Recherches d'Henri Chauveur sur les traces du moulin de Crec'h Congar - GrandTerrier

Recherches d'Henri Chauveur sur les traces du moulin de Crec'h Congar

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Mémoires 
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [développé]

Image:MémoiresK.jpg

Une balade à la recherche du temps perdu et d'un moulin disparu en contrebas de Pennervan.


Sommaire

Autres lectures : « 1736 - Minu du seigneur de La Marche pour le manoir et le moulin de Creongard » ¤ « 1489 - Concession de construction du moulin de Kerhelan » ¤ « Toponymie de Crec'h Congar » ¤ « Cartographie de Crec'h Congar » ¤ 

cadastre 1834, le ruisseau et son bief, section de Squividan, feuille 3
cadastre 1834, le ruisseau et son bief, section de Squividan, feuille 3

[modifier] 1 Bottes et appareil photo

Le jeudi 17 novembre 2005 je me rends sur les lieux en tenue adéquate (bottes, …) à la recherche des traces du moulin disparu de Crec'h Congar [1]. J’y rencontre René Danion de Kerhamus qui chasse ! Il me fait arpenter les lieux le long du ruisseau. Hélas une partie des terres de Pennervan a été remblayé dans le bas, ce qui a fait disparaître le talus que me mentionne René Danion et qui aurait pu protéger un bief éventuel en sortie de moulin.

Nous nous rendons à l’endroit indiqué sur le cadastre de 1835 et nous pouvons constater le présence d’un gros bosquet. Il pourrait cacher la présence possible des ruines de la bâtisse mentionnée. Nul autre indice n’apparaît. Un chemin traverse la zone et débouche dans la prairie en direction de la parcelle n° 595 « Foennec vras ». Est-ce un ancien bief ?

Il est remarquable de constater que l’ancien chemin, venant de Pont-Odet en surplombant le ruisseau, existe toujours, bien qu’encombré de branchages. Il disparaît momentanément dans la parcelle 765 pour réapparaître et se prolonger après la parcelle n°596 « Liors stanc Pennervan ».

Ci-dessus le chemin qui sortait du moulin.

 

Ci-dessous, le bosquet où il subsiste encore quelques pierres et l'endroit où devait se situer le barrage au dessus du ruisseau. Le champ en pente en fond de photo est « Goarem ar veil ».

René Danion de Kerhamus indique qu'un bief sortant du site du moulin existait il y a encore peu d'années.



[modifier] 2 Lecture des cartes

Des actes de naissances existent en 1680-1682 pour des enfants de Jan Danielou époux de Marguerite Jesequel ainsi que pour Alain le Berre époux de Marie le Creoff . Le lieu est désigné : « Manoir de Crec’h-Congar » mais aussi en 1679 pour François le Gall époux de Jeanne Choaller sous la désignation « Manoir de Pennervan ».

Est-ce qu’il s’agit du même lieu ? Le moulin voisin est désigné comme « Moulin de Crec’h-Congar », mais on dit aussi « Vallée de Pennervan ». Un chemin sans issue, en 1834, apparaît sur le cadastre en direction du moulin de même nom.

Partie Nord
Partie Nord
Partie Ouest
Partie Ouest
 

La désignation de ce moulin apparaît en 1573. Il est mentionné sur le registre des naissances de Ergué-Gabéric en 1680 et 1682 pour deux enfants François et Anne de Guy Laouenan/Lavanant ,époux de Marie Jezequel. Les témoins sont entre autres Ricquart de Kerfres et Anne le Masson femme de Louis Laurans de Squividan. C’est la proximité du lieu d’habitation des témoins qui permet de penser que ce moulin est celui mentionné sur le cadastre de 1835 par le biais des noms de parcelles et par la situation en contre-bas de Kerhamus et de Crec’h Congar, ancienne désignation d’un manoir ou château situé au voisinage de Pennervan (confirmé par Jean Istin et Norbert Bernard). Deux naissances y sont situées en 1682 et 1684 et des décès en 1704 et 1720.

Un autre moulin, le moulin de Kerfres, qui existe encore, est situé en amont du précédent sur le cours du ruisseau qui descend de Pont al len. Il est plus récent, des naissances y apparaissent de 1754 à 1865. Le débit du ruisseau semble à notre époque trop réduit pour permettre un fonctionnement simultané des deux entreprises malgré l’apport d’autres ruisseaux en aval de Kerfres comme celui qui vient de Munuguic , mais le régime des précipitations a beaucoup changé depuis le 17éme siècle. Un chemin venant de Pont-Patra permettait l’accès direct à cet ancien moulin puis à Kerdudal et par un embranchement à celui de Kerfres. Un autre chemin, lui aussi interrompu, et venant de la zone Pennervan/Quenec’h Congar a du y conduire aussi.

[modifier] 3 Annotations

  1. Dans le Cahier n° 9 d'Arkae publié en 2007, Bernez Rouz explique l'origine du lieu-dit comme suit : Le moulin de Krec'h Kongar se trouvait dans le vallon de Pennervan. Ce qui indique la proximité du manoir dont on ne sait rien. Krec'h signifie colline et Kongar est le nom d'un saint Irlandais. [Ref.↑]


Thème de l'article : Monographie d'un lieu-dit de la commune d'Ergué-Gabéric

Date de création : septembre 2006    Dernière modification : 26.07.2012    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]