La "gavotte aux garages" de la rue de Croas-ar-Gac, Boest an dioul 2008 - GrandTerrier

La "gavotte aux garages" de la rue de Croas-ar-Gac, Boest an dioul 2008

Un article de GrandTerrier.

(Différences entre les versions)
Jump to: navigation, search
Version du 4 juillet ~ gouere 2020 à 09:09 (modifier)
GdTerrier (Discuter | contributions)

← Différence précédente
Version du 4 juillet ~ gouere 2020 à 09:41 (modifier) (undo)
GdTerrier (Discuter | contributions)

Différence suivante →
Ligne 29: Ligne 29:
[[Image:AfficheBoestandiaoul2008.jpg|380px|center]] [[Image:AfficheBoestandiaoul2008.jpg|380px|center]]
-Elle a continué son chant par une dizaine d'autres strophes qui expliquent la distanciation sociale entre le pauvre meunier et la riche fille d'agriculteurs. Et cette interprétation complémentaire, dont le texte est aussi dans la feuille volante, est exécutée de mémoire seulement, car Marjan ne savait pas lire du tout.+Elle a continué son chant par treize autres strophes qui expliquent la distanciation sociale entre le pauvre meunier et la riche fille d'agriculteurs. Et cette interprétation complémentaire, dont le texte est aussi dans la feuille volante, est exécutée de mémoire seulement, car Marjan ne savait pas lire du tout.
Les musiciens de la fête des garages sont principalement les accordéonistes Jean Marc Guéguen, plus connu sous le nom de Gaston, et l'incontournable Thierry Beuze de Plonéis, ainsi que les violonistes Loïc Le Grand-Lafoy et sa fille Emilie, accompagnés de leurs amis guitariste, saxophoniste et flûtiste. Les musiciens de la fête des garages sont principalement les accordéonistes Jean Marc Guéguen, plus connu sous le nom de Gaston, et l'incontournable Thierry Beuze de Plonéis, ainsi que les violonistes Loïc Le Grand-Lafoy et sa fille Emilie, accompagnés de leurs amis guitariste, saxophoniste et flûtiste.
Ligne 99: Ligne 99:
|width=4% valign=top {{jtfy}}|  |width=4% valign=top {{jtfy}}| 
|width=48% valign=top {{jtfy}}| |width=48% valign=top {{jtfy}}|
-L'exemplaire ci-dessous provient des archives de l'abbaye de Landévennec, cote 20-2-0372. Au recto une autre chanson plus courte : « <i>Klemmoù ar bennhêrez</i> » (plaintes de l’héritière). La « <i>Chanson eur Meliner Yaouank d'he Vestrez</i> » compte 30 couplets doubles, soit 60 au total, à comparer aux 24 du carnet de chant « <i>Kana da zansal</i> » et aux 40 chantés par Marjan Mao.+L'exemplaire ci-dessous provient des archives de l'abbaye de Landévennec, cote 20-2-0372. Au recto une autre chanson plus courte : « <i>Klemmoù ar bennhêrez</i> » (plaintes de l’héritière). La « <i>Chanson eur Meliner Yaouank d'he Vestrez</i> » compte 30 couplets doubles, soit 60 au total, à comparer aux 25 du carnet de chant « <i>Kana da zansal</i> » et aux 36 chantés par Marjan Mao.
|} |}
Ligne 296: Ligne 296:
|width=4% valign=top {{jtfy}}|&nbsp; |width=4% valign=top {{jtfy}}|&nbsp;
|width=48% valign=top {{jtfy}}| |width=48% valign=top {{jtfy}}|
-14. A la fin de mes trois années de service, à la mi-août dernière+14. À la fin de mes trois années de service, à la mi-août dernière
<br>J'arrive chez mon père, joyeux, en chantant <br>J'arrive chez mon père, joyeux, en chantant
 +|-
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +15.Henvel duez eur golvenig libr e d'hi diouaskell
 +<br>Hond er mèz deuz ar gaoued, a gan a nij a-bell
 +<spoiler text="MM">
 +Heñvel deus ar golvennig, libr e diouaskell
 +<br>O hont er-maez da gaouet a gan a nij a-bell
 +</spoiler>
 +|width=4% valign=top {{jtfy}}|&nbsp;
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +15. Semblable à un passereau aux ailes libres
 +<br>Qui en sortant de sa cage, chante et s'envole au loin
 +|-
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +16. O honed prestig goude da weled ma mignoned
 +<br>Tristroan diwar ma hent,heb digarez ebed
 +<spoiler text="MM">
 +O hont prestik goude da wel’ ma mignoned
 +<br>‘Zistroent diwar ma hent, hep digarez ebet
 +</spoiler>
 +|width=4% valign=top {{jtfy}}|&nbsp;
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +16. Allant peu après voir mes amis
 +<br>Je me détourne de mon chemin sans autre prétexte
 +|-
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +17. Evel ma vijen poulzet da dremen dre ar gêr
 +<br>Ba pehini mo a bevet ma eurusa amzer
