Sant Padern - GrandTerrier

Sant Padern

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Padern
Vie / Buhez : premier évêque de Vannes au 5e siècle, un des sept fondateurs de la Bretagne, invoqué pour obtenir de la pluie
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : origine Latine, Paternus=Paternel
Variantes / Argemmoù : Padarn (Pays de galles) - Padern (Bretagne) - Padernig (Bretagne) - Patern (Bretagne) - Paterne (France) - Pedern (Bretagne) - Pedernig (Bretagne) -

2 Almanach


le 16 avril 2019 ~ d'an 16 a viz Ebrel 2019
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Padern (premier évêque de Vannes au 5e siècle, un des sept fondateurs de la Bretagne, invoqué pour obtenir de la pluie)
Proverbe breton ~ Krennlavar Karout hep bezañ karet. A zo kriz ha kalet.

[Aimer sans être aimé est dur et cruel.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

-
-

5 Monographies

Site Bretagne.com :

Padern

prénom masculin, fête le 16 avril

Déclinaisons du prénom breton : Patern - Paern

Origine du prénom

De "pater", qui signifie père en latin, il est l'un des sept saints fondateurs de la Bretagne.

Saint patron de Vannes, il fut le premier évêque de la ville mais dut renoncer à sa charge face à l'hostilité d'une partie des habitants.

Evêché de Vannes :

SAINT PATERN EVEQUE
ORIGINE

Le premier Evêque de Vannes - Note liturgique

Vers 465 se tint dans « l'église de Vannes » un concile de six évêques de la province de Tours.

Parce que la nécessité (ou le besoin) d'ordonner un évêque pour l'église de Vannes nous a rassemblés, « quoniam nos in ecclesia Venetica causa ordinandi episcopi congregavit ».

C'est ainsi qu'est libellée en latin la note dans laquelle s'exprime le métropolite Perpetuus qui présidait ce Concile.

C'est dans cet écrit qu'on trouve la toute première mention du christianisme dans la cité des Vénètes. Les canons de ce concile ont été conservés dans une lettre des évêques présents écrite à deux évêques absents et sous la signature de Perpetuus figure celle de Patern ainsi rédigée : « Paternus episcopus subscripsi », ce qui signifie : "soussigné Patern évêque".

Quelques éléments sûrs à propos de saint Patern

Son nom nous indique qu'il est Gallo Romain. Le Concile qui vient d'être évoqué avait pour objectif de fixer les limites du nouveau diocèse de Vannes et d'ordonner Patern comme premier évêque de ce lieu.

Le ministère épiscopal de Patern fut rude en raison des conflits latents qui opposaient les partisans d'un christianisme local de tradition celte et les partisans d'un christianisme plus gallo-romain. A ces tensions s'est ajoutée une vague d'immigration de Bretons venant de Grande Bretagne qui ne fit qu'aggraver la situation.

Mais dans ce contexte historique tendu, Patern fut un artisan d'unité, quoique mal compris des populations dont il avait la charge. Victime de dissensions très vives il fut contraint à démissionner et à s'exiler.

Il retira dans un ermitage en dehors de sa paroisse où il mourut un 15 avril, vraisemblablement en 475, dans l'oubli total. Saint Patern est invoqué pour obtenir de la pluie

Un siècle plus tard, une sécheresse implacable entraina une famine telle que les paroissiens de Vannes, ne sachant plus à quel saint se vouer, se souvinrent de Patern. Ils imputèrent ce fléau à une punition divine, pour l'avoir maltraité. Leurs prières furent excaucées et la pluie tomba. En reconnaissance, un des riches citoyens de la ville fit don d’une terre en proche faubourg sur la colline de Boismoreau, pour accueillir le corps de l'ancien pasteur exilé. On y construisit une église de bois qui préfigure l'église paroissiale d'aujourd'hui. C’est ainsi que le tombeau du fondateur de l’évêché ne repose pas en sa cathédrale, mais dans cette église Saint Patern bâtie sur le domaine offert dans ce but.

