Sant Tugdual - GrandTerrier

Sant Tugdual

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Tugdual
Vie / Buhez : né au Pays de Galles au 6e siècle, fils de Koupaia, l'un des sept saints fondateurs de la Bretagne, évêque de Tréguier
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : origine Celtique, Tud=Peuple, Wal=Valeur
Variantes / Argemmoù : Thual (Bretagne) - Tual (Bretagne) - Tualig (Bretagne) - Tudal (Bretagne) - Tudalig (Bretagne) - Tudual (Bretagne) - Tudwal (Bretagne) - Tudwall (Pays de galles) - Tudwalloù (Bretagne) - Tugal (Bretagne) - Tugdual (Bretagne) - Tutgual (Bretagne) - Tutuual (Bretagne) - Tuzwal (Bretagne) - Féminin(s) : Tuala (Bretagne) -

2 Almanach


le 1er décembre 2018 ~ d'an 1 a viz Kerzu 2018
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Tugdual (né au Pays de Galles au 6e siècle, fils de Koupaia, l'un des sept saints fondateurs de la Bretagne, évêque de Tréguier) , s. Bretoc'h § [Suite]

Proverbe breton ~ Krennlavar Kenkoulz e lazh an dour hañvouezh an tan evel an dour sklaer.§ [Trad]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

saint Tugdual
saint Tugdual

5 Monographies

Site Wikipedia :

Tugdual de Tréguier

Saint Tugdual (né le ? - mort le le 30 novembre 563 à Tréguier) était un religieux du Ve siècle, originaire du Pays de Galles, venu avec 72 religieux évangéliser la petite Bretagne en débarquant à Trébabu dans le Léon. Fête le 30 novembre.

Il fut évêque de Tréguier et est considéré comme l'un des sept saints fondateurs de la Bretagne.

Sa vie

Tugdual (ou Tudal ou Tudwal ou Tugal) (Géo : Thual) : nom issu du breton "tud" (peuple) et "gwal" (valeur), fils de sainte-Coupaïa, frère de sainte Sève, d'origine galloise, passa en Armorique au début du VIe siècle, débarqua au Conquet, fonda un monastère à Lan-Pabu, devenu Trébabu, en Léon, puis un ermitage à Saint-Pabu, sur l'Aber-Benoît. Il fonda le monastère de Tréguier, obtint l'aide de l'évêque d'Angers et du roi Childebert contre Conomorre. Il se rendit à Rome en 548, arriva à la mort de ce dernier et fut désigné comme pape par une colombe blanche. Il revint à Tréguier où il mourut le 30 novembre 563.

Son cousin Deroch, roi de Domnonée, lui offre les terres de sa future ville épiscopale et il est considéré comme l'un des sept saints fondateurs de la Bretagne et c'est pourquoi les pélerins du Tro Breizh lui rendaient un culte dans la cathédrale de Tréguier. Sa première « Vie » lui prête un sens politique, puisqu'il aurait demandé et obtenu l'aval de Childebert Ier, roi des Francs, pour les terres données par les princes, mais cela peut se voir comme faisant partie de la polémique entre Francs et Bretons sur l'ancienneté de l'autorité (imperium) des premiers.

Le culte de saint Tugdual

L'extension de son culte apparaît très grand, dès lors qu'on voit qu'il est connu sous différents noms ou surnoms : Tudgual, Tudwal, Tuzval, Tudal, Tual, Tutuarn et Pabu (= père).

Il semble avéré que la dénomination « pabu » désigne un père-fondateur d'un lieu consacré. Cette désignation ancienne se retrouve chez les saints irlandais fondateurs de communautés en Islande. Il en est ainsi des sept saints du Tro-Breizh en Bretagne (Armorique), dont Saint-Tugdual qui est en effet souvent nommé « Pabu-Tugdual ».

Albert Le Grand (historien breton) indique que Saint-Tugdual (Tugduval) est appelé en breton Sant Pabu ou Papu. Il s'appelait aussi Pabu (Cognomisu Pabu). La raison invoquée est qu'il fut pape de Rome, nommé Leo V. Britigena (Léon Breton). Il existe en effet en Bretagne (Armorique) un grand nombre d'églises et chapelles dédiées à Saint-Tugdual sous le nom de Pabu, comme Land-Pabu, Tré-Pabu, Loc-Pabu, Ker-Pabu, Mouster-Pabu.

Le nom originel, attesté en 833, est Tutuual, composé de tut, qui, selon Léon Fleuriot, signifierait « favorable », et de uual qui signifie « valeureux ». Tugdual est une faute de copiste pour Tudgual où gu » w.


Site Bretagne.net :

Tuzwal

prénom masculin, fête le 1 décembre

Déclinaisons du prénom breton : Tutgual, Tual ou Tudal

Origine du prénom

Il s'agit d'un saint du VIe siècle. L'un des ""sept saints fondateurs la Bretagne"" et patron du diocèse de Tréguier.

Il a donné son nom à Landudal (29), Landual (22, 56), Pontuzval (29), Saint-Thual (35), Saint-Tugdual (22, 56)... Il est orthographié Tutgual en vieux breton. C'est une erreur de lecture au XIe siècle qui en fait Tugdual. Ce nom a évolué en Tuzwal (prénom porté au XVIe siècle) puis Tual ou Tudal (formes correctes du nom).

Il est composé de "tud" : peuple" et de "wal" : valeur".

