Choses et gens de Basse-Bretagne, le chateau de Lezergué, l'Ouest-Eclair 1929 - GrandTerrier

Choses et gens de Basse-Bretagne, le chateau de Lezergué, l'Ouest-Eclair 1929

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Gazettes
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Où il est question de «  La Sauvegarde de l'Art Français », du « sauvetage de nos antiquités contre les mercantis », du « primum vivens et ultimum moriens », autrement dit « du premier à table et du dernier à en sortir ».

Autres lectures : « Vente de façade de vieux château, Ouest-Eclair et autres journaux 1924-1930 » ¤ « Présentation et historique du manoir de Lezergué » ¤ « Histoire de Lezergué et de ses occupants » ¤ « Rdv du ps 1 - La vie de château à Lezergué, OF-LQ 1985 » ¤ « Rdv du ps 2 - Jean Nédélec, le dernier châtelain de Lezergué, OF-LQ 1985 » ¤ « Guy Autret, seigneur de Missirien et de Lezergué (1599-1660) » ¤ « 1635-1659 - Lettres de Guy Autret seigneur de Lezergué, travaux Rosmorduc » ¤ « 1910-1935 Notes et coupures gabéricoises de Louis Le Guennec » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

Courant de l'année 1929, le mémorialiste Louis Le Guennec a publié dans les colonnes de l'Ouest-Eclair un certain nombre de chroniques des « Choses et gens de Basse-Bretagne » décrivant les pièces oubliées du patrimoine de notre région, dont celle-ci sur le château de Lezergué.

Ce texte complètement méconnu n'a pas été repris dans les recueils publiés par la Société des Amis de Louis Le Guennec : « LE GUENNEC Louis - Nos vieux manoirs à légendes » et « Histoire de Quimper Corentin et son canton ». Et la reproduction du dessin qui accompagne l'article de l'Ouest-Eclair est de bien meilleure qualité que celle incluse dans le deuxième ouvrage cité.

Avec cet article on apprend un certain nombre de choses :

  • En septembre 1929 l'association « La Sauvegarde de l'Art Français » [1] œuvre activement pour que le château soit déclaré monument historique. Cela sera officialisé par l'arrêté du 9 décembre 1929, date de son inscription en immeuble « Monument Historique ».
  • En 1929 une menace d'acquisition des éléments du patrimoine immobilier breton par des milliardaires américains qui les démontaient pierre par pierre et les remontaient outre-Atlantique.
  • Le chateau de Lezergué fut mis en vente en 1929 [2], mais a priori « aucun nouveau riche n'a jeté sur lui son dévolu » comme l'écrit plus tard le même Louis Le Guennec dans son livre « Nos vieux manoirs à légendes ».
  • Une pierre sur un talus au début de la rabine de Lezergué était gravé des armes de Guy Autret et son épouse Blanche de Lohéac [3]. Ce blason n'a pas été retrouvé à ce jour.
 
  • Des pierres de l'ancien château, avant sa reconstruction en 1770-75, ont été utilisées pour renforcer les murs des bâtiments de la ferme attenante.
  • Les boiseries intérieures du château ont été vendues à des acquéreurs quimpérois par les occupants de la ferme et du château, les Nédélec.
  • Guy Autret, le chatelain du 17e siècle, avait bon appétit et adorait la bonne chère, et il l'écrivait avec vigueur et passion dans ses missives.
Version inédite du dessin de Louis Le Guennec
Version inédite du dessin de Louis Le Guennec

[modifier] 2 Coupure de presse

Transcription :

Choses et gens de Basse-Bretagne. Le château de Lezergué.

Nous apprenons que la Société « La Sauvegarde de l'Art Français » [1], qui s'occupe avec un zèle si soutenu et de si heureux résultats du sauvetage de nos antiquités nationales menacées par l'avidité des mercantis et la convoitise des milliardaires d'Outre-Atlantique, fait en ce moment des démarches en vue de l'inscription sur la liste complémentaire des monuments historiques de la façade du château de Lezergué, en Ergué-Gabéric, près Quimper, dont la mise en vente a été signalée il y a une quinzaine de jours dans l'Ouest-Eclair [2].

Tout porte à espérer que ces démarches aboutiront et que ce monument, d'un style assez rare dans le Finistère, ne quittera pas de sitôt la Cornouaille pour les bords du Potomac ou de la Rivière-Rouge [4].

Le croquis ci-joint représente Lezergué tel il était encore il y a trois ans au plus. Les brèches de la toiture apparaissent à gauche, au-dessus du fronton courbe du pavillon. L'aspect actuel diffère assez peu de celui-là, sauf la démolition partielle du pignon de gauche dont on n'a gardé que les assises suffisantes pour soutenir la partie de la façade qui s'y reliait. De belles boiseries du 18e siècle ont trouvé acquéreur à Quimper même.

