Le calvaire-monument aux morts du cimetière - GrandTerrier

Le calvaire-monument aux morts du cimetière

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Patrimoine
 Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Un calvaire majestueux qui nécessita l'intervention d'un architecte nantais, diplômé de l'école des Beaux-arts de Paris.

Son socle d'origine était une une Croix de mission de 1913 qui fut déplacé de l'ancien cimetière vers le nouveau.

La représentation en bronze du Poilu est une œuvre du sculpteur Charles Breton.

Son inauguration le 11 novembre 1923 fut une journée de fête populaire avec banquet, défilé de cliques, danses aux binious et retraite aux flambeaux.

Autres lectures : « Les croix et calvaires d'Ergué-Gabéric » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

Ce grand crucifix aux branches rondes ornées de fleurons, élevé sur une base à cinq degrés et un socle cubique, se trouve à l'entrée du cimetière et porte l’inscription suivante sur la face nord de son socle : AUX ENFANTS DE LA COMMUNE D'ERGUE-GABERIC MORTS POUR LA PATRIE PRIEZ POUR EUX, et la liste des combattants gabéricois morts pour la France lors des guerres de 1914 et 1939.

En 1921-22 l'acquisition d'un terrain pour établir le nouveau cimetière communal est conclue. Le 6 février 1922 le Conseil municipal évoque le projet du Monument aux Morts : « Le Conseil décide de faire le monument au milieu du cimetière neuf et désigne comme architecte M. Menard [1] de Nantes pour faire un plan de croix et un devis ». Le nom de l'architecte sera d'ailleurs gravé sur le socle du monument sur le côté est.

Le socle de la croix de mission de 1913 de l'ancien cimetière sera transféré et on y ajoutera « un rang de marche ». Des plaques de Kersanton sont placées pour les inscriptions des soldats tués. Deux attributs de fonte sont apposés : double palme encadrant la croix de guerre (face est) et un bas-relief représentant un Poilu casqué (face ouest).

 

Le bas-relief du Poilu est une œuvre attribuée au sculpteur Charles Breton (1878-1968) et provient des fonderies de Val d'Osne. Il s'agit d'un tondo [2] traduction en relief de la statue de Charles Breton intitulée « Poilu étreignant le drapeau », plus précisément de la version avec croix (n° 858 au catalogue de la fonderie). Cette sculpture fut très populaire ; par contre le relief ici présent semble avoir été conçu comme un exemplaire unique.

Le monument sera inauguré le 11 novembre 1923. Le programme de cette journée comprenait un défilé matinal de la fanfare des Paotred Dispount, un banquet par souscription chez Balès au Bourg, une démonstration de gymnastique par les Paotred, des danses aux binious sur les places du bourg, et à 18H une retraite aux flambeaux.

[modifier] 2 Iconographie

[modifier] 3 Annotations

  1. René Charles Ménard est un architecte né en 1876 à Nantes et décédé dans la même ville en 1958. Il succède à son père, également architecte, et décroche le diplôme de l’école des Beaux-arts de Paris. Il est retenu pour l'édification du Mémorial de Sainte-Anne-d'Auray à la mémoire des 240 000 Bretons morts pour la France, projet auquel il consacra 15 années de sa vie. L’autre grand chantier de la fin de sa vie fut la construction de l’église Sainte-Thérèse de Nantes, qu’il conçut en briques en collaboration avec Maurice Ferré. Ami du papetier René Bolloré il rénova pour ce dernier chapelle et manoir d'Odet, monument aux mort d'Ergué-Gabéric et créa une cité ouvrière. [Ref.↑]
  2. Le tondo (tondi au pluriel) est une composition réalisée sur un support de format rond ou à l'intérieur d'un disque, et non en rectangle [Ref.↑]


Thème de l'article : Richesses patrimoniales

Date de création : Juin 2013    Dernière modification : 18.02.2014    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]