FREMINVILLE Christophe-Paulin (de) - Antiquités du Finistère - GrandTerrier

FREMINVILLE Christophe-Paulin (de) - Antiquités du Finistère

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


Image:LivresB.jpgCatégorie : Media & Biblios  

Site : GrandTerrier

Statut de l'article : Image:Bullgreen.gif [Fignolé] § E.D.F.

FRÉMINVILLE (Christophe-Paulin / de), Antiquités du Finistère. Seconde partie. Contenant la description des anciens monumens de la Cornouailles et un supplément notable à ceux du Léonnais, Come, ainé, et Boneteau, Brest, 1835, ISBN N/A
Titre : Antiquités du Finistère. Seconde partie. Contenant la description des anciens monumens de la Cornouailles et un supplément notable à ceux du Léonnais
Auteur : FRÉMINVILLE Christophe-Paulin / de Type : Livre/Brochure
Edition : Come, ainé, et Boneteau Note : -
Impression : Brest Année : 1835
Pages : 500 Référence : ISBN N/A

[modifier] Notice bibliographique

Couverture V2

Les annexes de cet ouvrage servent de référence pour au moins deux travaux importants de transcriptions d'archives, à savoir les montres [1] générales pour l’évêché de Cornouaille en 1481 et 1562.

Extrait / Montre de 1481 / page 316 :

Monstre [1] de l'evesché de Cornouailles de l'an 1481
(Copiée sur le M. S. original)

Le présent livre est le mémoire et rapport de la monstre générale des gens d'armes, de traict et autres gens de guerre, nobles et ennoblis, et autres tenans fiefs et heritaiges nobles et subjects aux armes de l'evesché de Cornouailles ;

Les nobles d'Ergué Gaberit

Jehan Provost, par Jehan son fils, archer en brigandine [2].

Caznoret de Kerfort, par Hervé le Normand, archer en brigandine [2] et vouge [3].

Yvon Kersulgar, archer en brigandine [2] et pertuisanne [4].

François Lisiard, mineur, par Louis le Borgne, archer en brigandine [2].

Henry Kersulgar, par Jehan Provost le jeune, archer en brigandine [2] et vouge [3].

Ouvrage complet :

Autres lectures : « 1481 - Monstre de l’Evesché de Cornouailles » ¤ « TORCHET Hervé - Montre générale des nobles de 1481 en Cornouaille » ¤ « 1562 - Monstre de l’Evesché de Cornouailles » ¤ 

[modifier] Annotations

  1. Montre, s.f. : revue militaire de la noblesse. Tous les nobles doivent y participer, munis de l’équipement en rapport avec leur fortune. Les ordonnances du duché de Bretagne spécifient minutieusement l’armement de chaque noble en fonction du revenu déclaré. Ainsi, la convocation de 1540 indique l'armement suivant : Au dessous de 60 livres de rente, en brigandine ou en paltoc nouveau modèle sans manches, mais avec lesches ou mailles sur les bras, avec faculté de se servir d'arc ou de juzarme ; entre 60 et 140 livres, en archer en brigandine ou en juzarmier, avec un coutilleur (soit 2 chevaux) ; entre 140 et 200 livres, en équipage d'homme d'armes (la tenue de la gendarmerie permanente de lanciers), avec un coutilleur et un page (soit 3 chevaux) ; entre 200 et 300 livres, en équipage d'homme d'armes, avec un archer ou juzarmier en brigandine, un coutilleur et un page (soit 4 chevaux) ; entre 300 et 400 livres, toujours en équipage d'homme d'armes avec deux archers, un coutilleur et un page (soit 5 chevaux). Et ainsi de suite en augmentant d'un archer par cent francs de revenu. Source : www.gwiler.net. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 1,0 1,1]
  2. Brigandine, s.f. : cuirasse légère, composée de lames d’acier larges de deux à trois doigts, assemblées transversalement et clouées sur un cuir de cerf bien apprêté ; la flexibilité de cette sorte d’armure la rendait commode pour les gens de trait, tels que les archers et les arbalétriers. Armure composée de lames articulées, placées à recouvrement, liées entre elles par des rivets dont on voit les têtes ; cette armure, très employée au XVe siècle, était celle de l'archer à cheval des compagnies d'ordonnance, et souvent celle du gentilhomme qui ne pouvait se procurer une armure de plates constituées de plaques d'acier (L'Haridon, Catalogue du Musée d'artillerie). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4]
  3. Vouge, s.m. : pique armée d’un fer long, large, évidé et tranchant comme une lame de sabre. Le vougier n’a d’autre arme défensive qu’un morion ou simple casque sans visière ni gorgelette : c’est l’emploi des gentilshommes les plus indigents. Source : www.gwiler.net. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 3,0 3,1]
  4. Pertuisane, s.f. : arme d'hast (arme dont le fer est monté sur une longue hampe ou fût) en usage de la fin du XVe jusqu'au milieu du XVIIIe siècle. Caractérisée par son fer de glaive, large à la base, muni de deux oreillons, se terminant en pointe aiguë. La pertuisane était portée par divers gardes et par les lieutenants des gens de pied. Source : www.cdc-chatelaudren-plouagat.com. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]


Thème de l'article : Fiche bibliographique d'un livre ou article couvrant un aspect du passé d'Ergué-Gabéric

Date de création : Août 2011    Dernière modification : 13.12.2017    Avancement : Image:Bullgreen.gif [Fignolé]