Le 1 décembre du calendrier français : Tugdual

Site Via Ouest :

Saint Tugdual

=>Saint Tugdual L'un des sept saints fondateur de la Bretagne et disciple de Saint Maudez, Tugdual est le fondateur du monastère de Locmaria-Quimper ainsi que le créateur de l'évéché de Tréguier dont il fut le premier abbé-évêque.

Il porte aussi les noms de Tual, Tudy, Pabu, Paban...

Autrefois fêté le 30 novembre, il l'est désormais le 1er décembre.

Saint Louénan raconte que Saint Tugdual réalisa plusieurs miracles au palet du roi Childebert, dont celui de ressuciter un mort.

Ce saint sauroctone, est souvent représenté avec une colombe. Patron des tisserands et des filatiers, Saint Tugdual mourrut vers 553.

Ses disciples, Saint Guirec et Saint Briac, poursuivirent son oeuvre.

Site Info Bretagne :

Saint TUGDUAL

Fondateur de Bretagne : évêque Saint-Tugdual

Saint Tugdual (vers l'an 500) ou Tual, Tudi ou Pabu. Originaire de Grande-Bretagne (Devon). Tugdualus en latin. Fondateur de l’évêché de Tréguier.

Tugdual aurait émigré de Grande-Bretagne en Armorique accompagné de sa mère (sainte Pompaea) et de 72 disciples (dont saint Ruelin, saint Guevroc, saint Goneri, saint Loëvan, saint Briac,...) sous le règne de son cousin Deroch ou Deroc. Il aurait débarqué à Porz-Pabu (en Ploumoguer) où il aurait fondé un monastère appelé Lanpabu (Trébabu). Après avoir établi un monastère à Land-Treguer (Tréguier) vers 535, il se serait rendu en compagnie de saint Aubin auprès du roi franc Childebert Ier (511-558) qui l’aurait consacré évêque. Il serait mort vers 553.

Tugdual accomplit tant de miracles qu'à sa mort on dira de lui : "s'il n'est pas Dieu le Père, c'est qu'il ne l'a pas voulu".

Chemins de Bretagne / Albert Le Grand :



Vie de saint Tugdual
Récit d'Albert Le Grand publié en 1636

I. Saint Tugduval estoit natif de la Grande Bretagne. L'Histoire de sa vie ne nomme pas son pere, mais bien sa mere, qui estoit Dame de grande maison, soeur de Rivallon Murmaczon, qui, ayant quitté la grande Bretagne, se vint habiter en la basse Bretagne, & donna origine aux Roys & Royaume Dononéen (1): elle s'appelloit Pompaea; ils l'appellent communément sainte Copaja & est enterrée au Choeur de la Paroisse de Land-Coat, prés la Roche-Derien (2). Ses parents furent soigneux de le bien instruire & élever; & ayant fait ses estudes, ils l'envoyerent aux bonnes compagnies, avec d'autres jeunes Seigneurs de sa qualité, où S. Tugduval se comportoit avec tant de retenuë, que tous les autres jettoient les yeux sur luy, comme sur un modelle & parfait exemplaire de vertu. Estant plus âgé, il se resolut de se donner à Dieu; &, quitter les vaines esperances de ce monde, il prit la Soutane & robe Clericale, se rendit assidu à l'Office de l'Eglise, & vacquoit à l'Oraison, donnoit l'aumône, assistait les necessiteux & s'exerçoit és oeuvres de charité; enfin, ne voulant quitter le monde à demy, il se retira dans un Monastere, où, aprés avoir quelque temps postulé l'habit, il fut receu Religieux.

II. Ce jeune Novice fut attaqué rudement de l'ennemy, lequel ne luy donnoit repos ny nuit ny jour; luy, pour se conserver, se mattoit & affligeoit de jeûnes, veilles & abstinences continuelles & d'une continuelle Oraison ; son manger estoit un peu de pain sec & quelques legumes; son boire, de l'eau claire; son lit le plancher ; son ordinaire entretien, l'Oraison continuelle. Le bruit de sa vie exemplaire & rare sainteté, ne se pouvant contenir dans le pourpris de son Monastere, se repandit aux environs, de sorte que le peuple commença à le frequenter, les uns, pour recevoir de bons avis & conseils, & d'autres pour se recommander à ses priéres, & plusieurs, ayans de fascheuses maladies, pour recevoir la santé, à tous lesquels il satisfaisoit. L'abbé de son Monastere estant decedé, il fut subrogé en sa place, quoy que contre sa volonté, sa profonde humilité luy faisant croire qu'il estoit indigne de cette Dignité; mais il ne l'eut gueres exercée, qu'il ne fit paroistre que son choix & élection avoit esté plus par inspiration divine qu'autrement, car il gouverna avec tant de prudence, vigilance & sainteté son Monastere, que tous ses Religieux se reputoient bienheureux d'estre sous la charge d'un si bon & vigilant Pere.

