Kerdudal, Kerzudal - GrandTerrier

Kerdudal, Kerzudal

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


Forme française Kerdudal
Forme bretonne Kerzudal
Signification "village de Tugdual, premier évêque de Tréguier et signifiant valeureux
Décomposition Ker pour "lieu habité, village" et Tutuuall / Tugdual, fondateur de l'évêché de Tréguier au 6e siècle, formé avec uuall "valeureux"
Relevés 1485, 1488, 1539, 1548, 1685, 1790, 1834

[modifier] 1 Références et géolocalisation

Coordonnées géographiques 48° 0' 42.7" N 4° 2' 24.64" W (lat. 48.01186, long. -4.040179)
Cartographie du lieu-dit « Géo.Kerdudal »
Documents généraux « Cartographie, cartes anciennes » ¤  « Index des toponymes » « Étude de Bernez Rouz sur les noms de lieux d'Ergué-Gabéric » ¤ « Dictionnaire des noms de lieux bretons d'Albert Deshayes » ¤ 
Autres lectures.   « 1450-1540 - Adveus pour Ker(t/d)ug(d)oal extraicts de l'inventaire de Quimpercorantin » ¤ « 15e-16e - Collection d'actes anciens transcrits et étudiés sur Tréodet et Kerfors » ¤ 

[modifier] 2 Explications toponymiques

Bernez Rouz, Cahier n° 9 d'Arkae, 2007

 

Kerdudal (Kerdudal)

Orthographe Année Source (cf. ) Référence, côte
Kertugoal 1485 A.D.F. A 85
Kerdudoel 1488 A.D.L-A. B 2012
Kertugdoal 1539 A.D.L-A. B 2012
Kerdudal 1548 A.D.F. 5 J 24
Kerdudal 1685 A.C.E-G. B.M.S.
Kerdudal 1790 A.D.F. 10 L 168, recensement
Kerdudal 1834 A.C.E-G. Ancien cadastre
Kerdudal 2002 I.G.N. carte 0618 O

Les formes anciennes ne laissent aucun doute. Nous avons ici le patronyme Tugdual du nom du fondateur de l'évêché de Tréguier et qui a donné aussi le nom Landudal, paroisse proche d'Ergué-Gabéric.

Tugdual est devenu Tudal puis Dudal. Actuellement, ce lieu est prononcé /Kerzu'l.

Si le D intervocalique n'est plus entendu, plus étonnante est la mutation T/Z alors qu'on s'attend à trouver T/D. La forme Kerdudal est donc étymologiquement plus pertinente.


Témoignages sur la prononciation locale :

 

La prononciation Kerzul pour Kerzudal, la syllabe intermédiaire « da » étant "mangée", est défendue par les anciens : « Quand quelqu'un parle du village comme étant "Kerdudal", cela n'évoque rien pour nous car ici tout le monde disait Kerzul ».

Même Jean-Marie Déguignet ne dérogeait pas à cette orthographe : « ce chemin passait par Stang a Leur (Kerleur), grand pays de lutins, par Kerzudal, Lézébel pour aboutir à la route de Coray à Quimper ».


Bernez Rouz , mémoire en breton de 1977 (et résumé en français de 1980)

 

4 - ANVIOU GANT KER
a) AN ANV KER

30% eus an anvioù-lec'h studiet ganeomp a ao dezho anvioù gant KER. E 1834 eo 40% eus an atantoù a zo gant an anv KER. En o zouez m'eus nikun a hañval bezañ gant ar ster "castrum" : kastell kreñv pe kêr vogeriet a gaved gwechall gozh e-barzh Caermarthen e Bro Gembre pe Ker Ahez e Breizh.

Aet eo da get ar ster-se tro an Xvet kantved ha diwar neuze ez eus bet krouet kêrioù pe atantoù dezho un ti hepken da zigentañ, emichañs. Gant kresk ar boblañs en XIIvet kantved ze eus deuet ur bern eus an anvioù-se. Ha roet zo bet dezho anv an ozhac'h evit o disheñvalaat. Setu perak emañ al lodenn vrasañ anezho savet gant KER + anv den. Un nebeudig a zalc'h d'un anv all Ker ar Penn Sal da skouer, ha nebeutoc'h c'hoazh a zo gant KER + anv gwan Kernevez, Kervihan ...

b) KER + ANV DEN -- Kerdudal Image:Kerdudal-phonétique.jpg (Ker Zudal), 1685 : Kerdudal
Ur park Tudal a zo meneget war vammennoù ar c'hadastr kozh. Parrez Landudal a zo sko ouzh an Erge Vras. Mag eo emañ an anv-den Tudal n'heller nemet souezhiñ gant ar c'hemmadur T/Z.


KERZUDAL : Le village de Tudal. Prononcer Kerzul.


Albert Deshayes , dictionnaire des noms de lieux bretons, p. 165

 

PARTIE "Les lieux de vie"
Chapitre "Les lieux habités"


Kêr "lieu habité" et, par dérivation sémantique, "village" et "ville", connaît à partir du XIe siècle une expansion rapide et durable puisque son utilisation en toponymie se chiffrerait à plus de dix-huit mille noms, dont la moitié pour le seul Finistère. A l'origine le terme kêr avait l'acception de "endroit clos, agglomération enclose", sens conservé par le gallois caer "forteresse". La plupart des villages d'Armorique étaient défendus par un fossé et un talus de terre mais, dans un contexte économique favorable et une paix relative qui suivra l'arrêt des invasions normandes, le sens de ce terme évoluera en "lieu habité et cultivé". Il perdra donc le sens primitif du latin castrum pour adopter celui de villa et s'appliquera à des groupes de maisons rurales. Plutôt rares dans les chartes du Cartulaire de Redon (on n'en dénombre que treize), les toponymes en Ker- se font plus nombreux dans les autres cartulaires.


p. 437

 

PARTIE "Des noms de personne"
CHAPITRE "Des noms de baptême bretons"

Tudal, du nom vieux breton Tutuuall attesté en 883, puis Tuduual en 851 et formé avec uual "valeureux", présente trois variantes, l'une Tual tout aussi fréquente en toponymie, une seconde Tuzval et la troisième Tugdual due à une erreur de clercopiste qui reproduisait le nom Tugdual (le -gu- interne ayant valeur de -w-.

Ce nom se trouve associé à : bod "demeure" [...], bois [...], breil [...], bren "colline" [...], convenant [...], croix [...], gwern "marais" [...], kêr "lieu habité" [...], koad [...], lann "lieu sacré" [...], maes "champ ouvert" [...], pennhêr "issue de village" [...], pont "pont" [...], prad "préé [...], run "tertre" [...], saint [...], stank "vallée" [...], val [...], ville [...].

[modifier] 3 Annotations