 +<spoiler text="MM">
 +Evel ma vijen poulzet da dremen dre ar gêr
 +<br>‘lâr pehini oa bevet ma eürusted amzer
 +</spoiler>
 +|width=4% valign=top {{jtfy}}|&nbsp;
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +17. Comme si j'étais poussé à passer par le village
 +<br>Dans lequel j'avais vécu mon temps le plus heureux
 +|-
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +18. An dud a oa o turna, peurzastum an ed-du
 +<br>Tridal ree ar mekanik, prez e oa en daou tu
 +<spoiler text="MM">
 +‘Benn m’oan degouezhet eno, peurzastum an ed du
 +<br>Yudal ‘reas ar mekanik, pres e oa en daou du
 +</spoiler>
 +|width=4% valign=top {{jtfy}}|&nbsp;
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +18. Les gens étaient en train de battre, achevant la récolte du blé noir
 +<br>La machine tressaillait, on s'affairait des deux côtés
 +|-
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +19. War ma halonik ivez e oa prez warnezi
 +<br>Kement evel a lampe o tostaad deuz an ti
 +<spoiler text="MM">
 +War va c’halonig ivez ‘oa pres warnezi
 +<br>Kement ma reas ul lamm o tostaat deus an ti
 +</spoiler>
 +|width=4% valign=top {{jtfy}}|&nbsp;
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +19. Mon petit cœur aussi s'accélérait
 +<br>Tellement il sautait en s'approchant de la maison
 +|-
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +20. - Yehed deoh-ta Franzeza. Mond a rit mad a ret bepred ?
 +<br>- Ya! Mar ya kenkoulz ganech den yaouank didosdet
 +<spoiler text="MM">
 +Dibonjour deoc’h Franseza, ha mat a ya bepred
 +<br>Ma ya kenkoulz diganeoc’h den yaouank didostait
 +</spoiler>
 +|width=4% valign=top {{jtfy}}|&nbsp;
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +20. - Bonne santé à vous Françoise. Est-ce que vous allez toujours bien ?
 +<br>- Oui, si cela va aussi bien avec vous jeune homme.
 +|-
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +21. Ha matreze peus seched. Azezet eun tammig
 +<br>Da hortoz ken teuy ma mamm zo eet da gerhed chistr
 +<spoiler text="MM">
 +Matrese ho peus sec’hed. Aze’it un tammig
 +<br>Da c’hortoz ken teuio va mamm ‘zo waet da gerc’hat sistr
 +</spoiler>
 +|width=4% valign=top {{jtfy}}|&nbsp;
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +21. Et peut-être avez-vous soif. Asseyez-vous un petit peu
 +<br>Pour attendre que vienne ma mère qui est allée chercher du cidre.
 +|-
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +22. Gand plijadur azein, vi din n'on ket eet skuiz
 +<br>Abaoue tri d'e aman on distro deuz Sant-Denis
 +<spoiler text="MM">
 +Gant plijadur azezin, evit ma n’on ket skuizh
 +<br>Tri deiz so e retournan demeus a Sant Deniz
 +</spoiler>
 +|width=4% valign=top {{jtfy}}|&nbsp;
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +22. Avec plaisir je m'assoirai, bien que je ne sois pas fatigué
 +<br>Voici trois jours que je suis de retour de Saint-Denis
 +|-
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +23. Ha 'benn eiz devez aman e vo pevarzek là
 +<br>Oan azeet en ho kichenn vid ar wech diweza
 +<spoiler text="MM">
 +Kar ‘benn eizh devezh ahann ni vo pevarzek vloaz
 +<br>‘Oan aze’et en ho kichenn ‘vit ar wech diwezhañ
 +</spoiler>
 +|width=4% valign=top {{jtfy}}|&nbsp;
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +23. Et dans huit jours d'ici il y aura quatorze ans
 +<br>Que j'étais assis à votre côté pour la dernière fois.
 +|-
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +24. Touzet peus ho pleo melen chenchet henvelidigez
 +<br>Mez ho mouez hag ho savar zo bepred ar memez
 +<spoiler text="MM">
 +Touzet ‘peus ho plev melen cheñchet henveligez
 +<br>Mes ho mouezh hag ho safar zo bepred ar memes
 +</spoiler>
 +|width=4% valign=top {{jtfy}}|&nbsp;
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +24. Vous avez tondu votre chevelure blonde et changé de ressemblance
 +<br>Mais votre voix et votre parler sont toujours les mêmes.
 +|-
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +25. Ar plant yaouank hall breman dougen frouez ha bleiniou
 +<br>Mez prestig teuy da zevel keonid war o zreujou
 +|width=4% valign=top {{jtfy}}|&nbsp;
 +|width=48% valign=top {{jtfy}}|
 +25. Les jeunes plantes peuvent maintenant porter fruits et fleurs
 +<br>Mais bientôt se lèveront des toiles d'araignée sur leurs tiges.
|} |}

