CORNETTE Joël - Histoire de la Bretagne et des Bretons - GrandTerrier

CORNETTE Joël - Histoire de la Bretagne et des Bretons

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


Image:LivresB.jpgCatégorie : Media & Biblios  

Site : GrandTerrier

Statut de l'article : Image:Bullgreen.gif [Fignolé] § E.D.F.

CORNETTE (Joël), Histoire de la Bretagne et des Bretons, Seuil, Normandie Roto, Lonrai, 2005, ISBN 2-02-054890-9 et ISBN 2-02-082517-1
Titre : Histoire de la Bretagne et des Bretons
Auteur : CORNETTE Joël Type : Livre/Brochure
Edition : Seuil Note : tome 1 : Des âges obscurs au règne de Louis XIV, tome 2 Des Lumières au XXIe siècle
Impression : Normandie Roto, Lonrai Année : 2005
Pages : 714, 728 Référence : ISBN 2-02-054890-9 et ISBN 2-02-082517-1

[modifier] Notice bibliographique

Tome 2

Un « un chef-d’œuvre à la fois de science et de style », une lecture passionnante et une sélection de textes et de repères inédits qui illustrent si bien le propos. Et parmi ces archives on y trouve trois longues citations (cf extraits ci-dessous) des Mémoires de Jean-Marie Déguignet, avec commentaire et analyse par cet historien passionnant et passionné qu'est Joël Cornette [1].

  • La première citation commentée est page 587 du tome I « Des âges obscurs au règne de Louis XIV », bien que bien sûr que le paysan bas-breton vivait au 19e siècle : « Ce document nous permet de prendre la mesure de l'effet produit (assez éloigné de l'effet attendu par le curé pédagogue) et de la pérennité d'une méthode mise au point dans les années 1610 ».
  • La deuxième citation, pages 229 et 231 du tome II « Des âges obscurs au règne de Louis XIV », présente la condition des mendiants au 19e siècle : les aumônes les aumônes « avaient toujours un but intéressé et égoïste ; elles n’étaient jamais données au nom de l’humanité, chose inconnue chez les Bretons, mais seulement au nom de Dieu ».
  • La troisième citation, page 249 du tome II, porte sur les progrès dans le monde agricole, et nous présente une personnalité en avance sur son temps : Clément-François Olive, professeur d'agriculture au Likès de Quimper, futur maire de Kerfeunteun où il exploitait une ferme expérimentale.

Page 257, une plus courte citation, mais néanmoins intéressante sur la pomme de terre : « En évoquant son enfance à Quimper (Finistère), Jean-Marie Déguignet (1834-1905) explique que « nous avions un peu de terrain où l’on semait des pommes de terre, de ces pommes de terre rouges, grosses et très productives, qui étaient alors la principale nourriture des pauvres et des pourceaux ». Synonyme de sécurité alimentaire, de disparition des famines et des disettes, la pomme de terre est bien devenue l’aliment miracle des années 1840-1880. »

Autres lectures : « L'enseignement d'un professeur d'agriculture vu par un "potr-saout" » ¤ « Jean-Marie Déguignet, mendiant, soldat et écrivain (1834-1905) * » ¤ « DÉGUIGNET Jean-Marie - Histoire de ma vie, l'Intégrale » ¤ « Souvenirs des Taolennoù de retraite de première communion » ¤ 

[modifier] Extraits

Les Taolennou [2]

Page 587, chapitre 34 « Michel Le Nobletz et Julien Maunoir : les "sorciers de Dieu" »), tome I « Des âges obscurs au règne de Louis XIV ».

Les taolennou de Nobletz furent adaptés par Julien Maunoir à ses propres missions : il fit peindre des tableaux plus simples, plus lisibles, plus grands surtout [...] Dans ses Mémoires, Jean-Marie Déguignet, fils d'un pauvre paysan analphabète de Quimper, se rappelle des trois jours de retraite qui précédèrent sa première communion, au début des années 1840. Ce document nous permet de prendre la mesure de l'effet produit (assez éloigné de l'effet attendu par le curé pédagogue) et de la pérennité d'une méthode mise au point dans les années 1610 ...

« Pour ces trois jours-là, étaient toujours convoqués tous les curés voisins pour aider à confesser et à faire toutes les instructions préparatoires ; et là, chacun avait son rôle comme au théâtre. Un était chargé d’expliquer le catéchisme, un autre du chant, un autre à faire les sermons, et puis un explicateur des tableaux effroyables, où l’on voyait les damnés en enfer enfourchés et embrochés par les diables noirs à cornes de vaches et à longues queues ; et d’autres tableaux où ces diables étaient représentés sous forme de cochons, de crapauds, de serpents, et autres animaux tournant autour du cœur d’un individu et cherchant à y pénétrer pour en chasser le bon ange qui s’y trouvait, et à côté un autre où les diables ont enfin envahi ce cœur tandis que le bon ange s’enfuyait en pleurant.

