Louis Guyader (1842-1920) de Squividan, agriculteur républicain - GrandTerrier

Louis Guyader (1842-1920) de Squividan, agriculteur républicain

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Personnages
 Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
Image:PennBrasoùSmall.jpg

Un agriculteur républicain qui n'eut pas de mandat, mais dont la réputation dépassait les frontières de notre commune.

Sommaire

Autres lectures : « SOCIÉTÉ D'AGRICULTURE - Herd-Book de la race bretonne pie-noire » ¤ « Les vaches pie-noir gabéricoises, marques du patrimoine cornouaillais » ¤ « QUÉMÉRÉ Pierre - La bretonne pie-noir » ¤ « Louis Guyader et éleveurs gabéricois au Concours régional de Quimper, Le Finistère 1893 » ¤ « 1896 - Felix Faure remet la médaille d'honneur agricole à Alain Le Berre de Kerellou » ¤ « Ur trakt evit votadegoù e 1883-84 » ¤ « Un grand mariage breton à Squividan, Le Petit Journal et Finistère 1892 » ¤ « 1900 - Demande préfectorale de déclassement du recteur par trois républicains » ¤ « Hervé Le Roux, maire (1882-1906) » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

Louis Guyader est né le 10.02.1842 à Ergué Armel, marié à Jeanne Laurent en 1871, décédé le 25.04.1920 à Squividan en Ergué-Gabéric. Il est cultivateur à Squividan, et en 1871-72 il est aussi déclaré comme marchand de bois.

En 1884-1892 il se présente sans succès plusieurs fois aux élections municipales comme tête de liste du parti républicain. Il a plus de chance aux concours agricoles où il reçoit de nombreux prix pour ses bêtes à cornes.

 

En 1892 il organise un grand mariage pour sa fille, épousant le futur maire de Beuzec-Conq. Le mariage fait même l'objet d'une dépèche dans le quotidien national « Le Petit Journal ». Plus de 600 personnes furent invitées, avec la présence du préfet et du député. Le festin et la fête fut organisés dans la nouvelle école communale du bourg. Le lendemain, à la ferme de Squividan, 150 à 300 pauvres furent accueillis pour un repas.

En 1896, on le sollicite pour donner son avis sur la nomination d'une médaille agricole lors de la visite présidentielle de Félix Faure à Quimper. De par son influence et engagement politique, Louis Guyader se substitue en quelque sorte à Hervé Le Roux, maire conservateur gabéricois de l'époque.

[modifier] 2 La politique

En 1884 et en 1892 il se présente sans succès aux élections municipales comme tête de liste du parti républicain. C'est le maire sortant conservateur, Hervé Le Roux de Mélennec [1], détenteur du record de mandats, qui l'emporte chaque fois.
Candidats républicains aux municipales de 1892
Candidats républicains aux municipales de 1892

En 1883-84 un tract en breton circule, signé « Yann ar Peoc'h » et publié par les conservateurs, stigmatise son action : « Deut eo Louis Skividan gant e listenn da zigor ar gouli oa kazi pare ! Evit ampech na c'hoarvefe mui ur seurt taol, me ho ped tout, va mignoned, da roïñ d'ar bemp a zo ar penn-kaoz eus ar freuzh ha d'ar re a heulh anezho, ur gentel a ne zisoñjfent ket anezhi, en ur votiñ evit hor Maer kozh hag evit e listenn » (Louis Skividan est venu avec sa liste pour ré-ouvrir la plaie qui était quasiment guérie  ! Pour empêcher que ne se produise un tel coup dur, j'invite tous mes amis à donner aux cinq qui sont à la tête de ce tumulte et à ceux qui les suivent, une leçon à laquelle ils ne songent pas, en votant pour notre vieux Maire et pour sa liste).

 

En 1892 il marie sa fille avec le fils du maire de Beuzec-Conq. On parla d'un grand mariage dans les journaux locaux et nationaux (« Le Petit Journal » [2] du 8 novembre 1892), et le préfet Victor Proudhon [3] et son épouse étaient également de la fête.

