Sant Sezni - GrandTerrier

Sant Sezni

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Sezni
Vie / Buhez : venu d'Irlande en Bretagne au 6e siècle, compagnon de Patrick, fonde un ermitage à Guissény.
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : origine Latine, Sidonius (Sidna en Irlande)
Variantes / Argemmoù : Seni (Bretagne) - Seznec (Bretagne) - Sezneeg (Bretagne) - Sezni (Bretagne) - Sidni (Bretagne) - Sidoine (Divers) - Sithney (Cornouaille) - Sydney (Cornouaille) -

2 Almanach


le 19 septembre 2019 ~ d'an 19 a viz Gwengolo 2019
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Riware (fondateur au 6e siècle de l'abbaye de Lanrivoaré, oncle d'Hervé)
s. Sezni (venu d'Irlande en Bretagne au 6e siècle, compagnon de Patrick, fonde un ermitage à Guissény.)
Proverbe breton ~ Krennlavar Ar vuhez vat a bad atav, Ar vuhez fall a baouezo. [La bonne vie dure toujours, la mauvaise cessera.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

vitrail de s. Seni, basilique du Folgoët
vitrail de s. Seni, basilique du Folgoët

5 Monographies

Site Bretagne.net :

Seni

prénom masculin, fête le 8 mars

Déclinaisons du prénom breton : Sezni - Sezneg - Sane

Origine du prénom

Sezni vint d'Irlande en Bretagne au VIe siècle et fonda son ermitage à Guissény.

Evêché de Quimper :

Saint Sezni

Fêté le 19 septembre

D'après la tradition, Sezni naît en Irlande en 402. Il se retire jeune dans une île écartée de la côte. A 23 ans, il quitte cette île pour accomplir un pèlerinage à Rome. Il y rencontre saint Patrick, est ordonné évêque par le pape, puis revient en Irlande en compagnie de Patrick. Tous deux s'y conacrent à la conversion des païens. Obéissant à l'appel de Dieu, Sezni quitte son île et débarque, avec des compagnons, sur la côte de Kerlouan. Il y rencontre saint Brévalaire, qui deeviendra le saint patron de Kerlouan. Sezni s'éloigne de Kerlouan pour fonder un autre monastère là où se trouve aujourd'hui le bourg de Guissény. Il y serait mort, mais rien n'est sûr dans la légende racontée par Albert Le Grand.


Sezni a zo ganet e Bro-Iwerzon er bloaz 402. Yaouank c'hoaz, Sezni a guitaas e familh evit beva evel eun ermit. Mont a reas en eun enezenn pell diouz an douar . Mez ne jomas ket eno. Hervez ar vojenn, Sezni a gemeras hent Rom ; eno en en gavas gant sant Patrig hag e oe graet eskop gant ar pab. Deuet endro en Iwerzon, Sezni ha Patrig en em lakeas, pep-hini deuz e du, da prezeg ar feiz e-touez ar baganed. Atao hervez ar vojenn, Sezni a dreuzas ar mor hag e touaras e-lec'h ema breman Kerlouan. Mont a reas eun tammig pelloc'h evit sevel eur manati evitan hag evit e gompagnuned en eul lec'h anvet hirio Guisseni. Eno eo maro sant Sezni.

Site Wikipedia :

LA VIE DE SAINT SEZNI

Evesque, Confesseur et Patron de la Paroisse de Guic-Sezni en Leon, le 19 Septembre.

