Les deux sonneurs gabéricois au concours de binious de Quimper en 1908 - GrandTerrier

Les deux sonneurs gabéricois au concours de binious de Quimper en 1908

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Photothèque
 Encyclopédie : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
Un cliché historique de deux sonneurs "professionnels" du village de Garsalec, père et fils, participant aux concours quimpérois des meilleurs joueurs de binious [1] et bombardes de Bretagne en 1908.

Ceci à l'occasion de l'inauguration en grandes pompes de la statue en bronze du maréchal de La Tour d'Auvergne à Quimper le lundi 12 octobre 1908.

Cette carte postale est signée E.L.D (du nom de son fondateur, Ernest-Louis-Désiré Le Deley), l'une des plus grandes maisons d’éditions de cartes postales dans le premier tiers du XXe siècle, avec sa boutique dans le 2e arrondissement de Paris.

Autres lectures : « Noces et danses bretonnes à Lenhesk, carte postale Villard, 1909 » ¤ « 1880-1940 - Les plus beaux couples gabéricois en costumes bretons » ¤ « Lithographies de costumes et coiffes à capuche du Grand-Ergué » ¤ « Bagad An Erge Vras, Bombardes en fête et Leston'oz » ¤ « ROUMÉGOU Pierre - Bagad de Lann Bihoué (33T) » ¤ « Pierre Roumégou (1910-1996), penn-talabarder et correspondant local » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

Ils s’appellent Fanch et Jos Hemidy ; le père Fanch (François Hervé), né en 1850 [2], est tisserand et joue du « biniou kozh » [1] ; le fils Jos (Joseph Marie), né en 1883 [3], sonne avec sa bombarde, et ils animent en couple les festoù-noz [4] de la région et participent aux concours musicaux .

En 1908, le lundi qui suit la fête d'inauguration de la statue de La Tour d'Auvergne [5], ils sont nombreux à concourir. Le premier prix est remporté par les sonneurs scaëriens Coroller et François Boulic, ce dernier étant un sonneur de bombarde très célèbre dans la région qui, en 1895, sur 42 participants, avait déjà remporté le concours de sonneurs de Brest.

Les sonneurs Fanch et Jos Hémidy de Garsalec ne déméritent pas en 1908, ils terminent à la 6e place et reçoivent un prix de 10 francs. Et ils sont vraisemblablement très sollicités pour l'animation des mariages et fêtes où les danseurs appréciaient leur musique. Et souvent on les voit perchés sur des tonneaux comme sur cette belle carte postale inédite.

 

Un voisin du village de Garsalec, René Le Reste, né en 1936, se souvient des sonneurs : « J'ai souvent entendu par mes parents parler d'eux. Ils étaient des sonneurs professionnels père et fils. Par contre j'ai connu leur fille et soeur Catherine Hémidy, née en 1899. On l'appelait même "Catherine ar sonner". J'ai entendu aussi par d'autres sonneurs que son père et son frère avaient une certaine notoriété. À cette époque ils habitaient à 100m de ma maison natale, à Garsalec donc. C'était encore une vraie chaumière, toit en chaume et porte d'entrée à 2 battants. »

La carte postale est éditée par la maison d'édition parisienne E.L.D (du nom de son fondateur, Ernest-Louis-Désiré Le Deley) dès 1908 (notre exemplaire a circulé et été expédiée de Guingamp dans l'Oise le 11.09.1909). L'éditeur E.L.D. n'était pas photographe et montait ses collections en achetant des clichés chez d'autres éditeurs. Le photographe quimpérois Villard a édité aussi une collection de cartes postales sur l'inauguration et la fête bretonne, mais à notre connaissance pas les sonneurs du concours de binious.

[modifier] 2 Grand et petit formats


[modifier] 3 Autres photos et coupures de presse


[modifier] 4 Annotations

  1. Biniou, sm. : désigne en breton une cornemuse, mais peut désigner trois instruments différents : le biniou kozh, ou vieille cornemuse, joué traditionnellement en Basse-Bretagne ; le biniou braz, ou grande cornemuse, autre nom de la Great Highland bagpipe introduite en Bretagne à partir des années 1950 ; le biniou nevez, ou nouvelle cornemuse, copie de la cornemuse écossaise, fabriquée par Dorig Le Voyer des années 1930 aux années 1950. [Terme BR] [Lexique BR] [Ref.↑ 1,0 1,1]
  2. Mariage - 27/05/1879 - Ergué-Gabéric de HEMIDI François Hervé, Tisserand, né le 25/11/1850 à Ergué Gabéric, fils de Alain, décédé et de Marie Louise EMIDI, décédée. Et de JOURDREN Marie Marguerite, née le 12/4/1859 à Elliant, fille de Alain et de Marie Anne MANCHEC. [Ref.↑]
  3. Naissance - 14/02/1883 - Ergué-Gabéric (Garshalec) - de HEMIDY Joseph Marie, fils de François Hervé, Tisserand , âgé de 32 ans et de Marguerite Laurence JOURDAIN, Ménagère , âgée de 23 ans. Témoins : michel bihan 45a henry michelet 35a charpentiers. Mentions marginales : Marié à Ergué Gabéric le 8 Fevrier 1919 Avec Marie Anne Louise BARRE [Ref.↑]
  4. Festnoz, sf., plur. festoù-noz : mot breton signifiant « fête de nuit », par opposition au fest-deiz pour « fête de jour », fête dansée, bal qui initialement était un rassemblement festif de la société paysanne qui ponctuaient les journées de travaux collectifs et qui ont disparu dans les années 1930. La renaissance des festoù-noz peut être attribuée à Loeiz Roparz dans les années 1950. [Terme BR] [Lexique BR] [Ref.↑]
  5. Cent ans après sa mort, les dons de 12500 souscripteurs permirent d'ériger une première statue à la mémoire du militaire celtisant La Tour d'Auvergne. Monument en bronze réalisé par Hector Lemaire. Son inauguration a eu lieu le 11 octobre 1908 en grandes pompes (voir la photo collection Villard). Au cours de la seconde guerre mondiale, les Allemands ont fondu la statue. Et c'est l'état qui, en 1946, a offert à la ville deQuimper la statue en granit du premier grenadier des armées françaises. [Ref.↑]


Thème de l'article : Mémoires et portraits de nos anciens

Date de création : Février 2016    Dernière modification : 6.11.2016    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]