Pierre Marie Cuzon, Chevalier de la Légion d'Honneur (1871) - GrandTerrier

Pierre Marie Cuzon, Chevalier de la Légion d'Honneur (1871)

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Personnages
 Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
Image:PennBrasoùSmall.jpg

Pierre Marie Cuzon, dans le fichier des titulaires de la Légion d’Honneur, Pierre Marie Cuzon apparaît comme natif d’Ergué-Gabéric et méritait une petite enquête. Henri Chauveur, 2007.

Au 19e siècle, il est, pour la commune, le seul de cette distinction honorifique. Le fichier des titulaires : Base Léonore

On consultera également l'article écrologique, découvert plus tard et donnant des détails sur les faits d'armes de janvier 1871 du futur capitaine Pierre-Marie Cuzon.

Autres lectures : « Mort de Pierre-Marie Cuzon héros de la guerre de 1870, Le Finistère 1880 » ¤ « Déguignet expose son avis sur les causes de la défaite de 1870, JMD » ¤ « Kemperiz e Kerzevot, Quimpérois à Kerdévot, Feiz ha breiz 1870 » ¤ « Pardonerien e Kerdevot, Pardon à Kerdévot, Feiz ha breiz 1871 » ¤ 

[modifier] Présentation

Pierre Marie Cuzon est né le 4 octobre 1843 à Bohars en Ergué-Gabéric de Mathias (Mathieu Jean Laurent) Cuzon âgé de 35 ans né en 1809 et de Marie Jeanne Bouard ou Bouzard née en 1813. Les parents sont aussi originaires d'Ergué-Gabéric.

Son père Mathias est un simple journalier qui se déplace de ferme en ferme en fonction des besoins des cultivateurs locaux. Ainsi la sœur de Pierre Marie, Marie Perrine née en 1846 à Kerneno (Kernaou ?), autre ferme de la commune. Elle se marie avec François Stervinou et ils sont tous les deux journaliers. Il n’y a que le grand-père Cuzon, Pierre qui était tisserand, c’est à dire d’une condition un peu supérieure, si l’on peut dire !

 

Pierre Marie naît sous la monarchie de juillet en plein règne de Louis Philippe. Dés 1853 nous sommes sous le Second Empire et c’est Napoleon III qui gouverne. C’est presque entièrement dans cette période que va se dérouler sa carrière militaire.

C'est à la demande de Madame Liangoridis, ma correspondante (cousine à la mode de Bretagne) que M. Jean Paul Strill de Fourqueux (78712) s'est rendu au SHAT pour copier ces documents. Ils sont tous les deux adhérents de l'association « Genemil » [1]. Et merci à José Chapalain pour ses bons liens.

[modifier] Déroulement de carrière

Un extrait du registre matricule des officiers nous donne un état du déroulement de sa carrière : Il entre dans le Régiment d’Artillerie de la Marine le 5 octobre 1864 comme jeune soldat de la classe 1863 : Il est donc appelé sous les drapeaux. Il est aussitôt nommé « 2éme Canonnier Servant » et le restera pendant 8 mois et 26 jours et il accède au grade de « Brigadier» le 1er juillet 1865. Dès le 28 octobre de la même année il occupe le poste de « Brigadier fourrier » et cela pendant 7 mois et 9 jours car il est promu « Maréchal des Logis fourrier » le 7 juin 1866.

Ouvrons une parenthèse dans sa carrière pour remarquer qu’en l’espace de 2 ans il est passé du statut « d’appelé » à celui de « Maréchal des Logis. Il est « fourrier », c’est à dire qu’il s’occupe du courrier et maîtrise donc parfaitement la lecture et l’écriture de notre langue ! Durant deux autres périodes de 5 mois et 18 jours puis de 1 an, 3 mois et 3 jours il est toujours au même grade mais sans doute a t-il changé d’affectation ?

Le 22 juillet 1868 il est nommé « Maréchal des Logis chef » : il a tout juste 4 ans d’armée ! Il reste à ce grade 1 an 11 mois et 19 jours. Le 11 décembre 1869 le voilà « Sous-Lieutenant » : 6 ans d’armée ! Après 2 ans dans ce dernier grade, le 11 décembre 1871, il est promu « Lieutenant en 2ème » et le 8 mai 1872 on le trouve « Lieutenant en 1er ».


Rappel : La guerre franco-allemande (19 juillet 1870 - 10 mai 1871) opposa le Second Empire français et les royaumes allemands unis derrière le royaume de Prusse (aussi est-elle parfois appelée guerre franco-prussienne). Le conflit marqua le point culminant de la tension entre les deux puissances, résultant de la volonté prussienne de dominer toute l'Allemagne, qui n'était alors qu'une fédération d'États quasi-indépendants. La défaite entraîna la chute de l'Empire français.

