Gongalic, Gongallig - GrandTerrier

Gongalic, Gongallig

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


Forme française Gongalic
Forme bretonne Gongallig
Signification "tenue du dénommé Le Gallec, de pays francophone"
Décomposition Gonez, de Gonid "gagner", et le patronyme an Galleg, désignant une personne parlant un dialecte français
Relevés 1540, 1551, 1600, 1618, 1634, 1678, 1790
Référentiel : « Cartographie, cartes anciennes » ¤  « Index des toponymes » « Étude de Bernez Rouz sur les noms de lieux d'Ergué-Gabéric » ¤ « Dictionnaire des noms de lieux bretons d'Albert Deshayes » ¤ 

[modifier] 1 Géolocalisation du village

Coordonnées géographiques : 48° 0' 14.37" N 4° 1' 45.71" W (lat. 48.003993, long. -4.029365)

Cartographie du lieu-dit : « Géo.Gongalic »

[modifier] 2 Explications toponymiques

Dans le Cahier n° 9 d'Arkae publié en 2007, Bernez Rouz explique l'origine du lieu-dit comme suit :

Congalic (Gongallig)

Orthographe Année Source (cf. ) Référence, côte
Gonez ar Gallec
Gouez an gallec
1540 A.D.L-A. B2013
Gouvezangallic 1540 A.D.F. A 85
Goazangallec 1551 A.D.F. A 85
Gouzangallic 1600 A.D.F. A 141
Gouzangallic 1618 A.D.F. A 85
Gouzangallic 1634 A.D.L-A. B 2013
Gongallic 1678 A.C.E-G. B.M.S.
Gougallic 1790 A.D.F. Recensement, 10 L 168
Gongalic 1962 A.C.E-G. Cadastre
Congalec 2002 I.G.N. carte 0519 ET

La graphie congalic est fautive. Les formes anciennes et la prononciation actuelle prébiscitent Gongallic. Ce mot est formé de deux parties : la seconde indique qu'il s'agit d'un nom d'homme An Gallec ou An Gallic francisée en Le Gallic ou Le Gallec. Ce nom désignait quelqu'un qui parlait un dialecte français. Ce nom désignait souvent des gens originaires de Haute-Bretagne où l'on parle le gallo, venus s'installer en pays bretonnant. Galleg désigne la langue française en breton.

La première partie du nom qui malgré de multiples variantes semble être Gonez, de la même racine que le mot Gonid, gagner, (gones en cornique), mot qui a donné le nom de famille Gonidec qu'on peut traduire par laboureur, celui qui gagne sa vie par le travail de la terre.

Gonez an Galleg, les terrains gagnés par Le Gallec, a été contracté en Gongallig.

Dans son mémoire en breton de 1977 (et dans le résumé en français de 1981), Bernez Rouz avançait cette explication :

7 - ANVIOU ALL

-- Gongallic Image:Gongalic-phonétique.jpg (Gon Gallig), 1540 : Gonez an gallec, 1678 : Gongallic
Gallic, an Gallec, a hañval bezañ un anv-den. An tamm kentañ avat, n'heller ket tostaat anezhañ ouzk KON, KONOCH. N'emañ ket war an uhel da gentañ ha d'an eil ne gaver nemet stummoù GON, GONEZ. Ar gouent a vez distaget /   / er vro, met n'eus netra evit roiñ deomp da grediñ e vije bet ur gouent dre aze.

GONGALLIG : La forme ancienne est "Gonez an Gallec" en 1540. Le premier terme a la même racine que Gonid = gagner ; An Galleg est un nom de personne désignant celui qui parle français. Gongallig peut donc se traduire par "la tenue, la ferme du dénommé Le Gallig".

A propos des patronymes "Gall" et "Gallic", Albert Deshayes précise dans son Dictionnaire des noms de lieux bretons (page 489) :

PARTIE "Des noms de personne"
Chapitre "D'anciens surnoms bretons"


Gall, au sens de "étranger (à la Bretagne)" est un nom prolifique en toponymie même si l'on ne tient pas compte de son homonyme Gall (signifiant "acte violent, activité, passsion"). Il se reconnaît dans neuf cas sur dix à la présence de l'article. [...]

Gallic, dimininutig en -ic du précédent,  dans Congalic en Ergué-Gabéric (29), Gouezangallic en 1540.

Pour le patronyme Gonidec , Page 105 de son dictionnaire des noms de lieux, Albert Deshayes donne l'information suivante  :

PARTIE "Des noms de personne"
Chapitre "D'anciens surnoms bretons"


Gonidec est une variante du moyen breton gounidec "cultivateur", c'est-à-dire "ouvrier agricole" ; on le note dans Kergonidec en Landerneau (29), Kerangounidec en 1673. [...]