Du temps que le Pape S. Innocent I du nom, tenoit le saint Siége Apostolique, & Arcadius & Honorius les resnes de l'Empire, regnant en Bretagne Armorique le Roy Grallon, l'an de grace 402, S. Sezni nasquit en l'Isle d'Yrlande ou Hybernie, en la Province que l'on appelle à present Ultonie, & en ce temps-là se nommoit Ostrinct. Son pere s'appelloit Ernut, & sa mere Wingella ; laquelle la nuit qu'elle le conceut, eut une vision qui sembloit prognostiquer, que le fruit qu'elle donneroit au monde serviroit de lumiere pour esclairer à plusieurs, & les conduire au salut Eternel. Car s'estant couchée la face vers le Ciel, il luy fut avis qu'elle voyoit le firmament parsemé d'Estoilles, l'une desquelles, plus brillante que les autres, luy tomboit dans la bouche, & s'estoit colloquée dans son ventre. Estant né, il fut baptizé & nommé Sezni ; &, si-tost qu'il pût distinctement parler, il fut envoyé à l'écolle, où il profita beaucoup és études des lettres, mais encore plus en la vertu. Estant revenu chez ses Parens, il se resolut de quitter le monde, & se retirer en une Isle escartée de la coste, nommée alors Clarac, où il demeura jusques à l'âge de 23 ans, que Dieu l'inspira d'aller à Rome, pour se servir de luy en une bonne occasion.

II. Il arriva à Rome, l'an 425, sous l'Empire de Valentinian, & commença à frequenter les Ecolles de l'Escriture Sainte, & contracta amitié avec saint Patrice, lequel, déja consacré Evêque & destiné pour aller convertir ce qui restoit de Payens en Hybernie, connoissant la sainteté & capacité de saint Sezni, le presenta au Pape saint Celestin I du nom, qui le consacra aussi Evêque, & le joignit à saint Patrice en cette conqueste spirituelle. Les deux Saints, ayans receu la Benediction & Mission Apostolique, avec plusieurs belles Reliques & autres presens, passerent en la Grande Bretagne, & de là en l'Hybrnie, où saint Patrice, ayant esté bien receu, envoya saint Sezni en un canton de l'Isle, nommé pour lors Warrham, luy donnant quelques Prestres & Moynes pour l'assister & luy ayder en sa Charge. Estant arrivé au Païs de son département, il se mit à prescher ces Insulaires de grande affection, &, dans peu de jours, en convertit si grand nombre, qu'ils edifierent une Eglise, &, auprés, des logemens en forme de Monastere, pour se loger, luy & les siens ; & se convertissoit tous les jours si grand nombre de Peuple, que, pour luy ayder à les instruire, Catechiser, Baptiser & administrer les Sacremens, il luy fallut consacrer encore des Prestres. Sa Mission ayant si heureusement reüssi, il en donna avis à saint Patrice & au Pape saint Sixte III du nom, qui avoit succedé à saint Celestin, lequel erigea son Monastere en Evêché & voulut qu'il en fut le premier Evêque. L'Eglise de son Monastere ayant esté erigée en Cathedrale, il bastit un autre Monastere plus grand & spacieux que le précedant, où il receut un grand nombre de jeunes hommes, lesquels il instruisoit en la vertu, pour les pourvoir des Cures & Benefices de son Diocese, & les employer à la Predication & autres fonctions de sa Charge. Il estoit bien fondé en humilité, patient és adversitez, infatigable à la Predication & conversion des Ames, chaste, amateur de la pauvreté, austere en son vivre, benin à un châcun, assidu en l'Oraison & Contemplation, Preschant plus d'exemple que de parole ; il ne bût jamais de vin ny autre boisson qui pût enyvrer, &, pour son habit, se contenta de peaux de bestes, sans user de lin, de laine, si non en ses Ornemens Pontificaux.

III . Dieu autorisa sa Mission & Predication par une infinité de miracles, par l'operation desquels, il seeloit la verité de sa doctrine. Les lampes de l'Eglise ayant esté éteintes, il récouvra du feu par ses prieres & porta des charbons ardens en ses mains, sans se brûler. Le saint Hermite Rhodon l'étant venu visiter, un jour d'Hyver qu'il faisoit grand froid, saint Sezni, l'ayant conduit à l'hospice, mit des fagots au fouyer, &, ne trouvant point de feu pour les allumer, il se mit en prieres & le feu s'alluma de soy-même. Estant prié de prendre sa refection chez un Seigneur, nommé Gerran, il ressuscita un sien serviteur, qui avoit esté auparavant étranglé par des loups en la prochaine forest. Il fut visiter le Prince de ce Païs qu'il avoit converty, & trouva la Princesse Onegia malade au lit, & tellement degoûtée qu'elle ne pouvoit manger. Le Saint, aprés plusieurs bons propos, luy demanda si elle desiroit quelque chose à son apetit ? La patiente répondit qu'elle eût bien mangé des meures, le Saint luy dit : "Madame, ne vous mettez pas en peine, je vous en trouveray "; &, peut de temps aprés, il en obtint par ses prieres & les luy porta ; &, si-tost qu'elle en eut mangé, elle fut guerie.

