Marcel Floc'hlay (1934-1998), coureur cycliste - GrandTerrier

Marcel Floc'hlay (1934-1998), coureur cycliste

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Personnages
 Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
Image:PennBrasoùSmall.jpg

Un grand sportif des années 1960, champion de Bretagne en 1961 et 1965, attaché à sa commune d'Ergué-Gabéric, notamment son village de Gars-Alec

Sommaire

Autres lectures : « TYMEN Hervé & ISTIN Marcel - Comité de la Vallée Blanche » ¤ « Les Grands Cyclistes bretons de Georges Cadiou » ¤ 
Un grand champion
Un grand champion

[modifier] 1 Biographie

Marcel Floc'hlay est né à Laz le 14 janvier 1934. Son père était sabotier. Marcel habitait le village de Gars-Alec en Ergué-Gabéric. Il est décédé à Quimper le 30 décembre 1998.

Licencié au Vélo Sport Quimpérois, puis au Vélo Sport Scaërois, il s'est illustré de 1957 à 1968 dans de nombreuses courses et critériums.

C'est un des plus brillants coureurs amateurs de son époque. Il sera sacré champion de Bretagne en 1961, et réitère en 1965 sur le grand circuit de la Vallée Blanche d'Ergué-Gabéric.

En 1969, pour sa dernière saison, il offre à ses supporters un superbe Circuit de l'Aulne à Châteaulin, se classant quatrième, derrière trois coureurs Belges de renommée mondiale : Eddy Merckx, Eric de Vlaeminck et Jan Stevens.

 
Marcel et Dédé Guillou de Scaër
Marcel et Dédé Guillou de Scaër


[modifier] 2 Palmarès de courses

Les grands cyclistes bretons [1] :

FLOCHLAY MARCEL
V.S. Quimpérois. V.S. Scaër.

Il fut deux fois champion de Bretagne sur route des Indépendants : en 1961 à Néant-sur-Yvel, et, en 1965, chez lui à Ergué-Gabéric. En 1965, il fut aussi champion de Bretagne des Sociétés, avec le V.S. Scaërois.

Mais sa plus belle victoire fut sans doute le Tour du Morbihan, qu'il remporta en 1961.

Il fut aussi deux fois vainqueur du Triomphe Breton (en 1963 et en 1965), et de la Ronde Finistérienne (en 1965 et 1966).

En 1960, il avait réussi un exploit peu commun lors du week-end de la Pentecôte : remporter trois courses en trois jours ! Il gagna en effet coup sur coup le Circuit du Kernic le samedi à Plounevez-Lochrist, le Prix de Caudan le dimanche, et celui de Plonévez-du-Faou le lundi.

En 1959, il avait remporté l'étape Huelgoat-Douarnenez de l'Essor Breton (4e au classement général), et en 1961, l'étape de Bourbonne-les-Bains dans la route de France (3e au classement général final de l'épreuve, gagnée par Jean Jourdren).

A son palmarès, il faut encore noter le Circuit de l'Arrée, à Commana à quatre reprises, en 1959, 1962, 1966 et 1968, le Prix de Plounevez-Lochrist en 1959 et 1966, le Prix de Ploemeur en 1959 et en 1967, le Prix de Moëlan-sur-Mer en 1960 et en 1966, le Prix d'Auray en 1960 et 1964, le Prix de Saint-Thois en 1964 et 1966, des victoires à Pont-Croix en 1957, à Lesconil en 1958, à Chateauneuf-du-Faou et à Lanester en 1960, à Loqueffret en 1961, à Concarneau et à Guiscriff en 1962, dans le Circuit de l'Aven à Rosporden en 1963, le Circuit du Kreisker à Saint-Pol-de-Léon et le Circuit du Poher en 1964, le Grand Prix de Plogastel-Saint-Germain en 1964, et le Grand Prix des Montagnes Noires à Leuhan en 1968.

En 1969, pour sa dernière saison, il offre à ses supporters un superbe Circuit de l'Aulne à Châteaulin, se classant quatrième, derrière trois Belges : Eddy Merckx, Eric de Vlaeminck et Jan Stevens.

Georges CADIOU (Les grands cyclistes bretons, page 92)

1957

  • Prix de Pont-Croix : 1er

1958

  • Prix de Lesconil : 1er
  • Grand Prix d'Hennebont : 5e [2].

