Pierre Roumégou (1910-1996), penn-talabarder et correspondant local - GrandTerrier

Pierre Roumégou (1910-1996), penn-talabarder et correspondant local

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Personnages
 Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
Image:PennBrasoùSmall.jpg

Depuis 1962, année où il se mit en retraite de la Marine, Pierre Roumégou prit une part active dans la vie communale et paroissiale d'Ergué-Gabéric, et pendant une vingtaine d'années, il fut le correspondant local du Télégramme.

C'est à ce titre là que les gabéricois le connaissait, mais il était aussi le fondateur des bagads de Lann-Bihoué et Ar Re Goz, et en tant que talabarder (joueur de bombarde) il fut une figure du renouveau de la culture bretonne.

Savait-on aussi que :

  • Le bagad de Lann-Bihoué fit des représentations dans le monde entier, les premières sorties étant l'Angleterre, les États-Unis et le Maroc.
  • En 1976 Pierre Roumégou fut reçu officiellement à l'Élysée par le président Giscard d'Estaing avec ses compagnons du bagad Ar Re Goz.

Autres lectures : « Articles PR-Télégramme » ¤ « Souvenirs du pardon de Kerdévot par Pierre Roumégou » ¤ « Les Auvergnats d'Ergué-Gabéric » ¤ « Per Roumégou à l'honneur, Le Télégramme 1982-1984 » ¤ « Caricatures d'élus, OF-LQ 1986 » ¤ « Place Pierre-Roumégou et biographie, Ouest-France et municipalité de Quimper 2008 » ¤ « 1946-1952 - Ecole communale des garçons au bourg » ¤ « 1955-1986 - Les gars de la classe 1956 d'Ergué-Gabéric » ¤ « Marie Gourmelen, une écolière pensionnaire de 1917 à 1922 » ¤ « Marie Gourmelen, épouse Roumégou, 100 ans de dynamisme » ¤ « 1976 - Le bagad Ar Re Goz invité au palais de l'Elysée » ¤ « ROUMÉGOU Pierre - Bagad de Lann Bihoué (33T) » ¤ « CARADEC Louis - Le bagad de Lann-Bihoué » ¤ 

[modifier] 1 Biographie, origines

Pierre Roumégou est né le 30.10.1910 à Pluguffan et décédé le 13.09.1996 à Quimper. A l'origine sa famille étaient composé de sabotiers d'origine auvergnate, de la ville de Roumegoux dans le Cantal, qui émigrèrent au manoir de St-Alouarn en Guengat. Son grand oncle était Tudy Roumégou, ce prêtre qui procéda au mariage de Jean-Marie Déguignet en 1868 à Ergué-Armel.

Très tôt il pratique la bombarde : « Je n'avais pas treize ans quand j'ai commencé à sonner de la bombarde. Un sonneur qui passait par Plugufffan, où je suis né, s'est arrêté un jour, du haut de sa charrette de petits pois, pour m'écouter jouer du pipeau ... La semaine suivante, il est venu m'offrir la bombarde de son compère décédé quelques semaines auparavant ».

Ses études terminées à Pluguffan, il monte à Paris travailler. À 17 ans il s'engage dans la « Royale » et entre à l'École des Mousses à Toulon. Il fait l'apprentissage du métier d'électricien.

 

Puis, embarqué à bord du cuirassé « La Providence » qui se sabordera dans la rade de Toulon, il poursuit la guerre sur les sous-marins « La Perle » et « Le Diamant ». Ensuite il met le cap sur l'Indochine, Tahiti et tout le Pacifique.

Pierre Roumégou épouse en 1934 Marie Gourmelen de Kervéguen en Ergué-Gabéric. Il est affecté en 1952 à la Base Aéro-Navale de Lann Bihoué, à Lorient, où il va créer le célèbre bagad. En 1973, en retraite de la marine, après avoir sonné au Bagad de l'Hôpital Gourmelen, il crée avec une vingtaine de sonneurs le bagad « Ar Re Goz ».

Conseiller municipal d'Ergué-Gabéric pendant plusieurs années, il sera aussi actif en tant que président du club des personnes âgées et des anciens combattants. Titulaire de la médaille Militaire, de la Croix de Guerre, de la Croix du Combattant, de la Médaille d'Extême-Orient et Chevalier de la Légion d'Honneur, Médaille d'argent de l'UNAC.