Et ce curé nous expliquait tout ça avec une baguette en tapant sur ces tableaux comme font les saltimbanques devant leurs baraques. Et on entendait alors des pleurs, des cris, des gémissements parmi les pauvres petits auditeurs effrayés tandis que l’explicateur, gonflé d’orgueil et de bon vin, riait en sous.

[…] En voyant ce curé nous montrant ces tableaux effroyables des diables et de l’enfer, je me demandais comment des pauvres bougres comme moi, qui n’ont pas demandé la vie et durant laquelle ils ont souffert dix fois plus qu’ils n’en ont joui, peuvent être condamnés à des tourments éternels pour avoir eu un instant d’orgueil, d’envie ou de luxure, chose auxquelles nous sommes forcément soumis par la nature ; je voyais de suite qu’il y avait là trop de contradictions entre ces tourments éternels et un dieu qu’on nous disait bon, excellent, magnanime et tout puissant. »

Les mendiants

Page 229, chapitre 50 « Portrait au noir », tome II « Des âges obscurs au règne de Louis XIV ».

Malgré cette hausse spectaculaire de l’indigence qui marque la première moitié du XIXe siècle, la mendicité n’est pas une nouveauté en Bretagne [...] Au XIXe siècle, cette fonction multiple continue, surtout en Basse-Bretagne : Jean-Marie Déguignet (1834-1905), qui fut lui-même « mendiant professionnel » à l’âge de neuf ans, explique que les aumônes « avaient toujours un but intéressé et égoïste ; elles n’étaient jamais données au nom de l’humanité, chose inconnue chez les Bretons, mais seulement au nom de Dieu. Quand ces femmes me donnaient pour deux liards de farine d’avoine ou de blé noir, l’aumône ordinaire d’alors, c’est qu’elles étaient convaincues de recevoir en retour le centuple comme il est dit dans l’Évangile, car elles savaient qu’une prière, dite par moi, enfant chétif et humble, valait pour elles cent prières radotées machinalement par les vieilles mendiantes. »

 

Page 231, chapitre 50 « Portrait au noir », tome II.

En fait, il convient de bien distinguer les mendiants connus, légitimes en quelque sorte, depuis longtemps intégrés à la communauté — la « misère honnête », comme la définit le préfet du Morbihan en 1855 [3] —, des pauvres et des errants que les malheureuses conjonctures économiques du « sombre XIXe siècle » ont multipliés. Ceux-là, toujours plus nombreux, jugés de plus en plus dangereux, sont le plus souvent violemment rejetés. Jean-Marie Déguignet en fut le témoin dans son enfance à Quimper, dans les années 1830 :

« Si nos fermiers et propriétaires de l’intérieur étaient si durs et si méchants envers les gueux, c’est qu’ils en étaient alors littéralement inondés, non seulement de mendiants ordinaires, mais de pillards, de voleurs, et de véritables bandits. À chaque instant, ces fermiers perdaient quelque chose : du grain de leurs greniers, des instruments aratoires, du foin et de la paille des meules, des bœufs et des chevaux, des champs ou des écuries, sans jamais pouvoir saisir les voleurs. […] En ce temps là, la mendicité prenait de multiples formes : il y en avait qui parcouraient les campagnes avec des bidets cherchant de la vieille ferraille, d’autres cherchant des chiffons, des pilloyers [chiffonniers] [4], d’autres cherchant des étoupes, d’autres encore voyageant avec des peaux de loups remplies de paille. Ceux-ci ne demandaient pas l’aumône, ils réclamaient une rétribution pour avoir délivré le pays d’un loup, et pour avoir risqué leur vie en le capturant. »

La Révolution agricole

Page 249, chapitre 50 « Le salut par l'agriculture », tome II.