Les invasions normandes

Quatre siècles plus tard, en 919, lors des invasions normandes, l'église fût incendiée. Les reliques de Patern, devenu saint entre temps, furent portées dans le Berry, en l’abbaye de Déols puis à Issoudun. Une partie en fut ramenée à la fin du XIIè siècle.

Naissance du pèlerinage à en l'honneur de Saint Patern

Au Moyen-Age l'église Saint Patern fût un centre de pèlerinage important.

Grâce à un registre mentionnant les dons des fidèles, on a pu estimer leur affluence à trente ou quarante mille personnes par an au cours du XIVe siècle. Les foules de pèlerins venaient s'incliner sur le tombeau de l’évêque fondateur.

Pendant les guerres de Cent ans, les pèlerinages se poursuivaient dans la ville occupée et les fidèles allaient de nuit à l’église, à la lueur des torches, bravant les barrages anglais.

En 1407, l’église fut frappée pour quelques temps d’interdit, car l’affluence des pèlerins avait considérablement enrichie la paroisse au détriment du chapitre cathédrale.

Plus tard, au XVe siècle, le pèlerinage fut en partie délaissé après le passage et surtout la prédication de saint Vincent Ferrier, qui fit de l’ombre au saint pontife.

Saint Patern aujourd'hui

Les sept évêques fondateurs Des reliques de Saint Patern il ne reste que quelques osselets, la plus grande part ayant été dispersée pendant la période révolutionnaire. Elles sont conservées précieusement et placées dans un chef en forme de tête d’évêque couronnée de la mitre.

On peut voir dans l'’église un ensemble de statues en bois massif représentant les sept évêques fondateurs. Patern y est représenté au centre, comme étant le plus ancien.

Premier évêque du diocèse de Vannes, Saint Patern est aussi vénéré dans sa cathédrale parce qu'elle est "cathèdre de St Pierre apôtre ". C'est donc ensemble que nos deux paroisses qui honorent l'évêque Saint Patern.

La fête liturgique de Saint Patern

Patern est fêté le 15 avril ; une seconde fête, le 21 mai faisait mémoire de la translation de ses reliques.

C'est en 1964 que le Pape Paul VI a déclaré saint Patern patron du diocèse de Vannes (Lettre apostolique Armoricae regionis). Depuis la fête liturgique de Saint Patern est fixée chaque année au 15 avril. L'ancienne date du 21 mai qui faisait mémoire de la translation des reliques a été abandonnée.

Homonymes

L'évêque Patern de Vannes est souvent confondu avec un autre Patern, dit aussi Padarn, (490-550, parce qu'ils ont un parcours similaire. Né en Armorique, ce dernier a émigré au Pays de Galles, puis en Irlande, avant de revenir fonder le monastère de Llanbardan, dans la région de Cardigan en pays de Galles. Il est toujours vénéré dans cette région. Il aurait même connu Samson, Magloire et Malo dont la tradition dit qu'ils auraient été cousins. Mais Il n'a jamais été évêque de Vannes. Ce second Patern est fêté le 23 septembre. Patern de Vannes a été aussi parfois confondu avec un évêque d’Avranches du même nom.

Site fr.Wikipedia :

Paterne (évêque de Vannes)

Saint Paterne de Vannes ou saint Patern, décédé entre 490 et 511, est souvent présenté comme le premier évêque de Vannes. Il est fêté le 15 avril.

Il est surnommé aussi Paterne l’Ancien, pour le distinguer de Paterne d’Avranches en Normandie.

L’historicité de Paterne est incontestable, mais il n’est pas assuré qu’il ait vraiment été le premier évêque de Vannes comme le veut la liste épiscopale de ce diocèse. En effet un concile composé de six évêques de la province de Tours présidé par le métropolite Perpetuus (vers 463) eut lieu dans cette cité et c'est à cette occasion que Paterne fut consacré évêque. Mais ceci suppose l’existence d’une communauté chrétienne organisée. En 610, il a été remplacé par Modeste qui souscrit au concile d’Orléans en tant qu’évêque de Vannes.