III. Mais leur joye ne dura pas long-temps; car, une nuit, aprés Matines, tous les Religieux s'estans retirez chacun en sa Cellule, un Ange luy apparut & luy dit : "Tugduval, Dieu te commande de quitter la grande Bretagne, ta patrie, & te transporter hastivement en la petite Bretagne." S'estant réveillé à cette voix, il descendit au Choeur & se mit en Oraison, priant Dieu que, si ce commandement venoit de sa part, il luy plût le reïterer & l'asseurer de sa sainte volonté. Les deux nuits suivantes, l'Ange luy apparut de rechef, luy commandant mesme chose, &, à la derniere fois le menaçant, en cas de plus long délay. Le matin suivant, il fit sonner le Chapitre & manifesta ses visions à tous ses Religieux, leur déclarant que la volonté de Dieu estoit qu'il les quittast, pour aller outre mer, en la Bretagne Armorique : ce que ses pauvres Religieux entendans, ils se jetterent à ses pieds, le supplians de ne les pas délaisser. L'heureux Saint les consola, leur representant qu'il estoit raisonnable d'obeïr au commandement de Dieu; mais qu'il n'empeschoit pas que ceux qui le voudroient suivre ne s'embarquassent avec luy; cela les réjouït, & se disposerent, au nombre de septante-deux, de l'accompagner; entr'autres, saint Ruelin, saint Guevroc, saint Goneri, saint Loëvan, saint Briac & autres saints Personnages, sa mere sainte Pompaea, laquelle, après la mort de son mary, avoit pris l'habit de Religion, sainte Soeve, sa soeur, laquelle aussi avoit voüé sa virginité, dés sa premiere jeunesse (3), & une bonne veuve, nommée Malhelew, laquelle s'employoit à servir les Religieux, lavant leurs draps, tant ustanciles d'Eglise qu'autres ménages du Monastere.

IV. Ils se rendirent au havre prochain & y trouverent un vaisseau équipé de tout ce qui luy estoit requis, &, dedans, y avoit des jeunes gens de bonne façon, l'un desquels, qui sembloit estre le maistre & capitaine des autres, salüant le Saint, lui dit : "Dieu vous garde (homme de Dieu), & toute vostre compagnie; montez à la bonne heure dans ce vaisseau ; sinon que nous vous attendions, il y a long-temps que nous serions portez en la Bretagne Armorique." Les Saints entrerent dedans, & les ancres levées, on mit les voiles au vent, qui fut si favorable, que, le lendemain, à trois heures aprés midy, ils furent rendus sains & saufs à la coste de Leon, & mirent pied à terre en l'isle de Ker-Morvan, devant le Conquest, en la Paroisse de Plou-Moguer (4), &, aussi-tost, le vaisseau qui les avoit portez disparut, avec tout son attirail & équipage, si soudainement, qu'ils ne s'en pûrent appercevoir, ce qui leur fit connoistre que c'estoit une faveur speciale de Dieu, qui les avoit miraculeusement passez à travers l'océan, dont ils rendirent graces à sa divine Majesté.

V. S. Tugduval, après avoir remercié Dieu de cette faveur, s'enquit à qui appartenoient ces terres; &, ayant apris que c'estoit au Seigneur de Leon, il l'alla trouver en la ville d'Occismor (ainsi s'appelloit alors la ville capitale de Leon, qui, à present, s'appelle Saint-Paul-de-Leon, Siége d'Evesché), afin de lui demander quelque place au lieu où il avoit pris terre, pour y bâtir un petit Monastere, pour luy & ses Religieux. Comme il entroit dans la ville, il apperceut à la porte un pauvre homme boiteux, & tant exténué de maladie, qu'il n'avoit que la peau étenduë sur les os, lequel, élevant sa voix du mieux qu'il pouvoit, lui demanda l'aumône; S. Tugduval la luy donna, &, de plus, luy commanda, au nom de Jesus-Christ, de se lever sain; ce qu'il fit, &, allant par les ruës & carrefours de la ville, au grand estonnement de ceux qui l'avoient connu, leur declara l'arrivée de ce saint Homme, qui luy avoit donné la santé. Le Seigneur de Leon, avec les principaux de la ville, luy vinrent au devant, le recueillirent avec grand honneur & respect & luy accorderent sa requeste, luy octroyant autant de terre qu'il luy en faudroit, se recommandant à ses prieres. S. Tugduval s'en retourna vers ses confreres, & commença à édifier son Monastere dans une petite vallée, un quart de lieu du Conquest, là où, encore à present, est l'Eglise Parrochiale, qui, de son nom, s'appelle Tré-Pabu, & jadis le Monastere de Land-Pabu (5), d'autant que nos Bretons, anciennement, appelloient saint Tugduval sant Papu, pour la raison que nous avons dit cy-dessus.

VI. Ce Monastere estant achevé, le Saint y demeura long-temps avec ses confrères, vivant en grande austérité & recollection ; mais leur nombre s'augmentant de jour à autre, à raison de plusieurs personnes qui, à leur imitation, s'y rendoient, le Saint prit congé d'eux, &, avec nombre de ses Religieux, alla faire un tour par la province, preschant par toutes les villes où il passoit, Dieu, confirmant sa Doctrine par grands miracles; de sorte que, par toutes les villes, bourgs, paroisses où il passoit, les malades, sourds, aveugles, boiteux, paralytiques & autres s'amassoient és carrefours sur son chemin pour recevoir la santé : ce qu'il leur octroyait à tous. En ce voyage, il donna si grande édification par tout par sa bonne vie & doctrine, que les Seigneurs luy donnerent de grands bien et revenus, lesquels il acceptoit pour distribuer aux pauvres & faire édifier des Monasteres, les dotter & renter, lesquels il peuploit de Religieux de son Monastere de Land-Pabu, qui estoit comme le chef & principal de son Ordre, lequel, en peu de temps, se dilata & amplifia de telle sorte, "qu'il n'y avoit gueres Paroisse, depuis le bas Leon jusques à l'autre extrêmité de la province, où il n'y eut quelque Monastere, ou, au moins, quelque hospice de son Ordre," comme l'a écrit S. Loëvan, son disciple & compagnon en ce voyage, qui a tenu registre de tous les dons qui luy furent faits & des Monasteres qu'il a fondez.

