Munuguic, Menugig - GrandTerrier

Munuguic, Menugig

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


Forme française Munuguic
Forme bretonne Menugig
Signification "montagne surplombant le ruisseau Guic, au centre de la paroisse"
Décomposition Menez "montagne, terre froide" suivi de Gwig "centre de paroisse"
Relevés 1445, 1493, 1539, 1540, 1548, 1647, 1790, 1834

[modifier] 1 Références et géolocalisation

Coordonnées géographiques. 48° 0' 52.2" N 4° 1' 27.48" W (lat. 48.014501, long. -4.024301)
Cartographie du lieu-dit. « Géo.Munuguic »
Documents généraux. « Cartographie, cartes anciennes » ¤  « Index des toponymes » « Étude de Bernez Rouz sur les noms de lieux d'Ergué-Gabéric » ¤ « Dictionnaire des noms de lieux bretons d'Albert Deshayes » ¤ 

[modifier] 2 Explications toponymiques

Autres lectures connexes.   « Remise en valeur du Guic près des jardins familiaux, Le Télégramme 2014 » ¤ 

Interprétation basée sur la situation géographique du lieu et la proximité du ruisseau.

 

Près du village de Munuguic, dans le vallon qui longe la route de Coray et qui descend jusqu'au vallon du Rouillen, coule un ruisseau nommé « Le Guic ». L'origine toponymique de ce nom, à savoir le centre habité d'une paroisse (du vieux breton guic emprunté au latin vicus "village, hameau ; quartier d'une ville"), se prête très bien à la source de ce ruisseau située près de Pen-Karn Lestonan, c'est à dire au centre géographique de la commune d'Ergué-Gabéric.

Le fait que le village surplombe le ruisseau et que l'orthographe ancienne (cf relevés ci-dessous de Bernez Rouz) était Menanguic et Menesguic sont des arguments pour le préfixe « Menez » "Montagne".

Quant au « Guic » en tant que cours d'eau, Albert Deshayes donne le ruisseau de Guerlesquin, employé seul et non pas en composition, comme relevant de l'explication de Gwig "centre de paroisse". Ce ruisseau s'écoule jusqu'au Belle-Isle-en-Terre pour former le Leguer.

Tracé du Guic d'après une carte établie par Norbert Bernard dans son mémoire "Chemins d'Ergué-Gabéric du 5e au 17e siècle" :



Dans le Cahier n° 9 d'Arkae publié en 2007, Bernez Rouz explique l'origine du lieu-dit.

 

Munuguic (Munigig)

Orthographe Année Source (cf. ) Référence, côte
Menanguic 1445 A.D.F. A 85
Menesguic 1493 A.D.F. A 85
Mennenguic 1539 A.D.L-A. B 2012
Menenguic 1540 A.D.F. A 85
Menengic 1540 A.D.L-A. B 2012
Menecyc 1548 A.D.F. A 85
Munuguic 1647 A.D.F. 32 J 80
Meneudic 1790 A.D.F. 10 L 168, recensement
Munuguic 1834 A.C.E-G. Ancien cadastre
Munudic 1946 I.N.S.E.E. Nomenclature
Munuguic 1962 A.C.E-G. Cadastre
Munuguic 2002 I.G.N. Carte 0618 O

Ce nom continue d'intriguer les différents copistes. Sa signification est obscure d'où les hésitations entre men = pierre, menez = montagne, munud = petit. La fin du mot se partage entre Munuguic et Munudic. Munudic est plus compréhensible pour les bretonnants, cela signifie tout petit. Mais aucune forme ancienne ne corrobore cette étymologie populaire.


Pour le lieu-dit, Bernez Rouz avance l'explication suivante dans son mémoire en breton.

 

ANVIOU O TENNAN D'AN UHELDER
7 - ANVIOU ALL
-- Munuguic Image:Munuguic-phonétique.jpg  (Munudig), 1676 : Munuguic, 1679 : Menuguit.
Emichañs n'eus netra da welet gant menudik = serpolet, ur blantenn eus Bro Oksitania.


Dans le bulletin de la commission d'Histoire en 1980, il résume ainsi : MUNUDIG : ?.


A propos du terme "Menez", Albert Deshayes explique dans son Dictionnaire des noms de lieux bretons page 37.

 

PARTIE "Décrivons la nature"
Chapitre "Le relief"


Menez s'applique naturellement à une "montagne" mais, en toponymie, son sens a fortement dévié et désigne, dans le Léon, la partie éloignée du bourg paroissial et ailleurs la partie située aux issues d'un village. Dans les actes anciens, elle est qualifiée de "montaigne", c'est à dire de "terre froide". C'est pour cette raison que les lieux en Ménez s'appliquent aussi bien à des terres accidentées, en pente ou parfois plates, avec comme point commun d'être impropres à la mise en culture. La plupart des lieux actuels sont d'anciens microtoponymes, d'anciennes parcelles que l'on a loties et ne sont pas, de ce fait, toujours attestés dans les actes sauf en cas d'inventaire.
Ce terme issu du vieux breton monid correspond au gallois mynydd et au cornique meneth.


Pour le mot "Gwig", Albert Deshayes détaille l'origine toponymique page 155 de son dictionnaire des noms de lieux bretons.

 

PARTIE "Les lieux de vie"
Chapitre "Les entités territoriales"

Gwig "centre de paroisse" procède du vieux breton guic emprunté au latin vicus "village, hameau ; quartier d'une ville". On le note employé seul dans Guic en Guerlesquin (29) et en composition dans Guicquelleau en Le Folgoët (29), id. en 1446, dans Troguic également en Guerlesquin, id. en 1672, et sous forme renforcée en initiale dans Prat-Cuic en Saint-Pol-de-Léon (29), Pratguic en 1396.