On connaît peu de choses de lui, mais l’auteur tardif de l’aimable roman hagiographique connu sous le nom de Vita Paterni supplée largement à ces lacunes. Ce gallo-romain aurait émigré en Grande-Bretagne), actuellement Pays de Galles, au rebours du mouvement habituel des Bretons à cette époque. Il va fonder, dans l’actuel comté de Cardigan, un monastère qui prendra le nom de Llanbadarn Fawr (Lhan-Paderne-Vaur - « Grande église de Paterne »). On dit qu’il bâtit d’autres monastères au Pays de Galles et convertit des rois en Irlande. Au cours d’un pèlerinage en Terre Sainte, il reçoit la consécration épiscopale à Jérusalem. De retour en Armorique, le roi Caradoc lui confie l’évêché de Vannes. Le personnage de Caradoc Brechbras (= Caradawc Vreichvras : «  au gros bras », dans les sources galloises) se retrouve dans la littérature arthurienne (= Karadues Brie(f)bras : « au bras court », dans Érec et Énide de Chrétien de Troyes). Le nouveau venu se lie d’amitié avec son voisin, saint Samson, évêque de Dol. Vilipendé par de faux-frères, il prend une retraite anticipée.

Le décès du saint en Pays franc résulte d’une confusion supplémentaire, avec saint Paterne d’Avranches dont la Vie latine a été composée par Venance Fortunat († v. 600).

Fêté le 15 avril ou le 21 mai en souvenir de la translation de ses reliques.

Cet évêque gallo-romain a paradoxalement été mis au nombre des sept saints fondateurs de la Bretagne. La ville de Vannes est une étape du pèlerinage médiéval des sept saints de Bretagne appelé Tro Breizh (Tour de Bretagne).

Sources
  • Dictionnaire hagiographique de Dom Baudot (1925)
  • Grand Larousse encyclopédique
  • Dix mille saints (dictionnaire d’hagiographie des Bénédictins de Ramsgate)


Site Pennker / Albert Le Grand :

LA VIE DE SAINT PATERN

Evesque de Vennes, le seiziéme d'Avril.

Saint Patern II du nom, Evesque & Patron de l'Evesché de Vennes, nâquit en la Bretagne Armiroique, de Parens riches & vertueux ; son Pere s'apelloit Patranus & estoit Citoyen de la Ville de Poictiers ; lequel, estant venu demeurer en Bretagne, épousa une vertueuse fille, nommée Jullitte Guenn, de laquelle il eut nostre Saint Patern, lequel ils consacrerent à Dieu ; & dés lors se separerent de consentement mutuel, pour mieux & plus librement s'adonner au service de Dieu. Patranus passa la mer & alla en Hybernie, où il se rendit Moyne & y vescut en grande Sainteté, & sa compagne Jullitte prit le soin de nourrir & élever son fils, luy faisant avec le laict succer la pieté, devotion & crainte de Dieu & passa quarante ans, aprés sa separation d'avec son mary, en un honneste & volontaire veuvage, faisant de grandes aumônes & autres bonnes œuvres, servant fidellement Dieu jusqu'à sa mort.

II.Ayant un jour, disposé du drap & de la toille pour faire une robe à son petit, estant apellée pour quelqu'autre affaire, elle laissa ses hardes sur une fenestre, d'où un Milan, qui voltigeoit par là, ravit cette étoffe & l'emporta dans son nid ; mais, au bout de l'an, cét oyseau ayant esté déniché, les étoffes furent trouvées dans son nid aussi belles & entieres, comme si on les eût tout à l'heure aportées de chez le Marchand. Aussi-tost qu'il sceut distinctement parler, sa Mere l'envoya aux écolles, ne pardonnant à frais quelconques pour l'avancement de son Fils, lequel aussi, de son costé, étudioit diligemment & faisoit un grand progrés non moins à la vertu qu'à l'etude des bonnes lettres.