1959

  • Etape Le Huelgoat-Douarnenez dans l'Essor Breton.
  • Circuit de l'Arrée à Commana.
  • Prix de Plonévez du Faou.
  • Prix de Ploemeur.

1960

  • Circuit du Kernic à Plounevez Lochrist
  • Prix de Caudan
  • Prix de Plonevez du Faou.
  • Prix de Moélan-sur-Mer.
  • Prix d'Auray.
  • Prix de Chateauneuf du Faou
  • Prix de Lanester.
  • Classement mondial cycliste [3] : 518e, équipe Peugeot (1er : Gastone Nencini ; 2e : Jean Graczyk).
 

1961

  • Champion de Bretagne des indépendants à Néant sur Yvel.
  • Tour du Morbihan.
  • Etape de Bourbonne les Bains dans la Route de France. (3ème au classement général final)
  • Prix de Loqueffret.
  • Classement mondial cycliste [3] : 469e, équipe Merlin Plage (1er : Jacques Anquetil ; 2e : Rik van Looy).

1962

  • Circuit de l'Arrée à Commana.
  • Prix de Concarneau.
  • Prix de Guiscriff.
  • Les 250 km de Hénansal : 3e, Vélo Sport Scaërois, à 47" du 1er [2].

1963

  • Triomphe breton.
  • Circuit de l'Aven à Rosporden.
  • Classement mondial cycliste [3] : 473e, équipe Stella (1er : Jacques Anquetil ; 2e : Rik van Looy).

1964

  • Prix d'Auray.
  • Prix de Saint-Thois.
  • Circuit du Kreisker à Saint-Pol de Léon.
  • Circuit du Poher.
  • Classement mondial cycliste [3] : 575e (1er : Raymond Poulidor ; 2e : Rudi Altig).

1965

  • Champion de Bretagne des indépendants à Ergué-Gabéric.
  • Triomphe breton.
  • Ronde Finistérienne.
  • Classement mondial cycliste [3] : 692e, équipe Terrot (1er : Rik van Looy ; 2e : Jacques Anquetil).

1966

  • Prix de Sévignac - 4 avril, 3e, 105 km [2]
  • Prix de Bothsorel - 24 avril, 1er, 125 km en 3h12'29" [2]
  • Prix de La Bouexière - 22 mai, 3e, 135 km en 3h34'20" [2]
  • Circuit de l'Arrée à Commana - 29 mai, 1er, 126 km en 3h36'00" [2]
  • Prix de Plonevez du Faou - 8 août, 1er [2]
  • Prix de Fougères - 6 septembre, 110 km, 3e [2]
  • Prix de Moélan-sur-Mer.
  • Prix de Saint Thois.
  • Prix de Plogastel Saint-Germain.
  • Classement mondial cycliste [3] : 496e (1er : Felice Gimondi ; 2e : Raymond Poulidor).

1967

  • Prix de Ploemeur.

1968

  • Circuit de l'Arrée à Commana.
  • Grand prix des Montagnes Noires à Leuhan.

1969

  • 4ème du circuit de l'Aulne (derrière trois Belges : Eddy Merckx, Eric de Vlaeminck et Jan Stevens).
  • Classement mondial cycliste [3] : 634e (1er : Eddy Merckx ; 2e : Felice Gimondi).


[modifier] 3 Revue de presse

Le 27 juin 1965, dans l'édition du Ouest-France, Pierre Gassot raconte la performance de Marcel Flochlay chez lui sur le grand circuit de la Vallée Blanche :

C'est dans une ambiance indescriptible créée par des centaines de supporters que Marcel Flochlay a endossé hier, à Lestonan, son second maillot de champion de Bretagne des Indépendants.

A Néant-sur-Yvel, en 1961, le Scaërois avait remporté un championnat que la canicule avait transformé en une véritable hécatombe. Rien de pareil cette fois à Ergué-Gabéric où, comme il fallait s'y attendre, c'est un circuit extrêmement tourmenté qui a provoqué, par ses seules difficultés, l'élimination des concurrents qui s'alignèrent en condition trop précaire.

Mais pour tous ceux qui, il y a huit jours, furent les témoins, tant à Brest et Melgven qu'à Plumélec, de la baisse de forme qui contraignit même par deux fois Marcel Flochlay à l'abandon, le revoir ainsi transformé en si peu de temps fut évidemment une surprise.

