Marie Blanchard (1896-1976), sage-femme - GrandTerrier

Marie Blanchard (1896-1976), sage-femme

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Personnages
 Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
Image:PennBrasoùSmall.jpg

Demandez à un ancien de Lestonan s'il connait encore Marie Blanchard, il vous répondra sans hésiter: "Ah oui, Madame Blanchard, la sage-femme de Keranna ?"

Et ils ajouteront le respect et l'admiration qu'ils avaient tous pour elle, pour son métier, son énergie et sa gentillesse. De nombreux accouchements à domicile avant et après la guerre de 1939-45 ont été pratiqués par ses soins, ce qui fait que ces nouveaux-nés portaient une sorte de marque de fabrique, on les appelait même les "bébés Blanchard".

[modifier] 1 Biographie sommaire

Née Marie-Véronique Berthomé en 1896, en Belgique, d’un père originaire des Deux-Sèvres, elle fit la connaissance de son futur mari, Yves-Marie Blanchard, un Quimpérois, alors que celui-ci, blessé à la guerre de 1914-1918, était soigné à l’hôpital de Charleroi où elle était infirmière.

Comme Yves-Marie Blanchard travaillait à l’usine Bolloré à Odet, René Bolloré proposa à son épouse de s’installer comme sage-femme au service des ouvrières de l’usine, et plus largement des femmes d’Ergué-Gabéric, avec une mission de prévention infantile. Le couple et ses trois enfants ont habité la cité de Ker-Anna.

Elle est ainsi connue comme celle qui a assisté à la naissance de plusieurs générations de gabéricois, jusque 1956. En 1945 elle se présentera aux élections municipales, mais ne sera pas élue. Très tôt elle eut sa voiture pour effectuer ses tournées.

Elle est décédée vers l’âge de 80 ans à Saint-Brieuc, où elle s’était retirée.

en 1948
en 1948

[modifier] 2 Témoignages "Mémoires de Lestonan"

Extrait du cahier n° 7 d'Arkae. Madame Blanchard, sage-femme, à partir de témoignages recueillis par Marie-Annick Lemoine.

« Dites ce nom aux Gabéricois de souche, nés dans un créneau allant de 1905 à 1955 environ, et vous entendrez ce genre de phrases spontanées :

  • "elle me rappelle les visites médicales, avec ses cuti" ;
  • "elle m'a assisté, chez moi, pour la naissance de mes enfants" ;
  • "je suis un bébé Blanchard",
  • (et peut-être) : "ce n'est pas un très bon souvenir pour moi". [1]

Elle est née Marie-Véronique Berthomé, le 6 février 1896, à Anlier, en Belgique, fille de Jean-Jules Berthomé et de Marie-Célestine Guillaume. Ses parents s'étaient mariés à Anlier également, le 5 juillet 1893. Elle avait un frère, Eugène, né en 1894, et deux soeurs, Marie-Lucie et Jeanne-Hélène, nées respectivement en 1899 et 1901. Son père était originaire de Vers, dans les Deux-Sèvres (79).

Yves-Marie Blanchard, son mari, est né à Quimper, rue Saint-Mathieu, le 7 août 1894 ; il était le fils de Jean-Marie Blanchard, né à Quimper, cocher, et de Marie-Louise Péron, née à Langolen, ménagère.

Yves-Marie Blanchard et Marie-Véronique Berthomé se marient à Namur en Belgique, le 28 Août 1920 ; ils se sont connus pendant la guerre 1914-1918 : lui, a été blessé et soigné à Charleroi, où elle était infirmière, semble-t-il. De leur union naîtront à Ergué-Gabéric trois enfants nés en 1921, 1924 et 1929 [...].

Yves-Marie Blanchard travaillait à l'usine Bolloré à Odet. C'est Mr René qui demanda à Madame Blanchard de s'installer à Ergué-Gabéric comme sage-femme et "conseillère" en prévention infantile ; Mr Bolloré avait constaté que des ouvrières ou des femmes d'ouvriers mouraient jeunes et en couches. Madame Blanchard était rémunérée par l'usine.

Personne ne nous a indiqué le moment exact de son installation : sans doute assez vite après son mariage, puisque les trois enfants sont nés à Ergué-Gabéric.

Monsieur et Madame Blanchard ont habité dans une maison de la cité de Ker-Anna, autour du puits.