III . Un jour, l'Enfant Patern, discourant familiérement avec sa Mere, luy demanda où estoit son Pere, s'il estoit mort ou vivant, veu que jamais il ne l'avoit veu ; la bonne Dame ne se pût tenir de pleurer & luy dist que son Pere, desireux de servir Dieu en état de perfection, avoit quitté son païs, & en dessein de se rendre Religieux, passé la Mer &, (à ce qu'elle avoit sceu), estoit en Hybernie, renfermé dans un Monastere. Le S. Enfant répondit alors : "Et quoy ? quelle meilleure condition pourrois-je choisir que celle dont mon Pere a fait élection ? Certes (ma Mere) je seray aussi Religieux, ou mourray en la peine". Sa mere, entendant ces paroles, en remercia Dieu & l'encouragea d'executer son saint dessein. Dés lors, il conceut un saint mépris du monde & un ardent desir de servir Dieu en quelque Monastere ; lequel croissant de jour à autre, il prit la benediction de sa Mere & alla trouver l'Abbé Generosus, qui gouvernoit un grand nombre de Religieux, dans le Monastere de saint Gildas de Rhuys, auquel il demanda l'Habit, & le receut à son grand contentement & consolation de son Ame.

IV. Dés qu'il eut achevé le temps de sa Probation, son Abbé luy donna la charge de la dépense, laquelle fonction il exerça, l'espace de trois ans, avec grande satisfaction & contentement de tous les Religieux. Il s'adonnoit volontiers aux offices & fonctions exterieures du Monastere ; mais de telle sorte toutesfois, que le soin qu'il en prenoit n'esteignoit en luy l'esprit de l'Oraison ; il s'étudioit particuliérement à la mortification de ses sens externes, nommément des yeux, lesquels (selon le dire du Prophete) sont les portes par lesquelles la mort entre dans l'Ame, & tenoit tellement ses yeux en commendement, qu'on fit de luy que, depuis qu'il fut vétu Religieux, jamais il ne regarda homme en face, moins encore femme. Il mattoit continuellement sa chair à force de rudes & fortes austeritez ; il ne mangeoit que du pain tout sec, beuvoit de l'eau & quelques legumes & du sel. Au lieu de chemise, il endossoit un Cilice aspre & rude ; jamais ne changeoit d'habit, ny ne quittoit sa pauvre robbe, froc & cuculle de nuit ny de jour ; on ne le voyait plus vétu en Hyver, ny moins en Esté que de coustume ; son lict estoit le pavé nud, ou bien quelques fagots ; par telles austeritez il attenua tellement son corps, qu'on ne luy voyoit que la peau & les os.

V. En ce temps-là, florissoient en la Bretagne Armorique un grand nombre de saints Personnages, qui, ayant dit adieu au monde, vivoient és Cloistres & Monasteres, y menans une vie plus Angelique & divine qu'humaine ; desquels on fist passer grand nombre en la Grande Bretagne pour y fonder des Monasteres, sous la conduite des Abbez Cuvilan, Coatman & Tetecho ; lesquels connoissans la vertu, sainteté, erudition & suffisance de S. Patern, le demanderent aussi ; ils le firent Abbé & luy donnerent cent tant de Moynes, avec lesquels il passa la Mer, Prescha des Insulaires, qui, dans peu de temps, luy édifierent un Monastere sur le bord de la Mer, l'ornerent, arrenterent & accomoderent de tout ce qui estoit requis, tant pour le service de Dieu, que pour la commodité des Religieux. S. Patern, voyant que sa Mission avoit si-bien réüssi, en rendit graces à Dieu ; &, ayant mis bon ordre à tout, institua un Superieur pour gouverner son Monastere en son abscence ; puis, ayant pris congé de ses Religieux, passa la mer & alla en Hybernie.