Version du 4 juillet ~ gouere 2020 à 09:41

Catégorie : AudioVisuel
Rubrique : Video
Encyclopédie : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [2 - à enrichir]

Une vidéo amateur de 2 minutes 30 pour la clôture d'un rassemblement de musiciens et chanteurs qui se sont déchaînés en impros et répétitions dans les sous-sols du haut de la rue de Croas-ar-Gac et qui reprennent ensemble un chant traditionnel « Son ar Meilher », rebaptisé à l'occasion « gavotte aux garages ».

Posté par Titimouty sur Youtube le 21 septembre 2008 : video -pyYLq5Aosw

Autres lectures : « RODE Pascal - La Ballade d'un Paysan Bas-Breton » ¤ « Rêveries d'un potier solitaire par Loïc Pichon » ¤ « Les chants de Marjan Mao, collectage de Dastum en 1979 » ¤ 

Présentation

Le 20 septembre 2008, une session préparatoire du festival d'accordéons de la sympathique association « Boest an Dioul » dont le nom signifie "boîte du diable" - surnom donné autrefois à l'accordéon diatonique par les prêtres pour ses facultés diaboliques d'appels à la danse - était organisée à Ergué Gabéric du côté du quartier de Lestonan-Quélennec.

Trois garages en sous-sol de la rue de Croas-ar-Gac avaient été ouverts pour cette manifestation : chez Françoise et Dédé Larvol, chez Marie Thé et Didier Le Meur et chez Monique et Didier Coustans-Roland. La rue était barrée et déviée par Pontlen, les gens pouvaient déambuler d'un garage à l'autre, et sous le barnum installé au milieu de la rue pour la buvette et les "billigs" [1]. Les gens du quartier étaient venus nombreux et avaient bien apprécié cette très belle soirée.

