CHUTO Pierrick - Les exposés de Créac'h-Euzen - GrandTerrier

CHUTO Pierrick - Les exposés de Créac'h-Euzen

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


Catégorie : Media & Biblios  

Site : GrandTerrier


Statut de l'article :
  Image:Bullgreen.gif [Abouti]

CHUTO (Pierrick), Les exposés de Créac'h-Euzen. Les enfants trouvés de l'hospice de Quimper au 19e siècle, Association de Saint Alouarn, Cloître (St-Thonan), 2013, ISBN 2-9546076-0-3
Titre : Les exposés de Créac'h-Euzen. Les enfants trouvés de l'hospice de Quimper au 19e siècle
Auteur : CHUTO Pierrick Type : Livre/Brochure
Edition : Association de Saint Alouarn Note : Préface d'Annick Le Douget
Impression : Cloître (St-Thonan) Année : 2013
Pages : 250 Référence : ISBN 2-9546076-0-3

Couverture

« L'ancien tour de l'Hospice des enfants trouvés », Gustave Doré

Dos de couverture

Marie Roux, 1844

Fiche de placement

La soupe à la salle d'asile

Quand il travaillait sur ses sources documentaires lors de la préparation de ses deux premiers livres sur les communes de Guengat et de Plonéis, Pierrick Chuto s'étonnait déjà du nombre important d'enfants trouvés, exposés, gardés, placés au cours du 19e siècle. Et c'est donc naturellement qu'il a étendu ses recherches pour son 3e ouvrage, son champ d'observations étant devenu l'ensemble des communes de Cornouaille.

Avec un point de convergence à « l'hospice dépositaire » de Quimper situé sur la colline de Creac'h Euzen [1], où l'on recevait les enfants abandonnés, déclarés de père et de mère inconnus, en provenance de la ville-même, mais surtout des campagnes rurales avoisinantes où la pauvreté régnait.

L'anonymat de la mère ou de la personne qui venait déposer son enfant était assuré par le système du « tour », sorte de boite pivotante installée dans le mur de l'hospice, et la personne de garde, prévenue par une clochette, pouvait la faire tourner pour recueillir le nouveau né « exposé » et les effets que la mère y avait laissés.

Les religieuses et le personnel de l'hospice organisaient ensuite la garde de l'enfant jusqu'à ses 12 ans dans les familles nourricières des communes rurales autour de Quimper. De 12 ans à 21 ans ils étaient soit directement placés chez un employeur, soit revenaient à l'hospice quimpérois.

Le livre de Pierrick Chuto est une très belle composition historique agrémentée d'archives inédites, de découvertes sur l'histoire de l'hospice et de son personnel, d'anecdotes sur la vie difficile et parfois étrange de ces enfants trouvés, de fiches récapitulatives par période, et d'une liste ordonnée et complétée des 3816 enfants inscrits sur les registres de 1803 à 1861.

Autres lectures :
« CHUTO Pierrick - Le maître de Guengat » ¤ « CHUTO Pierrick - Plonéis, la terre aux sabots » ¤ « 1812 - Enfant gardé chez une nourrice sur la commune du Grand Terrier » ¤ « L'histoire de Kenavo le petit chat nourricier d'Ergué-Gabéric, Le Finistère 1888 » ¤ 


Pour notre plaisir, piochons quelques exemples du livre mettant en scène des enfants exposés, des familles nourricières et des patrons placiers, tous gabéricois. Pour les enfants eux-mêmes, il faut noter que pour la plupart l'origine communale était inconnue du fait de l'anonymat du « tour » et du fait que des nouveaux noms-prénoms leur sont donnés par le personnel de l'hospice

A. ENFANTS EXPOSÉS

  • 1844, Marie Roux et sa mère âgée de 18 ans.
Page 87 : « Voisin [2] n'ignore rien du commerce honteux qui se pratique rue Neuve [3], la voie la plus populeuse et la plus misérable de Quimper : nombreuses dans ce quartier de la rive gauche, les filles publique constituent une proie de choix pour les matrones qui se chargent du fruit des amours tarifés. Peu de temps après sa prise de fonction, il enquête sur le cas des époux Gourmelen, suspectés d'avoir soutiré de l'argent à leur voisine, une pauvre journalière de dix-huit ans, en échange de l'exposition de sa fillette au tour. Rapidement, toutefois, il est convaincu de l'innocence du couple qui a agi par pitié envers la fille Roux, originaire d'Ergué-Gabéric et abandonnée elle-même à l'hospice à l'âge de deux ans ».