VI. Où estant arrivé il alla voir son pere, lequel en fut extrémement aise & le retint, quelques mois, en son Monastere. Il y avoit alors deux Roys en Hybernie, lesquels se faisoient une cruelle guerre, au grand dommage & incommodité du pauvre peuple. Une nuit, un Ange leur apparut à tous deux separément & leur commanda d'envoyer chercher un saint homme, nommé Patern, venu depuis peu de la Grande Bretagne, qu'ils le prinssent pour arbitre de leurs differens & se tinssent à ce qu'il en arresteroit. Le matin venu, ces deux Princes se virent ; &, ayans communiqué, en face de leurs Armées, quelque temps par ensemble, poserent les armes, envoyerent querir S. Patern, lequel les pacifia entierement, & puis, prenant congé d'eux, revint voir son Pere, duquel ayant aussi pris congé, il repassa en la Grande Bretagne & se rendit à ses Religieux, qui furent grandement rejoüis de son arrivée, & trouva, en ce Monastere, un des Religieux qu'il avoit laissé au Monastere de Rhuys en Bretagne Armorique, nommé Nimonochus, lequel, ne pouvant supporter son abscence, l'avoit suivi, &, par ses merites, avoit évadé de grands perils en mer.

VII. Voyant ses Religieux croistre, de jour à autre, en nombre, à la gloire de Dieu & utilité des Ames, il fonda deux autres Monasteres au Pays de Cornoüaille en l'Isle (c'est la Principauté de Walles) & y mist Superieurs deux siens Disciples, Nimonochus & Samson, personnes doüées de grandes perfections. En cetemps-là, regnoit en la Province de Walles un Prince nommé Malgonus, homme fort mal conditionné, lequel, entendant parler de S. Patern, le voulut tenter. Une guerre luy étant survenuë contre le Roy des Bretons septentrionnaux de l'Isle, il amassa son Armée prés le fleuve de Clarach, & commanda à deux de ses Thresoriers de porter de grands vases chargez de sables, mottes & autre telle chose, bien fermez & scellez, au Monastere du Saint situé prés de ce fleuve, & le prier de luy garder ces vases où estoient ses Thresors. Le S. Abbé les prit à la bonne foy, les mit dans la Sacristie & les conserva soigneusement. La guerre ayant eu bon & heureux succez, le Roy retourna victorieux & envoya incontient au Monastere querir ces vases, qui furent delivrez à ses gens ; lesquels, les ayans ouverts, n'y trouverent que sable, gazons & terre. Les Thresoriers, tous éperdus, crierent aux voleurs ; qu'on avoit volé les thresors du Roy ; le Saint le nya constamment. L'affaire évoquée par devant le Roy, il ordonna qu'ils seroient mis à leur serment. Or, c'estoit la coustume en ce pays-là, que, qui faisoit serment de n'avoir commis ce qui luy estoit imposé, pour preuve de son innocence, mettit le bras dans une cuve d'eau bouïllante ; le saint Abbé offrit au Roy de se justifier de ce crime, luy & ses Religieux en cette façon.

VIII. Le Roy qui, pour éprouver la vertu & Sainteté de S. Patern, avoit tramé cette affaire, s'y accorda ; on fait bouïllir de l'eau dans un grand bassin ; le S. fait redoubler les charbons, bouïllir & rebouïllir l'eau ; puis, ayant fait sa priere, mist tout son bras dedans, & l'y tint si long-temps, que les assistans furent contraints de luy crier qu'il se retirast ; ce qu'ayant fait, il montra son bras aussi sain, beau & frais que jamais. Le peuple, voyant cela, força ses accusateurs à faire la mesme espreuve, & voir si l'eau bouïllante est chaude ; mais ils n'y eurent si-tost mis la main, que la douleur leur penetra si avant, qu'ils tomberent mort par terre ; & le Roy Malgonus, autheur de tout cecy, devint aveugle & fut saisi d'une forte maladie, qui le mist au lict & l'affoiblit de telle sorte, qu'il reconnût que c'estoit un punition divine du tort qu'il avoit fait à S. Patern ; de quoy se repentant, il se fit porter au Monastere de Clarach & demanda humblement pardon au S. Abbé, qui, par sa priere, luy rendit la veuë & le guerit de sa maladie, dont le Roy le remercia & fit present à son Monastere de toutes ses terres, depuis la riviere de Clarach jusques à la Mer.