VII. Enfin, ayant parcouru toute la Bretagne, le bruit des miracles qu'il faisoit parvint aux oreilles du Prince Deroc, fils de Rivallon Murmaczon, qui estoit frere de sainte Pompaea, mere de saint Tugduval, &, pours lors, estoit Roy du pays qu'ils nommoient Dononéen (6). Ce Prince l'alla trouver & l'emmena quant & soy, luy promettant de choisir un lieu commode, la part où il voudroit dans ses terres, pour y édifier un grand Monastere, ou il se pourroit retirer avec tel nombre de Religieux qu'il voudroit, car le Monastere de Land-Pabu, ayant esté édifié à la haste, étoit fort petit, étroit & peu commode; le Roy Deroc le fit abbattre & rebâtir de neuf, plus grand & ample. S. Tugduval, continuant son chemin, arriva à une vallée, nommée, pour lors, Traoun-Trecor (c'est où est, à present, la ville de Land-Treguer, siége de l'Evesché de Treguer), laquelle trouvant fort commode & d'agréable situation, accommodée d'un beau port de mer, il s'y arresta & se resolut d'y édifier un grand Monastere, qui seroit le chef des autres de son institut.

VIII. Il en parla au Roy Deroc, lequel y envoya des ouvriers de toutes parts & fournit à tous les frais qui y estoient necessaires. Attendant que l'Eglise fut bâtie, S. Tugduval avoit fait édifier une petite Chapelle, dans laquelle il celebroit la Messe & faisoit des exhortations à ceux qui le venoient visiter : gueres loin de là, il y avoit un dragon, qui sortoit parfois de sa caverne, devorant hommes, femmes, enfans & bestail ; de sorte que ce terroir estoit resté desert & les terres laissées en friche & infructueuses, sans que personne ozast y habiter, crainte de ce monstre. Les proprietaires de ces terres vinrent trouver le Saint & luy representerent les dommages que ce dragon, leur faisoit, tant en leurs personnes, qu'en leurs biens. Saint Tugduval les consola, &, le lendemain, aprés avoir celebré la Messe, revétu de ses Ornemens Sacerdotaux, il prit la Croix en main & se fit conduire à la caverne du dragon, & luy ayant commandé de sortir hors, il luy lia son Estolle au col & le traisna ainsi sur un rocher, d'où il luy commanda de se précipiter dans le bras de mer qui bat au pied, ce qu'il fit, sans que jamais depuis on l'aye veu (7).

IX. Le Monastere de Trecor accomply, le Saint s'y logea & y assembla grand nombre de Religieux, lesquels il regissoit en grande sainteté, avec edification de tout le pays. Quelques années aprés, l'Evesque de Lexobie, ou de Coz-Gueaudet (8), nommé Tiridranus, estant mort, le Clergé & le peuple s'assemblerent pour élire un nouveau Prélat, &, d'un commun consentement, éleurent S. Tugduval, & deputerent deux personnes qualifiées de leur corps pour luy aller présenter l'élection, avec charge de l'emmener. Ces députez l'allerent trouver en son Monastere de Trecor, distant de six lieuës de leur ville & luy firent sçavoir que le Clergé & le peuple l'avoient éleu pour leur Pasteur, & le supplioient d'accepter la Dignité à laquelle Dieu l'appeloit par les Suffrages ; mais le Saint, vrayement humble, se reputant indigne de cette charge, les renvoya avec protestation que jamais il ne l'accepteroit; &, pour leur en oster toute esperance, il sortit de son Monastere, avec deux de ses Religieux, s'en alla à Angers visiter saint Aubin, resolu d'aller jusqu'à Paris & voyager par la France, jusques à ce que les Lexobiens eussent fait élection d'un autre Evesque.

X. Saint Aubin fut extrêmément aise de son arrivée, le logea en son manoir, & ayant conferé quelques jours avec luy, l'accompagna à Paris, où, à l'entrée de la ville, Dieu manifesta les merites de son serviteur, par la resurrection d'un mort, que l'on portoit en terre : car, ayant fait sa priere, il luy commanda, au Nom de Jesus-Christ, de se lever, à quoy il obéït & s'en retourna au logis, remerciant Dieu & son serviteur Tugduval. Ce miracle ayant esté sceu, on luy porta sur la ruë un jeune gentil-homme, nommé Guenou, couché sur une lectique, détenu d'une paralysie, de laquelle il le guerit. S. Tugduval estant allé salüer le Roy, toute l'assistance apperceut visiblement le Saint Esprit, en forme d'un pigeon blanc, tout radieux, qui se reposoit sur son épaule droite, ce qui augmenta beaucoup l'opinion qu'on en avoit conceue en cette cour. Cependant, les Bretons de Lexobie ne procederent point à une autre élection, mais s'adresserent au Roy Deroc, lequel, sous un prétexte aposté, manda le Saint, qui, ayant pris congé du Roy de France, s'en vint en Bretagne, à la cour du Roy, lequel le pressa tant, & le fit tellement importuner par ses Religieux, que, craignant de contredire à la divine vocation, il baissa le col & donna son consentement.