Et notamment tout le monde se souvient de cette "gavotte aux garages" super entraînante. En fait c'est une reprise du chant traditionnel « Son ar Meilher » (chant du meunier) avec cette orthographe et prononciation locale "meilher", équivalente des "miliner" ou "meliner" plus classiques à l'écrit. La chanson est connue aussi sous le titre complet « Son eur miliner yaouank d'e vestrez » (la chanson d'un jeune meunier à sa bien aimée). Les paroles sont transcrites et traduites ci-dessous (après la vidéo et les photos vignettes), avec la copie du cahier de chants des années 1970 et de la feuille volante des années 1900, la version complète ayant été fournie par le chansonnier Kolaik Pennarun (1871-1919) de Landrevarzec.

Les chanteurs qui se sont joints aux accordéonistes et autres musiciens de « Boest an Dioul » sont le gabéricois Jean Billon [2] et l'elliantais Christophe Kergourlay, avec l'aide rapprochée du scaërois Guy Pensec. Sur la vidéo ils chantent sur un air de gavotte, plus précisément le deuxième temps « ton doubl » à la rythmique musicale redoublée et plus vive qui suit le « ton simpl » et le bal ou « tamm kreiz » plus lents.

Mais il se trouve que cette chanson, et ses paroles à l'identique, étaient dans le répertoire de la chanteuse Marjan Mao [3] qui habitait à Stang-Odet tout près de Croas-ar-Gac. Sous la forme d'une complainte ou « gwerz » [4], ses couplets disent aussi le bonheur d'un enfant meunier de la région et de sa douce amie, puis l'éloignement forcé et le départ du pays, et enfin, au bout de 14 ans, le retour et les tentatives du meunier pour renouer, mais qui se heurte à une réalité sociale bien figée.

La vidéo et les paroles du « ton doubl » se terminent par un couplet spécial qu'on qualifierait aujourd'hui de sexiste : « Ar plant yaouank hall breman dougen frouez ha bleiniou | Mez prestig teuy da zevel keonid war o zreujou » (Les jeunes plantes peuvent maintenant porter fruits et fleurs Mais bientôt se lèveront Des toiles d'araignée sur leurs tiges). Ce texte est dans la version de Kolaik Pennarun, mais Marjan Mao en 1979 l'a ignoré ostensiblement.

 

Elle a continué son chant par treize autres strophes qui expliquent la distanciation sociale entre le pauvre meunier et la riche fille d'agriculteurs. Et cette interprétation complémentaire, dont le texte est aussi dans la feuille volante, est exécutée de mémoire seulement, car Marjan ne savait pas lire du tout.

Les musiciens de la fête des garages sont principalement les accordéonistes Jean Marc Guéguen, plus connu sous le nom de Gaston, et l'incontournable Thierry Beuze de Plonéis, ainsi que les violonistes Loïc Le Grand-Lafoy et sa fille Emilie, accompagnés de leurs amis guitariste, saxophoniste et flûtiste.

Et les nombreux spectateurs sont venus en voisins, tous ou presque des alentours de la rue de Croas-ar-Gac. Pour les identifier, des vignettes d'arrêt sur images, avec numéros de chrono-vidéo, ont été créées. Si vous vous reconnaissez, ou reconnaissez vos amis, n'hésitez pas à nous communiquer leurs noms et/ou prénoms (infos à admin @ grandter-rier.net).


La Vidéo Youtube

Kan ha diskan : Jean Billon et Christophe Kergourlay (et derrière eux Guy Pensec)

Accordéons : Jean Marc Gueguen (Gaston) et Thierry Beuze

Violons : Loïc Le Grand-Lafoy et sa fille Emilie, et ?

Saxophone : ?

Guitare : ?

Flûte : ?

Spectateurs du quartier de Croas ar Gac et des environs : Dédé Larvol, Françoise Beulz-Larvol, Laurent Saliou, Rémy Barguil, Laurence et Marcel Tallec, Philippe Josse de Quelennec, Christian et Noelle Coquil de Lestonan, Pascal Belinger et Gerard Caer du Bourg, Huguette et Gérard Cantin, Jean Le Berre de Quimper (ancien instituteur de Lestonan) ...


