La rénovation du calvaire de la chapelle de St-Guénolé - GrandTerrier

La rénovation du calvaire de la chapelle de St-Guénolé

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Patrimoine
 Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Le 1er juillet 2007 a eu lieu le pardon de St-Guénolé et tout le monde s'est remémoré l'inauguration du nouveau clocher de la chapelle en l'an 2000.

En cette même année 2007, le comité des fêtes de la chapelle s'était donné comme objectif de reconstituer le calvaire qui a disparu à la fin du 18e siècle. La restauration était en fait achevée à la date du pardon, mais il fallait assurer sur place le montage en respectant les délais de séchage.

[modifier] 1 Opération calvaire 2007

L'opération de restauration et remontage du calvaire de St-Guénolé a été préparée et organisée comme suit  :
  • Reprise de la statue géminée de l'ancien calvaire qui avait été découverte dans les années 1980 dans le talus près de la chapelle. Cette statue était en relativement bon état, mais les membres étaient sectionnés.
  • Hauteur totale de l'ensemble : 5 mètres 70. Piedestal : 1,80m. Fût : 2,30m. Statue : 1,60m.
  • Restauration par les ateliers de Patrick Tataruch installé à Quillihuec en Ergué-Gabéric. Il était important qu'un artisan local soit associé à cette restauration.
  • Coût de la restauration du calvaire s'élevant à 15.580 euros, financé par les bénéfices du comité des fêtes et par une dotation de 5.000 € par le Ministère de la Culture.
  • Cérémonie d'inauguration officielle du calvaire sur place à St-Guénolé le samedi 22 septembre => voir l'article du Télégramme relatant la cérémonie.
  • Prochains travaux prévus par le comité des fêtes pour les années futures, la rénovation des six statues exposées dans la chapelle : Saint-Corentin, Saint-Maudet, Saint-Alar, Saint-Herbot, Saint-Michel, et enfin Saint-Guénolé (statue classée aux monuments historiques).

Pour la partie historique et iconographique, on peut noter que :

  • le calvaire était encore debout en 1794 car il est mentionné dans un procès verbal d’expertise des biens du Clergé, qui inventorie « une croix en pierre de taille ayant un piédestal de 8 pieds de haut sur huit pieds [1] de largeur dans les quatre faces ». La Révolution lui fut sans doute fatale comme à tant d’autres éléments du patrimoine religieux, son existence n'étant plus attestée par la suite.
  • la statue géminée qui à l'origine était un haut de calvaire représente le crucifié et un Christ aux liens. Le Père Castel, spécialiste renommé des croix et calvaires bretons, a noté que la corde liant les poignets du Christ formait un motif très particulier, semblant vouloir se rapprocher d’un motif végétal ou ornemental. Selui lui, le calvaire daterait du XVème siècle et serait donc antérieur à la construction de la chapelle vraisemblablement au 16e.
Septembre 2007 - le calvaire doté de sa statue
Septembre 2007 - le calvaire doté de sa statue
St-Guénolé et son clocher rehaussé en l'an 2000
St-Guénolé et son clocher rehaussé en l'an 2000
Le soubassement du calvaire en juin 2007 avant la pose de la croix
Le soubassement du calvaire en juin 2007 avant la pose de la croix
La niche où fut déposée la statue après sa découverte dans le talus
La niche où fut déposée la statue après sa découverte dans le talus
La statue avant la pose sur le calvaire
La statue avant la pose sur le calvaire
Le Christ aux liens, avant restauration
Le Christ aux liens, avant restauration
Le Crucifié, avant restauration
Le Crucifié, avant restauration
Le Christ aux liens après restauration
Le Christ aux liens après restauration
Le Crucifié après restauration
Le Crucifié après restauration

[modifier] 2 L'appel de Keranforest

On peut également relire le billet que Keranforest avait consacré en 1972 dans le quotidien Le Télégramme pour appeler la population de St-Guénolé à engager des travaux de rénovation de sa chapelle. Cet article, agrémenté du croquis suivant, fut publié en 1973 dans un recueil rassemblant 40 pièces du patrimoine bas-bretons : KERANFOREST, alias Dominique de Lafforest - Pierres et paysages. La mise en garde de Keranforest avait certainement sa raison d'être en 1972, mais 30 ans se sont passés et on peut désormais être confiant sur l'engagement du comité local des fêtes.

Keranforest - Le Télégramme 1972
Keranforest - Le Télégramme 1972

[modifier] 3 Annotations

  1. Pied, s.m. : unité de mesure de longueur divisée en 12 pouces, et d'environ 32-33 cm. En France, avant la réforme de Colbert en 1668, le pied de roi ancien avait une valeur de 326,596 mm. En 1668 une tentative de normalisation fut tentée avec la nouvelle toise dite de Chatelet pour une mesure de 324,839 mm. Cette valeur fut conservée en 1799 avec l'introduction du mètre estimé à environ 3,09 pieds [¤source : Wikipedia]. On note une valeur de 3,07 pieds dans un document GrandTerrier de 1808[Terme] [Lexique] [Ref.↑]


Thème de l'article : Richesses du patrimoine communal.

Date de création : juin 2007    Dernière modification : 1.09.2018    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]