Sant Ratian - GrandTerrier

Sant Ratian

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Ratian
Vie / Buhez : disciple de Guénolé au 6e siècle, protecteur de Tourc'h contre l'épidémie de peste
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : Rat=Faveur, Gen=Naissance
Variantes / Argemmoù : Rajen (Bretagne) - Ratian (Bretagne) -

2 Almanach


le 10 janvier 2018 ~ d'an 10 a viz Genver 2018
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Ratian (disciple de Guénolé au 6e siècle, protecteur de Tourc'h contre l'épidémie de peste)
Proverbe breton ~ Krennlavar N'eo ket gant an taboulin e vez paket ar c'had. § [Trad]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

Eglise de Tourc'h
Eglise de Tourc'h

5 Monographies

Site Bretagne.net :

Radian

prénom masculin, fête le 10 janvier

Déclinaisons du prénom breton : Ratian

Origine du prénom

Saint solitaire résidant à Tourch près d'Elliant, au VIe siècle, il sauva par ses prières les habitants du village contre la terrible épidémie de peste qui traversa la Bretagne.

Site InfoBretagne :

ETYMOLOGIE et HISTOIRE DE CORAY

Coray vient du breton « cor » (clan).

Coray est une ancienne paroisse primitive qui englobait autrefois les territoires de Coray, de Leuhan et de Tourc'h. Au VIème siècle, le moine Ratian, disciple de saint Guénolé s’installe sur le territoire pour évangéliser le pays. Au XIème siècle la paroisse de Choroe, qui dépend de l'évêché de Cornouaille, existe déjà et les lieux de Lan Ratian (l’ancien ermitage), aujourd’hui le hameau de Larragen (ou Larrajen), Sant-Iglur (aujourd’hui Saint-Hilaire) et Pencoett (aujourd’hui Penhoat) sont des possessions de l’abbaye de Landévennec (donnés par le roi de Cornouailles, le comte Budic).

Site Pennker / Garaby :

LA VIE DE SAINT RATIAN
Ermite, le 10 janvier.

Le ciel suscita, dans le cinquième siècle, ce vertueux Armoricain, pour nous guider par son exemple dans les voies du salut. Ratian, aussi nommé Ratiau, est un modèle de cette charité dont la pratique est l'accomplissement de toute la loi.

Il aima Dieu plus que toute chose. Pour lui plaire, il employa utilement toutes les années de sa vie. Il acquit des connaissances et des vertus. Il suivit sa vocation, sans écouter la chair et le sang. Il se consacra à Dieu, s'attacha sans cesse à lui gagner des cœurs. Prières, instructions, exemples, il réunit tout ce qui pouvait faire persévérer les bons et convertir les méchants. Brûlant du désir d'être tout occupé de Dieu, il obtint de quitter l'abbaye de Landévennec, où il était fervent religieux, pour s'ensevelir dans la solitude. Là, rival des anges, il passait ses jours à aimer, à prier, à bénir le Seigneur. Toute son âme était continuellement au ciel.

Il aima son prochain comme Jésus-Christ nous aime. Il porta sa tendresse pour les hommes jusqu'au dévouement le plus complet. Non content d'éclairer, d'édifier et de consoler, il usait de tout son pouvoir auprès de l'Eternel, afin d'obtenir d'innombrables bienfaits pour tout le monde. De son ermitage au lieu nommé Pleturch, il attirait par ses vœux et par ses mérites une foule de grâces inappréciables pour les hommes. Dans une circonstance critique, où tant d'autres ne songeaient qu'à leurs propres périls, Ratian offrit sa vie pour sauver tous ceux qui étaient menacés. Une cruelle contagion désolait la Bretagne et semblait vouloir la convertir en désert. "Mon Dieu, s'écria le généreux Ratian, souvenez-vous de vos miséricordes ; ou, s'il faut une victime, frappez : me voici prêt à mourir pour mes frères." Le Seigneur, content de ce charitable désir, épargna celui qui le formait et tous les habitants du voisinage. Heureux les peuples qui possèdent un juste au milieu d'eux ! C'est un rempart contre les coups du malheur et un puissant avocat aurpès de celui qui est la source de tous les biens.

Ratian eut pour lui-même une charité bien ordonnée. Il soumit son corps à son âme, et son âme à Dieu. Il travailla sans cesse à pratiquer cette recommandation puissante : Soyez parfaits, comme votre Père céleste est parfait. Le disciple de saint Guénolé sut aller au bonheur en faisant des heureux.

Vies des bienheureux et des saints de Bretagne par M. de Garaby (1839) - Saint-Brieuc