Arrêts sur images


Paroles imprimées et traduction

La première mention connue de la chanson est une feuille volante recto-verso publiée par la maison Kerangal de Quimper [5]. Elle est signée Kolaig Pennarun, à savoir Hervé-Nicolas Pennarun, né en 1871 à Landrévarzec et décédé à Quimper en 1919. Outre son activité prolixe de chansonnier, il est également concierge au petit séminaire de Quimper.

 

L'exemplaire ci-dessous provient des archives de l'abbaye de Landévennec, cote 20-2-0372. Au recto une autre chanson plus courte : « Klemmoù ar bennhêrez » (plaintes de l’héritière). La « Chanson eur Meliner Yaouank d'he Vestrez » compte 30 couplets doubles, soit 60 au total, à comparer aux 25 du carnet de chant « Kana da zansal » et aux 36 chantés par Marjan Mao.

 

Gavotte Son ar Miliner, "Kana da zansal"
Gwerz par Marjan Mao
(cf § MM)

 

Traduction française

Ton Simpl

 

Premier temps

1. Ken trist eo ma flanedenn eet on skuiz o ouela
Deuz kreiz ma brasa anken n'om lakan da gana § MM

 

1. Si triste est ma destinée, me voici fatigué à pleurer
Du fond de mon plus grand chagrin je me mets à chanter

2. Da wel'd ha me a gavo remet d'am 'foan spered
O konti deoh ma hlemmou tud yaouank, chilaouet § MM

 

2. Pour voir si je trouverai remède à mon esprit affligé
En vous contant mes plaintes, jeunes gens, écoutez

3. Me zo paour kez miliner, hi zo merh tiegez
Goude beza hi haret, me oa karet ivez. § MM

 

3. Moi je suis pauvre meunier, elle est fille de ferme
Après l'avoir aimée, moi j'étais aimé aussi

4. Evel ne oa etrezom nemed eur park hebken
Vizem bepred asamblez o hoari hag o pourmen § MM

 

4. Comme il n'y avait entre nous qu'un champ seulement
Nous étions toujours ensemble à jouer et à nous promener

5. O hoari oh ibata heb kont hag heb muzul
Er hatekiz a-wechou d'an overenn d'ar zul § MM

 

5. À jouer, à nous ébattre sans compter et sans mesure
Au catéchisme quelquefois, à la messe le dimanche

6. An dud demeuz on gweled lavare etrezo
Rankom beza breur ha c'hoar, pa n'im heuliom atao § MM

 

6. Les gens à nous voir disaient entre eux
Que nous devions être frère et sœur puisque nous nous suivions toujours

7. Ha nikun nije sonjet vije an ibatou
Oh ober ar skloumm kenta o ya tre or halonou

 

7. Et personne n'aurait pensé que les ébats
Feraient le premier lien entre nos cœurs

8. Or bugaleaj zo euruz zo pell 'zo tremenet
Pa n'om greet ar henta pask ni oa dispartiet § MM

 

8. Notre enfance heureuse est passée depuis longtemps
Dès notre première communion nous fûmes séparés

9. Hi oa kaset da Vrieg laket e pansion
Me yelez gant ma herent d'an tu all d'ar hanton § MM

 

9. Elle fut envoyée à Briec, mise en pension
Moi j'allais avec mes parents de l'autre côté du canton

10. Ma zad din-me zo meiller feurmas eur veil nevez
Reas din-me labourad chencha kren d'ar vuez § MM

 

10. Mon père est meunier, il loua un nouveau moulin
Il me fit travailler et changer complètement de vie

11. Diski lemmi ar velin, ober paotr miliner
Digori dor ar skluzou, kas ae zahadou d'ar gêr § MM

 

