La farce des cloches de l'église paroissiale, L'Ouest-Eclair 1910 - GrandTerrier

La farce des cloches de l'église paroissiale, L'Ouest-Eclair 1910

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Gazettes
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Ce dimanche matin on ne put sonner les cloches à la grand messe car les marteaux des cloches de l'église avait été subtilisés par un citoyen non dénué d'une certaine instruction.

Autres lectures : « Liste électorale de 1910 : analyse statistique » ¤ « 1911 - Pétition des électeurs pour le maintien d'une religieuse du St-Esprit » ¤ « 1912 - Fiche préfectorale de renseignements sur une commune réactionnaire » ¤ « 1902 - Documents sur la fermeture de l'école Notre-Dame de Kerdévot » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

Le journal L'ouest-Eclair était certes un journal républicain, mais cela ne l'a pas empêché de développer une position rédactionnelle en faveur des ecclésiastiques, notamment pendant la période de la Séparation des Églises et de l’État et la fermeture des écoles congrégationnistes.

Ici la prise de position du journaliste pour l’Église est marquée : on ne plaisante pas avec les cloches de l'église, on ne coupe pas de nuit les cordelettes des marteaux, et on n'écrit pas des insanités contre le corps religieux.

À noter que les marteaux des cloches et le texte injurieux fut découvert dans le jardin de l'école dirigée par la Congrégation du St-Esprit, école privée fermée en 1902 [1].

 

Qui était donc le coupable de cette farce, connu a priori et presque nommé dans l'article ? Fut-il rattrapé par la gendarmerie ?

Est-ce le même personnage qui, au mois d'octobre, fut soupçonné d'avoir démonté le faitage d'un four à pain du bourg : « M. Pierre Le Roux, propriétaire au bourg d'Ergué-Gabéric, venait, à la suite d'une cessation de bail, de faire remettre en état le faitage d'un four. Mardi matin, quand un ouvrier se présenta pour terminer les travaux, il remarqua que le faitage du fournil, qui était presque achevé, avait été entièrement démoli dans la nuit par un malveillant. Une notable personne de la commune, soupçonnée de cet acte de méchanceté, dénie formellement les faits qui lui sont reprochés. La gendarmerie enquête » (L'Ouest-Eclair, 30.10.1910) ?

[modifier] 2 Coupure de presse

Transcription :

Ergué-Gabéric

STUPIDE FARCE - Dans la nuit de samedi à dimanche, un mauvais plaisant qui, dit-on, aurait agi par méchanceté, a, au moyen d'un instrument tranchant, coupé les lanières retenant le marteau de deux cloches de l'église d'Ergué-Gabéric. Bientôt la nouvelle se répandit comme une traînée de poudre, dans les quatre coins de la commune. Après s'être bien rendu compte de l'acte stupide commis, le bedeau en fit part au recteur [2] et au maire [3]. On était au dimanche et par suite dans l'impossibilité d'effectuer les sonneries des offices, les marteaux ayant été dérobés.

Après quelques heures de recherches, on réussit à découvrir les deux blocs de fonte dans le jardin de l'école privée [1] de filles de la commune. Enroulée autour des marteaux, se trouvait une large bande de papier, contenant des inscriptions des plus ordurières à l'adresse du clergé de la paroisse.

L'écriture, qui dénotait chez l'auteur de ce triste exploit une certaine instruction, quoique bien mal éduqué, permettra sans nul doute de découvrir le coupable. D'ailleurs, tous les paroissiens, que ce fait avait à juste titre mis en émoi, et qui, comme bien l'on pense, faisait dimanche l'objet de toutes les conversations, le nommaient déjà. La gendarmerie est sur les lieux, enquêtant à cet effet, et l'arrestation du coupable, qui sera poursuivi pour détérioration et détournement d'objets appartenant à la commune, ne saurait être qu'une question d'heures.

 
L'Ouest-Eclair, 4 janvier 1910
L'Ouest-Eclair, 4 janvier 1910

[modifier] 3 Annotations

  1. L'école privée de filles est l'école Notre-Dame de Kerdévot : cf « 1902 - Documents sur la fermeture de l'école Notre-Dame de Kerdévot ». [Ref.↑ 1,0 1,1]
  2. Louis Lein, prêtre léonard natif de St-Pol, fut recteur d'Ergué-Gabéric de 1909 à 1914. [Ref.↑]
  3. Louis Le Roux, agriculteur à Kerellou, fut maire d'Ergué-Gabéric de 1906 à 1925. [Ref.↑]


Thème de l'article : Revue de presse

Date de création : Janvier 2012    Dernière modification : 24.03.2012    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]