IX. En ce même temps, saint David (qui depuis fut Evesque de Menevie en l'Isle) vivoit en grande austerité, en un Monastere situé dans une vallée, au mesme païs de Walles, nommé Traoun-Rhozn. Un jour, estant en priere, l'Ange luy apparut & luy commanda d'apeller les Abbez Patern & Thurian, & d'aller, en leur compagnie, visiter les saints lieux de la Terre sainte, où Nostre Sauveur avoit operé nostre salut. S. David obeïssant à l'Ange, les envoya querir & leur manifesta le commandement qu'il avoit receu du Ciel, les prians d'entreprendre ce voyage en sa compagnie ; ce qu'ils firent, & remarqua-t'on (chose miraculeuse) que, pendant qu'ils furent en ce voyage, quand ils entroient és terres étrangeres, ils entendoient & parloient les langues Barbares aussi aisément qu'ils eussent fait le Breton, qui estoit leur langue maternelle. Estans arrivez en la Ville de Jerusalem, ils visiterent avec une grande devotion les saints lieux ; &, cependant qu'ils s'occupoient à ces saints Pelerinages, l'Ange s'apparut au Patriarche de Jerusalem & luy commanda d'apeller ces trois Pelerins Bretons Insulaires, leur imposer les mains & leur donner la commission de prescher l'Evangile ; ce que le Patriarche executa effectivement, puis les licencia d'aller en leur païs, donnant, au départ, à saint Patern une Crosse d'Yvoire & une belle Tunique ou Dalmatique, présageant qu'il devoit, un jour, gouverner les Ames & estre Evesque.

X. Ces saints Personnages, ayans satisfait au commandement de l'Ange, & à leur devotion, s'en retournerent en l'Isle & commencerent, chacun de son costé, à prescher de grande ferveur. Un jour que saint Patern estoit dans son Monastere de Clarach, un Seigneur du pays, nommé Arthur, estant venu audit Monastere, vid saint Patern, pendant l'Office, revétu de cette Tunique qu'il avoit euë du Patriarche de Jerusalem, laquelle luy agréa tellement, qu'il la luy demanda avec instance, mais le Saint l'en éconduit, disant qu'elle estoit dediée au service de l'Eglise & qu'il n'estoit pas seant de l'en desalliener. Cela attrista grandement Arthur, qui, tout fasché, sortit de l'Eglise avec son train, parmy lequel se trouva quelque vaut-rien, qui luy conseilla de retourner sur ses pas, & que de force il luy feroit avoir ce que par beau il n'avoit pû obtenir ; il crût ce conseil & s'en retourna au Monastere, tout furieux & en colere ; un Moyne l'apperceut de loin, qui s'encourut donner avis à saint Patern, lequel luy dist : "Et bien (mon frere) s'il vient en mauvais dessein, asseurez-vous que la terre s'ouvrira & l'engloutira". Ce qui arriva ainsi ; car, voulant entrer de furie en l'Eglise, la terre s'ouvrit sous ses pieds & l'engloutit jusques à la gorge, se resserrant tout à l'entour & ne luy laissant que la teste hors. Alors, il commença à reconnoistre sa faute & prier S. Patern de luy pardonner ; le saint Abbé, l'ayant aigrement repris de son peché, pria pour luy, le tira de là & le renvoya en paix en sa maison.

XI. C'estoit du temps qu'estoit Comte de Vennes un valeureux Prince nommé Guérok (la Cronique Latine l'appelle Caradocus pour Guerokus), Prince courageux & magnanime, lequel, l'an 564, soûtint Dunalch, fils de Connobert, Comte de Rennes & de Nantes, contre Chilperic, Roy de France, l'Armée duquel il défit à Messac sur Vilaines, l'an 587, assiégea Rennes, puis Nantes, lesquelles il prit & rendit à Dunalch, ayant défait & tué Bapolen & contraint Ebrecaire (c'estoit les Chefs des deux Armées que Gontram, Roy de France, avoient envoyées en Bretagne) de s'en fuïr. Cette guerre avec les François si heureusement finie, Guérok passa la mer & conquist pareillement la Cornoüaille d'outre-mer ; où, estant arrivé en la Cité qui lors s'apelloit Meas-Eli, il y trouva S. Patern, lequel, a la requeste des Vennetois Armoricains, il amena en Bretagne, regnant en la haute Bretagne Alain I du nom, & en la basse Jaova. Le bruit de son arrivée venu aux oreilles des habitans de la ville de Vennes, ils luy sortirent audevant, l'emmenerent solemnellement en leur ville & le firent sacrer leur Evesque.