11. Apprendre à aiguiser la meule, faire le garçon meunier
Ouvrir la porte des écluses, envoyer les sacs à la maison

Ton Doubl

 

Deuxième temps

12. Dont a ree din ar mare d'ond er-mêz deuz ar vro
Biskoaz deuz ma c'hoar vian, n'em-oa klevet kelou § MM

 

12. Vint pour moi le moment de partir du pays
Jamais de ma petite sœur, je n'entendis plus parler

13. Deuz hi herent kennebeud glevan mui kaozeal
Heb ma hallan koulskoude doned d'o dizonjal § MM

 

13. De ses parents non plus je n'entends plus parler
Sans que je puisse pourtant arriver à les oublier

14. Echu ma zri bla servij da rag eost diweza
Tigouechen ba ti ma zad, laouen, en eur gana § MM

 

14. À la fin de mes trois années de service, à la mi-août dernière
J'arrive chez mon père, joyeux, en chantant

15.Henvel duez eur golvenig libr e d'hi diouaskell
Hond er mèz deuz ar gaoued, a gan a nij a-bell § MM

 

15. Semblable à un passereau aux ailes libres
Qui en sortant de sa cage, chante et s'envole au loin

16. O honed prestig goude da weled ma mignoned
Tristroan diwar ma hent,heb digarez ebed § MM

 

16. Allant peu après voir mes amis
Je me détourne de mon chemin sans autre prétexte

17. Evel ma vijen poulzet da dremen dre ar gêr
Ba pehini mo a bevet ma eurusa amzer § MM

 

17. Comme si j'étais poussé à passer par le village
Dans lequel j'avais vécu mon temps le plus heureux

18. An dud a oa o turna, peurzastum an ed-du
Tridal ree ar mekanik, prez e oa en daou tu § MM

 

18. Les gens étaient en train de battre, achevant la récolte du blé noir
La machine tressaillait, on s'affairait des deux côtés

19. War ma halonik ivez e oa prez warnezi
Kement evel a lampe o tostaad deuz an ti § MM

 

19. Mon petit cœur aussi s'accélérait
Tellement il sautait en s'approchant de la maison

20. - Yehed deoh-ta Franzeza. Mond a rit mad a ret bepred ?
- Ya! Mar ya kenkoulz ganech den yaouank didosdet § MM

 

20. - Bonne santé à vous Françoise. Est-ce que vous allez toujours bien ?
- Oui, si cela va aussi bien avec vous jeune homme.

21. Ha matreze peus seched. Azezet eun tammig
Da hortoz ken teuy ma mamm zo eet da gerhed chistr § MM

 

21. Et peut-être avez-vous soif. Asseyez-vous un petit peu
Pour attendre que vienne ma mère qui est allée chercher du cidre.

22. Gand plijadur azein, vi din n'on ket eet skuiz
Abaoue tri d'e aman on distro deuz Sant-Denis § MM

 

22. Avec plaisir je m'assoirai, bien que je ne sois pas fatigué
Voici trois jours que je suis de retour de Saint-Denis

23. Ha 'benn eiz devez aman e vo pevarzek là
Oan azeet en ho kichenn vid ar wech diweza § MM

 

23. Et dans huit jours d'ici il y aura quatorze ans
Que j'étais assis à votre côté pour la dernière fois.

24. Touzet peus ho pleo melen chenchet henvelidigez
Mez ho mouez hag ho savar zo bepred ar memez § MM

 

24. Vous avez tondu votre chevelure blonde et changé de ressemblance
Mais votre voix et votre parler sont toujours les mêmes.

25. Ar plant yaouank hall breman dougen frouez ha bleiniou
Mez prestig teuy da zevel keonid war o zreujou

 

25. Les jeunes plantes peuvent maintenant porter fruits et fleurs
Mais bientôt se lèveront des toiles d'araignée sur leurs tiges.


