Sant Konvarc'h - GrandTerrier

Sant Konvarc'h

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Konvarc'h
Vie / Buhez : roi du royaume anglais Rheged au 5e siècle, père d'Urien, éponyme de Saint-Gonvarc'h
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : origine Celtique, Kon=Guerrier, Marc'h=Cheval
Variantes / Argemmoù : Conmarch (Bretagne) - Cynfarch (Pays de galles) - Konvarc'h (Bretagne) -

2 Almanach


le 22 avril 2019 ~ d'an 22 a viz Ebrel 2019
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Konvarc'h (roi du royaume anglais Rheged au 5e siècle, père d'Urien, éponyme de Saint-Gonvarc'h)
Proverbe breton ~ Krennlavar Karo. An hini n'en deus ket a laro.

[Carreau, qui n'en a pas le dira.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

musée de Rheged
musée de Rheged

5 Monographies

Site fr.Wikipedia

Cynfarch Oer

Cynfarch Oer (ou Cunomarcus ou Cynfarch ap Meirchion ) était un roi de Rheged, au VIe siècle.

On sait peu de choses sur lui. Il serait le fils de Meirchion Gul et père du roi Urien de Rheged. Sa lignée est connue sous le nom de 'Cynferchyn' .

Selon le professeur H.M. Chadwick, Senyllt ap Dingat roi de Galloway était exilé dans l'île de Man vers 550, et David Nash Ford suggère que Cynfarch était son ennemi. D'où le nom 'Rheged' à Dunragit près de Stranraer et les contes de Mark ap Meirchion (ou Cun-mark ap Meirchion) dans la même région.

Il aurait participé à la bataille d'Arfderydd en 573.

Le Rheged était l'un des royaumes bretons qui s'étaient constitués, vers le Ve siècle, après le départ des troupes romaines, au nord de l'île de Bretagne, dans une zone qui est aujourd'hui le nord-ouest de l'Angleterre et le sud-ouest de l'Écosse.

La généalogie des rois de Rheged remonte jusqu'à Coel Hen (dont les anglais feront Old King Cole) qui régna au tout début du Ve siècle.

On connaît aussi les victoires remportées par ses rois, Urien de Rheged, et son fils Owain mab Urien, sur les rois de Bernicie dans la seconde moitié du VIe siècle, car elles ont été chantées par le barde Taliesin qui, s'il était sûrement britto-romain, n'était sans doute pas gallois.

Site Early British Kingdoms

Cynfarch Oer, King of North Rheged
(Born c.460)
(Welsh: Cynfarch; Latin: Cunomarcus; English: Cunomark)

Cynfarch's unflattering epithet means 'the Dismal'. He was the son of Meirchion Gul, the King of Greater Rheged and, upon his father's death, inherited the Northern portion of his Kingdom. Perhaps because of the loss of South Rheged to his brother, Elidyr Llydanwyn, Cynfarch seems to have felt the need to expand his borders elsewhere. About AD 550, King Senyllt of Galwyddel seems to have been expelled from Galloway and was forced to seek refuge on his island stronghold of Ynys Manaw (Isle of Man). King Cynfarch is the most likely aggressor, especially as a number of places in the region are associated with him. The 'Mote of Mark,' near Palnackie, has revealed much evidence of Dark Age occupation. Some associate it with the legendary King Mark of Cornwall, but the home of King Cyn-Mark of North Rheged is much more likely. Also, near Stranraer is Dunragit, a fortified hillfort location named as the 'Fort of Rheged'. Cynfarch was eventually succeeded by his son, Urien.

prénoms celtiques d'Albert Deshayes

Konvarc'h ['kõnvarx] : prénom masculin ; fêté le 22 avril ; gallois Cynfarch ['kenvarx] ; fêté le 8 septembre.

Le saint est l'éponyme de Saint-Gonvarc'h en Landunvez (29), Saint Commarch en 1687, et du village disparu de Langonmarc'h en Berrien (29), mentionné en 1638.

Au pays de Galles, deux saints ont porté le nom de Cynfarch. Le premier est le mari de sainte Nyfain, fille de Bruchan, et le père d'Urien Rheged, chef d'un petit royaume au nord de la Bretagne insulaire. Il serait l'éponyme de Llangynfarch dans le Clwyd. Le second était un disciple de saint Dyfrig et l'éponyme de St. Kinmark, près de Chepstow, anciennement Llangynfarch.

Attesté sous la forme Conmarch, comme témoins de plusieurs chartes de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon, le nom se compose des termes vieux bretons con "guerrier" et march "cheval".