Sant Aostin - GrandTerrier

Sant Aostin

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Aostin
Vie / Buhez : moine bénédictin, évangélisateur de l'Angleterre au 6e siècle, premier évêque de Canterbury.
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs :
Variantes / Argemmoù : Aostin (Bretagne) - Augustin (France)

2 Almanach


le 27 mai 2019 ~ d'an 27 a viz Mae 2019
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Aostin (moine bénédictin, évangélisateur de l'Angleterre au 6e siècle, premier évêque de Canterbury.)
Proverbe breton ~ Krennlavar Aesoc'h eo dimeziñ eget sevel ti.

[Il est plus facile de se marier que de construire maison.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

enluminure de L'Evangile de Saint Augustin
enluminure de L'Evangile de Saint Augustin

5 Monographies

Diocèse de Sault Ste Marie

27 mai - Saint Augustin de Canterbury

Moine bénédictin, aussi appelé saint Austin, mort vers 604. Apôtre de l'Angleterre et moine romain qui, à l'initiative du pape Grégoire le Grand, entreprit l'évangélisation de l'Angleterre (vers 596). Il fonda le siège épiscopal de Canterbury et fut donc le premier évêque de Canterbury.

Site fr.Wikipedia

Augustin de Cantorbéry fut un moine bénédictin du VIIe siècle, et un saint catholique. Il fut archevêque de Cantorbéry.

Biographie

Sa jeunesse n'est pas connue. On sait seulement qu'il devient moine au monastère bénédictin de Saint-André, fondé par le pape Grégoire le Grand sur le Mont Coelius à Rome. Là, il acquiert une connaissance approfondie des textes sacrés[1]. Par la suite, il en devient prieur. En 596, on sait également que la cité d'Arles abrite les préparatifs de la mission d'Angleterre; à cette occasion des esclaves anglo-saxons sont achetés[52]. Le 17 novembre 597, Augustin de Cantorbéry est de retour à Arles après avoir converti le roi saint Ethelbert, la reine Berthe qui était arrière-petite-fille de Clovis était déjà chrétienne, et les principaux officiers. A la demande de Grégoire Ier, et entouré de nombreux évêques, il est consacré archevêque de l'Eglise d'Angleterre dans la basilique Saint-Trophime par l'archevêque d'Arles, Virgile, alors vicaire du Saint-Siège en Gaules. En 597, il débarque en Angleterre avec 40 moines - dont le futur saint Laurent de Cantorbéry - dans le but de ramener ce pays à la foi catholique, après les invasions qui détruisirent les structures de l' Eglise chrétienne celte préexistante. Sur place, il convertit très vite Ethelbert, le roi jute anglo-saxon du Kent, Ethelbert, qui l'installe à Cantorbéry. Il devient évêque et fonde le monastère Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

Il y installe une bibliothèque alimentée par l'envoi de manuscrits par le pape Grégoire[2]. On ignore malheureusement la nature de ces codex[3]. Des historiens[4] ont supposé qu'il s'agissait d'ouvrages de littérature profane : Cantorbéry aurait ainsi été un centre d'études classiques. Il est plus probable que les manuscrits en question aient été des textes sacrés, nécessaires au travail d'étude de bénédictins. En tout cas, Augustin est sans conteste l'introducteur du chant romain (modulatio romana) en Angleterre, où il rencontre un franc succès. Il est probable que l'attribution à Grégoire de ce type de chant (connu de nos jours sous le nom de chant grégorien) ait pris forme en Angleterre. Il n' a pas réussi à réconcilier les chrétiens celtes et les Anglo-saxons nouvellement convertis, ce sera fait lors du concile de Whitby.

Mort en 604, il est enterré le long de la voie romaine allant de Deal à Cantorbéry. Ses reliques sont ensuite transférées dans l'église abbatiale de Saint-Pierre-et-Saint-Paul, devenue Saint-Augustin.

Il est considéré comme le fondateur de l'Église d'Angleterre et le premier archevêque de Cantorbéry. Il est fêté le 27 mai.

Notes et références

  1. ↑ Grégoire le Grand, Lettres, XI, 37.
  2. ↑ Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique, I, 29
  3. ↑ Le chroniqueur Thomas Elmham († 1420) en fournit une liste dans son Historia monasterii s. Augustini mais son témoignage est généralement considéré comme douteux.
  4. ↑ A. F. Leach, The School of medieval England, 1928 ; J. A. Adamson, The Illiterate Anglo-Saxon, 1946.