[modifier] 2 Bagad de Lann-Bihoué

Sur la plaquette officielle relatant la création du bagad de Lann-Bihoué en 1952, Pierre Roumégou est à l'honneur : « Le Maître-Principal Pierre Roumegou découvre dans la poche d'un visiteur une bombarde, un instrument dont il n’a pas joué depuis 1924 ... Mais comme le vélo ça ne s’oublie pas ! Au son de la bombarde, les officiers quittent les tables et se mettent à danser ! Pierre Roumegou vient sans le savoir de lancer le bagad de Lann-Bihoué : dans les semaines qui suivent, des matelots amateurs de musique bretonne se réunissent avec leurs cornemuses et leurs bombardes, apprennent à jouer ensemble et à marcher au pas. La Marine Nationale soutient l'initiative et permet au bagad de faire sa première aubade, le Maître-Principal Delcluze étant le premier « penn bagad » à lancer le fameux « Waraok kit » (« en avant, marche »). Il laisse sa place en 1953 au Maître-Principal Roumegou. La naissance du Bagad de Lann-Bihoué est officialisée par un décret ministériel en 1956 ».

Alors que Jean Lancien est "Penn-Soner" des cornemuses, Pierre Roumégou sera "première bombarde" du Bagad aux pompons rouges, et en assumera les fonctions de formateur et de président jusqu'à son départ de la Marine en 1962.

 

En 1954 la formation comptait 17 membres et font une première sortie à Paris aux Nuits de l'Armée, avant d'être appelée pour des représentations à l'étranger, en Angleterre, aux États-Unis à Norfolk, et à Casablanca au Maroc. En 1962 la Marine décide alors d'élargir son recrutement aux appelés du contingent, et confiera la tâche de président à Polig Montjarret (animateur de Bodadeg Ar Sonerion), et la direction du bagad au maitre principal Marcel Faure.

En 1960, le bagad enregistre sous la direction de Pierre Roumégou un 33T de 9 titres traditionnels, lesquels sont publiés sur Internet au format numérique [1].

[modifier] 3 Bagad Ar Re Goz

Retraité des armées et du bagad de Lann-Bihoué, Pierre Roumégou reste très actif et amoureux de la musique bretonne. Il crée en 1973 un autre bagad, devenu au fil des années aussi célèbre que son aîné, celui d'Ar-Re-Goz. Ce bagad dit « des Anciens », est avant tout une amicale de sonneurs ayant appartenu à différentes formations musicales de Bretagne.

Piierre Roumégou sera président du bagad Ar Re Goz jusqu'en 1990. Il est mis à l'honneur le 14 juillet 1976, lorsque le bagad, sur invitation du président Giscard d'Estaing, est invité à l'Élysée pour une émission de télévision. Une série de photos en noir et blanc est prise par les studios « Actualités Photographiques Parisiennes ».

 

[modifier] 4 Correspondant local du Télégramme

Pendant de nombreuses années, ayant démarré avant 1970 et fini après 1980, Pierre Roumegou tenait la rubrique « Une commune, trois quartiers » du quotidien Le Télégramme, et composait des articles avec photos chaque fois qu'un évènement communal l'exigeait.

Ainsi il a pu couvrir des sujets comme le pardon de Kerdévot, les journées du patrimoine, les remises de médailles, les retrouvailles de « classes », l'inauguration de la chapelle de Kerdévot, les matchs de foot importants ...

 

Une légende courait sur son étourderie en tant que photographe officiel : bien souvent lorsqu'il avait pris des clichés de groupe (matchs, remise de médaille ...), il s'apercevait après coup qu'il avait oublié de mettre une pellicule dans son appareil.

Les articles de / par Pierre Roumégou, correspondant local : « Articles PR-Télégramme » ¤ 

[modifier] 5 Annotations

  1. Enregistrements numérisés par BnF-Partenariats, Memnon Archiving Services et Believe Digital, et publiés par la BnF (Bibliothèque nationale de France) sur son site Internet Gallica [Ref.↑]


Thème de l'article : Biographie d'une personnalité gabéricoise

Date de création : janvier 2009    Dernière modification : 5.09.2015    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]