bod, le second élément reste obscur d'autant plus que la prononciation semble hésiter entre Seudig et Seuzig, Suzig et Suzit. Je l'ai moi-même entendu sous la forme Bosudig. Le village a disparu, ainsi que la chapelle entre la Salle-Verte et Le Méleneg. Bosudig était le siège d'une trève qui comprenait neuf villages. Un ruisseau affluent du Jet qui prenait sa source près de cette chapelle s'appelle Dour Devot, l'eau bénite. Il n'y a plus aucune trace de ce village dans la toponymie actuelle d'Ergué-Gabéric ; il est pourtant cité dans le plus vieux document citant Ergué-Gabéric.

Pour le lieu-dit, Bernez Rouz avance l'explication suivante dans son mémoire en breton de 1978 (et son résumé écrit en 1980) :

3 - ANVIOU O TENNAN D'AN GWEZ
a) ANVIOU GANT BOD

-- Bossuzit Image:Bossudik-phonétique.jpg Image:Bossuzik-phonétique.jpg (Bossuzig), 1325 : Botsinsic, 1540-1617 : Bossieusic, 1540 : Botsieusic, 1643 : Bosseudic, Bodseusic, Bodseudic, 1768 : Bosuzit, 1682 : Botsuisic.

Stummoù skrivet nevez a-walc'h a zo gant an dibenn -it. Distaget e vez hiziv gant un -ik. Ma 'z eo bod a zo en tamm kentañ, eo diaes termeniñ an eil tamm. N'eus anv-den ebet da dostaat ouzh Siusic, Sieusic, Seudik. Meneget eo Bodsinsic en un diell eus Diellaoueg Kemper, e-lec'h e kaver Erge Gaberic evit ar wec'h kentañ. ur chapel a oa e Bossuzig, unan kozh-tre rak diskaret e oa dija e-pad an dispac'h bras.

BOSSUZIG

Le premier composé est surement "Bot", le deuxième est obscur. C'était le nom d'une chapelle près de la Salverte. La chapelle devait être très vieille, car elle est mentionnée en 1325. Elle est tombée en ruine à la Révolution, la ferme a disparu vers 1920. Le ruisseau sortant de la fontaine de cette chapelle s'appelle "Dour Devot" : le ruisseau béni.

Pour le mot "Bod", Albert Deshayes avance deux explications toponymique pages 98 et 160 de son dictionnaire des noms de lieux bretons :

PARTIE "Décrire la nature"
Chapitre "La forêt, le bois et les lieux feuillus"

Bod "touffe, buisson" se présente lorsqu'il est employé seul sous une forme dérivée : diminutive [...], pluriell [...], en -eg [...], en -enn avec le sens de "buisson" [...].

Le terme bod est associé à un : nom d'arbre [...], nom de plante [...], nom d'animal [...], qualificatif [...].

On le relève aussi sous diverses graphies : bod [...], bot [...], boud [...], bout [...], bo- dans Bohars en Ergué-Gabéric (29) [...], bou [...], bos [...]

Enfin, il se montre à peu de reprises comme second élément associé à kêr, penn ou toull, le plus souvent au pluriel.


PARTIE "Décrire la nature"
Chapitre "Les lieux habités"

Bod "demeure, résidence" procède du vieux breton bod et correspond au cornique bos de même sens. Ce terme dénonce un peuplement qui s'est effectué au cours du haut Moyen Age. On le note employé seul à ving-sept reprises dans [...] et sous sa forme dérivée dans Boden [...]

Placé en premier élément de composé, on le note associé à : un nom de personne [...], un qualificatif [...], un substantif [...]

Ce terme est graphié soit bod, soit bot mais on le note aussi noté : boud, bo-, bou-, bos, bous, brod, beau, bois, pont, pom.

Comme second élément, on le relève associé à neuf autres termes, sous la forme lénifiée vot ou ses variantes vout, -ot et -out, dont : koad (bois) ..., maes "champ non clos" ...