Quels sont les exploits qui l’ont propulsés dans la carrière militaire et à cette vitesse ? Aucun document ne les relate en détail, par contre les campagnes qu’il a effectuées et la décoration obtenue sont connues et mentionnées dans un tableau et des pièces :

« Détail et Durée Effective du Temps de Navigation et de Séjour aux Colonies »

  1. Campagne contre l’Allemagne du 8 août 1870 au 7 mars 1871 soit 6 mois et 29 jours aux Colonies ou hors d’Europe .
  2. A la Mer, en paix : « Le Japon » (nom de bateau de guerre) du 20 avril 1871 au 6 juin 1871 soit 1 mois et 16 jours à bord.
  3. Aux Colonies, en paix : en Cochinchine du 6 juin 1871 au 14 décembre 1872 soit 1 an 6 mois et 8 jours.
  4. A la Mer, en paix : « La Sarthe » (nom de bateau de Guerre) du 14 décembre 1872 au 20 janvier 1873 soit 1 mois et 6 jours

Notes :

  • Le navire "Japon" est un transport à hélice de presque 100 métres de long de 2000cv qui à cette époque fait le transport de torpilleurs. Transport à hélice "le Japon" : dossiersmarine.free.fr/fs_t_t1.html.
  • Le navire "Sarthe" est armé en 1863 et affecté à partir de cette de date à l'INDE puis de 1872 à 1873 à l'Indochine et à la Cochinchine. C'est la période ou Pierre-Marie est en poste à son bord. En 1884, de retour de Saïgon, le bateau raméne la derniére épidémie de Coléra qui se propage surtout à Arles. Transport écurie "la Sarthe" :dossiersmarine.free.fr/fs_t_T3.html.
 
  • Les 2 navires en question :
Le navire "Sarthe"
Le navire "Sarthe"
Le navire "Japon"
Le navire "Japon"

Pour tout savoir sur la Marine de Napoléon III voir le site : [2]

La Cochinchine : une terre d'Asie devenue Française. [3] Cet article est paru dans le numéro spécial 37 de la revue "Historia".

La carte de Cochinchine pendant la conquête
La carte de Cochinchine pendant la conquête

§ Artillerie de Marine : La réorganisation de 1868

[modifier] Légion d'Honneur

D'octobre 1870 à juillet 1873, après la chute du Second Empire, la Légion d'Honneur est uniquement réservée aux services militaires. L'ordre retrouve ensuite sa vocation première et la couronne de la bélière est remplacée par une couronne de feuilles de chêne et de laurier. Le centre de l'étoile porte l `effigie de la République et au revers, les deux drapeaux tricolores.

Par décret du 11 janvier 1871 Pierre Marie est nommé « Chevalier de la Légion d'Honneur » avec le rang de 24718 sur la liste des membres de l’ordre recevant le traitement. C’est donc à la suite de sa campagne contre l’Allemagne qu’il a obtenu cette décoration exceptionnelle. Il est déjà en Cochinchine lors de la notification. Il n’est alors que Sous-Lieutenant et passe au grade de Lieutenant à la fin de cette même année 1871. Sur les documents liés à sa nouvelle situation nous apprenons qu’il change de département en étant transféré de Lorient dans le Morbihan à Brest dans le Finistère, le 1er janvier 1878.

 

Pierre Marie CUZON n’est plus compris dans l’état des membres de la légion d’honneur payés par corps à compter du 1er Semestre 1878 et il est rayé des contrôles du corps par une Dépêche nouvelle du 30 mars 1878. Est-ce à dire qu’il quitte l’armée à cette date ? Le document nous indique encore qu’il est « Capitaine en 2éme Passe à l’Etat Major particulier de l’Armée » où il occupe le poste « d’Inspecteur d’Armée à Brest ».

On ne peut que s’écrier : Quelle carrière ! Des questions restent posées : pourquoi a-t-il quitté l’armée à 32 ans ? Était-il malade puisqu’il décède le 14 novembre 1880 à l’âge de 34 ans ?

Les traitements : Les grades de l'Ordre de la Légion d'Honneur sont décernés avec un traitement aux personnes distinguées pour faits de guerre et aux militaires du service actif. Ce traitement actuellement n'a plus qu'un sens symbolique. Autrefois au début du siècle il représentait une part importante des revenus. Pour exemple, cela donnait un quart des revenus annuels pour un capitaine retraité, officier de l'Ordre. Sous l'Empire, un légionnaire invalide vivait décemment de son traitement.

[modifier] Annotations

  1. L'association Genemil est dédiée à l'aide aux recherches généalogiques et historiques dans les archives à caractère militaire : fr.groups.yahoo.com/neo/groups/genemil/info [Ref.↑]


Thème de l'article : Histoire d'une personnalité gabéricoise

Date de création : février 2007    Dernière modification : 25.01.2015    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]