B. NOURRICIERS

  • Hervé Cosmao, Sulvintin, 1819-1832, pour Alain Aral [4]
Page 220 : « ARAL Alain. Exposé le 6 septembre 1819. Nourricier : Hervé Cosmao, Ergué-Gabéric. Décédé le 14 janvier 1832, Ergué-Gabéric ».
  • Hervé Heydon, Guilly vian, 1831-1832, pour Noël Eugène Gabriel Camire [5]
Page 231 : « CAMIRE Noël Eugène Gabriel. Exposé le 5 octobre 1831. Nourricier : Hervé Heydon, Ergué-Gabéric. Décédé le 26 janvier 1832, Ergué-Gabéric ».
  • Anne Allain, veuve Huiban, 1846-1854, pour Marie-Philomène Danos
Page 169 : « DANOS Marie-Philomène. Exposée le 14 janvier 1846, âgée de 8 jours. Nourricier : Yves Huiban [6], Ergué-Gabéric. Trop pauvre, Anne Allain [7], veuve Huiban, ne peut la conserver, placée ailleurs. Mariée le 17 juillet 1870 à Ergué-Gabéric avec Hervé Carriou, cantonnier. Décédée le 8 août 1908 à Elliant ».
  • Michel Penanguer et Corentine Hemidy, Gougastel et Kerho, 1854, 1866, pour Marie Miler
Page 186 : « MILER Marie. Exposée le 1er février 1854, âgée de 15 jours. Nourricier : Michel Pennanguer, charretier à Ergué-Gabéric, puis ouvrier-papetier domicilié au moulin de Gougastel ». Placée ensuite le 15 juin 1866 au moulin de Gougastel chez les Penanguer « anciens nourriciers ».

C. PLACEMENTS

  • Alain Feunteun [8], Gongallic , 1875, pour Louise Nitérac
Pages 122 et 189 : « NITÉRAC Louise (23 juin 1855) est placée dans une très bonne maison à Ergué-Gabéric où elle gagne 85 francs, plus les accessoires (tels que sabots et aunes [9] de toile) ».
  • Bolloré, Moulin d'Odet, 1872, pour Marie Quiver
Pages 122 et 198  : « QUIVER Marie (30 septembre 1858) gagne 216 francs au moulin à papier d'Ergué-Gabéric, chez Bolloré ». « 1872 : en place chez différents patrons à Ergué-Gabéric (Jean Rivoal, Maie-Anne Le Du, veuve Herviet, Yves Arpe), elle travaille à la papeterie Bolloré. Mariée le 18 janvier 1886 à Ergué-Gabéric avec Jean Tandé. Les époux travaillent chez Bolloré ».
  • Marie Catherine Caugant [10], potière, Sulvintin, 1861, pour Alain François Simon
Pages 162  : « BOUQUET Marie Josephe. Exposée le 17 juin 1842. Nourricier : Corentin Le Crenn, Cast. Alain Guillou, Ergué-Gabéric. Rendue. 1859 : Gourmelier, potier, Kerfeunteun. 1861 : Caugant, potier, Ergué-Gabéric. Mariée le 3 août 1867 [11], potière, avec Alain Simon, tailleur. ».
  • Guillou mère et fille, débit boissons, 1873, pour Marie Catherine Paner, et Joseph Bacon, débit (à Kerfors ?), 1877, pour la même et Louis Quaba
Pages 194  : « PANER Marie-Catherine. Exposée le 16 mars 1857. Nourricier : Maie-Anne Laz, veuve Daoudal, Ergué-Gabéric. Gardée. Intelligente, peu développée en taille. 1873 : Veuve Guillou, débit boissons, Ergué-Gabéric. La mère et la fille s'enivrent avec les voituriers qui passent dans cette maison. Danger de la laisser dans cette place. Le rapport de l'inspecteur est démenti par le maire. 1876 : toujours en place. 1877 : Joseph Bacon, débit, Ergué-Gabéric. Excellents renseignements (120 francs de gages). Mariée le 18 octobre 1885 à Ergué-Gabéric avec Joseph-Marie Himidy, tisserand ».
Pages 196  : « QUABA Louis. Exposé le 3 janvier 1858. Nourricier : Yves Jézéquel, Briec. Va à Ergué-Gaéric, puis à Gouézec et revien en 1875 chez Jézéquel (150 francs, bon sujet). 1877 : Joseph Bacon, Ergué-Gabéric (110 francs). 1878 : s'engage dans la Marine, sans accord de l'hospice. Marié le 27 septembre 1885, scieur de long, à Gouézec avec Marie-Anne Briant, couturuère ».
  • Prosper Le Guay [12], manoir du Cleuyou, 1857, pour Louis Corentin Bubo
Pages 237  : « BUBO Louis-Corentin. Exposé le 20 septembre 1836. Nourricier : Yves Riou, Briec. 1857 : chez Prosper Le Guay, châtelain du Cleuyou, Ergué-Gabéric. Marié le 28 octobre 1864 à Penhars avec Marie-Louise Le Gall ».