XII. Le Comte Guérok avoit basty un Palais au milieu de la ville de Vennes, pour sa demeure ordinaire ; saint Patern fur inspiré de Dieu de le luy demander pour accomoder & amplifier son Eglise Cathedrale ; ce qu'il obtint facilement, dont il agrandit l'Eglise de saint Pierre, & du reste des bastimens se servit de Manoir & Palais Episcopal. A l'exemple du Comte, les Seigneurs du Vennetois luy firent plusieurs presens & de bonnes fondations, pour ayder à la reparation de ce Temple, lequel encore depuis a esté rebasty plus ample, beau, grand & spacieux. Ce S. Prélat, estant Evesque, mist un grand soin à bien & saintement gouverner son Diocese, lequel il vistoit souvent, l'instruisoit et édifioit de sa bonne vie & admirables Sermons. En mesme temps, saint Samson, Archevesque de Dol, faisant sa visite par la Bretagne, où il estoit Metropolitain de sept Evesques, vint sans bruit, & comme à l'improviste, sur les confins du terroir Vennetois, où l'un des Moynes qu'il avoit à sa suitte luy dist, que saint Patern ne luy voudroit pas volontiers obeïr, ny le reconnoistre pour son Metropolitain ; partant, qu'il perdroit sa peine d'y aller, mais qu'au prochain Synode Provincial il luy falloit l'appeller hastivement pour éprouver son humilité & obedience.

XIII. Le S. Archevesque, ne pensant à mal quelconque, croit en ce conseil ; & au prochain Synode qu'il assembla, manda à S. Patern que sans délay il y vint, tout en tel état qu'il se trouveroit. S. Patern édifioit lors une Eglise & un petit Hermitage hors la ville de Vennes ; là le vinrent trouver les Messagers de saint Samson, & luy presenterent les lettres comme il se débottoit, ayant encore un pied botté ; il les leut tout sur bout, puis remonte & suivit ces Messagers vers le saint Archevesque. Or, ce Moyne malicieux, qui avoit conseillé S. Samson à faire cette espreuve de l'obedience de saint Patern, le voyant venir botté d'un pied seulement, se prit à rire à pleine teste ; mais le diable le saisit sur le champ, le jetta par terre, & commença à le tourmenter horriblement ; ce que voyant S. Samson & les autres SS. Evesques qui estoient là assemblez, admirans l'obeïssance de S. Patern, le vinrent saluer & le prierent de pardonner à ce miserable, que l'ennemy du genre humain tourmentoit si cruellement ; le saint luy pardonna de bon cœur, &, par sa priere, le delivra.

XIV. A ce Synode se trouverent sept Evesques, sçavoir, saint Samson, Archevesque de Dol, Metropolitain ; saint Malo, Evesque d'Aleth ; saint Brieuc, Evesque de Biduce ; saint Tugduval, Evesque de Treguer ; saint Paul, Evesque d'Occismor, & l'Evesque de Cornoüaille, qui tous reconneurent pour Superieur & Metropolitain saint Samson & ses Successeurs Archevesques de Dol, les Evesques de Rennes & Nantes (pourveus à la nomination des Roys de France és Villes tenuës de France, depuis que Clotaire I s'en estoit emparé) se tenans en l'obeïssance de l'Archevesque de Tours. En ce Synode, furent faites plusieurs belles constitutions, pour le reglement & police Ecclesiastique, que saint Patern fit exactement observer en son Diocese ; il y fut aussi ordonné que, tous les ans, le premier jour de Novembre, on celebreroit le Synode annuel, pour maintenir & accroistre l'union d'entr'eux & decider les points douteux & difficultez qui se pourroient presenter. Le Synode finy, saint Patern s'en retourna à Vennes, où il commença a mener une vie tres-austere & penitente, se retirant dans ce petit Monastere ou Hermitage, qu'il avoit édifié hors les faux-bourgs de Vennes, n'en sortant que lorsque les affaires de sa Charge Pastorale l'en contraignoient, passant tout son temps en prieres, jeusnes, veilles, austeritez & assistance du prochain.