Jean-Marie Déguignet a bien expliqué la réaction des agriculteurs bretons, en l’occurrence ceux de la région de Quimper, face à un « professeur d’agriculture ». Clément-François Olive enseignait alors les choses de la terre à l’école confessionnelle du Likès à Quimper. Nous sommes au début des années 1850 et le jeune Jean-Marie, qui a dix-sept ans, va être employé comme vacher dans la ferme modèle du professeur, à Kermahonec :

« En ce temps-là, il était venu un Monsieur à Kerfeunteun comme professeur d’agriculture pour apprendre aux Bretons l’art de cultiver la terre. Mais les paysans se souciaient peu alors d’apprendre quoi que ce soit en agriculture ni ailleurs. La vieille routine, pas autre chose. Quelques-uns des vieux cultivateurs passaient par la ferme du professeur quelquefois pour regarder les instruments nouveaux, qu’ils n’avaient jamais vus, et regarder les ouvriers travailler. Mais ils s’en allaient en haussant les épaules, et en disant qu’ils auraient à en donner des leçons à ce professeur. Ils voyaient bien qu’il y avait là de belles prairies, bien égouttées et irriguées, des champs de trèfle, de gros choux et des rutabagas, mais tout ça coûtait plus qu’il ne valait, et d’abord les bêtes bretonnes n’avaient pas besoin de ces choses-là pour vivre, pas plus que les hommes n’avaient besoin du pain blanc, de la viande et des légumes, toutes choses alors inconnues dans nos campagnes. Bref, les paysans n’en voulurent pas du tout des enseignements agricoles de ce monsieur. Si c’eût été un paysan encore ! Mais un monsieur à chapeau haut et qui ne savait pas parler breton pouvait-il être cultivateur ? Allons donc ! Les paysans ne pouvaient admettre qu’un monsieur de la ville pût savoir couper la lande, retourner une motte de terre, faucher, moissonner, charger du fumier dans la charrette, râteler les fossés, tracer un sillon avec la charrue en bois à avant-train, modèle Triptolème [5], les seules choses nécessaires selon eux pour être bon cultivateur. De la science agricole, ils n’en avaient cure. Ce n’était pas avec des livres qu’on pouvait faire de l’agriculture. »

Il faut tenir compte, on le mesure bien ici, d’une autre logique que celle d’un capitalisme agraire, entreprenant et moderniste. Car la société paysanne n’est pas une société à finalité productiviste [...]

[modifier] Annotations

  1. Joël Cornette né le 14 octobre 1949 à Brest est un historien qui a beaucoup travaillé sur la France d'Ancien Régime et plus spécifiquement sur la monarchie, notamment au XVIIe siècle. Une partie de ses recherches, depuis sa maîtrise centrée sur les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Ploërmel à la veille de la Révolution, est consacrée à l'histoire de la Bretagne, plus particulièrement entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Source : Wikipedia. [Ref.↑]
  2. Tableaux, taolennoù, s.m.pl. : tableaux de mission, traduits du breton « Taolennoù ar mission », illustrations destinées à l’enseignement de la religion et à l’évangélisation. Créés au 17e siècle par le jésuite d'Hennebont Vincent Huby, et par le prédicateur plougonvelinois Michel Le Nobletz, et popularisés par le père Julien Maunoir. Ces tableaux représentant généralement les péchés capitaux et les mauvaises conduites à éviter ont été utilisés jusqu'au milieu du 20e siècle (cf livre de Pierrick Chuto « IIIe République et Taolennoù, tome I »). [Terme BR] [Lexique BR] [Ref.↑]
  3. « Il faut donner, de manière à soulager la misère honnête, sans accorder une prime d’encouragement à la paresse ou à l’inconduite. L’aumône qu’on accorde à des individus inconnus est presque toujours mal placée. Que chacun ne secoure que les pauvres placés autour de lui et résidant dans la même commune, ou du moins dans le même canton ». Cité par Michel Denis et Claude Geslin, La Bretagne des blancs et des bleus, op. cit., p. 34. [Ref.↑]
  4. Le pillaouer (ou pilloyeur, selon Jean-Marie Déguignet) dans le pays bretonnant et pillotou dans le pays gallo est « une sorte de bohémien modifié », explique Émile Souvestre dans Les Derniers Bretons (1836), un chiffonnier qui parcourt les villages pour recueillir des vieux vêtements usagés qu’il va ensuite vendre aux papeteries : « Là où on l’arrête pour lui vendre quelques guenilles souillées, c’est avec une sorte de mépris soupçonneux. On lui permet rarement d’avancer jusqu’au foyer. La marchandise lui est apportée sur le seuil où l’on traite avec lui » (p. 79). [Ref.↑]
  5. Triptolème : prêtre original de la déesse Déméter, dans la mythologie grecque. Déméter donna à Triptolème une charrue en bois et des grains de blé pour aller enseigner l’agriculture aux mortels. [Ref.↑]


Thème de l'article : Fiche bibliographique d'un livre ou article couvrant un aspect du passé d'Ergué-Gabéric

Date de création : Février 2008    Dernière modification : 6.07.2016    Avancement : Image:Bullgreen.gif [Fignolé]