[modifier] Annotations

  1. L'hospice de Creac'h Euzen a été rebaptisé hôpital Gourmelen au cours du 20e siècle, tout à côté de l'ancien hôpital Laënnec (lequel sera transféré à Ergué-Armel en 1981). Sur le terrain plat côté Est de l'Hospice, un hippodrome fut inauguré en 1842, et laissera sa place en 1962 à une zone industrielle. [Ref.↑]
  2. Jean-Charles Voisin fut « inspecteur des enfants trouvés et des établissements de charités » de 1844 à 1857. [Ref.↑]
  3. La rue Neuve de Quimper a été rebaptisée rue Jean Jaurès en 1925. [Ref.↑]
  4. 14/01/1832 Ergué Gabéric, lieu-dit Sulvintin, décès d'ARAL Alain âgé de 13 ans. Notes : enfant de l'hospice. Témoins : Hervé cosmao 50a et alain troalen 25a voisins [Ref.↑]
  5. 26/01/1832 Ergué Gabéric, lieu-dit Guilly Bian. Décès de CAMIRE Noël Eugène Gabriel âgé de 4 mois. Notes : Enfant de l'hospice de Quimper en nourrice. Témoins : Hervé Heydon 37a et Jean le Bars 40a voisin tisserand [Ref.↑]
  6. 15/03/1854 Ergué Gabéric, Lieu-dit : Kergamon. Décès de HUIBAN Yves âgé(e) de 39 ans, Journalier Enfant de François, décédé et de LE BERRE Françoise. Conjoint : ALAIN Anne. Notes : Acte du 16/03/1854. Témoins : Alain Quiniou 55a et Pierre le Guisquet 27a /cultivateurs [Ref.↑]
  7. 08/09/1841 Ergué Gabéric. Mariage de HUIBAN Yves François, né le 15/4/1814 à Briec, Cultivateur, Fils de François , décédé et de LE BERRE Françoise, présente ALAIN Anne, née le 2/8/1815 à Leuhan. Et de Fille de François , décédé et de COSMAO Marie, décédée [Ref.↑]
  8. Alain Michel FEUNTEUN. Né le 9 août 1841 - Ergué-Gabéric, 29, Finistère, Gongallic. Décédé le 28 mai 1885 - Ergué-Gabéric, 29, Finistère, Gongallic , à l’âge de 43 ans. Cultivateur Gongallic 1866-1885. [Ref.↑]
  9. Aune, n.f. : ancienne unité de longueur appliquée surtout au mesurage des étoffes ; source TLFi. Mesure ancienne de 3 pieds 7 pouces 10 lignes 5/6, équivalant à 1m, 182 ; source Littré. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  10. Le fils de Marie-Catherine Caugant sera également potier. 09/01/1839 Ergué Gabéric, lieu-dit : Sulvintin baptême ou naissance de CAUGANT Jean Laurent Toussaint, enfant de CAUGANT Marie Catherine. Témoins : Jean le Bars 46a Marc le Bars 24a tisserands [Ref.↑]
  11. 03/08/1867 Quimper. Mariage de SIMON Alain François, âgé de 23 ans, né le 19/05/1844 à Quimper, Tailleur. Fils de Marie Hyacinthe , décédé le 11/04/1863 à Quimper et de LE MEUR Catherine. Notes concernant l'époux : dans son acte de naissance, son père a été désigné par erreur sous le prénom de "arsène marie" / mère domiciliée à quimper. Et de BOUQUET Marie Josèphe, âgée de 25 ans, née le 17/06/1842 à Quimper, Potière. Notes concernant l'épouse : née de parents inconnus. Témoins : Corentin Josse / Mathurin Chenadec / Jean Marie Rospabé / Corentin Lozach [Ref.↑]
  12. Prosper Le Guay est né à Quimper le 26 Prairial de l'an 13 et se marie à Plonéour-Lanvern le 30.04.1838. Il est déclaré négociant et fabricant de fécules de pommes de terre, tout comme son frère Félix. Après cette activité il sera conseiller de préfecture. En 1846 Prosper est domicilié au Cleuyou où la naissance de ses derniers enfants sont déclarés. Et en 1873 il y est toujours lorsqu'il s'inscrit comme l'un des premiers membres de la Société Archéologique du Finistère. : cf article « Les Le Guay (1841-1917), châtelains du Cleuyou au 19e siècle ». [Ref.↑]


Thème de l'article : Fiche bibliographique d'un livre ou article couvrant un aspect du passé d'Ergué-Gabéric

Date de création : Octobre 2013    Dernière modification : 13.10.2013    Avancement : Image:Bullgreen.gif [Abouti]