Sant Lohemel - GrandTerrier

Sant Lohemel

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Lohemel
Vie / Buhez : avocat de formation, disciple de Convoyon, prieur de Redon au 9e siècle
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs :
Variantes / Argemmoù : Lohemel (Bretagne) - Léomel (Bretagne) -

2 Almanach


le 2 janvier 2019 ~ d'an 2 a viz Genver 2019
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Lohemel (avocat de formation, disciple de Convoyon, prieur de Redon au 9e siècle) , sz. Koupaia § [Suite]

Proverbe breton ~ Krennlavar An hini a ya fonnus a ya pell. An hini a ya difonn a ya gwell.§ [Trad]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

La justice au Moyen-Age
La justice au Moyen-Age

5 Monographies

Vie des Saints de Garaby :

LA VIE DU BIENHEUREUX LOHEMEL
Prieur de Redon, le 2 janvier.

Il naquit dans la Petite-Bretagne, de parents honnêtes, qui lui donnèrent une éducation solide et brillante, dont il sut parfaitement profiter. Entré de bonne heure dans le clergé, il s'y signala par ses talents et par ses vertus. Il lia une étroite amitié avec cinq autres clercs de la cathédrale de Vannes. Comme lui, ils avaient une tendre piété, une prudence consommée et de vastes connaissances. Ces six grands serviteurs de Dieu jouissaient de la considération du roi Nominoé. Les seigneurs armoriacains rivalisaient pour eux de confiance et de respect. Les bons prêtres en profitaient pour rendre service aux malheureux Considérant les dangers que l'on court dans les villes et le repos qu'on trouve dans la solitude, ils résolurent d'aller servir Dieu dans une profonde retraite. Lohemel et les quatre autres bienheureux, modèles d'humilité, supplièrent Convoyon d'être leur guide spirituel. Le saint, également modeste, y consentit, mais dans l'unique vue de la gloire du Très-Haut et du salut des âmes.

II. Aussitôt ils se défirent de leurs prébendes et bénéfices, avec la permission de l'évêque. Il n'osa les retenir de crainte de contrarier une vocation si prononcée. Il les bénit et les vit à regret s'éloigner ; car ils étaient l'élite de son clergé et de son chapitre. Ils s'établirent sur les bords de la Vilaine, dans une épaisse forêt, loin du bruit et des embarras du monde. Ils obtinrent du généreux Ratuili, le quartier de la forêt nommé Redon. Ce seigneur les autorisa de plus à prendre tout le bois utile à la construction d'un monastère. Le roi ratifia ces dons et y joignit des revenus de se spropres biens. Quand ils commencèrent l'édifice, des seigneurs s'y opposèrent, se disant propriétaires du terrain. Convoyon eut recours à ses deux bienfaiteurs, Ratuili et le souverain, vers lequel il envoya à Vannes l'éloquent Lehomel.

III. Cet habile religieux était avocat et prêtre. Il jouissait de la confiance de son abbé et s'en montrait toujours très-digne. Défenseur déclaré des pauvres, des orphelins, des veuves, des opprimés, il ne se chargeait que de causes justes ; il ne négligeait aucun moyen louable de les gagner. Il les plaidait avec zèle et bonheur. Le succès couronnait toujours ses efforts. Il parut à la cour brillante du roi des Bretons, en 831. Il fit si bien valoir ses raisons, et y joignit un si bel éloge de ses confrères, que les réclamants entendirent bientôt le monarque, d'accord avec Ratuili, confirmer les bons pères dans leur possession et défendre de les troubler. Les travaux furent poursuivis avec activité. Ce fut alors que le Tout-Puissant montra, par un prodige, combien Lohemel lui était agréable. A sa prière, il rendit la santé à un ouvrier mutilé par les roues d'une des charrettes qui apportaient les matériaux. Quand la maison fut construite, nos religieux s'y logèrent et y menèrent une vie si édifiante, que le bruit en vola même hors de la Bretagne. Lohemel sanctifia ainsi son exil sur la terre et mérita le ciel, notre éternelle patrie. Pour faire ressortir la patience et la perfection de son serviteur, le Seigneur permit que Lohemel fût accablé de maux, pendant les dernières années de sa vie. Il mourut en grande opinion de sainteté, l'an 847.

Vies des bienheureux et des saints de Bretagne par M. de Garaby (1839) - Saint-Brieuc