Annotations

  1. Billig, sf. : plaque épaisse circulaire en fonte d'une quarantaine de centimètres de diamètre pour faire cuire les crêpes. Du terme « pillig » signifiant poêle, nom féminin en breton, "billig" étant la forme lénifiée après l'article défini "ar" : « ar billig ». [Terme BR] [Lexique BR] [Ref.↑]
  2. Jean Billon est natif de Balanoù en Ergué-Gabéric. Autodidacte, depuis de nombreuses années, il s'est formé au chant, qu'il soit dansé ("kan-ha-diskan" pour l'animation de fest-noz avec ses compère Christophe Kergourlay ou Guy Pensec) ou mélodique ("gwerz"), principalement en langue bretonne. Dans son répertoire on trouve notamment les chants de la chanteuse gabéricoise Marjan Mao, notamment « Ar Gemenerez hag ar Baron » et « Ar breur mager ». Fin juillet 2019, au concours de chants organisé par l'association Dastum à Quimper, il a été récompensé du 1er prix dans la catégorie Mélodie. [Ref.↑]
  3. La gabéricoise Marjan Mao a travaillé comme ouvrière pendant 41 ans à la chiffonerie de la papeterie Bolloré d'Odet. Née en 1902, elle a commencé à y travailler en 1920. Lors du centenaire de l'usine à papier de 1922, elle gagne la course à pied féminine. Ayant à son actif un rare répertoire de chants traditionnels, elle se prête au jeu d'un enregistrement de collectage par l'association Dastum en 1979. Elle est décédée en août 1988. [Ref.↑]
  4. Gwerz, au pluriel gwerzioù : « ballade, complainte », chant breton racontant une histoire, depuis l'anecdote jusqu'à l'épopée historique ou mythologique. Proches des ballades ou des complaintes, les gwerzioù illustrent des histoires majoritairement tragiques ou tristes. Ces chants populaires en langue bretonne se sont transmis oralement dans toute la Basse-Bretagne jusqu'au XXe siècle. [Terme BR] [Lexique BR] [Ref.↑]
  5. La maison De Kerangal (« ti De Kerangal ») était l'atelier de typographie d’Arsène de Kérangal, imprimeur de l’Evêché. D’une famille originaire des Côtes d’Armor, à 31 ans Arsène de Kérangal épousa en 1858 Mademoiselle Darnajou, fille d’un riche négociant en vins quimpérois. Il était alors employé aux Contributions indirectes. En 1862, Eugène Blot lui vendit son imprimerie. Abandonnant sa situation de fonctionnaire, De Kerangal devint alors rédacteur en chef des revues imprimées, notamment « L’Impartial du Finistère », journal fondé en 1846. Comme ses prédécesseurs, il devint l’imprimeur officiel du diocèse, « mouler an aotrou‘n eskop ». L’évêque, Monseigneur Sergent, lui confia en 1866 l’impression de la revue intitulée « Feiz ha Breiz » (« Foi et Bretagne »), destinée à une large diffusion, dans l’ensemble du Finistère. Sous la Troisième République, Arsène de Kerangal se rangea dans le camp des catholiques et royalistes convaincus. Il imprima une quantité énorme d’ouvrages de dévotion, catéchismes, cantiques, vies de saints, missels et de nombreux tracts en faveur de la monarchie. Toute sa vie, il lutta contre les idées des anti-cléricaux. Il céda son affaire à son fils aîné, pour assurer la continuité de l’entreprise, déjà vieille de plus de deux siècles. [Ref.↑]


Thème de l'article : Video sur la mémoire et l'histoire d'Ergué-Gabéric

Date de création : mai 2020    Dernière modification : 4.07.2020    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]

Conformément à l'article 9 du Code civil, aux recommandations de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) et aux articles 26 et 27 de la Loi no 78-17 du 6 Janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, toute personne nommément citée peut exercer son droit de modification, de rectification ou de suppression des informations la concernant par courrier électronique envoyé à l'adresse suivante : adminat.gifgrandterrier.net.