XI. Le Siége de l'Evesché de Treguer n'estoit pas alors là où il est à present; mais six lieuës plus bas, tirant vers l'occident, au lieu nommé maintenant Ar-Cozqueaudet, à la pointe de la riviere du Leguer, sur le rivage de la Paroisse de Plou-Lech, deux lieuës de la ville de Lannion, où encore se voyent les ruïnes des murs de l'ancienne Lexobie (9). S. Tugduval se rendit au fauxbourg de la ville, où on luy avoit disposé logis, en attendant une magnifique reception qu'on luy préparoit le lendemain; mais le Saint ne voulut loger en ce logis qu'on avoit marqué, moins encore au palais du Roy Deroc; mais, méprisant les delices, il alla loger chez un honneste personnage, qui le receut comme un Ange du Ciel & luy fit la meilleure reception dont il pût aviser. Comme ils estoient à table, le Saint, jettant les yeux en un coin de la chambre, vid un jeune garçon couché en un lit, si malade, qu'il ne se pouvoit tenir sur ses pieds; S. Tugduval eut pitié de luy & luy commanda de se lever & aller en ville querir ce dont son Maistre avit besoin, ce qu'il fit, depuis, il se porta bien, au grand estonnement de ceux qui l'avoient veu si malade. Le lendemain, il fit son entrée solemnelle en la ville, & fut sacré en son Eglise Cathedrale, en presence du Roy, de la Reyne & de toute la Cour, qui virent les Anges servir à l'Autel.

XII. Cette nouvelle Dignité ne causa aucun relasche en ses exercices & austeritez ordinaires; il ne changea ny son habit Monachal, ny son vivre, ny ses meubles; mais en tout son service & ce qui concernoit son usage, il garda inviolablement la pauvreté qu'il avoit professée. Il jeûnoit presque toujours ; son Oraison estoit continuelle ; sa charité paroissoit à recevoir, loger & traiter les pelerins & estrangers, à visiter les malades, captifs & affligez ; il se rendoit infatigable à prescher la parole de Dieu & instruire son troupeau ; bref, il faisoit le devoir d'un bon Pasteur à l'endroit de ses Brebis. D'autre part, Dieu le rendoit venerable à un chacun, par les miracles qu'il faisoit par luy. Une fois, faisant sa visite en la Paroisse de Land-Meur (qui n'estoit encore du ressort de Dol), voyant une femme grosse, qui, avec bien de la difficulté, apportoit sur sa teste une cruchée d'eau, puisée d'une profonde vallée, dont la montée estoit fort roide & difficile, il eut pitié de sa peine, &, quand elle fut montée au sommet de la colline, ayant mis sa buye à terre, elle se sied auprés pour prendre haleine ; le Saint luy demanda de l'eau à boire, ce qu'elle luy accorda; il en prit un peu dans le creux de sa main, &, l'ayant versée à terre, il y sourdit une belle fontaine. Son peuple, estant affligé d'une grande mortalité, eut recours à luy; il ordonna des Processions & jeûnes, & ainsi appaisa l'ire de Dieu, & les affranchit de ce fleau.

XIII. L'ennemy du genre humain, crevant de rage du fruit que le Saint faisoit en son Diocese & du nombre d'Ames qu'il luy ravissoit, suscita contre luy quelques méchantes personnes, qui le traverserent & persecuterent à toute outrance. Le Saint enduroit patiemment les injures, lorsqu'elles ne s'adressoient qu'à sa personne privée; mais, lorsqu'on attaquoit l'honneur de Dieu, ou les immunitez de son Eglise, il s'y opposoit de tout son pouvoir. Pour oster le scandale & reprimer l'audace de quelques obstinez gentils-hommes, il luy convint user du glaive d'anathéme & les retrancher de la Communion des fideles ; mais cela ne servit qu'à les aigrir & animer davantage contre le Saint, duquel ils conspirerent la ruïne. Sur ces entrefaites, une nuit, aprés Matines, les Chanoines & Moynes s'estant retirez, il se mit en Méditation, &, ne sachant à quoy se resoudre, ou à ceder au temps & s'absenter, ou bien à demeurer en son Diocese, Dieu luy fit connoistre qu'elle estoit sa volonté, le touchant par une voix intelligible, laquelle luy commanda de faire un voyage à Rome pour visiter les saints Lieux; le saint Prélat remercia Dieu de cette faveur; &, dés le lendemain, il sortit en cachette, avec deux de ses Religieux, & s'en alla à Rome, faisant plusieurs miracles par les chemins. Son absence causa une joye nonpareille à ses ennemis, mais, au contraire, une extréme tristesse aux gens de bien, & sur tout une calamité publique & universelle à tout le Diocese ; le Ciel courroucé déchargeant sur luy ses fleaux et punitions, la terre devint extraordinairement sterile, ne produisant ny fruits pour les hommes, ny herbes pour les bestes ; les femmes devinrent steriles & les bestes aussi ; une cruelle famine envahit le pays, qui étrangla plusieurs milliers d'hommes, & causa mille pauvretez, desquelles s'engendra une peste generale, qui, dans peu de temps, emporta un grand monde ; bref, il sembloit que Dieu eût entierément retiré sa Paternelle Providence de dessus ce seul Evesché, tout le reste de la Bretagne foisonnant en biens.