Et pourtant, Flochlay ne fut nullement servi par des circonstances exceptionnelles. Prudent durant la toute première moitié de la course, il évita de s'embarquer dans une mauvaise aventure. Marcel Flochlay attendit la première occasion favorable : dans la côte de Pont-Banal, au 125e km, lorsque Bonnet, Leignel et Adelisse se dégagèrent du peloton ; à Lestonan, Flochlay n'avait plus que 200 m de retard sur eux, puis il réduisit son écart dans la longue descente vers Squividan, pour rejoindre le groupe de tête au 135e km. L'avance avait portée à 1 minute au 155e km (...).

Dans le raidillon menant à l'arrivée, Bonnet parut un moment mieux placé, mais Flochlay le déborda irrésistiblement à 50 mètres de la ligne.

Pour lui, ce maillot blanc frappé d'hermines effaçait du même coup tous les malheurs de la semaine passée (...).

Sa victoire ne doit rien au hasard ni à la négligence des autres.

Déjà à Plouvorn, le jeudi précédent, (...) le sommeil qui le fuyait depuis quelques temps était brusquement revenu.

Son optimisme et son sens inné de la course firent le reste : « j'ai tout d'abord hésité sur la décision à prendre, mais quand Bonnet, Adelisse et Leignel eurent pris 30 secondes, je compris que cela pouvait être très dangereux ».

Tout ne fut pourtant pas si facile dans cette poursuite de dix kilomètres, et même après la jonction : « J'ai bien eu du mal à suivre le train pendant quelques temps. Dans les deux grandes côtes d'Ergué-Gabéric, j'étais même régulièrement "décolé", mais je revenais ensuite sur le plat ».

Son sprint victorieux, Marcel Flochlay l'explique de la façon la plus simple qui soit : « Je ne voulais pas aborder la côte de l'arrivée en troisième position ... Il suffit que celui qui vous précède fasse un écart, et il devient impossible de revenir sur le coureur de tête ... Bonnet a paru un moment mieux placé que moi, mais je pense avoir gagné assez nettement ». Sans aucun doute, mais derrière les écarts s'étaient considérablement amenuisés.

 
Marcel en 1962 avant la course de Hénansal (22)
Marcel en 1962 avant la course de Hénansal (22)

En 2007, à 60 ans, Henri Le Duigou, ex coureur morbihanais, témoigne sur le site de la course de Vitré (http://routeadelievitre.free.fr) :

Henri Le Duigou est l'une des figures de la course Adélie. Il en est le trésorier. C'est aussi un fin connaisseur de l'histoire du Tour et de ses héros. Depuis des années, Henri Le Duigou, est un mordu de vélo. L'agent du Trésor de Vitré vit au rythme des courses cyclistes professionnelles. Il en voit soixante dans l'année. Même ses vacances sont consacrées à la « petite reine ». Giro, Tour de France, d'Espagne, de Flandres, il a été de tous les grands rendez-vous. Cette année, il a pris ses congés à la fin du mois de juin pour pouvoir assister au Tour des Asturies en Espagne. Six jours passés sur les bords des routes à suivre les exploits des forçats du cyclisme.

A près de soixante ans, sa passion est intacte. Mais seulement comme spectateur. « Le vélo c'est trop difficile. C'est beaucoup de souffrance et trop peu de fleurs ». Elle remonte à son enfance. « Du temps où mon père était dirigeant de club dans le Finistère ». Son voisin, Marcel Flochlay, un coureur professionnel, a joué un rôle important. « Le week-end, on partait avec mon père le suivre sur les courses du Morbihan. Je pouvais ainsi côtoyer les anciens Thomin, Bourles... Des figures du Tour. J'avais treize ans, je vivais une sorte de rêve » ...

[modifier] 4 Annotations

  1. Cadiou (Georges), « Les Grands Cyclistes bretons », éd. Alan Sutton, Saint Cyr sur Loire, 2002, pp 92-93. [Ref.↑]
  2. Site Internet http://www.memoire-du-cyclisme.net [Ref.↑ 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 2,7]
  3. Site Internet http://www.cyclingranking.com [Ref.↑ 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 3,5 3,6]


Thème de l'article : Histoire d'une personnalité gabéricoise

Date de création : mai 2007    Dernière modification : 4.02.2012    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]