IV. Saint Patrice l'étant venu voir en son Monastere, le vin (qui est fort rare en cette Isle) ayant manqué, saint Sezni fit le signe de la Croix sur les vaisseaux d'eau qui étoient en son Monastere, & l'eau fut convertie en vin, qui dura pendant les trois jours que saint Patrice fut en son Monastere. Il ressuscita sept hommes qui avoient esté tuez par des voleurs & leurs corps jettez dans un estang. Un pauvre homme ayant, par mesgarde, tué un beau cheval qui appartenoit à son maistre, fut, par son commandement, serré en prison, les fers aux pieds, saint Sezni alla trouver ce Seigneur & le supplia de vouloir eslargir ce pauvre prisonnier ; ce que ne voulant faire, il ressuscita le cheval & le luy rendit : & ainsi delivra le prisonnier. Deux Princes Hybernois, ayans quelques differens à vuider, ne se pouvans accorder, se resolurent à la guerre & assemblerent leurs Armées en intention de se battre : saint Sezni les fut trouver & les exhorta à la paix ; mais les voyant obstinez en leur resolution de combattre, il se retira, leur disant que, puisqu'il n'y pouvoit rien faire, Dieu y mettroit la main ; les deux Armées se mesurerent bien de veuë, mais quand ce vint à joindre, jamais il ne leur fut possible, à cause d'une grosse & longue poutre qui se mettoit entre deux, toutesfois & quantes qu'ils vouloient aller à la charge, de sorte qu'ayans veu ce miracle, ils s'accorderent, remercians Dieu & saint Sezni, qui avoit diverti tel carnage.

V. Saint Sezni ayant confirmé les Hyberois en la Foy & Doctrine Chrétienne, desireux de vivre desormais en repos, fut inspiré de Dieu de passer la Mer, et aller en Bretagne Armorique, & y mener bon nombre de ses Religieux, ce qu'il fit, s'embarquant avec 70 de ses Disciples, & furent portez d'un bon vent, à la coste de Leon, en un Havre nommé Poulluhen, en la Paroisse de Kerloüan, où ils mirent pied à terre, l'an 477, la même année que les Francs ou François passerent le Rein pour venir és Gaules, sur la fin du regne de Hoël le Grand, Roy de Bretagne. Saint Sezni s'habitua prés de ce Port & y bâtit un petit Hermitage pour soy & ses confreres, lequel s'y voit encore et s'apelle Peneti Sant Sezni. De là il vint au lieu où, à présent, est l'Eglise Parochiale de Guic-Sezni, y bâtit un Monastere & y vêcut en grande sainteté, avec ses Religieux, jusques à l'âge decrepit de 127 ans, que Dieu l'apella à soy, l'an 529, au regret de tous les Leonnois. Son corps fut enseveli en sondit Monastere, sous le grand Autel, où on voit encore la cave de son Sepulchre. Dieu fit tant de miracles par son intercession, aprés son decés, qu'une flotte d'Hybernois, ayant abordé au port de Poulluhen, ils enleverent son Corps & le porterent en son Evêché, d'où, à toutes peines, on a récouvert quelques Reliques, qui sont reveremment gardées en ladite Eglise de Guic-Sezni.

Vies des saints de la Bretagne Armorique par Albert Le Grand (1636) - Vè édition de 1901 - Quimper