Sant Tiernvael - GrandTerrier

Sant Tiernvael

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Tiernvael
Vie / Buhez : chanoine de Léon, évêque de Dol au 6e siècle, successeur de Paul Aurélien de son vivant
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : origine Celtique, Tiern=Chef, Mael=Prince
Variantes / Argemmoù : Ternael (Bretagne) - Tiernmael (Bretagne) - Tiernvael (Bretagne) -

2 Almanach


le 19 février 2019 ~ d'an 19 a viz C'hwevrer 2019
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Tiernvael (chanoine de Léon, évêque de Dol au 6e siècle, successeur de Paul Aurélien de son vivant)
Proverbe breton ~ Krennlavar Ar c'hentañ ar gwellañ.

[Le plus tôt est le mieux.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

Cathédrale de Dol-de-Bretagne
Cathédrale de Dol-de-Bretagne

5 Monographies

Site Bretagne.net :

Tiernvael

prénom masculin, fête le 19 février

Déclinaisons du prénom breton : Tiervael - Tiernmaël

Origine du prénom

Tiernvael fut évêque de Dol.

Site InfoBretagne / Paul Aurélien :

Saint PAUL AURELIEN

Fondateur de Bretagne, évêque

Saint-Paul Aurélien (Vème siècle) ou Saint Pol de Léon ou Paol. Paulus en latin. Originaire de Glamorgan (Pays de Galles). Fondateur de l’évêché de Léon.

Né en l'an 492 (ou en 480), Paul Aurélien aurait appartenu à la famille britto-romaine des « Aurelianus » (V-VIème siècle). Il est présenté comme un disciple de saint Iltud. Selon, Wrmonoc ou Gourmenoc (moine qui a écrit la première version de la vie de saint Pol Aurélien), il débarque sur l'île d'Ouessant (à Porz Paul) vers l'an 517. A la demande de son cousin, le comte Withur, il débarrasse l’île de Batz d’un dragon. Withur lui fait alors don de son palais et des revenus qu'il percevait sur l'île de Batz. Le roi franc Childebert Ier (511-588) le fait ordonner évêque et le place à la tête de l’évêché de Léon à Castel-Paol (Saint-Pol-de-Léon). Suite à son retrait, vers l'an 553, sur l’île de Batz, trois évêques lui succèdent de son vivant : Jaoua, Ternvael (ou Tiernomallus) et Keveren (ou Cetomerinus). Il meurt semble-t-il vers 580 (ou 594). Lors des invasions nordiques, ses reliques ont été transférées à Fleury-sur-Loire en 954 (monastère de S. Florent), où elles ont été détruites par les Huguenots au XVIème siècle (vers l'an 1567). Seul un ossement de son bras est conservé à Saint-Pol-de-Léon.

Wikisource / Albert Le Grand / St Paul :

XI. Quelque temps après, redoutant la pesanteur de sa charge Pastorale & épris du desir de la retraitte & solitude, il se resolut de se demettre de son Evesché & le resigner à son Neveu S. Jaoua, lequel, d'Abbé de Baaz, estoit devenu Abbé de Daougloas & Recteur de Brazpars, en Cornoüaille. À cette occasion, il assembla tous ses Chanoines en la Salle de son Manoir, &, en leur presence, resigna son Evesché à S. Jaoua; &, l'ayant envoyé à Dol, pour estre sacré par S. Samson, Archevesque du lieu, lors Metropolitain de Bretagne, se retira en son Monastere de Baaz, au grand contentement de ses Religieux & des Insulaires, & ce l'an 553. Saint Jaoua n'ayant vescu qu'un an, deceda le 2 jour de Mars 554, à Brazpars; cela fut cause que S. Paul vint à Occismor & présida à l'élection qui fust faite de Tiernomallus, Chanoine de Leon, lequel, estant decedé peu de temps aprés son sacre, fit que S. Paul quitta encore une fois son Monastere & vint à Occismor, Officia aux obseques du defunt Evesque & puis assista à l'assemblée de l'élection, où il fut instamment supplié de reprendre le gouvernement de l'Evesché ; à quoy il condescendit, vaincu des importunitez de son Clergé. Il receut à penitence le Seigneur Gurguidus, de la Noble & ancienne Maison de Tremazan-le-Chastel, pour avoir inopinement tué sa sœur sainte Haude, laquelle ayant dévotement accomplie, il vint trouver S. Paul, lequel vid un brandon de feu, comme un globe, sur sa teste, d'où il prit occasion de changer son nom & l'appella Tanguidus, du mot breton Tan, qui signifie feu; il le fit vétir & instruire en son Monastere de Baaz, & puis il le fit Prieur du Monastere du Relecq, & enfin premier Abbé du Monastere de Loc-Mazé Traoun, en bas Leon. Enfin, S. Paul, sentant ses forces diminuer de jour à autre, se demist pour la seconde fois, de sa charge Pastorale, & fit élire en son lieu Cetomerinus, un de ses douze Prestres & disciples & Chanoine de sa Cathedrale, homme pieux & sçavant, lequel fut solemnellement sacré, l'an 566. Incontinent aprés ce Sacre, S. Paul se retira en son Monastere de Baaz, où il demeura, y vacquant en continuelles Oraisons, Jeusnes, Veilles & autres austeritez, jusqu'à l'âge decrepit de cent deux ans, qui fut l'an de grâce 594 que Nostre Seigneur le voulut récompenser de ses travaux. Il estoit si attenué, sec & décharné, pour les rigueurs & austeritez dont il mattoit son corps, nonobstant son grand âge, qu'il n'avoit plus que la peau simplement étenduë sur les os.