XIV. Cette calamité, qui dura deux ans entiers, pendant que le Saint fut absent, leur ouvrit les yeux, & fit reconnoistre leur ingratitude & la faute qu'ils avoient commis, luy donnant occasion de les quitter. Ils firent des Processions & penitences publiques, pour appaiser l'ire de Dieu, & aviserent d'envoyer de toutes parts chercher leur saint Pasteur & l'emmener. Quand S. Tugduval fut arrivé à Rome, il visita les Saints Lieux; &, y ayant demeuré deux ans, une nuit, comme il faisoit Oraison, un Ange luy apparut & luy commanda de le suivre, lequel le mena hors la ville &, les portes & barrieres s'estans d'elles-mêmes ouvertes, luy presenta un cheval blanc, avec commandement d'aller resider en son Evesché, & disparut. Ce cheval miraculeux le porta si legerement en l'air, qu'au point du jour il se trouva sur un petit tertre à la veuë de son Monastere de Trecor, où ayant mis pied à terre, ce cheval miraculeux, entouré d'une éclatante lumiere, monta visiblement au Ciel; &, en memoire de cette merveille au mesme lieu, fit depuis bastir une Eglise, en l'honneur des saints Anges, qui, encore à present, s'appelle Crech-Mikel, c'est à dire colline de Michel. En mesme temps, ses Religieux du val de Trecor connurent par speciale revelation, l'arrivée de leur saint Prélat, & allerent au devant pour l'emmener au Monastere, où ayant sejourné deux jours, il s'en alla à Lexobie, dont le Clergé & tout le peuple luy vinrent au devant & se jetterent à ses pieds & luy demanderent pardon de leur ingratitude, & sa benediction.

XV. Les effets de son heureux retour parurent incontinent, en ce que Dieu retira ses fleaux de dessus le peuple ; la contagion cessa; la terre devint fertile, de sorte qu'en peu de jours, d'une extréme misere & pauvreté, ils se virent relevez à une heureuse abondance & fecondité. Saint Tugduval vécut en sa ville de Lexobie, gouvernant son troupeau jusqu'à une heureuse vieillesse. Enfin, cassé d'austeritez & usé d'années, sçachant la fin de sa vie s'approcher, il desira mourir entre les mains de ses freres; &, pour ce sujet, il se fit porter au Monastere de Trecor, où, estant tombé malade, il fut visité de ses Religieux, qu'il avoit fondez en divers lieux de Bretagne ; les chanoines de Lexobie s'y rendirent aussi, si-tost qu'ils eurent nouvelles de la maladie de leur saint Pasteur, lequel, les ayant consolez, les pria élire un Successeur, desirant, avant mourir, sçavoir à qui il laissoit la charge de son cher troupeau ; mais ils refuserent de le faire, le priant de nommer celuy qu'il jugeroit le plus capable de cette Dignité, auquel ils ne manqueroient d'obeïr, comme à leur légitime Prélat. S. Tugduval s'y accorda & alla avec eux à l'Eglise, supporté par deux de ses Moynes, tant il estoit foible ; ils invoquerent la grace du Saint-Esprit, puis il leur nomma son disciple Ruelin, auquel ils s'accorderent, hormis l'Archidiacre, nommé Pergatus, lequel aspiroit à cette dignité ; mais il dissimula pour lors, ne pouvant autrement faire. L'élection faite & confirmée, le Saint communia ; & les forces naturelles défaillans, il fut mis en Extrême-Onction; puis, ayant donné sa benediction aux assistans, il entra en l'agonie de la mort, où il fut le reste du jour & la nuit suivante, qu'au point du jour, qui fut un dimanche 30. novembre, Feste de S. André, il rendit son Ame à son Createur; &, sur ce point, une odeur trés-agreable remplit le Monastere, & on entendit clairement une Celeste harmonie, qui conduisoit son Ame dans le Ciel. Son Corps, dépoüillé de son Cilice & lavé, fut revêtu de ses Ornemens Pontificaux & ensevely audit Monastere, prés du grand Autel, &, à ses pieds, deux de ses Disciples, qui decederent peu de temps aprés luy.

XVI. Les funérailles accomplies, les Chanoines s'en retournerent à Lexobie, se disposans à la reception & sacre de leur nouveau Evesque Ruelin ; mais le diable qui, de tout son pouvoir, seme la zizanie de discorde au champ de l'Eglise, incita l'Archidiacre Pergatus (qui avoit dissimulé son intention jusqu'alors) à reprendre ses brisées, & s'intronizer au lieu de Ruelin ; &, de fait, il gagna quelques uns du Clergé & les tira à sa brigue; car il estoit homme trés-docte, eloquent & de bonne maison, mais ambitieux tout ce qui se peut ; les autres, memoratifs de ce que saint Tugduval avoit disposé touchant cette affaire se tenoient pour Ruelin. Pour remedier à ce Schisme, on assembla un Synode à Lexobie, où furent convocquez les plus habiles & Doctes Ecclesiastiques de tout le Diocese, pour decider ce different, & terminer une affaire de si grande importance. Les places prises dans la salle Episcopale, comme on alloit proposer la matiere dont estoit question, voilà qu'une grande lumiere remplit le lieu, ébloüissant quasi la veuë des assistans, &, tout à l'instant, apparut, au milieu d'eux, saint Tugduval, Pontificalement revestu, une riche Mitre en teste; s'adressant à l'Archidiacre Pergatus, le reprit aigrement du trouble que, par son ambition, il causoit en l'Eglise, l'asseurant que, s'il ne se désistoit de ses perverses intentions, il sentiroit en soy une punition exemplaire, & dans peu de temps. Ayant dit ces paroles, il disparut, & Pergatus tomba à terre, transi de peur & d'apprehension ; puis, revenu à soy, demanda pardon à l'Evesque Ruelin & à toute l'assistance, qui rendit graces à Dieu & au Saint Confesseur.