XV. Dieu permist, pour fournir sujet de merite à sa patience, qu'il fust persecuté de plusieurs, même de ses propres Religieux ; lesquels, ayant les yeux trop chassieux pour supporte l'éclat de ses rares vertus, commencerent à le traverser, & de telle sorte, que, pour se delivrer de leurs persecutions, estant allé à un Synode, il ne s'en retourna plus à Vennes, de peur qu'il ne tombast en quelque impatience, pour les affronts & mauvais tours que, journellement on luy joüoit ; il quitta donc son Diocese & la Bretagne, & se retira en France, où il s'habitua en un Monastere et y amassa quelques Religieux, avec lesquels il vescut, quelque temps, en grande Sainteté, jusques à ce que, cassé d'années, de vieillesse & d'austeritez, il tomba malade ; &, sentant sa mort approcher, receut ses Sacremens, donna sa sainte Benediction à ses Disciples, puis, loüant & glorifiant Dieu, rendit son heureux esprit és mains de son Createur, le 16 Avril, environ l'an de grace 590.

XVI. Incontinent aprés que le Saint eut esté mis en terre, Dieu opera plusieurs grands miracles à son Sepulchre, & les Bretons Vennetois commencerent à ressentir perte de leur S. Pasteur ; car une cruelle famine envahit le pays, laquelle, en trois années qu'elle dura, étrangla une innombrable multitude de personnes ; on fait des prieres & Processions publiques & solemnelles pour appaiser l'ire de Dieu ; enfin, on s'avise que saint Patern avoit quitté la Ville & Diocese de Vennes, sans y avoir laissé sa sainte Benediction. Là dessus le conseil se tint, & députa-t'on une honorable compagnie pour aller en France querir le saint Corps ; on y alla, mais comme on voulut le lever sur le branquart, il devint si lourd & pesant, qu'on ne le pouvoit seulement lever de terre. Cela attrista grandement tous les assistans, jusqu'à ce qu'un Bourgeois de Vennes s'avança parmy les autres & dist : "Messieurs, nostre saint Prélat défunt m'a autres fois souvent demandé un lieu & métairie que j'ay és Faux-bourgs de nostre Ville, pour y édifier une Eglise, dont je l'ay toûjours refusé ; mais je luy promets, devant Dieu, ses saintes Reliques & toute la compagnie, que, s'il luy plaist à se laisser emporter en sa Ville & la nostre, non seulement je luy donneray ce lieu, mais de plus y feray bastir une Eglise à mes propres coûts & dépens".

XVII. A peine eut-il achevé ce propos, que le S. Corps devint leger à merveille dont toute l'assistance remercia Dieu ; ils le leverent sur une littiere richement parée & l'emporterent en grande pompe & solemnité en Bretagne. Les Evesque, Clergé, Noblesse, Bourgeois & toute la populace de Vennes sortit bien loin hors de la Ville au-devant des Reliques de leur saint Prélat, lesquelles furent déposées en ce lieu que le Bourgeois avoit donné au Saint, où, dans peu de temps, fut édifiée une belle Eglise, laquelle fut dédiée en l'honneur de saint Patern, & est une des Paroisses de la Ville de Vennes, où demeura le Corps de saint Patern, jusques l'an de salut 878 que, pour crainte des Barbares, Normands & Danois, qui, ayant mis pied à terre en Bretagne, ravageoient tout le pays, il fut transporté avec le Corps de saint Corentin, au Monastere de Marmoûtiers lés Tours, où ils ont esté reveremment gardez, & Dieu y a operé de grands miracles par leurs merites & intercessions.

Vies des saints de la Bretagne Armorique par Albert Le Grand (1636) - Vè édition de 1901 - Quimper