Croas Spern, Kroaz Spern - GrandTerrier

Croas Spern, Kroaz Spern

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


Forme française Croas Spern
Forme bretonne Kroaz Spern
Signification "croix de haie d'épines"
Décomposition Kroaz pour "croix, carrefour" et Spern désignant généralement une haie d'épines (aubépine ou prunellier)
Relevés 1946
Référentiel : « Cartographie, cartes anciennes » ¤  « Index des toponymes » « Étude de Bernez Rouz sur les noms de lieux d'Ergué-Gabéric » ¤ « Dictionnaire des noms de lieux bretons d'Albert Deshayes » ¤ 

[modifier] 1 Géolocalisation du village

Coordonnées géographiques : 48° 0' 28.95" N 4° 1' 28.87" W (lat. 48.008042, long. -4.024687)

Cartographie du lieu-dit : « Géo.Croas Spern »

[modifier] 2 Explications toponymiques

Dans le Cahier n° 9 d'Arkae publié en 2007, Bernez Rouz explique l'origine du lieu-dit comme suit :

Croas Spern (Kroaz Spern)

Orthographe Année Source (cf. ) Référence, côte
Croix Spern 1946 I.N.S.E.E. Nomenclature
Croas Spern 2002 I.G.N. carte 0618 O

Littéralement "croix d'épines", ce lieu bien connu parce qu'il désigne le terrain de l'Amicale d'Ergué-Gabéric se situe non loin de l'intersection des routes de Coray et du bourg. Il existait en cet endroit un Park ar Spern, le champ des épines : spern gwenn désigne en breton l'aubépine et spern du le prunellier, une végétation fréquente dans la commune.

Kroaz Spern pourrait désigner la croix près du Park ar Spern.

Dans son mémoire en breton de 1977 (et dans le résumé en français de 1981), Bernez Rouz avançait cette explication :

9 - ANVIOU RELIJIEL
k) AN C'HROAZIOU

-- Croix Spern  Image:CroasSpern-phonétique.jpg, (Kroaz Spern)

N'eus nemet ul lec'h gant ur seurt anv e Breizh. Hag eñ eo stag ar groaz-se ouzh istor ar Venec'h ruz, diazezet en Erge Vihan ? E skridoù ar re-mañ ez eus koaoz eus "Cruce Spina", simbol an divarvelezh eo ar spern.

Ne oa ket eus al lec'h-se war ar c'hadastr kozh. Ur Park ar Spern ne oa ken. Setu perak eo furoc'h gwelet amañ anv ar wezenn (spern du, spern gwenn, spern melen).

KROAZ SPERN : "la croix des épines"

A propos du terme "Kroas", Albert Deshayes précise dans son Dictionnaire des noms de lieux bretons (page 148):

PARTIE "Décrivons la nature"
Chapitre "Les chemins et les lieux divers"


Kroas "croix" procède d'un emprunt au latin crux par le vieux breton croes et le moyen breton croez ; il a pour correspondants le gallois croes et le cornique crows. Une croix s'élevait le plus souvent à la croisée de chemins, d'où son extension à noter un "croisement". Dans bien des cas, le breton kroas a été remplacé par son équivalent français. Ce terme est très fréquent dans la toponymie, puisqu'on le relève à plus de cinq cents reprises. Les croix du haut Moyen Age se reconnaissent à leur taille dans les Croas-Ver, souvent traduits par Croix-Verte (de kroas verr "croix courte") auxquels s'opposent les Croas-Hir. Les croix étaient généralement peintes au Moyen Age, d'où les nom Croaz-Ruz en Plouénan (29), Croas-Ru en Lopérec (29), régulièrement traduit en Croix-Rouge, ou partiellement en Croix-Ru en Pleyben (29), etc., Croas-Ven en Landrévarzec (29) [...].

On le note employé seul, sous forme diminutive , ou sous forme plurielle. Placé en position proclitique, on le note associé à un terme descriptif, un élément du paysage, un nom de plante, un nom d'animal, un nom de personne, un qualificatif. Employé comme second élément, on le note associé à trente-trois autres termes dont kêr à cent trente reprises, puis ti à quatorze, menez à treize, lann à huit, pont à huit, porzh à sept, poull à six, etc.

Il est alors graphié, outre croas ou croaz : croes, croez, croaj, cras. Par lénition : groas, groaz, groes, groez, grois, groix, groise, groiez. Par spirantisation : c'hroaz, chraj, ouez.

Croas : (breton moderne, kroas), croix mais en toponymie désigne un carrefour, un croisement ; est parfois noté "croissant" forme francisée de kroashent (hent = chemin, route).

(A.Deshayes, Villages et lieux-dits de Quimper).

Page 123, Albert Deshayes donne l'information suivante pour l'interpretation du mot "Spern"  :

PARTIE "Décrire la nature"
Chapitre "Les arbustes et les plantes des terres pauvres"
<br
Spern "épines" procède du vieux breton spern de même sens. Il se montre au singulatif dans Spernen, sous forme plurielle dans Lespernou, sous forme dérivée : sperneg "épinaie", spernoed, spernid ... Dans les composés, il se montre associé à quatorze autres termes dont bod à neuf reprises, kêr à six, garzh et maes à deux, etc.