CHATELLIER Armand (du) - Evêché et ville de Kemper - GrandTerrier

CHATELLIER Armand (du) - Evêché et ville de Kemper

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


Image:LivresB.jpgCatégorie : Media & Biblios  

Site : GrandTerrier

Statut de l'article : Image:Bullgreen.gif [Fignolé] § E.D.F.

CHATELLIER (Armand / du), Évêché et ville de Kemper (documents inédits), Retaux-Bray, Paris, 1888, ISBN -
Titre : Évêché et ville de Kemper (documents inédits)
Auteur : CHATELLIER Armand / du Type : Livre/Brochure
Edition : Retaux-Bray Note : -
Impression : Paris Année : 1888
Pages : 174 Référence : ISBN -

[modifier] Notice bibliographique

Couverture

Armand René du Châtellier, né à Quimper le 7 avril 1797, décédé en 1885 au château de Kernuz en Pont-l'Abbé, fut un archéologue et historien breton. Il fonda l'"Association bretonne" et le journal "Le Quimperois". Propriétaire châtelain de Kernuz, il fut aussi maire de Pont-l'Abbé de 1874 à 1877.

Dans cet ouvrage, édité par son fils Paul, on y découvre de nombreux documents d'archives qu'il détenait dans son château et qui sont actuellement conservés aux Archives Départementales du Finistère dans le fonds Kernuz (100 J 1 à 1722). Parmi ces inédits un aveu rendu par Le Prestre de Lézonet (évêque de Quimper de 1614 à 1640) au roi, document qui mentionne en ces termes les fourches patibulaires [1] de Kerelan en Ergué-Gabéric :

« (...) justiaire et patibulaires à quatre post de pierre, situés au haut d'un montagne estant proche du village de Kerelun, près le manoir du Cluziou et sur le chemin quy mène de la dite ville de Kemper à Coray [2] »

Autre lecture : « 1614-1640 - Aveu de l'évêque de Quimper pour les fourches patibulaires de Kerelan ».

Notes :

  1. Fourches patibulaires, s.f.pl : colonnes de pierre dotées d'une traverse de bois où les condamnés à la mort sont pendus et exposés à la vue des passants. Elles ne servent donc qu'aux supplices capitaux, dont les exécutions ne se faisaient autrefois que hors les villes. Seul le seigneur Haut Justicier a le droit d'avoir des fourches patibulaires (ou gibets), puisqu'il a le droit de condamner un criminel à mort. À l'égard du nombre des piliers des fourches patibulaires, il y en a à 2, à 3, à 4 ou à 6, selon le titre et la qualité des fiefs qui ont droit d'en avoir. Les simples seigneurs Hauts Justiciers n'ont ordinairement le droit d'avoir que des fourches patibulaires à 2 piliers, s'ils ne sont fondés en titre ou possession immémoriale. Les fourches à 3 piliers n'appartiennent de droit qu'aux seigneurs châtelains; celles à 4 piliers n'appartiennent qu'aux barons ou vicomtes ; celles à 6 piliers n'appartiennent qu'aux Comtes. Source : "La justice seigneuriale et les droits seigneuriaux" de Claude-Joseph de Ferrière. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  2. Ces patibulaires étaient distinctes de ceux de la juridiction royale qui étaient placés au mont Frugy (aveu de Cyrienne de Rohan du 6 may 1542). [Ref.↑]


Thème de l'article : Fiche bibliographique d'un livre ou article couvrant un aspect du passé d'Ergué-Gabéric

Date de création : Décembre 2010    Dernière modification : 2.04.2014    Avancement : Image:Bullgreen.gif [Fignolé]