Lettre en breton au roi Louis-Philippe, Le Siècle et L'Armoricain 1837 - GrandTerrier

Lettre en breton au roi Louis-Philippe, Le Siècle et L'Armoricain 1837

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Gazettes
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Résumé : où il est question d'une lettre que le conseil de fabrique vient d'adresser au roi Louis-Philippe pour une demande de secours.

Autres lectures : « 1837 - Lettre en breton de paroissiens gabéricois à leur roi Louis-Philippe » ¤  « 1836-1837 - Lettres et archives relatives à la chute du clocher et sa restauration » ¤  « BOUËT Alexandre - Galerie bretonne ou Vie des bretons de l'Armorique » ¤  « Lizher d'an Aotrou Roue Loeiz-Fulup » ¤  « HÉLIAS Pierre Jakez - Midi à ma porte » ¤ 


[modifier] 1 Transcription

On lit dans l'Armoricain [1] du 17 :
« Nous recevons de Quimper la pièce suivante qui, par sa bonhommie originale mérite d'être publiée. C'est une adresse de la commune d'Ergué-Gabérie, près de Quimper, à Louis-Philippe ; elle est en breton :

A M. Louis-Philippe, roi des Français, le conseil de la paroisse d'Ergué-Gabérie.

Monsieur le roi,

L'année mil huit cent trente-six a été en vérité malheureuse pour nous.

1° Avec beaucoup de tristesse nous avons appris qu'on a failli trois fois vous tuer [2] .

 

2° Le vent du second jour du mois de février avait aussi abattu la tour de l'église de notre paroisse.

Mais, par la grâce de Dieu, vous êtes sorti sain et sauf de tous ces dangers-là, et nous espérons aussi par la charité des bonnes gens réparer notre église et notre tour.

Espérons que dans les temps à venir il ne sera trouvé personne assez criminel pour essayer de tirer la vie d'avec un roi, lequel fait le bonheur des Français !

Vos serviteurs humbles du milieu du cœur, et vos amis avec respect.

Ergué-Gabérie, 10 janvier 1837 (Suivent les signatures.) »

[modifier] 2 Coupures

L'Armoricain du 17.01.1837

 

Le Siècle du 21.01.1837

[modifier] 3 Annotations

  1. Journal régional ayant paru entre 1833 et 1869. A ne pas confondre avec l'hebdomadaire fondé et dirigé par Jean-François Madec de 1925 à 1927. Une collection des parutions de l'Armoricain, journal de Brest et du Finistère, de 1833 à 1869, est consultable aux Archives municipales de Brest. [Ref.↑]
  2. Le 27 décembre 1836, alors que Louis-Philippe, accompagné du duc d’Orléans, du duc de Nemours et du prince de Joinville, se rend au Palais-Bourbon pour l’ouverture de la session parlementaire, une balle effleure sa poitrine et brise une glace de la voiture dont les éclats entaillent légèrement les visages des princes. L’auteur de l’attentat est un jeune exalté isolé, âgé de 22 ans, Meunier, enfant d’un ménage désuni, qui affirme lors de son interrogatoire que les lectures lui ont appris que « les d’Orléans avaient toujours fait le malheur de la France ». Il y eut auparavant trois autres tentatives d'assassinat : le 19 novembre 1832, le 28 juillet 1835 (Fieshi), le 25 juin 1836 (Alibaud). Source : Wikipedia. [Ref.↑]


Thème de l'article : Coupures de presse relatant l'histoire et la mémoire d'Ergué-Gabéric

Date de création : juin 2010    Dernière modification : 8.03.2014    Avancement : Image:Bullgreen.gif [Fignolé]    Source : Le Siècle et L'Armoricain 1837