Madame Blanchard pratiquait des accouchements pour les femmes travaillant à l'usine et les épouses des ouvriers. Elle assurait aussi le suivi après l'accouchement. Pendant quelques temps, elle allait à pied ou en char à bancs. Quand la voiture automobile apparaît, elle est la première femme d'Ergué-Gabéric à avoir un permis de conduire, et sa première voiture sera une "Rosengard", bien connue de tout le monde : tous s'empressaient de dégager la route dès qu'elle se pointait à l'horizon. Car c'était toujours urgent quant elle arrivait ! Son secteur était assez étendu : Ergué-Gabéric bien sûr, mais aussi Elliant, Briec, Coray ...

Nous avons interrogé des femmes qu'elle a accouchés et avons ainsi appris que : d'une part il n'y avait pas beaucoup de soins avant l'accouchement, et d'autre part, quand l'enfant était né, les mères devaient rester couchées pendant huit jours : elles étaient "coucounées" pendant ce temps-là. Madame Blanchard prenait soin du bébé, tandis que d'autres femmes venaient aider les mamans qui venaient d'accoucher.

Les femmes qui travaillaient à l'usine récupéraient un grand morceau de tissu de feutre, très doux et résistant, dans lequel elles découpaient des langes pour les bébés.

Quand les mamans reprenaient le travail après l'arrêt nécessaire pour la tétée, les bébés étaient envoyés à l'usine, à heures régulières. De ce point de vue, "Briec était arriéré par rapport à Ergué-Gabéric", nous dit une de ces mamans.

Les bébés qui ont été mis au monde par Madame Blanchard sont, paraît-il, facilement reconnaissables, car elle leur faisait un joli "skloum", et ils ont de jolis nombrils !!!

Les examens prénataux actuels n'existaient pas, et il y avait parfois des surprises, par exemple des jumeaux absolument pas attendus. Ainsi ces jumeaux, garçon et fille, pour lesquels on n'avait pas pensé aux prénoms : ils ont eu les prénoms des deux enfants de la sage-femme.

L'accouchement ne se passait pas toujours bien ; il pouvait y avoir du retard pour venir sur les lieux, ou pour prendre les bonnes décisions, ou encore des gestes malencontreux ; la responsabilité de la sage-femme était grande, et quand ça se présentait mal, on demandait au médecin de venir à la rescousse. Ainsi les docteurs Cottin, Maloisel (célèbre pour sa pipe et son abaisse-langue), Bourlès, Cornic, Renaut, Guivarch, et Piriou de Quimper ; les docteurs Favennec et Kergoat de Briec venaient de temps en temps.

Outre les femmes de l'usine, Madame Blanchard a accouché et soigné des femmes de la campagne, sur Ergué-Gabéric et Briec, et sur les communes avoisinantes. Elle était payée dans ce cas en nature : en pommes de terre ou autres produits agricoles. Nous n'avons pas eu beaucoup de renseignements à ce sujet.

Madame Blanchard assurait un important rôle social, par les soins qu'elle donnait. Elle s'est aussi présentée aux suffrages des électeurs le 13 mai 1945. C'était l'élection du premier Conseil municipal au suffrage universel, puisque c'était la première fois que les femmes votaient. La liste sur laquelle elle était inscrite n'a pas eu grand succès, et elle n'a pas été élue. Elle habitait Tréodet [2] à ce moment-là.

Elle a exercé son métier de sage-femme pendant près de 50 ans. Son dernier accouchement aurait eu lieu vers 1956.

Elle s'est retirée à Saint-Brieuc, près de sa fille, et c'est là qu'elle est décédée, vers l'âge de 80 ans.

[modifier] 3 Autres témoignages

Jean Guéguen se souvient de Madame Blanchard et de sa Rosengard en gare de Quimper (extrait du cahier n° 7 d'Arkae) :

« Lorsque les prisonniers de guerre et les déportés sont rentrés massivement en mai-juin 1945, un bureau a été ouvert à la gare de Quimper pour qu'ils puissent régulariser leur situation. Madame Blanchard, bénéficiant de bons d'essence du fait de sa profession, se rendait à ce bureau à chaque arrivée de train provenant de Paris, et si elle connaissait quelqu'un, elle le ramenait dans sa famille. »

En mai 1945 Marie Blanchard se présente sur la liste de Pierre Tanguy, maire sortant. Elle obtient 523 voix, mais ne sera pas élue. Les élections sont emportées par la liste d'alliance Communiste et Radicale menée par Jean Le Menn.

[modifier] 4 Annotations

  1. Mauvais sans doute, car souvenir de maladie ... [Ref.↑]
  2. A priori les Blanchard habitaient à Keranna en 1945 (et non Tréodet), cf ci-dessous la liste Tanguy aux élections municipales. [Ref.↑]


Thème de l'article : Biographie d'une personnalité gabéricoise

Date de création : mai 2009    Dernière modification : 15.06.2013    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]