XVII. Incontinent aprés le decez de saint Tugduval, il se fit plusieurs miracles à son Tombeau, qui fut cause que ses Reliques furent levées de terre & honorablement conservées au Tresor de la Cathedrale. Martin, septantiéme Evesque de Treguer, homme de sainte vie, portoit une singulière devotion à ce Saint, & dedans sa Croix Pectorale avoit enchassé de ses Reliques. Il avint que, faisant la visite de son Diocese, l'an 715, il logea chez un honneste personnage, nommé Brelinguet, en la Paroisse de Plou-Igné, prés Morlaix, qui luy fit le meilleur accueil qui luy fut possible. Pendant le souper, le feu se prit en la maison, qui l'embraza si subitement, que, avant qu'on s'en fût apperceu, il avoit déjà gagné par tout le logis, & estoit la flamme si violente, que l'eau n'y servoit de rien. Le bon Evesque, voyant que toute l'industrie humaine ne pouvoit remedier à cet accident, tira les Reliques de saint Tugduval, fit apporter un sceau d'eau, laquelle il benit de ces Reliques, & commanda qu'on la jettast sur la flamme, laquelle s'esteignit tout sur le champ, au grand estonnement de tous les assistans là presens.

XVIII. Ces saintes reliques demeurerent en Bretagne, partie à Lexobie, partie au Monastere de Trecor, jusqu'à l'an 836, que Hasteing, prince des Danois, nation barbare & idolâtre, se vint présenter avec une grosse armée navalle à l'emboucheure du Leguer, &, ayant jetté son monde à terre, assiegea & emporta d'assaut la ville de Lexobie, qu'il pilla & brûla. L'Evesque Govaranus se sauva, emportant avec luy les Reliques & le Tresor de son Eglise; &, passant par le Monastere de Trecor, il emporta aussi les Reliques de saint Tugduval en France, la pluspart à Chartres, où encore son Chef se garde en grande reverence. Les Danois, passans outre, entrerent dans l'emboucheure de la riviere de Jaudy, & poserent les ancres devant le Monastere de Trecor, lequel ils pillerent & ruinerent; &, trouvans ce lieu d'agréable situation, accommodé d'un beau port, y laisserent une peuplade, ou colonie, laquelle commença à y bastir une bourgade & un petit fort pour se deffendre des subites incursions des Bretons, duquel reste encore une vieille tour carrée, sur la grande Eglise, qu'on nomme, encore à présent, la tour de Hasteing, dans laquelle estoient, autrefois, gravez de vieux vers Latins, qui parloient de cette prise par les Danois (10), lesquelles s'y tinrent jusques à l'an 855. que le Roy Neomene les chassa, & y establit le Siége Episcopal, qui, auparavant, avoit esté à Lexobie, & y fit venir l'Evesque Gratianus, qui benit & consacra pour Cathedrale une Eglise que le Roy Neomene y fonda en l'honneur de S. André, Apostre, & de S. Tugduval, laquelle a toûjours servy de Cathedrale, jusqu'à l'accomplissement de la grande Eglise, qui se void aujourd'hui.

XIX. Les Danois estans chassez, Trecor commença à estre habité des marchands, à cause de la commodité de son port, & fut nommé Ilis-Treguer, c'est-à-dire Eglise de Treguer, du mot Breton Ilis, qui signifie Eglise, & Treguer, qui est le nom commun de tout le Diocese. En ce temps, arriva à Land-Treguer un saint personnage, nommé Bruns, suivi de quelques autres, qui, désireux de servir Dieu en plus grande perfection, avoient quitté la Grande Bretagne, d'où ils estoient natifs ; et s'estans, quelques jours, arrestez en ville, - ils visiterent les mazures & ruïnes du Monastere de Trecor, &, trouvans le lieu solitaire et commode à leur dessein, ils prierent l'Evesque Gratianus de leur permettre de le rebastir; ce qui leur fut octroyé, &, de plus, receurent de grosses aumônes des Seigneurs & Gentils-hommes circonvoisins, qui ayderent bien à l'avancement de l'ouvrage. Les murailles & pignons achevez, le maistre architecte estant monté sur les eschaffaux, pour prendre ses mesures pour l'emboisement, fit une fausse démarche & tomba du faiste de l'édifice en bas; les assistans le voyans chanceler, le voüerent à saint Tugduval; &, quand il fut à terre, il se trouva sur ses deux pieds, sans aucun mal, ce qui fut, à l'instant, attribué à la singuliere protection de saint Tugduval, veu la hauteur d'où il estoit tombé.

XX. Ce monastere basti fut dedié par l'Evesque Gratianus, qui y mit une partie des Reliques du saint Prélat (nouvellement rapportées au pays); le reste fut honorablement posé en la Cathedrale. Le jour de la Pentecoste, l'an 841. le peuple venant de toutes parts à Land-Treguer pour visiter les Reliques de S. Tugduval, le passage qui est sur la riviere de Guindy, entre la ville & le Monastere de saint François, se chargea si démesurement de personnes, qu'estant au milieu de la riviere il coula à fond avec sa charge ; ceux qui attendoient, à l'autre bord, le retour du batteau, voyans ce triste accident, recommanderent à saint Tugduval ces siens devots Pelerins, &, subitement, ils se leverent tous sur l'eau & se rendirent à bord sains & sauves, remercians Dieu & leur saint Liberateur. Un seul jeune garçon se trouva deffaut, duquel le corps, trouvé sur la vase aprés que la mer se fut retirée, fut porté à l'Église pour estre inhumé; ses parens extrêmément tristes de cét accident, ne se pûrent tenir de murmurer contre le Saint & dire qu'il avoit occis leur fils ; que, s'il ne le leur rendoit en vie, jamais plus ils ne visiteroient son Eglise, &, de leur pouvoir, dissuaderoient les autres d'y venir; le sacriste, les voyant si desolez, prit revérement les Reliques de saint Tugduval, & en ayant fait le signe de la Croix sur la bouche du trepassé, il vuida quantité d'eau salée, puis se leva sain & gaillard, loüant Dieu & le saint Prélat, qui luy avoit obtenu la vie qu'il avoit perduë. Les Barons de Bretagne estans entrez en dissension & guerres civiles après le massacre de saint Salomon, dernier Roy de Bretagne, les Danois, faisans leur profit de ces divisions, retournerent en Bretagne l'an huit cens septante & huit; pour éviter leur rage & furie, les Corps Saints furent transportez en France, & les Reliques de saint Tugduval, de rechef, à Chartres, où son Chef est gardé.

