Sant Tadeg - GrandTerrier

Sant Tadeg

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Tadeg
Vie / Buhez : assassiné avec Jud par un seigneur du Faou au 6e siècle, honoré en l'abbaye de Daoulas
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : origine Celtique, Tad=Père
Variantes / Argemmoù : Tad (Pays de galles) - Tadd (Pays de galles) - Tadeg (Bretagne) - Tadog (Pays de galles) - Tadou (Bretagne) -

2 Almanach


le 2 décembre 2018 ~ d'an 2 a viz Kerzu 2018
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Tadeg (assassiné avec Jud par un seigneur du Faou au 6e siècle, honoré en l'abbaye de Daoulas) , s. Tudeg § [Suite]

Proverbe breton ~ Krennlavar Un draen-fuilh a zo en ti. Ma'z eus kegel o komandiñ.§ [Trad]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

Abbaye de Daoulas
Abbaye de Daoulas

5 Monographies

Site Bretagne.net :

Tadeg

prénom masculin, fête le 2 décembre

Déclinaisons du prénom breton : Tadig - Tadoc - Tadou

Origine du prénom

Saint Tadeg fut assassiné en même temps que saint Jud par un seigneur du Faou (29) au VIe siècle.

A la suite de ce double meurtre saint Jaoua fonda l'abbaye de Daoulas (double meurtre). De "tad" qui signifie père.

Site Bretagne.com / Daoulas :

Aussi loin que remonte leur histoire, Daoulas et L'Hôpital-Camfrout ont été des lieux de passage : Légions, pillards, colons, pèlerins, commerçants ont emprunté, au fil des siècles, les voies maritimes et terrestres qui se sont nouées ici. Des pirates destructeurs

Voici près de 2.000 ans, une voie romaine passait par le ruisseau du Camfrout qui se jette dans la rivière de L'Hôpital. Voici 1.500 ans, les Bretons chassés de leur île par les Saxons sont venus en remontant les rivières. Parmi eux, Saint-Jaoua, fondateur légendaire de l'abbaye de Daoulas en 510. Il aurait converti le puissant seigneur du Faou qui, irrité par la conversion de ses proches au christianisme, avait massacré Saint-Tadec et Saint-Judulus, donnant ainsi son nom à l'abbaye qu'il devait financer pour expier son double crime (daou laz : double meurtre en breton). C'est par la mer également que les pirates normands sont venus porter la destruction, au Xe siècle.