En 1900 il co-signe une lettre au préfet dans laquelle les républicains dénoncent l'attitude du recteur qui pressurise les familles pour qu'elles inscrivent leurs filles dans son école privée.

Pour sa mort, le journal « Le Finistère » [4] fait paraître le 1er mai 1920 une rubrique nécrologique : « Mardi dernier ont eu lieu, à Ergué-Gabéric, les obsèques de M. Louis Le Guyader, propriétaire à Squividan, décédé à l'âge de 78 ans. Sa disparition est une perte douloureuse pour notre parti. Ami intime du regretté M. Louis Hémon, ils luttèrent ensemble pour le triomphe de nos idées dans cette commune et l'on peut dire que c'est surtout grâce aux efforts incessants de M. Louis Le Guyader qu'Ergué-Gabéric occupe aujourd'hui une première place parmi les communes irréductiblement acquises à l'idée républicaine. Aussi est-ce avec une réelle émotion que nous saluons la mémoire de ce camarade de combat, et que nous prions sa famille d'agréer l'expression de nos sincères condoléances ».

[modifier] 3 L'agriculteur

En 1886 il inscrit quatre de ses vache et un mâle pie-noir dans la toute première édition du « herd-book [5] de la race bretonne pie-noir(e) ». Il s'agit de « Rosporden », « La grise », « Catherine », « La belle » et de « Mouton II ».

En tant qu'éleveur, il remporte six prix au Concours Régional de Quimper en 1893, l'année où il était prévu que le Président de la République assiste à l'évènement (malade, il sera remplacé par son Ministre de l'Agriculture).

 

Au Concours Régional de Quimper de 1893, il reçoit également la prime d'honneur : « Tous les Quimpérois connaissent la transformation merveilleuse qu'a faire M. Guyader de sa propriété de Squividan. On sait aussi à quel degré de perfection il a porté son élevage de bétail : chacune de ces dernières années a vu croître le nombre des récompenses qu'il s'est habitué à conquérir dans les concours de la région et même au-delà ».

[modifier] 4 Annotations

  1. Hervé Le Roux fut maire d'Ergué-Gabéric de 1882 à 1906, date de sa mort [Ref.↑]
  2. Le Petit Journal est un quotidien parisien républicain et conservateur, fondé par Moïse Polydore Millaud, qui a paru de 1863 à 1944. A la veille de la guerre de 1914-18, c'est l'un des quatre plus grands quotidiens français d’avant-guerre, avec Le Petit Parisien, Le Matin, et Le Journal. Il tire à un million d'exemplaires en 1890, en pleine crise boulangiste. [Ref.↑]
  3. Victor Proudhon, préfet du finistère du 23 février 1890 jusqu'à septembre 1897. Il fut sous préfet à Saint-Dié-des-Vosges. Quant à la date de nomination comme préfet d'Indre-et-Loir, les biographes hésitent entre le 13.09.1897 et le 05.10.1884. [Ref.↑]
  4. Le Finistère : journal politique républicain fondé en 1872 par Louis Hémon, bi-hebdomadaire, puis hebdomadaire avec quelques articles en breton. Louis Hémon est un homme politique français né le 21 février 1844 à Quimper (Finistère) et décédé le 4 mars 1914 à Paris. Fils d'un professeur du collège de Quimper, il devient avocat et se lance dans la politique. Battu aux élections de 1871, il est élu député républicain du Finistère, dans l'arrondissement de Quimper, en 1876. Il est constamment réélu, sauf en 1885, où le scrutin de liste lui est fatal, la liste républicaine n'ayant eu aucun élu dans le Finistère. En 1912, il est élu sénateur et meurt en fonctions en 1914. [Ref.↑]
  5. Herd-book, s.m. : de « herd », troupeau, et « book », livre, anglicisme désignant un registre généalogique d'espèces bovine et porcine, pour servir de référents et de pedigree à leurs descendants. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]


Thème de l'article : Histoire d'une personnalité gabéricoise

Date de création : Avril 2014    Dernière modification : 13.09.2014    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]