Cette vie a esté par nous recueillie des anciens Legendaires MSS. de l'Eglise Cathedrale de Treguer, conforme à ceux des Eglises de Chartres et de Laval; aussi d'un imprimé à Rennes, l'an 1605. Les anciens Breviaires de Rennes, Leon, Nantes, Cornoüaille et Vennes en ont l'Histoire en neuf Leçons; Alain Bouchard et d'Argentré, en leurs Histoires de Bretagne ; le Pere du Pas, en son Catalogue des Evesques de Treguer, à la fin de son Histoire Genealogique des Illustres Maisons de Bretagne - Jean Chenu, en son Histoire Chronologique des Evesques de France, en ceux de Treguer; Claude Robert, en sa Gallia Christiana, Lettre T; Robert Caenalis, de re Gallica, perioche 6; Jean Rioche, en son Compendium temporum, lib. 3, parte 2, capite II, in columna sum. Pontif. ad A. C. 905, pag. 247, littera B ; Anthoine de Yepes, en sa Chronique Generale de l'Ordre de saint Benoist, sur l'an 562; Noble et Discret Messire Pierre Calloët, Sieur de Trofos, Grand Archidiacre de Treguer et Prevost de l'Eglise Collegiale de Nostre-Dame le Meur à Morlaix, en son Catalogue manuscrit des Evesques de Treguer, et les memoires MSS. du P. du Pas Docteur en Theologie, de l'Ordre des Freres Predicateurs.

Frère Albert Le Grand
Religieux, Prêtre de l'Ordre des Frères Prêcheurs de Morlaix
Vie des Saints de la Bretagne Armorique
1636

Notes de l'édition de 1901:

(1) M. de la Borderie regarde ces indications comme exactes : Riwal, chef d'un groupe très considérable d'émigrés, aurait bien été le premier roi de Domnonée et aurait eu pour soeur la mère de saint Tugdual. C'est sous le règne de Déroch, fils de ce prince (520-535), que notre saint Tugdual aborda en Armorique; sa parenté avec le souverain du pays dut contribuer à son influence et encourager son activité.- A.-M. T.

(2) Son tombeau était autrefois au milieu du choeur de cette église dont elle est la patronne. Cette église ayant été reconstruite vers 1782, le tombeau se trouve actuellement au haut de la nef, du côté de l'évangile, et occupe l'espace qui est entre les deux piliers. Il est élevé de trois pieds environ au-dessus du sol, et orné d'un bas-relief, représentant la sainte dans un navire, accompagnée de plusieurs religieux. Sa statue est couchée sous le tombeau, et, au-dessus, on voit une châsse de bois peint et doré contenant ses reliques. Un acte authentique porte qu'elles ont été vérifiées en 1750. (M. de Kerdanet.)

(3) En breton Santez Seo, ou Secou ou Seva. - A.-M. T.

(4) Alors appelé Plou-Macoer. - A.-M. T.

(5) Ce mot Land-Pabu a trompé Robert Caenalis, Evesque d'Avranches, de re Gallica l. 2, perioche 6, p. 174, où il le prend mal à propos pour Lamballes : Lego (dit-il), Tudualum ex-monacho apub Ambiliates factum Episcopum Trecorensem; et en la page suivante 175, il declare s'estre trompé audit mot Land-Babu, quand il dit: à Derocho fundum accepit, nomem illi hodie est Landbabu in Magoera, qui est Trepabu en la paroisse de Ploe-Moguer, en bas-Leon, distant de Lamballe de 34. ou 35. lieües de Bretagne. Jean Chenu l'a suivy au mesme erreur: Tudualus (dit-il), Derochi Regis Britanniae affinis, abbas Lambalius. - A.

(6) Voyez en la vie de St. Josse le 13. de décembre; de St. Judicaël le 16. du même mois et de St. Winokh le 16. novembre. - A.

(7) Dans l'église de Goulizon (diocèse de Quimper) saint Tugdual est représenté terrassant le dragon. - A.-M. T.

(8) Ce nom veut dire vieille cité. (L'église municipale de Notre-Dame du Gueodet à Quimper est toujours désignée dans les anciens actes sous le nom de Ecclesia B. M. V. de Civitae). Comme on peut le voir au Catalogue des Evêques, Albert Le Grand fait de Lexobie ou Coz-Gueodet un siège épiscopal créé en 73 et transféré à Tréguier en 859. - A.-M. T.

(9) Cela est vrai aujourd'hui tout comme au temps d'Albert Le Grand; mais Coz-Yaudet (comme on dit maintenant) n'est plus qu'un village ayant une chapelle où Notre-Dame est toujours vénérée; elle y est représentée couchée sur un lit arrangé avec soin et tenant près d'elle l'Enfant-Jésus. - A.-M. T.

(10) Voyez le Catalogue des Evesques de Treguer cy-dessous. - A.