Comme on sait, l'historien et généalogiste Guy Autret de Missirien faisait, au temps de Louis XIII et au début du règne de Louis XIV, sa résidence favorite à Lezergué. Il habitait, non le château des de La Marche, bâti plus d'un siècle après sa mort, mais un manoir plus rustique dont quelques débris survivent mêlés aux édifices de la ferme attenante. Ses armoiries, alliées à celles de sa femme, Blanche de Lohéac, se voient encore sur une pierre encastrée dans un talus au bord de l'avenue [3].

Tout amateur de vieux parchemins et de vieilles chartes qu'il était, l'excellent gentilhomme ne dédaignait point un bon morceau, professant sans nul doute avec Descartes que Dieu n'a pas fait les mets friands que pour les seuls imbéciles. Voici de lui une lettre inédite [5] qui témoigne de son appétit et de son enjouement. Il l'adressait de Lezergué, « le jeudi de l'Ascension 1642 » au procureur du Roi du présidial de Quimper, M. du Haffont de Kerescant :

« Monsieur mon cher cousin, il ne faut point user de cérémonies vers ceux qui vous sont si acquis comme nous. Il ne failloet ni convi ni prières pour nous obliger de vous aler aider à festiner. En telles occasions je ne lesse jamais deffaut, et je suis toujours rendu auparavant le messager qui m'en vient quérir ».

« Ne soiés donc point en paine de nous. Je seroy dimanche le coeur de vostre festin, primum vivens et ultimum moriens, je veux dire que le premier à table et le dernier à en sortir. Ma fame ne peut escrire pour avoir mal à la main. Elle espère que vous agrérés ses excuses et qu'elle se serve de la main qui est le meilleur membre de son secrettere ».

  « Attandant vous voir je suis vostre très humble serviteur. MISSIRIEN ».

« Monsin (?) barone, qui est devenue marquise du Chastel depuis six jours, ne me done point de patience que je n'escrive en ce lieu les besemains qu'elle vous envoet ».

L.

L'Ouest-Eclair, 27 septembre 1929
L'Ouest-Eclair, 27 septembre 1929

[modifier] 3 Annotations

  1. L'association «  La Sauvegarde de l'Art Français » œuvre toujours dans le domaine du mécénat, notamment pour la sauvegarde des églises et chapelles : Site Internet. [Ref.↑ 1,0 1,1]
  2. Nous avons retrouvé l'annonce de mise en vente du château dans les colonnes du Progrès du Finistère du 24 août et celles du Finistère du 31 août 1929 : cf article GT « Vente de façade de vieux château, Ouest-Eclair et autres journaux 1924-1930 » ¤  [Ref.↑ 2,0 2,1]
  3. Le blason est décrit par Louis Le Guennec dans ses notes ainsi : « Dans le talus d'un champ à droite de l'avenue de Lezergué, on a encastré une pierre de granit portant un écusson carré mi-parti coupé au 1 de 3 fasces ondées, qui est Autret - au 2 de 3 épées en bande, qui est Coatanezre - au 2 d'une mâcle, qui est Tréanna Lohéac ».Guy Autret de Missirien, de Lezergué, de Kernaou à Ergué-Gabéric épousa Blanche de Lohéac fille de Mathieu de Lohéac seigneur de Pencleuz et de Marguerite le Baud. Ils n'auront pas d'enfants. Le blason des Lohéac est supposé être « Vairé contre-vairé d'argent & d'azur » et non une mâcle, ce qui semble contredire la mention manuscrite et l'article de l'auteur dans l'Ouest-Eclair en 1929. Les Tréanna par contre avaient bien comme armoiries « d’argent à une mâcle d’azur ». [Ref.↑ 3,0 3,1]
  4. Le Potomac est un fleuve de 665 km de long qui se jette dans la Baie de Chesapeake, située sur la côte Est des États-Unis. La rivière Rouge est une rivière d'Amérique du Nord qui marque la frontière des États du Minnesota et du Dakota du Nord. [Ref.↑]
  5. La transcription de la lettre inédite de Guy Autret est incluse dans le fonds Daniel Bernard conservé aux archives départementales du Finistère (cote 110J75), dans une petite liasse "sans date", avec seulement cette référence au jeudi de l’ascension sans en préciser l'année. [Ref.↑]


Thème de l'article : Revue de presse

Date de création : Mai 2011    Dernière modification : 16.03.2018    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]